JOURNAL DES CISTEURS N°12
Parution du 01/05/2006
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
Editorial
 
UN PETIT COUP DE MAIN, SVP par Max Valentin
 

Les premiers abonnements à Ciste-thématique arrivent à échéance. Cela signifie que pour les plus anciens abonnés, le présent numéro 12 de Ciste-thématique est le dernier.

Si vous désirez le renouveler, il vous faudra souscrire un nouvel abonnement. Par avance nous vous remercions de faire ce geste, car cela contribue à maintenir le site en accès gratuit.

Nous vous devons aussi un bilan. Le nombre d’abonnés est très faible : à peine plus de 300. En d’autres termes, 1.2% des membres inscrits sur le site, seulement, ont souscrit... :o(

Par conséquent, nous avons besoin de vous pour faire connaître Ciste-thématique autour de vous, et pour inciter vos amis Cisteurs à s’abonner. Là aussi, un grand merci pour votre aide.

Enfin, nous attirons votre attention sur le sujet intitulé "Truisme et altruisme", ci-dessous. Sans vouloir faire du catastrophisme, cistes.net est en danger réel... du fait de la complexité croissante des énigmes ! Nous savons que cela ne va pas faire plaisir à tout le monde, mais les statistiques ne mentent pas : ça va vraiment mal.

Bonne lecture, et encore merci à tous ceux qui voudront bien se réabonner !

Traits & Portraits
 
JAMYBO
 

Jamybo (Palmarès) est Nancéien. Il a découvert les cistes il y a huit mois. Âgé de 29 ans, c’est un chasseur d'énigmes passionné. Il passe désormais du côté de la création en écrivant pour cet été une chasse sur le thème des templiers.

· Comment parvenez-vous à concilier famille, travail et cistes ?

- Je suis célibataire, donc je n'ai pas à négocier (rires). Par contre mon travail m'occupe énormément, et mon directeur ne comprendrait pas que je me préoccupe trop des cistes (re-rires). Sérieusement, il est vrai que les chasses et les cistes demandent de l'organisation, d'autant plus que je m’investis aussi dans d'autres projets et activités. Toutefois, je ciste régulièrement car c’est un très bon moyen de se distraire, de découvrir des lieux, des personnages et de faire un peu de sport nature.

Parmi les cistes qu’il a trouvées, ses préférences vont aux Marbachiennes :

- Je pense que les Meurthe-et-Mosellans le savent déjà, car je leur ai assez rebattu les oreilles à ce sujet ! En trois cistes, les Cacheurs Sherkos et Jimmy ont su concilier épreuves sportives et intellectuelles, tout en ne négligeant pas la qualité des boîtes. Même si j'ai fini sous la pluie, j'ai été ravi par la qualité du parcours et de la rédaction des énigmes.

· Quelles sont les énigmes qui vous ont le plus plu ?

- Les miennes (rires). Sinon, celle de Tioo, la N°6230 appelée "La ciste de l'arbre creux", pour laquelle il fallait décoder. Et cette clé n'est pas banale !!!

· Quel est le coin le plus spectaculaire que vous ayez découvert grâce aux cistes ?

- La colline de Sion en Meurthe-et-Moselle. Merci Aladin :))

Jamybo a été ravi de faire le connaissance d’autres Cisteurs, et en particulier Sherkos, Ptidem, Aladin, The Badger, Tioo et Jimmy.

- On s'est fait un repas fort sympathique, et l'idée perdure car on a intronisé des nouveaux lors d'un deuxième repas. Le nombre de cistes a explosé en peu de temps, notamment grâce à Aladin. Désormais je travaille à un projet avec les Mosellans. Mais chuuuut... :))

Photos insolites
 
AIMERIEZ-VOUS Y HABITER ?
 

En haut à gauche et à droite, deux clichés qui se passent de tout commentaire, signés Yogo. En dessous à gauche, Sioux dans ses œuvres. A droite, le chemin de la boutade est signé Jadeemeraude. En dessous à gauche, une photo signée Charlipopotte : on se demande si l’auteur de ce panneau n’aurait pas des comptes à régler avec ses voisines :)). En dessous, la photo du panneau indiquant un gouffre des ivrognes (?) a été prise par Cachou. A droite, Trompette34 a repéré la fameuse impasse des cistes, que le monde entier nous envie :)). En dessous à gauche, un cadran solaire vraiment fatigué, signé Nalu. A droite, un drôle de personnage rencontré au détour d’un chemin. Cette photo est également signée Nalu. Enfin, tout en bas, un panneau exprimant un certain ras-le-bol pour les travaux routiers et les embouteillages qu’ils occasionnent. Cette photo est signée Ovive34 (qui la dédie à LuciferLucifer, célèbre cisteur "hibernateur" du Vaucluse, qui se reconnaîtra).

Le coin gastronomique
 
Parrainé par Groussay, dans un style très éloigné des livres de cuisine traditionnels, Mériadoc nous livre une amusante recette assaisonnée à la nostalgie. C'est aussi un très beau texte.
 

LES ETUVEES DE MON GRAND-PERE, par Mériadoc

Cette recette vient de Habay-la-Neuve (Belgique), carrefour de l'Europe et patrie des esprits forts. Je vous la livre, brute de décoffrage, en direct de ma mémoire d'enfant.

C'est mon grand-père (Le Mimile) qui faisait ça en hiver pour nous réchauffer après des heures de descente en traîneau. Il m'en souvient très précisément de ces moments inaltérables où, ma sœur et moi, les bottes pleines de neige durcie collées aux chaussettes de grosse laine, la chnoudelle pendant au nez et les lèvres explosées de gerçures, nous investissions la maison des grands-parents (la plus proche de la fameuse côte de la Rigole).

Ma grand-mère, une mégère imbuvable, levait alors les bras vers un ciel qui ne lui avait rien fait et tempêtait comme une harpie sur son triste sort de devoir s'occuper au moins quinze minutes par semaine de ses petits-enfants. Beaucoup plus humain, le Mimile nous enlevait nos bottes, nos chaussettes, nos cagoules trempées et mettait le tout à sécher près du poêle à bois sur lequel mijotaient en chuintant les fameuses étuvées. Ensuite il prenait nos mains rouges de gel entre les siennes (de grandes et longues mains calleuses d'ouvrier d'usine) et les faisait revivre en soufflant lentement un air chaud tout droit sorti de son cœur.

Puis il disposait deux grands bols sur la table en Formica de la cuisine (il faut savoir qu'en matière de mauvais goût, ma grand-mère ne craignait personne). Deux énormes louches par bol, un gros quignon de pain arraché à la main, et nous nous installions devant ce festin. En quelques secondes, le monde prenait un autre aspect, tout était beau et paisible. Le Mimile nous regardait déguster sa recette avec des grands "chloups" (pour le bruitage, veuillez vous référer à "ces gens-là" du grand Jacky).

Réchauffés et repus, nous re-enfilions nos vêtements à peu près secs et repartions dans le froid, au grand bonheur de la Simone. Elle allait enfin pouvoir concentrer toutes ses nuisances sur mon grand-père qui, une fois encore, allait la menacer d'aller se pendre au bois, ce qu'il promit de faire plus de mille fois sans jamais oser passer à l'acte (probablement par crainte de la laisser sans surveillance). Mais, trêve de parlotes, passons tout de suite aux choses sérieuses.

Pour quatre personnes à l'appétit pantagruélique, il vous faut : 2 kilos et demi de pommes de terre, 8 saucisses à cuire, un bon gros morceau de lard maigre fumé (200-250 grammes), cinq très gros oignons, 3 feuilles de laurier, 1 branche de thym, sel-poivre, une cuillère à soupe de farine et... 1 demi litre de café noir très fort.

Dans une cocotte en fonte (si possible), faites roussir vos 5 oignons que vous aurez bien émincés. Attention les enfants : quand je dis roussir, c'est parce que je ne veux pas dire brûler, en fait il faut vraiment qu'ils soient très très bruns foncés (limite cramés). Quand ils sont bien roussis, ajouter la farine et laisser colorer encore quelques secondes en remuant bien pour que rien n'attache. Diluer cette "pape" avec le café noir en remuant bien pour obtenir une "soupe" bien homogène. Laisser frémir quelques secondes et ajouter les saucisses coupées en deux et le lard coupé en gros dés. Recouvrez d'eau et faites frémir à nouveau (on frémit énormément aujourd'hui). Coupez vos pommes de terre, épluchées off course, façon pommes nature, et flanquez-les dans la cocotte avec sel, poivre, thym et laurier. Couvrez d'eau et laissez cuire doucement en remuant régulièrement. Vous pouvez ajouter un raton-laveur, cela n'apportera rien au niveau culinaire et n'apportera rien de bon au raton-laveur non plus, mais plaira peut-être à Michel Delpech (allez savoir pourquoi).

Après environ une heure de mijotage, et quand lard et saucisses sont cuits, vous pouvez constater que les patates sont cuites as well. Le moment de passer à table est enfin arrivé. Vous n'êtes pas obligé de faire l'acquisition d'une table en Formica, ni de louer une grand-mère acariâtre à la boîte à pleurer du coin.

Il est fortement conseillé par votre serviteur de déguster ces étuvées de la façon suivante : dans votre écuelle, vous servez quelques patates que vous écrasez grossièrement (attention, par la Malpeste, ne pas faire de la purée, godverdom !). Coupez votre saucisse et votre bout de lard, recouvrez le tout de cette sauce brun foncé, ajoutez une cuiller à soupe de vinaigre d'alcool (oui, c'est le blanc dans la bouteille qui est sous l'évier et dont on n’arrive jamais à percer le satané bouchon en plastoc blanc).

C'est extra avec du pain rompu à la main (et à toutes les disciplines) et avec une salade verte. C'est encore meilleur le lendemain, réchauffé lentement. C'était encore meilleur chez mon grand-père.

S.O.S.
 
TRUISME ET ALTRUISME
 

Ainsi que Max l’a dit dans l’Editorial ci-dessus, cistes.net rencontre un grave problème.

En effet, si les cistes comptent de plus en plus d’adeptes, le site enregistre aussi une désaffection croissante. Ainsi, 25% à 30% des inscrits renoncent à chercher après la première tentative et ne reviennent plus jamais s’inscrire sur une autre ciste.

Nous avons voulu connaître les raisons de cette désaffection. C’est pourquoi, entre le 15 et le 27 mars, nous avons lancé un sondage sur ces Cisteurs "one-shot" et leur avons demandé pourquoi ils renonçaient si vite.

Plus de 8 personnes sur 10 ont déclaré que les énigmes étaient trop compliquées, et que si elles sortaient pour chercher des cistes en famille, elles ne voulaient pas passer préalablement du temps à décoder.

Pour un Cisteur chevronné, il est certes passionnant de composer des énigmes cryptées, astucieuses, voire franchement difficiles, destinées à d’autres Cisteurs chevronnés qui adorent s’exploser les neurones. Cela démontre son savoir-faire et valorise aussi les Trouveurs. Et c’est très bien ainsi... Mais tous les Chercheurs ne sont pas des cadors du décryptage ! La plupart des nouveaux inscrits n’ont jamais résolu la moindre énigme de leur vie ; et s’ils viennent sur le site, c’est d’abord pour découvrir des cistes faciles à faire en famille, lors d’une balade dominicale !

Pour les personnes interrogées, l’énigme idéale serait donc celle qui permet de repérer son chemin grâce à des indices sur le terrain, au fur et à mesure de leur progression. Exemple : "Arrivé au village, repérez la fontaine aux trois cloches, puis cherchez l’angelot sur l’une des maisons à l’entour. Longez cette dernière jusqu’au petit pont de bois. Là, vous aurez le choix entre deux chemins. Celui que vous devez prendre vous est indiqué par une grosse pierre conique dont se servaient jadis les cavaliers pour grimper sur leur monture... etc..."

La situation commence à être préoccupante, voire grave. Maintenant, il faut absolument inverser la tendance.

Nous lançons donc un appel à tous les Cacheurs : pensez aux débutants. Pour reprendre le truisme mentionné sur la page d’accueil de cistes.net, votre intérêt, c’est que le plus grand nombre possible de personnes trouvent vos cistes, et non pas qu’elles soient réservées à une élite ou à des initiés (*).

Par conséquent, quand vous cachez trois cistes, nous vous recommandons d’en proposer 1 avec une vraie énigme à décoder, contre 2 autres avec "énigmes-indices" n’exigeant aucun effort de réflexion, c’est-à-dire une sorte d’itinéraire guidé relevant du jeu de piste.

En découvrant de jolis coins sans avoir à se triturer au préalable les méninges, les nouveaux Cisteurs prendront goût à l’exercice ; et, le temps aidant, ils deviendront de plus en plus experts. Les énigmes à décoder ne leur feront plus peur.

Mais surtout, ils n’abandonneront pas le jeu - comme c’est le cas actuellement - et se transformeront eux-mêmes en Cacheurs, pour le plus grand plaisir de tout le monde.

Merci à toutes et à tous pour vos efforts dans ce sens.

(*) Nous pourrions citer l’exemple d’une ciste dont l’énigme est absolument introuvable, sauf par un petit groupe de Cisteurs initiés capables de comprendre le "private joke" qui la sous-tend. Ça, c’est vraiment à éviter.

Traits & Portraits
 
LONER
 

Loner (Palmarès) se présente ainsi :

- Né en Seine-et-Oise, dans la seconde moitié du XXème siècle, installé depuis plus de 15 ans au cœur du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse, un des secteurs favoris des Cisteurs yvelinois même si, comme le rappellent régulièrement certains : "y’a pas que le PNRHVC dans le 78 !" ;-)

A propos de la photo ci-dessus, il précise :

- Elle ne me ressemble que de très loin : d’habitude je fais la gueule et je ne porte jamais de casquette :)). Exceptionnellement, suite au concours Ciste-thématique de novembre, je suis rentré en possession de LA casquette de JMLV. J’ai voulu la coiffer, pensant qu’elle me soufflerait la solution aux quelques dizaines d’énigmes sur lesquelles je coince, et dont elle est censée avoir abrité le crâne où elles ont été conçues : elle ne m’a rien lâché, et je m’en suis débarrassé dans une boîte… Depuis elle a retrouvé son propriétaire dont la production cistique est repartie de plus belle !

Loner est un grand amateur de marche à pied. Pour lui, la découverte des cistes s’est faite de manière fortuite. Au cours d’une balade, il est tombé par hasard sur une ciste un peu trop visible ("La ciste de Léo" N°1369, aujourd’hui disparue). L’ayant ouverte, après avoir lu les commentaires sur le carnet, le concept l’a tout de suite accroché. Dès son retour, il est allé consulter le site et s’est inscrit pour ses premières recherches. Le samedi suivant (9 octobre 2004), il a trouvé sa première boîte.

- Le virus ne m’a plus lâché depuis ! Et j’ai, à mon corps défendant, rejoint le camp de ces multi-centenaires que je prenais alors pour de doux dingues. Je guette maintenant, avec angoisse, l’arrivée des hommes en blanc… :))

Lorsqu’on demande à Loner comment il parvient concilier famille, travail et cistes, on obtient une réponse qui a le mérite de la franchise, et qui prouve que l’activité cistique n’a que des avantages :))

- Au lieu d’aller avec mes copains syndicalistes réclamer à grands cris des augmentations sous la fenêtre du patron, je reste tranquillement au bureau pour essayer de décoder des énigmes, et mon chef me prend pour un employé modèle. Le soir de 5 à 7, au lieu d’aller courir la gueuse, je vais chercher des cistes et mon épouse, rassurée, me prend pour un mari modèle. Il n’y a guère que mes enfants qui ont quelques doutes quant à la disparition suspecte de quelques billes et autres bonhommes Lego ou Playmobil.

Sur la piste des cistes, il a parcouru plus de 7000 km avec sa cistomobile en 2005 :

- Une usure prématurée d’icelle va l’envoyer d’ici peu à la retraite anticipée après seulement 14 ans de bons et loyaux services. Je n’ai pas encore essayé l’âne ou la brouette (mais j’y songe), et pour les kilomètres à pied : "quand on aime on ne compte pas !" Et j’aime…

Les cistes qu’il a préférées sont principalement les cistes à tiroir, qui lui laissent d’excellents souvenirs, notamment "La Belle Province et le Cisteur Solitaire" (N°4921), une ciste en six étapes conçue pour Lonesloane. Il ajoute : "Lui, il a fait les six étapes en trois jours ; moi il m’a fallu plus de six mois… et quelques coups de pouce !". Il a aussi apprécié "JoyaM Le Vioter – chapitre 3" d’Emmanuel78, une belle aventure en trois étapes, dans laquelle il ne faut pas hésiter à se lancer "Ceci est un appel", dit-il. Egalement, les séries de JMLV (les cistes de l’Avent en décembre 2004, l’anniversaire du "Péhennairachevessé", fin 2005), ou la balade des ponts, des Naoned_cisteurs, en Loire Atlantique...

Et ses énigmes préférées ?...

- Les énigmes que je préfère sont celles que j’arrive à résoudre ! Et de préférence tout seul ; mais pour celles un peu corsées, ou pour les cryptages alambiqués (dont je ne suis pas très friand, mes neurones n’étant déjà plus de la toute première fraîcheur), j’ai souvent recours à l’aide de mes camarades Cacheurs ou Chercheurs. Et heureusement ils sont de bonne composition !

Dans l’Hérault, il a découvert de superbes sites (cirque du bout du monde, lac du Salagou – grâce aux Moutardes qui ont su concocter de très belles "rando-cistes", Rocher des Vierges) ; et dans la Drôme, Scott of the Attic m’a fait découvrir en Royans et Vercors des sites surprenants, hors des entiers battus, à côté desquels je serais sûrement passé si je n’avais cherché ses cistes.

Des anecdotes ?...

- Ben… ma foi non ! A part les ennuis mécaniques dus à la fréquentation inconsidérée de chemins pas toujours vraiment carrossables (mais cela n’a rien d’amusant), et les classiques cistes trouvées par hasard en cherchant un endroit où en cacher une (inconvénient d’habiter une région "over-cistée"), il ne reste que les rencontres impromptues avec d’autres Cisteurs, ce qui m’est arrivé plus d’une dizaine de fois déjà, moments toujours très agréables (après les premiers instants où l’on s’est fait surprendre la main dans la ciste ou ceux où, pendant quelques minutes, on s’est efforcé de prendre un air absent en attendant en vain que le gêneur passe son chemin !). Cistant beaucoup en forêt, il m’est aussi arrivé de rencontrer quelques éléments de la faune locale : sangliers dérangés (heureusement, ce sont eux qui ont eu le plus peur !), et, récemment quelques wallabies, échappés du parc de Sauvage à Emancé, et qui se sont plutôt bien acclimatés en forêt de Rambouillet.

Coup de projecteur
 
ENCORE UNE INITIATIVE SYMPA
 

Valeetiti a caché une ciste entièrement composée d’objets faits main. Elle s’appelle bien sûr "Que du fait main" et porte le N°14884. Elle est visible ICI. Un joli exemple à suivre.

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c’est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu’en commandant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :)

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Une Cisteuse française, ayant appris que deux Cisteurs helvètes ratissaient sa ville (une grande ville), a demandé à une amie hôtelière - sans y croire une seule seconde - si, par hasard, elle n’hébergeait pas un couple de Suisses en villégiature. On devine la suite : la réponse fut "oui" ! Notre Cisteuse a fait leur connaissance, ainsi que celle d’une autre Cisteuse, venue leur rendre visite à l’hôtel. Et dire qu’il y en a qui ne croient pas aux coups de chance... :))

Deux Cisteurs, de passage à Paris, désiraient consacrer quelques heures à cister. Au lieu de ça, ils ont passé l’après-midi à attendre qu’un groupe de lycéens en rupture de manif ait fini de saucissonner : ils étaient pratiquement assis SUR la ciste ! De guerre lasse, nos deux Cisteurs sont repartis bredouilles, pestant contre le CPE, le gouvernement français, les syndicats, la gauche, la droite, le centre ; et en général, contre tous les empêcheurs de cister en rond. :)).

Début avril, on a signalé un nouveau bain de boue involontaire. En Eure-et-Loir, cette fois :))

Une Cisteuse du Sud de la France, qui se trouvait à proximité d’un groupe de randonneurs en train de pique-niquer, a surpris une conversation dans laquelle une dame parlait de son fils Jérôme "qui joue à un jeu qu'il a trouvé sur internet, et qui consiste à chercher des sortes de trésors dans la nature". Elle est donc allée se présenter à la dame qui venait de prononcer ces mots et lui a dit : "Ah ben, Jérôme, il joue sûrement avec nous !". Son interlocutrice lui a répondu que non, vu que son Jérôme, il habitait à Paris ! Notre Cisteuse lui a dit que ce n’était pas un problème :)) Alors quelqu’un a crié "J’ai !", et tout ce beau monde est allé assister à la découverte d’une ciste à proximité :)) Notre Cisteuse passe donc le message suivant aux Cisteurs parisiens : "Si vous connaissez un Jérôme, dites-lui de transmettre le bonjour à sa maman d'Hyères de ma part !"

En voulant sortir une ciste de son trou sous une marche, une Trouveuse a fait tomber une boîte dans le vaste espace inaccessible situé sous un escalier renaissance. Elle a avoué son crime au Cacheur, et est donc à moitié pardonnée :))

Le 1er avril, un Cisteur suisse est parti cacher une ciste avec toute sa famille. Au sommet d’une butte, l’épouse de ce Cisteur s’est assise sur un tronc-siège, et s’est exclamée : "Regarde derrière de dossier, quel joli endroit pour cacher une ciste !". Elle a enlevé des pierres et des bouts de bois, et... a trouvé une ciste ! :)) Ils y ont fait un échange, mais en revenant à la maison, pas moyen de le déclarer, celle ciste n’était pas encore enregistrée (ce fut fait quelques jours plus tard).

En cherchant une ciste, une Cisteuse mosellane a trouvé une grenade sous une marche. La gendarmerie, appelée en renfort, a fait un sort à l’engin. Qui a dit que cister était une activité sans risque ? :(

Deux Cisteurs suisses ont constaté que la ciste qu’ils cherchaient avaient été découverte par la Protection Civile, puis remise en place avec un mot bien sympa : "Bon jeu, les gens !"

Dans le cadre de son travail, ce Cisteur a reçu un appel du gardien d’un vieux cimetière qui affirmait avoir trouvé un petit paquet dans le mur, caché derrière une pierre. Il pensait évidemment à un produit stupéfiant. Mais ce que le gardien décrivait, c’était la boîte que ce Cisteur, justement, avait décapsulée en compagnie d’un collègue quelques mois auparavant ! Il a donc fallu se rendre sur place et rassurer le gardien en lui expliquant ce qu’était une Ciste. L’homme, paraît-il, a été très déçu, car il pensait avoir dégoté l’affaire du siècle :))

Traits & Portraits
 
NENUPHAR
 

Charmante Bruxelloise, Nénuphar (Palmarès) a toujours adoré les jeux de société, les voyages, le sport. Elle pratique l'escalade et aime la nature. Alors, allier jeux et nature… avec les cistes, tout était là !

Elle regrette un peu que, dans sa ville, les Cisteurs se fassent discrets. Mais elle sait aussi qu’ils prennent leur temps et qu’en coulisses, ça cogite et ça papote !

- Pour parler des cistes, j'ai besoin de parler des autres, car pour moi, c'est un jeu de complicités : faire découvrir l'énigme, un lieu, la ciste. C’est un ravissement de constater que le trésor a été trouvé et que l’aventure a exprimé toute sa magie. Cacheurs et Trouveurs jouent le jeu, et on espère toujours que chacun respectera à la fois la ciste et le lieu. (Sujet longuement débattu sur le forum.)

Nénuphar a découvert les cistes au mois de février 2005.

- En fait, tout a commencé par une émission télé... que je n'ai pas vue ! Mais elle a fait démarrer Mi-mic au quart de tour. Dans le Brabant Wallon, où elle habite, il n'y avait aucune ciste. Piquée au vif, elle en a placé quelques-unes immédiatement. Mais elle m’a informée également qu’il y en avait une près de chez moi, à Bruxelles, "La ciste du tigre", que personne n’avait encore trouvée. Nous sommes retournées sur le spot trois fois par un froid de canard et jusqu’à la tombée de la nuit… acharnées que nous étions ! On a examiné l'endroit de fond en comble sans jamais rien trouver... Découragée ? Ben non voyons ! Entretemps, Duluoz était passé à Bruxelles. C’est donc sur l’une de ses cistes que nous avons fait nos premières armes. J’ose à peine prononcer son nom : "la ciste de la grande Niké" :o) Eh oui, ma première ciste Bruxelloise était française ! Sacré Duluoz, fallait la trouver, celle-là !

Les beaux temps revenus, la transmutation s’est faite : Nénuphar s’est changée en Cacheuse.

- Je rends hommage à Ellandel, qui était le seul cisteur à suivre ma piste au début sur Bruxelles … "Mon" Chercheur, en quelque sorte ! Sans lui, je n'aurais sans doute pas caché aussi régulièrement. J'espère qu'il nous fera un petit coucou un de ces quatre.

Quand l'occasion se présente et qu'il fait beau, surtout le week-end, elle organise avec Mi-mic une virée cistique. Nénuphar conduit, Mi-mic joue les navigatrices avec son fidèle chien Chicca, qui les aide à passer pour d’anodines promeneuses :))

De toutes les cistes qu’elle a trouvées, sa favorite est "Le regard de l’Ange" (N°11493), dans le Brabant Wallon.

- Un super lieu de départ, une confusion à deux têtes sur l'endroit à trouver, on cherche, on cherche et puis le déclic final, un bain de boue inoubliable et une jolie ciste ! Le tout a été suivi par un dîner improvisé dans une Chapelle de verre incroyable, réalisée par les artisans de la région et transformée en crêperie locale.

Ses énigmes préférées sont en général signées Mi-mic.

- En effet, j’ai aimé "Place du canard" (N°9006), qui invite à la promenade, ou encore le ton humoristique de "Pom Pom Pom (N°8991)... dans le pays des poms :)) Elle jongle avec les mots dans "Le sentier du moulin à eau" : "Gare ! Hé vous ! Place comme une halle !" Moi, Je trouve ça sup "R" :))

Autre énigme ciste qui a marqué Nénuphar, "Le trésor du soldat Ryan" (N°13513) de Monglane :

- Depuis mon inscription, je cogite et j'en parle à tout le monde, même si je ne suis pas du coin. C'est tout simplement génial. (Mais l'énigme alors ! Aie aie aie ! )

Il y a d'autres énigmes de cistes célèbres qui la narguent, comme le roman cistique des Fainéants de Bob d'Artois :

- C’est sûr, je vais adorer. Finalement… c'est un jeu dangereux ? On pourrait en perdre le sommeil ! :))

Les coins les plus spectaculaires découverts grâce aux cistes :

- Deux sites d'ancienne abbaye au cœur de Bruxelles, où je ne m'étais jamais arrêtée. J'y ai passé des heures et des heures pour trouver les endroits de cache qui résisteraient aux citadins et aux jardiniers. Un site incroyable dans un tout autre genre est celui où j’ai caché "La ciste de Nénuphar complètement taguée" (N°10178) à Anderlecht. J'ai rencontré des jeunes tagueurs en pleine réalisation "d’œuvres de rébellion" :)) Clic, clic, mon appareil photo n'en pouvait plus ! Je souhaite la même aventure aux Trouveurs de cette ciste, car c'est un endroit qui décoiffe ! Et il vous redonne des couleurs !... Et je n’oublie pas, dans le Hainaut, "La ciste du château de la folie" (N°5796) cachée par Phate : le parcours est une surprise totale !

Un jour, n’ayant pas de sac de taille raisonnable, Nénuphar et Mi-mic ont caché une ciste enveloppée dans un sac gigantesque de... 100 litres ! A l’idée des Trouveurs en train de déballer leur trouvaille, Nénuphar avoue se gondoler de rire ! :))

Traits et Portraits
 
POUILLON ET MERIADOC
 

Pouillon (Palmarès) et Mériadoc (Palmarès) cistent ensemble. Ils sont tous deux employés privés, ce qui leur laisse tous leurs samedis et dimanches.

- Nous sommes cinquantenaires depuis peu, mais de véritables cabris fous lorsqu’il faut se mettre en chasse cistique !

Comment avez-vous découvert les cistes, et quand ?

Mériadoc :

- Un collègue de mon épouse Pouillon lui a parlé du site, en lui disant que cela pouvait peut-être nous intéresser. C’était fin septembre 2005 et nous étions tout juste rentrés de vacances en Guadeloupe. Nous avons démarré les recherches alors qu’il n’y avait que 5 cistes cachées en province de Luxembourg (il y en a 28 actuellement). De notre petite Belgique, nous avons localisé 2 cistes en Guadeloupe et nos amis qui vivent là-bas (Ermesinde) nous ont confirmé les spots.

Comment parvenez-vous à concilier famille, travail et cistes?

- Comme expliqué ci-dessus, nous avons tous nos week-ends. Nous n’avons plus qu’un enfant à la maison, et comme il a 22 ans, il ne nécessite plus une attention de tous les instants, il parvient à se réchauffer ses biberons dans le micro-ondes et est propre depuis peu :)) Une fois les tâches ménagères ou les travaux de bricolage effectués, le convoi Pouillon-Meriadoc se met en branle, soit pour repérer de beaux endroits de cache, soit pour partir à la recherche de trésors cachés.

Le couple Pouillon / Mériadoc pense avoir parcouru un bon millier de kilomètres en voiture, et un nombre indéterminé à pied.

- Il faut savoir que certaines cistes de Samsagace et Chokini (pour ne pas les nommer) nous ont obligés à faire plusieurs voyages. Je bats cependant ma coulpe en reconnaissant que je suis quelquefois un peu impulsif et que je prends la route alors que l’énigme n’est pas complètement décodée. Pouillon m’en a fait le grief et elle a mille fois raison. Dès le retour des beaux jours nous allons ressortir les vélos afin de lancer un raid punitif sur la ciste 13215, d’autres kilomètres en perspective...

Leur ciste favorite est la "Jean Sébastien Bach" (N°12548) de Samsagace, car l’endroit où elle est cachée est absolument impressionnant et surprenant. Quant à leur énigme préférée, Mériadoc est formel :

- Sans hésitation aucune, c’est "la ciste d’Orval" (1427), de Baykus ! Grâce à cette énigme, nous sommes maintenant rompus à tous les types de cryptage. Cornegidouille, elle nous en a fait baver celle-là !!! Combien de fois n’ai-je pas voué Baykus aux enfers !

Le coin le plus spectaculaire qu’ils ont découvert grâce aux cistes est un site exceptionnel en province de Luxembourg :

- Il s’agit de la "Ciste musicale" (N°13421), de Chokini. Je ne peux qu’encourager les Cisteurs et Cisteuses de tous horizons à la décapsuler toutes affaires cessantes !

Pouillon et Mériadoc ne sont pas avares de petites histoires qui les ont amusés :

- Suite à une toute petite erreur dans le libellé d’une énigme, Chokini, toujours elle, nous a envoyés dans une mauvaise direction. Nous nous sommes déplacés plusieurs fois au même endroit et avons, presque, commencé à démonter une partie du carrelage dans une église. Et puis il y a ces instants magiques où on est persuadés, au hasard d’une rencontre en forêt ou en campagne, d’avoir croisé un ou des Cisteurs plus ou moins connus (informatiquement s’entend). Je crois que, pour l’instant, Pouillon et moi, avons déjà identifié 23 Chokini différentes et 14 Evyncke :))... Il y a aussi la ‘’guéguerre’’ que se livrent Chokini et Samsagace, du genre : "Ah, tu m’as fait marcher si loin et grimper si haut ! Eh bien tu vas voir…" Et la ciste suivante est cachée plus loin et plus haut encore. Et Mériadoc dans tout ça ? Il doit s’adapter. Sûr qu’ils s’occupent de ma surcharge pondérale, ces deux-là ! :))

Il ajoute :

- Je tiens à présenter mes remerciements à Evyncke qui, de sa lointaine province, a toujours un œil braqué (comme l’œil de Sauron) sur les cistes de ses amis Luxembourgeois. Il est, pour moi, le meilleur hommage rendu à nos créations et est le garant que les cistes ‘’made in Lux’’ ne sont pas destinées à une élite avertie, mais bien accessibles à tout public !

Pouillon conclut :

- J’aimerais remercier ici l’ensemble des Cisteurs luxembourgeois pour le formidable essor que cette activité a connu ces derniers mois grâce à eux. Et plus particulièrement Samsagace et Chokini, leurs énigmes sont pleines d’esprit et font appel à une bonne dose de culture générale. De plus, elles sont toujours farcies à l’humour le plus débridé. Le contenu des cistes est également d’un très bon niveau, et la description sur le site relève parfois d’une véritable science-fiction. Bravo à tous

Photos du mois
 
DEUX POUR LE PRIX D'UNE
 

En haut, un fulgurant raccourci de la beauté de la Bretagne, signé jlucbzh. En dessous, un splendide coucher de soleil sur l’étang de la Forêt d’Orient, signé Shantal.

Gag
 
POISSON D'AVRIL INTELLIGENT
 

Tous les Cisteurs savent que nous sommes totalement opposés à la création de cistes virtuelles, et particulièrement à celles qui, comme les perce-neige, fleurissent le 1er avril.

Chaque année, c’est la même chose. Ce jour-là, à l’instar de la femme du fermier qui, un seau d’eau froide à la main, cavale après ses chiennes titillées par les chaleurs printanières, nous faisons la chasse aux cistes bidons pour les inactiver.

Parfois, nous découvrons une perle sous la poiscaille : la ciste existe bel et bien, elle est parfaitement localisable... mais elle réserve une surprise de taille aux Trouveurs !

C’est ainsi qu’une ciste - dont nous tairons le nom, la localisation ainsi que le pseudo de son Cacheur - contient l’objet suivant (à droite).

Mais qu’on se rassure, au dos de cette plaquette se trouve la localisation de la "vraie" ciste, laquelle est cachée à quelques mètres de là. Voilà un poisson d’avril digne de ce nom !

Traits & Portraits
 
CROCUS
 

Crocus (Palmarès) a connu les cistes à cause d’un accident de ski qui lui a laissé du temps pour se remettre à la lecture :

- Je suis tombée sur un article de journal écrit par une Cisteuse, Bengale, décrivant ce jeu très original. A peine remise sur mes pieds, me voilà en train de chercher en famille ma première ciste et, ô miracle, en touchant le plastique noir, je croyais enfin à la réalité de ce jeu. Mais, de plus, j’attrapais un sacré virus qui ne me lâche pas un an après ! Passionnée de nature, de géologie et de randonnée, le virus cistique (déclenchant la cistéite aiguë) n’a eu aucun mal à me contaminer !

Très vite, il a fallu mettre une organisation en place. Pendant la semaine, Crocus se cantonne à ses activités professionnelles, les week-ends et les vacances sont consacrés à la chasse aux cistes.

- Et nous voilà à écumer la Drôme, puis le Vaucluse, le Gard… En tout, plus de 10 départements visités et certains à plusieurs centaines de kilomètres de la maison. Notre vie a alors légèrement évolué : envahissement de boîtes en plastique, de babioles en tout genre, changement de voiture, cartes routières épinglées aux murs, vocabulaire très spécifique, vacances à but cistique… :))

Son plus grand moment d’émotion ?

- Je m’occupe entre autres d’enfants en difficulté. Les cistes ont été un formidable tremplin pour leur faire prendre confiance en eux en réalisant de part en part un circuit cistique au profit d’une grande cause : les enfants malades. Projet qui a été poursuivi par de nombreux Cisteurs (Scott of the attic, Berbnardjsv, Maya30, Babounette13, Ovive34, MSV, Trouveur etc...) assurant son succès. J’ai eu un très grand moment d’émotion lors de la rencontre entre concepteurs du projet (les enfants) et les Cisteurs.

Le "maître-Cisteur" de Crocus est Laserlaser.

- Monsieur Laserlaser est en effet mon maître. J’ai eu le grand plaisir de concevoir, sous forme de "cadavre exquis", le circuit d’Aéria dans le Vaucluse (la colline de safre). Un grand Cacheur qui m’a beaucoup aidé dans mes débuts et qui, sans le savoir, m’a donné une "éthique" des cistes...

Son énigme préférée, elle la doit à l’Abbé Tonière pour la ciste "Les Cives" (N°665) : une énigme à rebondissements, qui vous tient en haleine jusqu’au bout !

Mais elle avoue aussi avoir un faible pour les cistes qui lui ont été dédiées par d’autres Cisteurs, comme "Les philtres de Jacou le Crocus" (N°6548) ou la série des "Croc'urs (N°6845, N°6944 etc...) dont l’héroïne est une jeune femme préhistorique répondant au doux nom de Croc'urs ("Ça en ferait fuir plus d'un !", dit-elle) qui se voit représentée dans l’ivoire. Voir ci-contre :))

Est-ce utile de vous dire que cette petite boîte m’a permis de rencontrer un tas de gens formidables dont certains sont même devenus des amis ? En résumé si j’avais à donner une définition de la ciste :

Ciste : Petite boite cachée derrière une énigme, pourvoyeuse de paysages magiques et de rencontres humaines exceptionnelles :))

Courrier des lecteurs
 

Rien ce mois-ci.

oOo

Quelques précisions concernant le forum.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu’il est totalement indépendant de cistes.net. Sa modératrice est la charmante Laetitia2Monterant, et c’est à elle que vous devez vous adresser.

P'tit truc...
 
... POUR LES OUBLIEUX !
 

Vous êtes en train de lire Ciste-thématique, et on peut donc logiquement en déduire que vous connaissez votre code d’accès. Mais parmi vous, il y a quelques têtes en l’air qui l’oublient, et qui sont donc obligés de nous le redemander chaque mois :))

Si vous ne vous souvenez plus de votre code, il existe un truc très simple : il suffit de taper, une à une, les lettres de l’alphabet dans la zone d’enregistrement du code, puisque tous ces codes commencent par une lettre. Exemple : si votre code commence par un "A", et que vous tapez "A", le reste du code s’affichera automatiquement. Sinon, essayez avec la lettre "B", et ainsi de suite...

Il existe un truc encore plus simple : notez votre code sur un bout de papier. (Evitez toutefois de cacher ce bout de papier dans un coffre-fort dont vous pourriez oublier le code :))

Intermède
 
POUR PARLER AUSSI D'AUTRE CHOSE...
 

On dit que les Cisteurs sont créatifs. Mais ils ne sont pas les seuls. Cliquez ICI. Dans la liste, choisissez les vidéos "The incredible machine". C'est remarquable (attention, il y en a plusieurs qui se suivent).

On en cause...
 

Le 13 avril, sur France2 dans l’émission animée par Sophie Davant, Fab57 a fait une superbe démonstration cistique devant les caméras de David Galley. L’impact de cette émission fut remarquable (c’est le cas de le dire), puisque, sous l’afflux des connectés, le serveur a explosé deux fois dans la journée ! A voir ou à revoir ICI. (Merci Angelus68.)

Cinq jours plus tard, le 18 avril, ce fut au tour de TF1, dans son journal de 13 H, de présenter les cistes. Yaco et Yaca, Madame et Monsieur Bernique, Canisse et Azertyuiop, ont brillamment expliqué ce qu’était ce jeu, et quelles joies il pouvait apporter à celles et ceux qui voulaient bien mettre un pied devant l’autre et humer le vent. Toujours grâce à Angelus68, ce reportage est visible ICI.

Nous tenons à remercier tous les participants ; mais aussi tous les Cisteurs qui, régulièrement accordent des interviews aux journalistes de la presse écrite. Il sont trop nombreux pour être tous cités ici. Vous les retrouverez dans la revue de presse.

Terrible face à face avec les forces de l'ordre
 

Le 20 avril, un groupe d’une dizaine de Cisteurs et teuses a fêté la venue à Paris de Jadeemeraude.

On ignore au juste ce qui s’est passé après le repas, sinon qu’un cordon sanitaire bouclait le resto et qu’une escouade de C.R.S. attendait les fêtards de pied ferme.

On raconte que lorsque les policiers lui ont demandé ses papiers, Cherokee Chief s’est mis à danser autour d’eux en compagnie de Jadeemeraude. Mais cette dernière, ignorant les danses cherokee, s’est lancée dans une bourrée auvergnate. Pendant ce temps, Groussay essayait de fourguer des recettes de cuisine à l’adjudant-chef, en chantant "Sambre et Meuse" à plein poumons.

Pour sa part, braillant qu’elle connaissait la nièce de la crémière de Nicolas Sarkozy, Soizic tapait sur le panier à salade, exigeant qu’on la laisse monter pour en visiter l’intérieur.

Paniqués et complètement dépassés par les événements, les C.R.S. ont décidé de battre en retraite. C’était sans compter avec la détermination des Cisteurs présents : ils ont exigé de prendre quelques photos avant de les laisser partir.

En haut, de gauche à droite : Groussay, et, à ses côtés, un policier (qui venait tout juste de promettre qu’il s’inscrirait sur cistes.net dès le lendemain. Donc bienvenue à lui), puis la reine de la soirée, Jedeemeraude. En dessous, de gauche à droite : Cherokee Chief reprenant son souffle, Jadeemeraude ; puis un policier se demandant s’il ne faudrait pas appeler des renforts, et enfin Soizic, qui ouvre son cardigan pour exposer ce qu’elle essayait de vendre aux passants agglutinés sur le trottoir : une remarquable collection de contrefaçons de pin’s "Palavas-les-Flots" importés de Chine.

Si ce n’est pas tout à fait ainsi que les choses se sont passées, ne nous en voulez pas. C'est en tout cas comme ça qu'elles nous ont été rapportées... :))

Quelle santé !
 
VIVA BOUDICCA ! par Sioux
 
Après avoir été un temps dépassée au palmarès par Emmanuel78, Boudicca a poussé une pointe qui l'a portée à nouveau en tête du palmarès.
 

Le vendredi 21 avril, Boudicca a franchi le cap des deux mille cistes décapsulées. C’est ce que j’ai constaté au terme d’une matinée à surveiller mon écran, avec plusieurs autres Cisteurs, tout attendris de voir ce petit bout de femme enfiler les trouvailles comme des fleurs sur un collier tahitien. Yanovitch, son compagnon (Cisteur anciennement très actif mais hélas retraité) et base arrière, égrenait le compte à rebours...

Deux mille cistes... Ça veut dire autant d’énigmes, et même beaucoup plus (si on tient compte des constatations de disparitions sur place). Combien de journées, de soirées à faire des recherches, combien de kilomètres, de tours et de détours, combien de montées, descentes, domptage de ronces ou d’orties, de traversées dans la boue, de trombes d’eau imprévues, de coups de soleil ?...;o)

Il y a des pour, ceux qui sont bluffés de tant de dynamisme, tant de réflexion, de constance, de courage aussi... Et il y a des contre, évidemment. Ceux qui haussent les épaules et invoquent une course au score, de façon parfois un peu dédaigneuse... A ceux-là, on peut répondre : souvenez-vous de l’émerveillement, lorsque vous étiez enfant et que vos parents vous offraient un tour de manège, puis, sur votre demande, un autre, et encore un, et... juste encore un ! Et qu’il a fallu partir... Souvenez-vous combien vous l’accrochiez, votre monture, sans vouloir le moins du monde la lâcher.

Eh bien, quand on est autant passionné de cistes, c’est un peu comme ça. On en trouve une, puis une autre, et on a encore envie, tant qu’on le peut, de chercher, et de profiter du circuit sympa qu’on s’est concocté avec délices la veille... Et puis c’est vrai aussi que lorsqu’on regarde "où on en est", on est aussi content de soi !

Boudicca est arrivée dans le monde des cistes il y a trois ans, en mai 2003. En trois ans, quand on est "accro", que l’on passe tout son temps libre et ses vacances à chasser la boîboîte, ça finit par une belle collection de "je l’ai !!!"

Et puis... ça ne s’explique pas.

Boudicca connaît mieux que personne les soirées prises de tête et les galères, les yeux ronds, les éclairs d’illumination aussi, et la joie, intacte, de voir briller le plastique ou le bocal sous la pierre, l’écorce, la terre...

Elle pourrait d’ailleurs écrire un livre tellement elle a de souvenirs, du plus heureux, du plus insolite au plus... puant ! :o))

Elle m’avait confié: "Après 2000, je souffle"... J’espère bien que le virus la chatouillera toujours. Mais quoi qu’il en soit, même si elle a le droit de se reposer un peu après un pareil exploit, elle restera, comme Lonesloane avant elle, une figure emblématique de notre jeu.

Statistiques
 

TOUS LES RECORDS ONT ETE BATTUS AU MOIS D’AVRIL !

Record du nombre de cistes cachées : 1021 (contre 1008 au moins d’août 2005).

Record du nombre d’échanges : 9912 (contre 7540, également au moins d’août 2005).

Et enfin, record du nombre de nouveaux membres : 4625 (contre 1446, toujours en août 2005).


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation