JOURNAL DES CISTEURS N°10
Parution du 01/03/2006
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
Editorial
 
EN QUELQUES MOTS... par Max Valentin
 

Dans ce numéro 10 de Ciste-thématique, vous trouverez des portraits passionnants de Cisteuses et Cisteurs qui ont des choses à dire. Je rappelle que ces personnes n’ont pas été sélectionnées en fonction de leur palmarès, mais sur des critères nébuleux et confus que seul DG connaît. Et lorsqu’on lui demande lesquels, il répond invariablement : "Euh... ben, c’est une vache de bonne question." :o) En d’autres termes, si vous désirez qu’il vous présente aux autres Cisteurs dans la rubrique Traits & Portraits, n’hésitez pas à le contacter en cliquant sur le bouton "Ecrire au webmestre" qui se trouve sur la page d’accueil, à droite. Il vous soumettra quelques questions simples qui permettront de tracer votre portrait. Ça ne prend que quelques minutes. Merci d’avance.

Chose promise, chose due : vous noterez le retour de Minette, toujours aussi pugnace. Il nous raconte les péripéties entourant la conception, par Lonesloane, de la ciste N° 13537, "Le Brevet de Minette". Une usine à gaz qui a demandé des mois de travail.

Et bien sûr, vous retrouverez vos rubriques habituelles : photos insolites (merci à celles et ceux qui nous les ont envoyées), les anecdotes, la recette de Groussay, les photos du mois (superbes), etc., le tout émaillé par les commentaires imbéciles des râleurs de service, Gaston et Ernest, ainsi que ceux des Quatre Grâces : Josiane, Pierrette, Edmée et la plus redoutable des nymphomanes rurales, Yolande.

Bonne lecture de ce numéro 10 !

Traits & Portraits
 
CRAZY RABBIT : "CHERCHE RYAN DESESPEREMENT" !
 

Crazy Rabbit (Palmarès) a 24 ans et habite à Lyon. Elle a quitté depuis peu la vie d'étudiante et travaille maintenant en tant qu'ingénieur Circulation et Déplacements.

Elle a découvert les cistes en novembre 2004.

- Ce sont des amis qui m'en ont parlé, à peu près en ces termes : "Tu ne connais pas les cistes ? Va voir, c'est génial !" Le lendemain, j'étais devant mon ordinateur à plancher sur ma première énigme. Le virus m'a gagné tout de suite ! J'étais tellement excitée que je suis partie bille en tête, un peu trop vite... J'ai donc passé une bonne heure dans les rues de Lyon à chercher, jusqu'au moment où je me suis dit : "Suis-je bête ! C'est pas du tout là !" Maintenant, je prends un peu plus de temps avant de me lancer sur le terrain. :))

Comment parvenez-vous à concilier famille, travail et cistes ?

- Pour ce qui est de la famille, ce n’est pas très compliqué puisque je n'ai ni mari ni enfants ! Le travail me laisse mes soirées et mes week-ends, donc ça va aussi. Finalement, le plus compliqué c'est d'arriver à gérer tout ce que j'ai envie de faire. Souvent, j'essaye de mélanger un peu les activités et j'arrive à prendre un peu de temps pour trouver ou cacher une ciste.

De toutes les cistes qu’elle a trouvées, ses préférées sont "La ciste du Gibbon" dans le Rhône (N°213) qui l'a marquée parce qu'elle était pleine de codages auxquels elle n'entendait rien à l'époque, et qu’elle a été très contente de décrypter ; "La ciste du vent dans les branches", toujours dans le Rhône (N°3423), "La ciste des arches perdues" (69/7580), "La ciste des deux tours" (69/4375), etc...

Crazy Rabbit aime bien toutes les énigmes, sauf quand il y a trop de cryptages. Cela l’amusait au début, mais elle se dit un peu lassée de l’exercice... En revanche, elle adore certains jeux de mots d'Absolut, qui officie en région Centre. Et puis, elle apprécie beaucoup les énigmes de Monglane. Elle n’en a déchiffrée qu'une seule à ce jour, mais affirme que c'est un véritable plaisir.

Crazy Rabbit aimerait bien trouver Le Trésor du Soldat Ryan. Mais bien évidemment, elle ignore où cette ciste est cachée. Un comble, lorsqu’on sait qu’elle tient le rôle de la ravissante Cécile dans le film ! (Ndlr : nous pensons qu’elle aurait pu se débrouiller pour extorquer quelques indices à Monglane, ou lui faire les poches pendant qu’il dormait :))

· Quel est le coin le plus spectaculaire découvert grâce aux cistes ?

- Là, pas d'hésitation : c'est "Miroir mon beau miroir" (N°10716), une ciste iséroise de Scott of the Attic. Les abords ne paient pas de mine, c'est même plutôt proche de la décharge publique. Et puis, d'un coup, on est ailleurs, comme dans un conte de fée. Perdue dans la forêt et la roche, une petite cabane surgit, c'est vraiment superbe !

Crazy Rabbit affirme ne pas avoir d’anecdote particulière à raconter, car elle ne s’est jamais embourbée, n’est jamais tombée en panne, n’a jamais rencontré de chameau, d’ours polaire ou d’extraterrestres à proximité des cistes ; n’est jamais tombée dans une mare et n’a jamais été interpellée par la maréchaussée :)) Elle n’a donc aucun secret à nous dévoiler.

- Ah si, je pourrais vous lâcher quelques secrets culinaires... Mais j'aurais peur de vexer Groussay !

Vicieux
 
LES RADARS, VERSION BATAVE
 

Dans le numéro 3 de Ciste-thématique, nous vous avions montré un radar routier suisse (caché dans un énorme morceau de fromage). Dans le numéro 6, vous avez découvert le modèle français (caché dans une poubelle truquée), nulle sur le plan de la créativité...

Voici la version hollandaise, certes remarquable dans le genre faux-cul, mais presque aussi bête que la française. On attend maintenant avec impatience la version allemande (une bockwurst), la version italienne (une nouille), la version belge (une gigantesque moule) ou anglaise (un chapeau melon).

Exploit
 
JOLI COUP DE PLUME DE DULUOZ !
 

Une Cisteuse a attiré notre attention sur une étonnante énigme de Duluoz, appelée Truc promis, truc dû (N°12689). Le problème, c’est qu’il nous est impossible de vous dire pourquoi cette énigme est étonnante, sans dévoiler en même temps son secret !

En tout cas, sur le plan de la rédaction, Duluoz a réalisé là un véritable exploit. Essayez de découvrir pourquoi :))

Traits & Portraits
 
WAGRUT LE JOUEUR
 

Wagrut a 41 ans et il est le père de deux enfants de 16 et 13 ans. Il fait partie de la maréchaussée genevoise depuis 22 ans, d’où le besoin de bouffées d’air frais, affirme-t-il :))

Ses deux hobbies sont le football (il est entraîneur depuis 17 ans), et la magie (plus spécialement le close-up) qu’il pratique sous le nom de Dany Loriot.

- Je suis très joueur, que ce soit des jeux de sociétés, de cartes, des consoles et autres. J’ai été aiguillé sur le jeu des cistes par notre ami Charlipopotte. Je me disais qu’il avait vraiment du temps à perdre pour courir après des tupperwares, tout cela simplement pour gagner… à être connu :)) Par curiosité, j’ai lu une ou deux énigmes et je me suis vite rendu compte qu’elles me prenaient la tête. J’ai concrétisé mon premier décryptage par la recherche sur le terrain et… plouf, j’étais tombé dedans !

On peut dire que depuis son premier échange d’objets, le 2 mars 2005, Wagrut n’y est pas allé de main morte : Palmarès ! Il ciste principalement dans le canton de Genève, mais aussi occasionnellement dans le Valais, ou en France voisine et sur le canton de Vaud.

- Les premiers temps, je bénéficiais du concours de ma femme et de mes enfants, mais les choses ont légèrement changé ces derniers temps. Il faut dire que j’avais mis la barre trop haut pour eux : je voulais prouver à Charlipopotte qu’il était possible de trouver 100 boîtes en moins de trois mois. J’en ai réussi à dégoûter quelque peu les membres de ma famille :(( Mais cela ne les empêche pas de m’aider à décrypter ou à créer l’une ou l’autre des énigmes. Je suis incapable de dire combien de kilomètres j’ai effectués pour découvrir les cistes, mais il faut reconnaître que c’est très impressionnant. Je crois que l’on ne s’en rend pas vraiment compte... Mes trajets sont parfois doublés, voire triplés pour la même ciste, parce qu’il m’arrive de ne pas avoir les yeux en face des trous sur le spot !

Wagrut fait la plupart des trajets en voiture ou en scooter. La moitié de ses sorties se font de nuit. Il trouve en effet, que certaines cistes sont particulièrement exposées et ne permettent pas toujours un accès discret de jour.

- Et puis, je fais partie de ces gens qui sont obligés d’aller contrôler une idée sur-le-champ, surtout lorsqu’il s’agit d’une énigme que je cherche depuis trop longtemps, et quand c’est une ciste récente que je cherche à décapsuler en premier :)) Bien entendu, certains lieux très boisés et mal éclairés ne s’y prêtent pas vraiment… à moins de s’y rendre en lampe frontale.

Il aime particulièrement les énigmes à texte :

- J’apprécie surtout les Charlipopotteries, les Nidroseries et autres casse-tête de Titisa et Euphrosine et les idées originales, quelles qu’elles soient, telles les Vargotteries notamment. En revanche, je n’apprécie pas trop les énigmes chiffrées ou cryptées à outrance...

Wagrut est incapable de nommer toutes les cistes qu’il a vraiment aimées, mais il cite "La ciste du tunnel aux chauves-souris (6498)", "La ciste du rail" (12136), "La ciste du wattman" (12977) et "La ciste du chemin magique" (12125) pour le côté surprenant des lieux, "La ciste du Marquis susceptible" (6194) pour la construction du texte, "Une tragédie en plein ciel" (5872), "Les bois glissants" (3772) pour l’originalité de l’idée conceptuelle, et finalement "La ciste du trou du boulet de canon" (10965) pour son clin d’œil historique.

- Je ne peux pas dire qu’un spot m’ait laissé coi pour la beauté du site, mais je pense que "En souvenir du lion King : la ciste de Simba" (11608) vaut vraiment le détour.

Quand il met sa casquette de Cacheur, Wagrut invente des énigmes à texte comme "Le magcistien du bout du lac" (7337), mais aussi des énigmes très originales, comme "La ciste des restes" (13325), "La ciste des pieds bleus" (8679) ou "La ciste au coin du pressoir" (13512).

- Voili voilà, il faut que je vous laisse, parce que trop d’énigmes me restent encore sur les bras, et il me semble que depuis la barre des 200, je souffre. Peut-être ai-je l’esprit trop tordu. C’est en tout cas l’avis de certains Cisteurs :))

Photos insolites
 
AIMERIEZ-VOUS Y HABITER ?
 

En haut, deux images signées Sioux, dont l’appareil photo semble toujours à l’affût. Au milieu, à gauche, un cliché fait par Crazy Rabbit : il ne manque que le ciel bleu, la mer, quelques palmiers, des filles bronzées en rollers, des surfeurs à la tignasse décolorée... et on s’y croirait ! A droite, une photo faite par Ovive34 : un arbre qui s’ennuie et aimerait bien que les bagnoles lui tiennent compagnie. En dessous, à gauche, un avertissement inquiétant trouvé par Ekinocs, et à droite, un panneau très explicite photographié par Bob192 :))

Si vous voulez faire profiter les Cisteurs de vos photos les plus cocasses ou les plus étranges, envoyez-les à : David GILLE. Seule obligation : ces photos doivent avoir été prises pendant la recherche de cistes.

scoop
 
MINETTE S'ENVOIE EN L'AIR !
 

- Bonjour DG !

- Bonjour Minette ! Lones n’est pas là ?...

- Non. Il prépare sa bringue avec ses potes, pour son anniversaire qui tombe demain. Et il cogite sur sa prochaine ciste.

- Justement, je viens pour parler de cistes...

- Désolé, j’ignore ce qu’il prépare. Il ne m’a rien dit.

- Non, ce qui m’intéresse, c’est la fabrication du "Brevet de Minette".

- Ah, celle à laquelle il a réfléchi pendant près de 3 ans? :))

- Euh... Je ne sais pas. Trois ans ? Tu es sûr ?

- Oui, oui !... Attendez une minute, je me prépare une soupe de croquettes, et je vous raconte.

- Une soupe de croquettes ? Groussay va en avoir un haut-le-cœur ! C’est quoi, une soupe de croquettes ?

- Je renverse mon écuelle d’eau dans mon écuelle de croquettes, et le tour est joué ! Facile et délicieux !... Et puis, ça a le don de mettre l’autre en pétard, parce qu’il doit passer la serpillière après :)) Vous en voulez un peu ?

- Euh... non merci. Bon, je vais t’interviewer puisque Lones n’est pas là. Parle-moi du "Brevet de Minette". Je t’écoute, vas-y.

- Tout a commencé en 2002, quand il s’est remis à piloter sur Flight Simulator 2002. Une cata ! Au début, il croyait que tous les pilotes s’appelaient "Roger", vous voyez le genre ! :)) J’ai dû lui sortir la collection des vieux Buck Danny rangée dans le grenier pour qu’il pige ! Au bout de 3 mois et plus de 200 heures de vol pour une compagnie d’aviation virtuelle, il a tout laissé tomber et s’est intéressé aux cistes.

- Ben ça n’était pas une si mauvaise idée, vu qu’il en a trouvé mille et une...

- Ouais, mais le virus l’a repris cet été avec la version suivante de Flight, les décors, le réseau et les possibilités étaient plus réalistes. Il a repassé ses exams dans sa compagnie et s’est découvert une nouvelle passion pour les hélicos. Mais ce genre de bestioles ne se manie pas comme un avion hélas...

- Que veux-tu dire ?

- Eh bien, que Lones s’était fait une spécialité des "atterrissages de colonel" : il se viandait sans arrêt et son hélico prenait feu !... :)) Et quel boucan ! Ce mois de novembre, je m’en souviendrai longtemps : entre le bruit extérieur de deux hélicos de la police qui tournaient de 21h à 2h du matin et le bruit du sien, plus les communications en temps réel via son casque et micro, je n’ai pas eu mon quota d’heures de sommeil durant cette période. Dès le début janvier et après quelques conseils de son père (qui était instructeur hélico dans l’ALAT), on a commencé à voir les premiers progrès… Cinq sorties, deux crashes ! Hi hi hi ! Bref, je n’aurais pas voulu être son copilote !

- Ben ce sont des crashes virtuels, pas réels. Donc sans danger...

- Vous rigolez ?... Quand il s’écrasait, il poussait des jurons de charretier, fichait des coups de poing dans les murs et envoyait valser sa tasse de café à travers la pièce ! C’est un sanguin, ce type ! Vous imaginez, si je m’étais installé à côté de lui ? J’aurais pu me prendre une beigne.

- Oui, en effet.

- Et je ne vous parle pas de l’équipement du parfait "simmer"... Il a un petit appareil à infrarouge qui lui permet de tourner la tête dans les cockpits sans avoir à manipuler de boutons, c’est assez bien fait, faut avouer. Ça lui donne juste l’air d’un clown avec la casquette de Yo qui va avec !... Dites DG, il y a des passages qu’on pourra supprimer dans l’interview?

- Oui, oui, ne t’en fais pas Minette :)) Et pour la réalisation du clip, ça s’est passé comment?

- D’abord, il a fallu qu’il domine et manipule correctement la machine, héroïne du film. Le seul appareil actuellement en vente pour la simulation (crée par des ingénieurs dont c’est le métier) est le DoDoSim, un Bell 206 configuré de telle façon que la moindre erreur, comme dans la réalité, ne pardonne pas. Je connais l’adresse par cœur. Vous la voulez ?

- Dis toujours...

- C’est ici : Dodosim.com. Ensuite, il a fallu se pencher sur la modification des fichiers de Flight Simulator afin d’y changer certaines scènes pour y inclure les éléments dont il avait besoin. Pour la petite histoire, le "camion" de Max et Phil lui a demandé trois jours de bricolage, il ne comprenait rien à la mise en place des textures ! Pfff, vous voulez que je vous dise ? Le jour où Dieu a distribué les cerveaux, Lones était aux WC !... On coupera là aussi, hein DG ?

- Oui, oui, promis. Croix de bois, croix de fer, si je mens tu vas en enfer ! :))

- Pour modifier les scènes, il faut un tas de programmes gratuits ou payants que l’on trouve sur le net. Dans le désordre , "EOD" pour créer les objets en 3D, "Rwy12 Object Placer" pour la création, les textures et la mise en place dans les scènes, "GroundMaker" pour la mise en place particulière dans certaines scènes; "Tcalc2004", un logiciel se basant sur le positionnement exact des objets via la longitude et latitude, "Gooogol Earth" pour vérifier la conformité des routes et positionnements. Voilà pour les plus utiles.

- Ben dis donc, il n’a pas chômé, le père Lonesloane !...

- De plus, il devait lire des tas de docs, souvent en anglais, et qui font parfois cinquante pages. Ça l’a occupé un bon moment ! Maintenant, il est enfin capable de comprendre les cartoons de Tex Avery en version originale et sait chanter "Happy birthday" presque sans accent !

- Ha, ha, ha !

- Vous me connaissez DG, je n’ai pas la langue dans ma litière, et j’appelle un homme "un homme" : eh bien, il y a des fois où je me demande si, à l’armée, on ne lui aurait pas injecté un de ces trucs contre les armes chimiques et biologiques, et qui rendent dingue !

Va savoir... Et après ?

- Après, il a monté son scénario, choisi le point de départ et d‘arrivée, l’itinéraire, etc. et j’ai eu droit à piloter le monstre pour réaliser le film. Bon, j’ai un peu triché : c’est lui qui maniait les palonniers, mes papattes n’arrivant pas jusqu’en bas. Mais j’ai eu mon brevet du premier coup !

- Bravo ! Et le film, vous avez fait comment ? Une caméra, une manip de bricoleur ?

- Non, il a acheté un nouveau logiciel de capture pour jeux vidéos qui permet de sauvegarder les images fraps.com. Ensuite, ce n’est qu’un montage avec un logiciel de vidéo style MovieMaker ou autre…

- Pas mal ! Même impressionnant !... Combien de temps pour faire tout ça ?

- Environ trois mois, étude des docs, essais, crashes, jurons et tournage compris ! :))

- Je suis sûr que cela va donner des idées à d’autres Cisteurs. Pour terminer, Minette, maintenant que tu es un "moustachu" de l’aviation, as-tu un message à faire passer aux lecteurs de Ciste-thématique ?

- Ouaip. Si ce n’est pas déjà fait, je les invite à découvrir Le brevet de Minette. Emotions garanties. Toutefois, ainsi que nous autres pilotes chevronnés le disons souvent : "Attention, le décollage est optionnel, l’atterrissage est obligatoire". Donc pas de folies, hein ! Respectez le matos !

- Merci Minette. Tu passeras mon bonjour à Lones, hein ?

- Affirmatif. A bientôt, DG !... "Ovaire and août", comme dirait l'autre :))

BONUS POUR LES LECTEURS DE CISTE-THEMATIQUE. Pour montrer les progrès techniques récents dans le domaine du réalisme, Lonesloane a enregistré un clip lors d'un vol réseau avec des camarades... De fait, il a convoqué quelques moustachus de Helipad un dimanche après-midi et ils ont fait une balade en Normandie. Attention : à regarder toutes affaires cessantes, car ce lien deviendra inactif après le 15 mars.

Photos du mois
 
TROIS POUR LE PRIX D'UNE !
 

En haut, une magnifique composition signée Pathfinder. La colline à gauche, et son reflet dans l’eau, semblent pointer sur ce ravissant château isolé au milieu du lac. En dessous, une douceur extraordinaire se dégage de ces deux clichés de paysages enveloppés de brume, signés par les Pouschtroum. Des images superbes qui se passent de tout commentaire. Admirez !

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c’est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu’en commandant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Peu d’anecdotes "sportives" en février. Parmi les choses notables : un bain de boue pour un Cisteur de l’Essonne en vacances dans les Ardennes, un retour précipité de la Réunion pour un couple de Cisteurs effrayés par le chikungunya, et un Cisteur bousculé par un bélier en visitant avec sa famille une bergerie dans les Landes :))

Un Cisteur genevois, rentrant chez lui après sa journée de travail, a subitement eu une illumination au sujet d’une énigme sur laquelle il planchait. Malgré l’heure tardive (22H30), il a fait demi-tour pour se rendre sur les lieux et en avoir le cœur net. Il a trouvé la ciste, fait l’échange et était en train d’écrire un petit mot dans le carnet, lampe-torche entre les dents, lorsqu’il a frôlé l’infarctus : un individu, sorti silencieusement de l’obscurité, s’est soudain dressé à côté de lui ! C’est à ce moment que notre Cisteur s’est souvenu que l’endroit était fréquenté, la nuit, par une faune masculine un peu particulière et... plutôt entreprenante :)) L’histoire ne dit pas s’il a pris le temps de remettre la ciste à sa place avant de piquer un sprint vers sa voiture.

Après avoir enfin résolu une énigme qui lui résistait depuis longtemps, cette Cisteuse a parcouru soixante-quinze kilomètres (!) pour se rendre sur les lieux. Mais arrivée à proximité, elle a aperçu un sanglier. Se souvenant alors de ce que nous rapportions dans le N°7 de Ciste-thématique (un sanglier qui avait chargé un Cisteur suisse, l’obligeant à grimper dans un arbre), notre Cisteuse a préféré faire prudemment demi-tour et rentrer chez elle. Cent cinquante kilomètres pour rien. Ah si : elle a quand même vu un sanglier :))

En octobre dernier, entre une souche et une grosse pierre, un peu à l'écart de la route, un Cisteur de la Loire a trouvé un petit récipient bleu contenant une boîte en plastique transparent dont le couvercle était fendu. Dans cette boîte, il y avait deux seringues (sans aiguille), un rouleau de gaze intact dans son emballage d'origine, deux tubes pharmaceutiques (vides) marqués au feutre de lettres et de chiffres en noir et bleu, un petit flacon en verre (vide) scellé avec un bouchon en caoutchouc, quelques emballages de chewing-gum froissés et une feuille de carnet roulée en boule (dont le texte était presque effacé, illisible). Ce Cisteur s’est rappelé que, quatre mois auparavant, le Tour de France était passé par là :))

Un Cacheur des Yvelines a voulu placer une ciste sous quelques pierres au pied d’une ruine. Mais il n’a pas réussi à les soulever car elles étaient profondément enfoncées dans la boue. Il est donc allé voir un peu plus loin et a trouvé une cache splendide... qui contenait déjà une ciste :)) A noter que la même mésaventure est déjà arrivée des dizaines de fois. A croire que la France, la Suisse et la Belgique commencent à manquer de trous...

Nous revenons sur une anecdote rapportée dans Ciste-thématique d’août dernier (N°3) : des Cisteurs se sont retrouvés nez à nez avec un groupe de kangourous, en forêt de Rambouillet. Coup sur coup, nous avons reçu deux mails de nouveaux abonnés qui s’étonnent de la chose, affirmant que les kangourous ne sauraient survivre à l’état sauvage sous nos latitudes. Ils trouveront des explications ICI.

Une Cisteuse ayant caché une boîte dans les Alpes du Sud, a rédigé une énigme contenant le poème de Lamartine "Le lac". Devant se rendre à Toulouse quelque temps après, elle a prévu d’y rencontrer une amie Cisteuse, et de faire la connaissance d’une autre Cisteuse. Elle leur a suggéré de cacher ensemble une ciste qui serait en quelque sorte la suite de celle qu’elle avait cachée dans les Alpes, puisque Lamartine avait été inspiré par un lac de la région toulousaine. Le texte de l'énigme serait le même : le poème de Lamartine. Un bourdon relierait les 2 cistes... Bref, le Jour "J" arrive, elles repèrent le fameux lac lamartinien sur une carte, se rendent sur les lieux et déchantent : une prison, une décharge, des poubelles, un campement, un lotissement... Puis elle reprennent espoir en découvrant le chemin de Lamartine, avec, au bout, le très joli lac, parfaitement entretenu, entouré de quelques bancs. Et surtout, elles y découvrent trois blocs de pierres le dominant. Elles y cachent la ciste, se souvenant des vers du poète : "Je viens seul m'asseoir sur cette pierre où tu la vis s'asseoir"... Le premier Chercheur est un ami du trio de Cacheuses. Il se rend sur les lieux et cherche vainement : les Cacheuses s’étaient trompées de lac ! :)) Notre Cisteuse raconte : "Il nous a téléphoné, s’est moqué (forcément !), a jubilé sur le forum au cas où on aurait souhaité un peu de discrétion, est allé chercher la ciste à l'endroit que nous lui avons indiqué et l’a replacée au bord du véritable lac du poète...". Aux trois Cacheuses désormais de retrouver leur propre ciste !!!

Désirant cacher une ciste près d'un vieux château, ce Cisteur avise un mur prometteur, mais il est déjà squatté par un hérisson en pleine hibernation. Il poursuit sa quête d’une planque, et ayant trouvé un autre endroit au ras du sol, il s’agenouille, écarte les herbes (en se piquant à des orties) et cache enfin sa ciste. C’est à cet instant qu’il sent une drôle d'odeur et s’aperçoit qu’il a posé le genou gauche dans un vieux crapaud mort et presque liquide. (Beurk) :))

Ce même Cisteur, faisant visiter un joli village du coin à un ami de passage, passe devant un mono-tronc sans lierre :)) et jette un coup d'œil entre ses racines pour vérifier qu'une ciste qu’il y avait dissimulée n'était pas trop visible. Voyant le sac poubelle briller un peu trop, il décide de mieux la cacher, et en profite pour lire le contenu du carnet. Sur la page 1, un Cisteur avait laissé un petit mot : "Ai pris schtroumpf, ai mis gnome, etc.". Sur la deuxième page un autre message: "On n’a rien pris et on a remis la boîte dans le trou. Signé : les employés municipaux". Commentaire de ce Cisteur : "Respect, YO !"

En décembre dernier, un Cisteur a été victime d’un joli canular. Ne parvenant pas à résoudre une énigme, ce Cisteur a contacté un ancien Trouveur. Ce dernier lui a expliqué que l’énigme étant incomplète, il fallait sonner à la porte d’une maison à proximité et donner un mot de passe : "Les sanglots longs des violons de l’automne". Lorsque ce Chercheur a prononcé la phrase au jeune couple qui lui a ouvert la porte, il a compris, à leur air ébahi, qu’il venait d’être victime d’une blague :)) Il a expliqué toute l’affaire. Le jeune couple, très intéressé, a promis de s’inscrire sur cistes.net.

Si vous connaissez des anecdotes amusantes, dignes de figurer dans cette rubrique, merci de nous les envoyer afin que tous les Cisteurs en profitent.

"A" comme "Attention"
 
MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE, par Locotwister
 

Sans le flair de Mamiemilien, sa deuxième Trouveuse, ma Ciste de William aurait disparu corps et biens. En effet, l'arbre dans lequel je l’avais cachée s'est trouvé estampillé d'un gros "A" au marqueur orange fluo, ce qui n'a pas manqué d'éveiller la suspicion de Mamiemilien.

Sans pour autant tomber dans une psychose d'Anarchisme (voire d'Anti-cistisme primaire), je me suis empressé d'aller constater les faits et de déplacer la précieuse boîte dans un lieu plus pérenne : le fameux "A" ne signifierait-il pas tout bêtement "Abattre" ?

Un beau dimanche après-midi, au hasard d'une promenade, une petite vérification s'imposait : et là, en lieu et place de l'arbre, il y avait une souche proprement découpée à 2 cm du sol ! Pfouuuu... Il a eu chaud, William, sur ce coup-là ! Par la présente, que mille remerciements soient adressés à Mamiemilien et aux Cisteurs bienveillants qui œuvrent à la survie du patrimoine cistique ligérien.

Un petit conseil aux Cacheurs : si vous voyez un monotronc ou un multitronc, enlierré ou pas, marqué d’un "A" (ou de tout autre signe cabalistique, hormis "Nénesse aime Gertrude"), il vaut mieux cacher votre ciste ailleurs, le végétal étant voué à croiser tôt ou tard le chemin d’une tronçonneuse.

Humeur & humour
 
COUP DE GUEULE ! par DG
 

Rassurez-vous, ceci n’est pas un vrai coup de gueule, mais juste l’expression d’un souhait.

Beaucoup de Trouveurs constatent, sur les cistes, l’irréparable outrage du temps. A la longue, en effet, les boîtes de mauvaise qualité se déforment, ondulent et laissent passer la pluie et les moisissures.

C’est pourquoi je me permets de repasser une nouvelle couche sur ce thème : oubliez les récipients de Planta, Fruit d’Or et autres beurriers. Ces boîtes résistent mal aux écarts de température et se déforment très vite, avec pour conséquence principale que leur couvercle saute. Enfin, ne comptez pas trop sur les sacs-poubelle qui les protègent, car eux aussi se fragilisent à la chaleur et au froid, puis partent en lambeaux.

Sans pousser à la consommation des récipients en plastique ménager (Tupperware, hélas, ne nous commissionne pas !), ce sont pourtant ces boîtes qui remplissent le mieux leur office. (Oui, je sais que dans le Sud-est de la France, on préfère les bocaux en verre :)). Il existe aussi des boîtes en plastique plus fin, "spécial congélateur", qui sont moins onéreuses que les Tupperware et assimilés, mais qui, sur le plan de la résistance, font merveille.

A part ceux-là, il y a plein de récipients de récupération qui encaissent bien les intempéries et les écarts de température. Par exemple, pour une ciste de taille réduite, les flacons à épices en verre, les petites bouteilles de lait à bouchon vissant, les pots de Nutella (miam !) ou les flacons en plastique ayant contenu du poivre en grain ou des feuilles de laurier. Pour des cistes plus grandes, on a le choix entre les bouteilles de lait de taille intermédiaire et les bocaux à café soluble... Il y a des palanquées d’autres boîtes sur les rayons des hypermarchés. Il suffit d’ouvrir les yeux.

Je formule donc une petite requête à l’adresse des Cacheurs : vous qui vous donnez un mal de chien à repérer un joli spot, à rédiger une énigme amusante, à composer le contenu de votre ciste avec un soin jaloux, vous ne voudriez tout de même pas qu’au bout de trois mois elle ressemble à ceci ?

Photo : L'air du temps

LA FAMILLE TITISA
 

Titisa (Palmarès), c’est la maman, mais aussi Dany, le papa, et les deux enfants, Steeve (10 ans) et Joey (7 ans).

Dany a découvert les cistes par une émission de la Radio Suisse Romande en octobre 2004.

- Dès cet instant, nous sommes tombés dedans ! dit Titisa.

Titisa ne travaille pas, mais les recherches d’énigmes se font avec son mari. Elle avoue que les énigmes, ce n’est pas vraiment sa tasse de thé. La famille ciste surtout le dimanche, mais dès qu’il fait beau, Titisa coiffe sa casquette de Cisteuse et enfourche son vélo.

Ils cistent surtout à Genève, et vont parfois dans le canton de Vaud. Titisa adore surtout cister à Gruyère, dans le canton de Fribourg.

Leur ciste préférée est la N° 8189, "La ciste de Pamela".

- Elle a tout ce que nous aimons : une énigme historique pas trop casse-tête, et un endroit magnifique à découvrir. De plus, nous étions les premiers à la trouver (pas facile à faire par chez nous ;-)). Ce jour-là, il faisait un temps superbe. Il y avait beaucoup de gens qui se promenaient, et pour la prendre, Dany à failli passer à l’eau. MERCI NATH !:))

L’énigme préférée de Titisa est la 3772 (Les Bois Glissants) :

- On l’a trouvée très drôle. C’était à nos débuts dans le jeu, et elle nous prenait déjà la tête (car ils sont têtus, les Titisa’s !). Soudain, Dany m’a crié la solution dans les oreilles ! Effectivement, cette solution était logique. Lorsque nous avons trouvé la ciste, nous avons rencontré la personne qui s’occupe des lieux, et elle nous a fait visiter l’endroit. C’était magnifique. L’énigme dit qu’il ne faut pas y pénétrer, mais rentrez-y quand même, ça en vaut la peine. MERCI VARGO ! :))

L’un des coins les plus sympas que les Titisa ont découvert a été la "Ciste des Gorges" (N° 1016), qui leur a dévoilé des passerelles, de petits ponts, une cascade… Ils ont également adoré une des cistes du "Rallye-ciste" :

- Pendant la promenade en forêt, à un moment donné, il y avait des arbres qui formaient comme une porte, et, au milieu se dressait un château. Comme c’était au mois de septembre, je vous laisse imaginer les couleurs. C’était absolument magnifique !

Leur anecdote préférée : les enfants de Titisa voulant absolument chercher une ciste de nuit, à la lueur des lampes de poche, ils ont décidé de partir sur la piste d’une ciste pour enfants, "la ciste d'Alfa et des Caterpillars" (N° 7311). Ils sont partis vers 22 h, ont garé la voiture sur un parking et se sont enfoncés dans l’obscurité. Mais c’est alors que le petit Joey a décidé qu’il avait peur. La famille a donc longé un rideau d’arbres pendant cinq minutes, puis jugeant que Joey avait recouvré son sang froid, ils ont pénétré dans la forêt.

- Nous avons encore marché un moment à l’éclairage de nos torches électriques, quand nous avons soudain entendu des bruits de pas dans les feuilles mortes, sur notre gauche. Nous nous sommes arrêtés... et les pas aussi. Nous sommes repartis, et les pas ont fait de même. Nous avons décidé d’accélérer les recherches, car Joey commençait à communiquer la trouille à son frère. Nous avons trouvé la boîte, fait l’échange, et déguerpi au plus vite, presque en courant. Les enfants étaient très soulagés de s’en tirer sans rencontrer de monstres. Bon, pour dire la vérité, nous en avions rajouté un peu :)) Mais depuis ce jour, ils ne nous ont plus jamais demandé de faire une ciste de nuit, et nous sommes sûr qu’ils passent maintenant pour de petits héros aux yeux de leurs copains :))

Le coin gastronomique
 

Ce mois-ci, Groussay nous propose la joue de bœuf en daube, une recette mitonnée (cuisson longue) qui fait partie du "fonds" de la gastronomie provençale.
 

Préparation 35 minutes, cuisson 7h30. Ingrédients, pour 4 personnes : 3 oignons - 5 clous de girofle - 2 carottes - 3 gousses d'ail - 1 kg de joue de bœuf découpée en morceaux de 60 g - 1 écorce de citron - 1 branche de thym - 4 feuilles de laurier - 1 cuillerée à soupe d'huile d'olive - 2 litres de vin rouge - 20 cl d'huile d'arachide - sel, poivre.

LA VEILLE : éplucher et couper 2 oignons en fines lamelles. Éplucher l'oignon restant et le piquer de clous de girofle. Éplucher, laver et couper les carottes en rondelles. Éplucher et écraser les gousses d'ail. Disposer le tout dans un grand plat avec les morceaux de bœuf, l'écorce de citron, le thym, le laurier et l'huile d'olive. Assaisonner de sel et de poivre, puis recouvrir avec le vin rouge. Mettre le tout au réfrigérateur et laisser mariner toute la nuit.

LE JOUR MEME : à l'aide d'une écumoire, retirer les morceaux de bœuf de la marinade et les égoutter. Mettre l'huile d'arachide dans une cocotte. Faire chauffer, puis laisser revenir les morceaux de bœuf jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés. Recouvrir avec la marinade et laisser cuire sur feu doux pendant 7 heures.

La polenta : 1,5 litre d’eau. Sel de mer, 185 g de farine de maïs pour polenta, jaune ou blanche. Utilisez une casserole lourde à fond épais. Faites chauffer l’eau légèrement salée et dès qu’elle frémit, versez-y la farine de maïs en pluie, petit à petit, de manière à ce qu’elle ne forme pas de grumeaux, sans cesser de mélanger avec une robuste cuillère en bois. La polenta sera cuite au bout de trois quarts d’heure environ, lorsqu’elle se détachera des bords de la casserole et qu’elle sera devenue bien dense et difficile à remuer. Versez-la alors sur une planche en bois. Donnez lui la forme d’un pain. Couvez-la d’un linge propre. Pour la découper, vous vous servirez du traditionnel fil… à couper le beurre ! La quantité exacte d’eau nécessaire pour la cuisson dépend en réalité de la qualité et du degré d’humidité de la farine, ainsi que de l’intensité de votre source de chaleur. Si vous deviez ajouter de l’eau en cours de cuisson parce que votre polenta durcit trop, veillez à ce que cette eau soit chaude. Une longue cuisson rend la polenta plus digeste. (Vous pourrez la conserver plusieurs jours et la manger grillée ou frite).

AVANT DE SERVIR : mettre les galettes de polenta au four pour les réchauffer. Disposer 3 galettes dans chaque assiette, dresser la daube provençale au centre et napper le tout avec la sauce de la daube.

Bon appétit !

Groussay

Statistiques
 
Février 2006. Cistes cachées : 475. Nb d'échanges : 4642.
 

Courrier des lecteurs
 

Rien ce mois-ci.

 

oOo

Quelques précisions concernant le forum.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu’il est totalement indépendant de cistes.net. Sa modératrice est la charmante Laetitia2Monterant, et c’est à elle que vous devez vous adresser.

Traits & Portraits
 
PHAÏDRA... par Phaïdra !
 

- Alors voilà… ci-dessus, c’est moi, Phaïdra. Je dois avoir autour de deux ans, peut-être ? Mes souvenirs sont un peu flous. Depuis, j’ai changé de coiffure, la plupart du temps je porte des jeans… et j’ai horreur des photos ! Lorsque j’ai reçu un mail de DG me demandant si j’accepterais de me présenter dans Ciste-thématique, j’ai accepté, parce que je trouve sympa de lire les portraits de ces humains bien réels qu’on croise derrière un pseudo, sur un forum ou un petit carnet dans une boîte. Bien sûr, il y a celles et ceux qu’on a la chance de rencontrer en chair et en os, mais le Royaume des Cistes est vaste, et ses sujets nombreux !

Bref, tout ça pour dire que c’est à chacun son tour de s’y coller, et que cette fois-ci, je fais partie de ceux qui s’y collent.

Bon, Maxel et Merlin, respirez un bon coup : je suis prof de lettres (si, si, je vous assure, ça va aller …!)

J’habite un hameau au milieu des champs, ce qui offre à mes chats un territoire de chasse suffisant pour qu’ils nous approvisionnent abondamment en souris, taupes, lézards et autres bestioles prémâchées. Mais je peux jurer qu’aucun d’eux n’est encore rentré avec un Tupperware éventré entre les dents, et que les Parisiens qui prétendent que des mutations félines ont fait des chats du Père Lachaise de nuisibles prédateurs de cistes, se trompent ! (Tu es d’accord avec moi, n’est-ce pas Baltazar ?)

Conan, qui ciste avec moi, c’est mon fils, presque 12 ans et bientôt aussi grand que moi. Ouf, il pourra attraper ces boîtes haut-perchées qui me font râler ! Et comme il aime beaucoup faire des grimaces sur les photos, le voilà avec le Bourdon que nous avions déposé l’été dernier en Isère dans la ciste n°9922.

Mais justement, parlons cistes, on est quand même là pour ça.

«Tiens, lis ça, ça devrait t’intéresser». «Ça», c’était l’article paru dans Libé en août 2004 que mon mari venait de me découper. Effectivement, ça m’a paru intéressant. Il ne restait plus qu’à tester, et là, le choix a été vite fait, il n’y avait que 6 cistes dans le nord de l’Yonne. Je repère la n° 1951, j’identifie immédiatement le village, «ça suffira à se débrouiller sur place, même si, c’est vrai, je ne comprends rien de rien à cette énigme d’une certaine Flora !». Nous voilà donc partis avec pour toute aide… la carte du calendrier du facteur !

Cette première expédition, on s’en doute, faillit être la dernière. Mais aux innocents les mains pleines : en repartant, bredouilles évidemment, après nous être rendus suspects auprès de la population locale en furetant pendant une demi-heure autour du monument aux morts, un panneau aperçu au dernier moment, une intuition peut-être, une intervention de Saint Matthias sûrement, un freinage en catastrophe, un demi-tour hollywoodien dans un crissement de pneus, un sprint Conan et moi sous la pluie dans les bois et… LA N° 1 !!! :))

Depuis, nous avons un peu affiné notre technique. Nous ne faisons plus trop de kilomètres pour traquer les boîtes, mais cherchons celles qui se trouvent sur nos lieux de vacances ou de passage, avec une prédilection pour celles qui sont prétextes à de belles randos. En montagne elles sont rares encore, mais dans l’Estérel où nous allons très régulièrement, Britannicus, Zorg, Pom 06 ou Capitainecaverne ont concocté quelques superbes circuits qui vont encore nous occuper un bon moment.

Pour ce qui est des énigmes tordues, la forêt de Montargis, elle, cache de vrais trésors de délicieuse torture mentale. Si vous voulez vraiment vous faire mal, je vous recommande aux bons soins de Salt&Pepper, Lorinet ou Denis, avec une mention spéciale pour l’Alchimiste et ses recettes de philtres magiques (n°6961). On peste, on maudit, et puis finalement, on en redemande !

Difficile de choisir entre les cistes et énigmes que j’ai préférées. Je pourrais évidemment en faire une liste, mais elle serait très longue. Ce qui est sûr, c’est que je suis reconnaissante à chaque Cacheur pour ces promenades offertes.

Et puis heureusement, comme dirait Dom, on peut aussi préférer fouiller sans cacher, l’essentiel, c’est bien de se faire plaisir !

Phaïdra. (Palmarès)

Pour info
 
BOURDON NON DECLARE = BOURDON KAPUT ! par DG
 

Chaque semaine, je reçois une ou deux demandes d’intervention sur des Bourdons.

Je rappelle que je n’interviens plus sur les Bourdons depuis un an, car il y avait trop d'erreurs commises par les Cisteurs et d’oublis de déclarations. En effet, lorsqu’un Bourdon est sorti d’une ciste pour être replacé dans une autre, mais sans que la déclaration n’ait été faite, cistes.net ne parvient plus à le suivre, le lien étant rompu. Par le passé, quand une telle chose se produisait, j’écrivais à chacun des intervenants pour savoir par quelles étapes le Bourdon était passé, puis je demandais à notre informaticien de rattraper le coup. Mais c’était devenu beaucoup trop lourd à gérer, et de plus, nous ne disposons plus des outils qui, auparavant, nous permettaient d’intervenir.

Aussi, lorsque vous cachez un Bourdon, ou que vous en prenez un dans une ciste et que vous le mettez dans une autre ciste, n’oubliez pas d’enregistrer cet échange. Sinon, c’est cuit ! Egalement, je ne peux plus corriger les défis que nous lancez pour vos Bourdons. Par conséquent, faites très attention lorsque vous les rédigez.

Pour tout savoir sur les Bourdons, cliquez ICI, puis sur "Le Bourdon", à gauche dans le menu.

Exploit
 
LE CLUB D'EMILE S'ETOFFE !
 

Le Club d’Emile, qui regroupe les Cisteurs ayant décapsulé au moins mille cistes, compte un nouveau membre (ou plutôt une nouvelle membresse) : Sioux ! :))

Lonesloane, premier Cisteur a avoir atteint ce chiffre mythique, a été rejoint par d’autres phénomènes : Boudicca, Emmanuel78, Titbinou, Yanovitch et, maintenant, Sioux. On constate qu’il s’agit là d’un groupe plus fermé que le Jockey Club ! Et n’oublions pas Jmlv, qui frappe à la porte...

On a du mal à imaginer ce que représentent 1000 cistes en termes de distances parcourues : c’est hallucinant (d’autant plus que Boudicca, Emmanuel78 et les Titbinou sont déjà largement en route pour les 2000) ! Nous pensons qu’il serait bien que le Ministère des Sports, celui de la Santé et celui du Commerce décernent à ces Cisteurs une médaille en reconnaissance de ce qu’ils font pour assurer la promotion de la marche à pied et l’industrie de la chaussure.

(* Pas un jour sans une ciste)

NarciCISTES
 

Quel rapport y a-t-il entre le trésor de Rennes le Château, le drapeau Breton, la guerre des Malouines, l'impératrice Sissi, le Titanic, Roland de Roncevaux et un certain Max Valentiner ? Selon Bob d'Artois, le lien entre ces éléments (et bien d'autres, plus surprenants encore !) est un petit village Breton où est cachée sa ciste Les Fainéants. Mais laissons-lui la parole :

- Comme beaucoup d’entre nous, mon premier but en créant une ciste est de faire découvrir un endroit qui me plaît. Grâce à l’énigme, j'aime en plus amener le chercheur à s'imprégner de cet endroit. Le plus simple pour cela est de lier ce lieu à une histoire.

Si je suis obligé d’inventer l'histoire, j'aime jouer avec les coïncidences pour que l'énigme ne semble pas être ma création. Pour cette énigme, les coïncidences étaient fréquentes, peut-être trop. En visitant un sympathique village Breton, j'y ai trouvé beaucoup d'éléments (vieilles pierres, dalles mortuaires, indications étranges etc.) favorables à la création d'une ciste. Une grande partie de ces éléments avaient un rapport avec le mystère du trésor de Rennes le Château, lui-même rappelant une particularité du Drapeau Breton, sujet de ma dernière série de cistes.

Emballé par ces faits, j'ai étudié les légendes et histoires permettant de lier tout cela ensemble. Ce qui m'a beaucoup plu, c'est que plus j'en apprenais, plus je trouvais de coïncidences cimentant mon énigme. Tout se passait comme si je découvrais une histoire réelle, dans le désordre...

Petit à petit, je me trouvais devant deux problèmes : le premier était que l'histoire devenait très longue. Le second était que ce qui devait être l'histoire de ma ciste - ou du secret de Rennes le Château - devenait de plus en plus l'histoire du Graal. Un Graal qui aurait été déplacé au cours de l'histoire, un des anciens emplacements servant de cache à ma ciste. Il aurait alors été décevant de m'arrêter à cet emplacement sans raconter la suite de l'histoire du Graal.

J'ai donc décidé de raconter cette histoire complètement. La description de la localisation de ma ciste est noyée dans le texte, c'est son seul codage. Il suffit donc de lire et de s'imprégner de l'histoire. Le résultat est une histoire complètement fausse... où presque tout ce qui est conté est vrai. En tout cas, tout ce qui s'y déroule au grand jour. Je n'ai inventé que les coulisses et les pensées des protagonistes.

Le personnage le plus riche en particularités est Canaris. Bien que connaissant son histoire, j'eus plusieurs surprises à son sujet : son rôle de faux négociateur sur le Dresden, son nom de code "Rosas" et le fait qu'il ait commandé le U38, succédant ainsi à un certain Max Valentiner !

Cette histoire apparaît donc comme un mini-roman historique. Le long de deux mille ans d'histoire, elle vous fera voyager sur une grande partie du Globe. Pour situer l'action, le livre est précédé de coupures de presse. Si ces coupures sont de ma création, elles décrivent des faits réels.

Normalement, le village ne peut être trouvé que sur le terrain, en parcourant les routes d’une zone donnée par l’énigme, mais certains pourront peut-être le trouver dans leur fauteuil. La position du Graal vous sera, par contre, donnée assez précisément. Reste à aller le chercher…

Bob

Les nouveautés sur le site
 
MARCHE A L'HOMBRE !
 

L’Espagne ayant dépassé le seuil des vingt cistes, nous avons décidé de rajouter sur le site une carte de ce pays. Espérons que les chicos et les chicas vont en profiter !

FAITES VOUS-MEME VOS DECLARATIONS DE DISPARITIONS !
 

Les Cacheurs et les anciens Trouveurs d’une ciste peuvent désormais déclarer eux-mêmes sa disparition présumée ("Aurait disparu"), ou sa disparition avérée ("Ciste disparue"). Ils peuvent également réactiver une ciste toujours fidèle au poste qui aurait été déclarée disparue (ou "aurait disparu") par erreur.

Cette fonction est accessible via le bouton "Accès à vos données personnelles" à gauche sur la page d’accueil. A ce propos, nous rappelons que pour afficher ce bouton, il faut d’abord compléter la zone "Membres" (également à gauche sur la page d’accueil), puis valider. Nous vous conseillons de cliquer sur "Se souvenir de moi", ce qui vous évitera d’avoir à compléter à nouveau cette zone "Membres" lors de votre prochaine visite.

Attention : n’essayez pas de déclarer des disparitions fictives juste pour voir "comment ça marche", car au bout de la 4ème déclaration, le système se bloque pendant 24 heures, pour éviter les abus. Si vous avez plus de 4 déclarations à faire en 24 heures, prévenez DG via le bouton "Ecrire au webmestre".

Outre cette nouvelle fonctionnalité, la page "Accès à vos données personnelles" vous offre maintenant la possibilité de trier les cistes par critères de noms, dates, nombre d’échanges, etc. (Bien entendu, sur cette page, vous pouvez redemander une énigme et modifier le texte d’une énigme, comme par le passé).

RAPPEL : LES ANCIENS NUMEROS DE CISTE-THEMATIQUE SONT CONSULTABLES EN CLIQUANT SUR "ARCHIVES" EN HAUT DE CETTE PAGE.
 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation