JOURNAL DES CISTEURS N°141
Parution du 01/05/2018
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
ÉDITORIAL
 
... par Cst73
 

Tu n'es pas sans avoir remarqué que le beau temps est revenu en force ses deux dernières semaines ! Enfin! T'es-tu exclamé, ravi, de pouvoir mettre le nez dehors afin de faire prendre l'air à tes gambettes et bras blancs ...
Petites feuilles et grandes herbes dopées par cette chaleur précoce ont pris leurs aises. Mais il n'y a pas que le muguet et l'ail des ours qui éclosent en ce moment.
Car elles sont déjà là : elles te guettent, toi qui farfouilles dans leur territoire à la recherche des trésors dont tu es friand. Elles sont partout à l'affut de chair tendre et fraîche...
Madame, toi, qui entre deux trouvailles, va t'isoler pour un besoin naturel, attention, tu n'es pas seule !!! (soit-dit en passant, Monsieur non plus, les herbes peuvent être très hautes !!).
Ce n'est qu'un exemple...
Oui, comme chaque année, la mise en garde est de rigueur, ce fléau des Cisteurs en mode "Bartasse", les TIQUES sont de retour !
De simples précautions sont à respecter pour essayer de les éviter afin de cister en toute sérénité !
Pour plus de renseignements se référer au "Ciste-thématique n° 109"
Bonne lecture !

Vous pouvez envoyer vos tiques à l'INRA pour leurs recherches et à signaler en même temps sur leur application. Tout est expliqué "sur ce lien". 

 

RCD 2018
 
... par Cst73
 

Il y a 240 millions d'années (les cistes n'existaient pas) tous les continents n'en formaient qu'un seul : la Pangée... avec une faille centrale. Une découverte géologique situerait ce charmant village, lieu de notre rencontre au centre de scission et placerait la Drôme au centre du monde.
Depuis bien des choses ont changées... Filloux et Lidof sont nés, les cistes sont apparues...Elles se sont multipliées... Avec elles et le bon vouloir des Cisteurs, des rencontres se sont organisées...
En voici une dont je vous propose de revivre quelques instants en quelques mots : la 7e édition de la RCD (Rencontre Cistique Drômoise), opus 2018.
Nous voici donc au centre du monde. Dirigeons nous d'abord vers le village, puis garons nous au centre de ce village, derrière l'église, qui est un temple ! Il est 9 heures (du matin)... Ah oui, j'oubliais de préciser, nous sommes au pied des Monts du Matin... Le soleil est déjà bien haut en ce matin du monde, mais les visiteurs (pas ceux du soir !) sont accueillis par le maître du jeu, Lidof en personne qui remet à chacun son ticket pour accéder à la machine à remonter le temps...

 Monter, hé oui, il va falloir monter, plus ou moins vite ; c'est que ... 240 millions d'année à remonter ce n'est pas simple et ça prend du temps ! Notre maître de conférences recruté pour l'occasion nous en explique le fonctionnement et les différents paliers de décompression...

Heureusement quelques cistes en route et un peu de lecture pour reprendre son souffle... Les petits s'en donnent à cœur joie, ravis de cette occasion de brandir triomphalement les trophées rescapés de ces temps reculés. Avant d'arriver ... à la fameuse faille dont il reste à proximité quelques belles ruines... moyenâgeuses. Quant au nombril du monde, il est plutôt...proéminent !

Arrivés au centre du monde, chacun veut y mettre au moins un pied... C'est ainsi que naquit la photo de groupe, tous en bleu...

Certains adeptes de Jules Verne affirmeront que le centre de la terre serait plutôt... souterrain ! Qu'à cela ne tienne, toutes les opinions scientifiques se valent et la Dame de la grotte nous tend les bras !

Recentrons-nous sur l'heure qui tourne inexorablement. L'intellect étant maintenant bien nourri, passons à la nourriture terrestre, car certains estomacs levés de bonne heure réclament leur dû, tant solide que liquide, le tout bien entendu au centre de la table...


Les repas cistiques des rencontres sont des spectacles à eux tous seuls ! Et le clou de celui-ci, avant que quelques gouttes ne viennent mettre fin aux festivités, c'est la Pangée bien sûr !
La boucle est bouclée sur ce final aussi grandiose que gustatif, ce gâteau original dénommé par les pâtissiers régionaux : la Pangée. Et surprise quand on l'ouvre: il manque une part! Ce n'est pas Lidof qui s'est attribué celle du Lion drômois mais la part manquante de cette étonnante pâtisserie représente la faille à l'origine des continents, et l'abricot symbolise la Drôme: le cœur du Monde...
Le gâteau est une succession de différentes textures, abricots, amandes, miel... un régal surprenant!
Mais la question que tout le monde se pose... Cette part manquante ? Où est-elle ? Où va-t-elle ? A qui profite-elle ? Au pâtissier ? Ou existe-t-il un moule spécial ?

Ce ne sont pas quelques gouttes qui vont nous faire peur, la plupart des participants étant des adeptes du MPF qui comprend également les MPM, (Même Pas Mouillés), nous voilà repartis à la conquête d'autres merveilleuses vierges, chapelles et autres croix drômoises, en voitures et à la queue leu leu sur des petites routes de campagnes fort heureusement peu fréquentées... fleurant bon le chou tandis que certains s'interrogent encore : où sont "vos navets" ?
Un goûter avec les restes des desserts fut le bienvenu avant qu'on ne se sépare, en se promettant de se retrouver très vite pour d'autres aventures et d'autres découvertes...

 

 

 

 

Rencontré dans le Hérault : "Attention : passage de Don Quichotte"

 


 

QUATRE IMAGES POUR UNE CISTE
 

Les règles sont simples : chaque énigme contient 4 images qui, associées, vous font deviner le titre d'une ciste. Mais laquelle ?
Tandis qu'une des 4 images donnera la localisation, les 3 suivantes vous orienteront vers le Cacheur et le titre de la ciste.

 

2 énigmes d'Adopeste :

 

 ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~  

 
 
 

ÉMILE D'UN JOUR, ÉMILE TOUJOURS
 
... par Chalande
 

Mon parcours cistique commence en juin 2011. Cela faisait une année que j'avais pris ma retraite anticipée et déménagé à la montagne. A l'occasion d'une manifestation dans mon ancienne localité de plaine, je croisai une ex voisine - Willow, Mme Bolet - qui me dit, entre deux stands : "On va bientôt venir chez toi, on doit y chercher une boîte". Perplexe, j'ai cru avoir mal compris quelque chose et lui ai demandé de répéter. Ce qu'elle a fait, en me donnant un chouïa d'explication supplémentaire : "La boîte, c'est une ciste. Tu as tous les détails sur Internet". De retour à la maison, intriguée, je suis allée voir le site en question. "Génial, ce truc, je veux faire ça aussi !". Voilà pour le tout premier pas.

Ensuite, il a fallu que je me trouve un pseudonyme. Tous les noms de fleurs étant déjà pris, je me suis attelée à trouver un pseudo original, peu susceptible d'être déjà pris et qui me corresponde un minimum quand même. C'est comme ça que Chalande est venu-e (pour paraphraser sa chanson - typiquement genevoise - apprise à l'école).
Chalande, c'est le nom du père Noël à Genève, mon canton d'origine. Mon prénom étant Marie-Noëlle, j'ai estimé que ce pseudo-là m'irait bien.

Me voilà en chasse de ma toute première ciste, trouvée début juillet 2011. Avec cette sensation de bien-être, connu par tout Cisteur qui met la main sur LA boîte ! J'étais bien loin de penser qu'un jour j'arriverais à 1000 trouvées. Il y a eu des périodes plus ou moins longues sans recherches de cistes - autres activités obligent - mais j'y suis toujours revenue avec grand plaisir.

Au début, je n'imprimais qu'une ciste à la fois. Je ne voyais pas l'intérêt d'en avoir plusieurs sous la manche. Je trouvais plus intelligent de n'en chercher qu'une à la fois. Plus intelligent, peut-être - quoique - mais pas plus rationnel ! J'ai assez vite compris... en faire plusieurs dans la même journée, c'est possible et même souhaitable du point de vue de la consommation d'essence.

Confrontée plusieurs fois, lors de mes décryptages, à des sobriquets d'habitants et à l'impossibilité de trouver sur Internet leur localisation, je me suis rendue en bibliothèque pour y recopier à la main la liste d'un livre sur plusieurs pages. Cette liste, je l'ai mise au propre sur mon ordinateur et la garde précieusement. Malgré cela, ce n'est pas toujours simple car le même sobriquet est parfois attribué à des villages situés dans des endroits diamétralement opposés, à 60 km de distance...

Mon approche est assez basique. Après le décodage de l'énigme et l'identification du lieu du départ, je m'y rends sans plus de repérages. Ce qui m'a valu quelques pétouillages de première grandeur sur place. Du genre : ne pas trouver l'endroit exact du départ parce que je suis à l'autre bout du bled, partir dans le mauvais sens, tourner en rond pendant une heure sans trouver le petit chemin qui monte ou descend, croire que le terrain est plat alors que ça monte, et autres galères. Ma grande spécialité, dans les séries, est de louper la première...


La plupart du temps, je ciste seule. Plus par nécessité que par goût : je souffre souvent de problèmes respiratoires, qui ont pour résultat que je marche à la vitesse d'un escargot. J'avance trop lentement pour la plupart des groupes, voyant les gens au début et à la fin de la course. Seule, c'est finalement plus agréable et moins stressant. Mais si je subodore des difficultés particulières, comme des sentiers escarpés, je me fais accompagner. J'ai la chance d'avoir rencontré quelques Cisteurs qui sont devenus des amis, dont l'une fait volontiers office de voiture-balai, ce qui me permet de cister quand même régulièrement et sereinement en compagnie. Et puis, j'ai compris que l'évaluation des difficultés sur le terrain était très aléatoire et dépendante de la forme physique des Cacheurs. Du coup, j'ai appris à traduire ... je sais maintenant que la prudence est de rigueur et que, si untel indique "c'est du gâteau", je dois lire "talons hauts", voire même carrément "vitamines".

Depuis mon arrivée dans ce jeu, j'ai fait la connaissance de plusieurs Cisteurs. Une fois, alors que j'étais en train de me relever de l'endroit où je venais de remettre la boîte, je vois quatre personnes dont l'une tenait dans la main la même feuille que moi... On se connaissait déjà au travers des petits mots lus dans les boîtes, mais nous avons enfin pu faire connaissance en vrai... Un autre jour, j'étais conviée à une balade cistique avec brisolée (châtaignes grillées avec lard sec, pain, fromage et raisin) en fin de journée. En chemin, nous avons croisé deux Cisteurs qui revenaient du but de la promenade. Les voilà aussi invités et c'est ainsi que ce jour-là, j'ai rencontré 10 personnes d'un coup.


Ma première rencontre cistique a été mémorable. C'était à Ornans, dans le Doubs. Il faisait un froid de canard (2° le matin à fin mai), si bien que dès la deuxième nuit au camping, j'ai délaissé ma tente pour me réfugier dans la voiture. Guère confortable, mais au moins il faisait plus chaud.
La deuxième, dans le Chablais savoyard, s'est mal terminée, je ne pouvais plus poser le pied par terre. Retour prématuré et verdict ultérieur : fracture de fatigue ! Obligation de mettre la pédale douce et rester tranquille pendant plusieurs semaines. Heureusement que c'était fin septembre et pas début avril.
Au cours de la troisième, en Valais, des problèmes respiratoires m'ont empêchée de faire la balade cistique.
La quatrième se déroulera fin avril en Ardèche. Je croise les doigts !


Pratiquer les cistes n'influe pas davantage positivement sur ma santé mentale, pourrait parfois penser le commun des mortels, à en juger par les quelques exemples suivants :
- Acheter des yoghourts, non pour les boire, mais pour récupérer les tubes (j'ai consommé le contenu, tout de même !...)
- Faire 100 kms pour retourner chercher une ciste ratée lors d'un premier passage, en sachant d'avance que le sentier est raide, comme cela m'est arrivé sur une des séries que les Givaros ont posées pour marquer les 200 ans de l'entrée du Valais dans la Confédération. Ne pas dénicher une ciste isolée, je peux encore l'admettre ; mais ne pas trouver 1 ou 2 cistes d'une série de 200, exclu ! C'est ainsi que j'ai dû m'y prendre à 3 fois pour trouver deux cistes de la série "Féminine" (et suivantes). Ce qui représente pas mal de kilomètres en voiture. Mais un sentiment d'intense satisfaction à l'arrivée.
- Sur une autre série, une copine m'accompagnait mais j'avais omis de lui dire avant de partir le but de l'excursion du jour. Arrivées à proximité du village que je pensais avoir correctement identifié comme point de départ, elle me dit "Mais il y en a deux de ce nom, pas dans la même vallée. Si jamais ce n'est pas le bon, ça nous fera quand même une promenade". Je n'ai pas osé lui dire que si cela n'avait pas été le bon, j'aurais fait demi-tour et changé de vallée...

Mais malgré ces comportements étranges qu'il génère, je ne pourrais pas me passer de ce jeu. Ce que j'apprécie dans cet exercice, c'est le doux mélange entre la réflexion et la dépense physique. J'aime bien marcher mais, à la longue, il est difficile de trouver de nouveaux coins, on se retrouve à faire les mêmes balades et lorsque la flemme s'installe, il est parfois ardu de se motiver pour sortir. Les cistes, c'est géant pour les idées. Même pas besoin d'en avoir, il "suffit" de décoder les énigmes.

J'apprécie que les énigmes demandent un effort de réflexion. Trop facile, ce n'est pas drôle. Trop dur non plus ! La notion de difficulté étant éminemment personnelle, ce que d'aucuns estiment "facile" ne l'est pas forcément de mon point de vue. Ainsi, plus à l'aise avec les lettres qu'avec les chiffres, la vitesse de décodage est proportionnelle à mes goûts. Pour certaines énigmes chiffrées, j'ai mis très longtemps avant d'y voir clair. Ce que je sais en revanche, c'est que je me suis bien améliorée de ce point de vue-là. A force de chercher dans la mauvaise direction, dans le cerveau et sur le terrain, les erreurs deviennent instructives. La visite du site dCode m'est aussi d'une grande aide.
Et puis, les discussions avec les autres Cisteurs sont souvent très riches en informations. Moi qui n'ai pas fait de scoutisme, je me rattrape sur le tard ! Toutes ces possibilités d'énigmes.... Quelle imagination !
En plus de découvrir des lieux, c'est fou ce que j'apprends : les logiciels de cartographie, les astuces de la téléphonie mobile, GPS et autres. Véritable "pive" en matière d'orientation, j'ai fait quelques progrès en la matière grâce à ces outils. J'ai aussi progressé dans l'utilisation des logiciels de retouches photos.



Parmi les cistes que j'ai bien aimées, il y a notamment celles de "l'A tour" et suivantes), ainsi que "l'Entremontbonne", située dans un endroit paradisiaque. La ciste la plus surprenante que j'aie trouvée était sous son rocher depuis presque 10 ans, comme si elle avait été cachée la veille, en parfait état. J'étais la 2e personne à la dénicher, alors qu'elle n'était pas spécialement inaccessible.
Certaines, je suis tombée dessus par hasard, en étant à la recherche d'une autre. La difficulté étant alors de les identifier. Je commence par récupérer sur le carnet le pseudo du Cacheur et des différents Trouveurs avec la date de leur passage et m'engage ensuite dans un délicat travail de détective. Heureusement, depuis peu, nous avons repris en Suisse l'intéressant système adopté par nos amis français, à savoir que le premier trouveur note le n° de la ciste sur le papier, ce qui évite tout problème ultérieur d'identification.

Et puis, que serait la recherche de ces cistes sans ces ribambelles de petites mésaventures, ces quelques galères mémorables, dont on ne retient, avec le temps, que le côté positif et amusant ? Sur ce plan, mes anecdotes ne manquent pas. A la manière de Cyrano de Bergerac, je pourrais les décliner en autant d'états qualifiant le Cisteur au cours de sa pratique du jeu :
- Confiant : Ne pas comprendre les indices intermédiaires dans les énigmes de cistes en série. Avec l'expérience, je ne me formalise plus, l'explication vient généralement lorsque je me trouve sur place. Quoique... parfois je trouve la boîte sans comprendre...
- Concentré : Trop occupée à regarder mes pieds sur un sentier escarpé, j'ai loupé une ciste dans une série. Arrivée au terme de la boucle, j'y suis retournée. Par chance, c'était assez au début du parcours.
- Opiniâtre : Inventer des indices, démonter des murs ou inspecter tous les troncs d'arbres du coin, alors que je ne suis pas au bon endroit. A ce sujet, j'avais réussi à résoudre une énigme difficile (ciste de l'oratoire fortifié) et trouvé les coordonnées géographiques en découlant. "Fortifié", je trouvais que c'était un peu tiré par les cheveux. Mais tout correspondait pourtant, le long mur, l'oratoire. Presque tout... J'ai quand même cherché. Une heure plus tard, je me suis dit que c'était bizarre de ne rien découvrir. J'ai alors contacté le Cacheur par sms, ce qui m'a fait comprendre que j'avais fait une erreur de calcul dans l'addition donnant les coordonnées, et que l'endroit correct était en fait exactement 50 mètres plus bas !
- Sociable : atteindre le spot alors que des gens étaient dessus. Lorsqu'il s'est avéré vain d'attendre qu'ils s'en aillent, j'ai le plus souvent choisi d'expliquer aux pique-niqueurs la raison de ma présence et de ma recherche. Ça s'est toujours très bien passé ... surtout les fois où je n'étais pas du tout au bon endroit. Une autre fois, au milieu des ouvriers de la vigne, j'ai carrément cherché la boîte sous leur nez ; ils étaient bien trop occupés pour se soucier de ce que je fabriquais.
- Déconcerté/Philosophe : Découvrir que la boîte se trouve sous un énorme bac à fleurs impossible à soulever (la boîte avait été cachée au printemps, j'y suis allée en été). De surcroît, le bac en question était situé en face d'une habitation dont l'occupante m'observait depuis son balcon. Heureusement que je n'ai rien trouvé, finalement, la ciste n'aurait peut-être pas résisté à la curiosité de la dame !
- Rigoureux : Le contenu de la boîte ne correspondant pas au descriptif, je crois à une erreur du Cacheur (ça arrive de temps en temps). Mais non, ce n'était pas la bonne boîte, j'en avais raté une.
- Sportif : Dormir dans la voiture en altitude un soir de grand vent. J'ai cru que la voiture allait se renverser. Mais non, ouf.
- Irritable : Grimper pendant une heure jusqu'à un barrage, faire chou blanc en haut, pour découvrir la ciste au retour, à trois mètres de ma voiture...
- Expert en nouvelles technologies : Passer des heures pour arriver à mettre une flèche sur la photo de l'endroit où la ciste aurait dû se trouver, envoyer ladite photo au Cacheur qui, à réception, ne la voit pas.



Pendant trois ans, je n'ai fait "que" chercher les cistes des autres. En cacher, j'y songeais, mais sans avoir le déclic de comment m'y prendre.
C'est venu tout seul, un jour que je crapahutais à la recherche d'une caverne mentionnée dans une légende. La caverne en question, je ne l'ai pas trouvée. Par contre, je suis arrivée devant un endroit tellement inattendu et extraordinaire que j'ai tout de suite pensé à y "mettre une ciste". Évidemment, je n'avais pas le matériel nécessaire, alors je suis revenue quelques jours plus tard avec l'équipement adéquat. Une fois la ciste posée et la photo prise, je rentre à la maison et ... la première vraie difficulté commence : pondre l'énigme ! Je voulais faire quelque chose qui ne soit ni trop facile ni trop dur. Il fallait quand même que quelqu'un la trouve, cette boîte !...
Première énigme postée, ouf. Mais une semaine plus tard, malgré plusieurs inscrits, dont les habitués fortiches du coin, aucun Trouveur. Trop dure, peut-être... j'ai alors mis une autre photo, ce qui a semble-t-il aidé les Chercheurs. Même si à ce jour, quatre ans plus tard, seuls trois Cisteurs l'ont dénichée.
Depuis lors, j'en cache régulièrement, avec plaisir. Ça n'est jamais prémédité, les idées me viennent au gré des promenades ou des lectures. La pratique de ce jeu fait que je regarde beaucoup plus le paysage lorsque je me déplace, quel que soit le moyen de locomotion. Et la découverte des caches/boîtes des autres est très instructive, je me suis plusieurs fois inspirée de leurs idées pour mes propres réalisations.

En guise de conclusion, je dirais que les cistes, c'est une aventure fabuleuse, qui nous donne l'illusion de jouer à Robinson Crusoë sans avoir besoin d'aller bien loin. C'est l'occasion d'effectuer de très belles balades et de chouettes rencontres, le tout en faisant travailler ses méninges. Voici également quelques conseils que je pourrais donner aux débutants : éviter de faire les chemins de croix la Semaine Sainte ! Un boulevard... Même chose pour un chemin du vignoble pendant les vendanges. Et puis choisir des voitures avec faible consommation d'essence et possibilité d'y dormir de manière confortable est aussi une bonne idée...

Et maintenant, en route pour de nouvelles aventures !

 


 

ANECDOTE
 
... par Rencontre
 

 

 

Cistes et géocaches : la guerre continue !

Qui de nous n'a jamais constaté une disparition de ciste, curieusement remplacée par une géocache ?

Qui n'a jamais vu un carnet de ciste avec vingt messages de géocacheurs ?

Pire, maintenant, les géocacheurs déplacent les panneaux indicateurs pour nous perdre !

En voici un pris en flagrant délit !

Heureusement, sa CiSTeuse d'épouse l'a rapidement contraint à réparation !

 

 

À VOS AGENDAS
 
... par Crevette
 

Vous organisez une rencontre cistique ? Prévenez-nous dès que la date et le lieu sont fixés.

Nous les publierons afin d'informer un maximum de Cisteurs...

 

- Samedi 19 ou dimanche 20 mai : Rencontre région centre (forum Centre) - (doodle)

- Samedi 2 et dimanche 3 juin : 2 jours de balades cistiques en Pays Cathare (forum Midi-Pyrénées

- Weekend du 16 et 17 juin 2018Cist'ardewn (forum Champagne-Ardenne)

- Samedi 30 juinCist'Oise (forum Picardie)

- Samedi 25 et dimanche 26 août : Sur les terres ligériennes (forum pays de Loire

- Samedi 8 septembreRencontre belge

- Samedi 22 ou dimanche 23 septembre : Repas cistique à Saint Arnoult (forum Yvelines

 

Si vous participez à une rencontre cistique, prenez des notes et des photos et adressez-nous un petit (ou grand) article... Nous le publierons afin de partager avec un maximum de Cisteurs..

- Nostalgie quand tu nous tiens (forum Alsace)

 

 

PODIUMS & NUMÉROS SPÉCIAUX
 
... par Cléapotre
 

Avec 609 nouvelles cistes (+0,48% en un mois), Avril 2018 apparaît moins dynamique que Mars 2018 (respectivement 814, +0,6%), mais meilleur qu'Avril 2017 (484, +0,40%). Selon que vous soyez plutôt adeptes du verre à moitié vide ou à moitié plein, je vous laisse utiliser ces chiffres à votre guise pour justifier votre perception de l'évolution de notre jeu.

Ce qui est certain en revanche, c'est que jamais autant de départements français (40, DOM inclus) n'étaient restés totalement stériles lors des précédents mois d'avril. Du coup, il suffisait cette fois-ci d'assurer 2% de nouvelles cistes pour figurer sur le podium des départements les plus dynamiques : Juste récompense après sa 3e place de février et sa 2e de mars, le Gard accède enfin à la plus haute marche (+3,22%), grâce à Bernardjsv, qui signe la moitié des 50 boites nouvelles, et aux Tomatoket, qui étoffent leur série "Le bon Samaritain" et en créent une de plus ("le Rachalan"). Venu en voisin, Ardecho54 complète d'une unité la production gardoise, mais c'est surtout dans son propre fief qu'il développe sa série "RGA", cumulant 28 des 36 nouvelles cistes d'Ardèche et lui offrant la 2e place du podium (+ 2,35%). L'Eure, elle, se positionne juste à l'échelon inférieur (+2,03%, 38 créations), principalement portée par les séries de Domi13 ("La balade de la plaine des aulnes aux impressionnistes"), et des Geotrouvetout ("J'en ai mare").

Comme souvent, l'implication que mettent ces Cacheurs dans l'animation des départements permet à certains d'entre eux d'ajouter une nouvelle centaine à leur score personnel. On retrouve ainsi les Geotrouvetout au cap 200 (que franchissent également Gégé80 et Asymptote), et Ardecho54 et Tomatoket, deux fois plus haut, au cap 400 (en compagnie de Bolet et des Chocophages). Enfin, encore deux fois plus haut, Narbe66 vient compléter le tableau, en s'octroyant le cap 800.
Je n'ai par contre aucun chiffre, ni nom, à vous communiquer concernant les caps franchis en avril par les Trouveurs, faute de pouvoir accéder, comme la plupart d'entre vous, au palmarès les concernant ...

Heureusement pour moi, il me reste un peu d'autre matière pour étoffer mon article. Et d'abord pour rattraper un oubli du mois dernier, à savoir la 600e ciste cachée "Ailleurs" (hors d'Europe et d'Amérique du Nord). Un cap arrosé au "vin doux", le 15/03/2018, par Geracole, de passage dans le Sultanat d'Oman, tandis qu'en Italie (et en Ligurie, plus précisément), c'est avec "des châtaignes et du lait" que ce même cap a été fêté (par Acai, le 29/04/2018).
La France n'est pas en reste. Avec PrincessHuguette d'abord, Cacheuse de la 9 000e ciste des Pays de la Loire ("Les errances de l'IGN : La Croix Janne Cache", enregistrée le 04/04/2018). Avec Raanaa ensuite qui, dès le 30/03/2018, s'était adjugé la 140 000e ciste d'Europe : "En compagnie du Géant".

A votre tour, maintenant, de vous comporter en géants, au cours de ce mois de mai constellé de jours fériés et de ponts, et donc d'occasions de pratiquer intensivement votre jeu préféré. Moi, j'en jugerai les résultats dans le prochain numéro ...

 

STATISTIQUES
 
Mars 2018 Cistes cachées : 443, Nb d'échanges : 5867 (sur 3473 cistes différentes), Nb d’inscrits : 218
 

L'INDEX DU CISTE-THÉMATIQUE
 

Vous recherchez un ancien article de Ciste-Thématique ?

Il vous est possible de consulter l'index des articles parus dans Ciste-Thématique depuis le premier numéro.

Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ICI.

 


 

Inscription à votre journal... par Ovive34 

Vous aimeriez recevoir de nouveau un petit message vous avertissant de la parution de votre journal préféré ?

Inscrivez-vous ICI et nous vous préviendrons dès sa parution !

 

FORUM NEWFOREZ ET CISTES.NET
 

  Quelques précisions concernant le forum

Nous recevons régulièrement des messages concernant le forum Newforez, mais pour tout problème rencontré avec son utilisation, voilà, selon la nature de la difficulté rencontrée, à qui faire appel pour vous aider :

- s'il s'agit d'un problème d'accès et de connexion au forum, merci de vous adresser à ses féroces administrateurs, le Docteur Jekyll ou Philéas, en leur écrivant à "newforez_admin@cistes.net".

- et pour tout autre problème (pseudo, mot de passe, messagerie, etc.), ou toute autre question, et donc quand vous y êtes connecté(e), merci de vous adresser aux non moins sanguinaires Modérateurs régionaux, en cliquant sur leur pseudo couleur Or (ben tiens, on ne se refuse rien), ce qui vous ouvrira l'espace pour pouvoir leur exposer vos petits soucis... soucis qui, vu leur réactivité et leurs grandes compétences, seront résolus en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ! Encore un grand merci à Docteur Jekyll, Philéas, et à tous les Modos pour leur bénévole disponibilité, gentillesse, écoute, et bons conseils qu'ils sauront toujours vous donner pour vous aider !

Quelques précisions concernant l'équipe de la rédaction

Nous recevons aussi de temps en temps des messages concernant cistes.net. Nous vous rappelons que le Ciste-Thématique est réalisé par une équipe de Cisteurs, comme vous, et que nous ne possédons pas les clés de cistes.net.

Pour toute question sur cistes.net, vous devez cliquer sur le bouton "Ecrire au webmestre" sur la page d'accueil de cistes.net. Et ne manquez pas, avant d'écrire, de bien respecter les recommandations écrites en rouge au-dessus du champ de saisie du message. Merci d'avance !

 

QUE MANGENT LES CISTEURS ?
 


de Cybermamette trouvé dans la ciste n°135680  
 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~  
 
 Ce que mange Lidof, en bon Drômois
 

ANECDOTE
 
... par Sardam
 

Résurrection d'une borne...

L'énigme disait : "La borne sommitale a disparu, cachée peut-être dans les ronces ? Si tu la trouves, envoie-moi une photo".

"Cette 600ème" se mérite, au sommet d'une petite grimpette dont on n'aimerait pas rentrer bredouille !

La ciste elle-même est trouvée facilement. Les cisteurs précédents ont fait un judicieux SAV (merci à eux!).
Par acquit de conscience, on farfouille un peu plus, au cas où on tomberait sur la boite originelle.

C'est alors qu'un œil averti repère au sol un petit affleurement granitique, insolite dans ce paysage calcaire.
Gratouillage, et un autre œil détecte une gravure, ce doit être la borne !
Donc c'est parti : les trois hommes se mettent à l'œuvre !


Avec les outils du bord : une petite truelle, un ouvre-boîte et différentes branches, glanées ici et là, pour faire levier, avant de casser !
Une petite demi-heure d'efforts, malgré la pluie qui arrive, puis le succès : la borne est déterrée et remise sur pied. C'est l'euphorie dans la petite bande qui pose autour de la rescapée et entame joyeusement la descente.
"Si tu la trouves, envoie-moi une photo". Mission accomplie !

 
 

Ont participé à l'élaboration de cette newsletter : Adopeste, Chalande, Cybermamette, Givaros, Rencontre, Sardam, Cleapotre, Crevette76, Cst73, Domisoleil, Ovive34, Philippe d'Euck, Triacon et Butterfly91.

 Pour tous les articles, adressez vos courriers au Ciste-Thématique.


Solutions et résultats des jeux du dernier numéro de Ciste-Thématique :  CLIC !

~~~~~~

Pensez à nous écrire avant le 25 pour une publication le mois suivant.


 

 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation