JOURNAL DES CISTEURS N°14
Parution du 01/07/2006
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
Editorial
 
PETIT SAC DE NŒUDS DANS LES REABONNEMENTS par Max Valentin
 

En août dernier, DG avait mis un post sur Newforez pour informer qu’à la demande générale, il n’y aurait pas de réabonnement automatique pour le Journal des Cisteurs en 2006, une fois que les abonnements de 2005 arriveraient à échéance.

Or, il y a quelques jours, nous avons été informés que les plus anciens abonnés étaient en train d’être réabonnés automatiquement par Allopass pour la saison 2006 / 2007. Il s’agissait de Nidroses, Ellandel, Nath, Goupix, Absolut et Fleur.

Nous sommes intervenus auprès d’Allopass afin qu’il n’y en ait pas d’autres.

Cette boulette est due au fait qu’en juin 2005, nous ne nous n’étions pas conscients du fait que Allopass imposait l’option "abonnement automatique" par défaut. Ensuite, lorsque nous avons bloqué cette option, nous pensions que cela concernerait tous les abonnés de manière rétroactive. (La chose nous a d’ailleurs été reconfirmée au téléphone il y a deux semaines.) Or il n’en était rien.

Chacune de ces six personnes a reçu un mail d’excuses de DG, et j’y joins les miennes pour leur avoir, bien involontairement, "forcé la main" :))

Traits & Portraits
 
MICROB
 

Microb (Palmarès) répond aux questions de DG.

Quelques infos sur vous-même?

- Volontiers, je n’ai rien à cacher... à part mes petites boîtes, bien sûr ! Mon prénom est Denis, je suis informaticien chez le constructeur Bull, aux Clayes-sous-Bois. C’est de là que me vient mon pseudo: micro bull, raccourci à "microb". Ce n’est pas la peine de préciser où je demeure, mes cistes sont là pour vous le faire découvrir, et vous faire partager mon bonheur d’y vivre.

Côté famille : marié, trois garçons, qui volent presque tous de leur propres ailes, une femme adorable qui supporte tant bien que mal mes excès cistiques. Sa phrase préférée: "Tu lâches … un peu !". Et, depuis février, je suis papy d’une petite Camille adorable. On ne se moque pas, les jeunes, ça vous arrivera un jour. En tout cas, c’ est ce que je vous souhaite ! Cela situe mon âge physique, qui pour ne pas vous le donner directement, me positionne à cinq années de la "quille". Quant à mon âge mental, il reste lui, très peu élevé, ce qui fait souvent dire à ma douce et tendre: "un vrai gamin !".

Comment avez-vous découvert les cistes et quand ?

- Un pur et heureux hasard : c’était dans un vieil article de journal découvert en épluchant les patates. Certes, j’en rajoute un peu, mais c’est dans le même contexte. Je l’ai d’ailleurs conservé précieusement, pour me souvenir que, ce jour là, ma vie a basculé (rires) !

Tous les mots y étaient, pour attirer le lecteur: Cyber-Chasse, trésor, chouette d’or, énigmes, chasse ludique, conviviale et gratuite, communautés de cisteurs, et en plus, Yvelines !... Un exemple de ciste y était donné, avec tout le processus de l’échange d’objet. Et enfin, cerise sur le gâteau, une interview passionnée de notre Emmanuel78, cisteur effréné. L’article datait d’octobre 2004, les Yvelines ne comptabilisaient alors que 294 cistes et le compteur de Manu n’affichait qu’un léger 494 !

A part les cistes, avez-vous d’autres passions ?

- Vous avez raison, les cistes sont devenues une vraie passion, ce qui m’a beaucoup aidé à passer une étape difficile de ma vie. Quant aux autres, je veux bien en parler, et vais essayer de faire court. Je suis tombé dans la CO, c’est à dire la Course d’Orientation, de la même manière que sur la Piste des Cistes : par hasard. C’était dans le Vercors, pendant mes vacances de l’été 1996. Au cours des championnats du monde de CO, il y avait un accueil pour les néophytes. Ni une ni deux, je m’y suis inscrit, et j’ai tout de suite adoré, même si mon premier parcours ne fut pas une grande réussite. Difficile de définir en quelques mots ce sport méconnu et marginalisé par les médias. Pour synthétiser, c’est l’amour du Sport, de la Nature, des Cartes et du Jeu de Piste de notre enfance. Aujourd’hui, je peux vous dire que les points communs avec la Piste des Cistes sont tellement évidents pour moi, que je ne suis pas étonné d’avoir accroché de la même façon et aussi rapidement. Si vous regardez mon profil, "pratique la Ciste Orientation", le clin d’œil à la CO y est présent.

Je me devais d’en parler et d’essayer de faire partager cette autre passion si proche. Aussi, je me suis lancé dans une série de cistes qui, comme par hasard, s’appelle "Ciste Orientation", avec une localisation qui en a fait grincer quelques-uns au tout début : le petit bois derrière chez moi ! Le principe en est simple, une vraie carte de CO beaucoup plus précise qu’une carte IGN, des postes sur cette carte qui ne représentent plus les balises, mais les cistes que vous devez trouver sur le terrain, chaque poste étant assujetti a une petite énigme très facile pour localiser précisément la ciste. Pas de chronomètre, ni d’obligation de faire les postes dans l’ordre. J’en profite pour donner quelques notions d’orientation et de lecture de carte.

Aujourd’hui cette série est terminée avec quatorze postes sur seize, car deux ont déjà disparu, mais avec tous les retours sympathiques que j’ai reçus, je pense vraiment continuer sur ce concept, et cette fois dans un autre petit bois (mais pas derrière chez moi !).

Comment parvenez-vous à concilier famille, travail et cistes ?

- J’ai droit à un Joker ? :))

Avez-vous une idée du nombre de kilomètres parcourus ?

- Non, je ne compte pas, mais cela ne doit pas être énorme du fait que je me limite pour le moment aux Yvelines, département aux multiples facettes, d’une richesse patrimoniale immense, et, ceci expliquant cela, le plus fourni en cistes. Par contre, je n’hésite pas à utiliser mon VTT lorsque les cistes ne sont pas trop loin à trouver ou à cacher. C’est mon côté écolo (sourire).

De toutes les cistes que vous avez trouvées, laquelle vous a le plus plu ?

- Sans aucune hésitation, c’est ma première (188/78 "Sous la futaie, les pavés") de VieuxMath, qui en a caché quatre, puis a disparu de la Piste en 2003, quel dommage ! Une localisation en clair, et quatre lignes sans cryptage d’une petite histoire décrivant un cheminement simple et poétique, un petit bijou pour le débutant que j’étais. Inscrits le 23 novembre 2004, nous sommes partis, ma femme et moi, le samedi suivant par une froide et grise journée, mais avec beaucoup de soleil dans le cœur. L’excitation commençait à monter au fur et à mesure que nous approchions du début du spot. Un chemin, une mare, une montée forestière, et un foyard à trouver. Là ce fut plus dur, toutes les feuilles étant au sol. L’impatience de la découverte nous a fait gratter aux pieds de tous les arbres environnants sans discernement, puis après une relecture de l’énigme, nous nous sommes montrés plus sensés. Enfin l’instant magique est arrivé : sous quelques pierres dans le creux d’une racine, elle était là, dans son sac un peu humide, couvert de terre, et légèrement déchiqueté. Elle nous avait attendu 1 an et 2 mois !

Des frissons sur tout le corps, et le cœur qui s’accélère, j’ai revécu la scène d’Amélie Poulain lorsqu’elle extrait la petite boîte en fer derrière un carreau de faïence de sa salle de bain, et puis après l’avoir ouverte, elle découvre tous ces petits trésors cachés par un enfant. Un instant très fort et inoubliable, comme celui de son premier sapin de Noël. Après la lecture pleine d’émotions d’un carnet à peine lisible des trouveurs de 2003 dont les noms ne me disaient rien, l’échange d’objet et la recache minutieuse, le retour se fit presque dans un silence religieux; tout à mon bonheur, je savais déjà que je venais de retrouver mon âme d’enfant, et que cette première découverte serait le début d’une longue série !

J’ai ressenti de nouveau, beaucoup plus tard, une grande partie de ces sensations, avec une ciste de celui que je considère comme mon maître et mon mentor. La ciste de l’Arche perdue (4299/78) "…et l’aventure va pouvoir commencer …". Pour moi, ce fut une réalité, je ne peux pas tout vous dire sans risquer de briser la magie, mais si vous la faites complètement, un jour de faible fréquentation (hors WE) par une soirée d’été ou d’automne, juste au moment où le soleil va se coucher, vous aurez peut-être aussi la chance de connaître la même extase que celle que j’ai ressentie. Je ne l’explique pas, mais je l’ai vécue intensément. Il y a des jours comme ça. Merci Jihem.

Toutes les autres cistes furent également des moments de joie et de bonheur, parfois aussi des galères impossibles, ou des surprises incroyables, mais toujours ce petit frisson de plaisir au moment de la découverte de la boîte. DG, arrêtez-moi, je parle comme si j’étais à la retraite (rires) !

Non, non, allez-y, vous dépeignez très bien des sensations que je ne connais pas, puisque je ne cherche pas de cistes. Va falloir que je m’y mette !

- J’en ai encore plein plein plein à découvrir, et quand je lis certains forums, ou les anciens Ciste-Thématiques (clin d’œil) il y en a des extraordinaires qui m’attendent !

Quel est le spot le plus spectaculaire que vous ayez découvert grâce aux cistes ?

- C’est toujours la question difficile et embarrassante, car forcément, tous les Cacheurs souhaiteraient être cités dans cette partie de l’interview. J’ai adopté le message personnel pour remercier ces Cacheurs qui nous offrent des endroits insolites, magnifiques, enchanteurs, et parfois spectaculaires. Ces endroits sont souvent ceux que l’on découvre hors de son département, dans le cadre de ses vacances. Alors, merci Arkanciel, pour la ciste du religieux (11249/29) endroit incroyable, a vous couper le souffle, que j’ai fait par une fin d’après-midi ensoleillée de novembre, avec une légère brise. Inoubliable, comme d’autres spots de la presqu’île de Crozon. Je ne veux pas en dire plus pour faire saliver les autres Chercheurs.

Merci, aussi, à Laserlaser pour "l’épervier des hautes ruines" (6160/84) une des 4 cistes de la magnifique série des "riches heures de Sautecolline": une fois là-haut, vous approchez le nirvana, vous vous sentez un géant, à côté d’un autre géant qui domine majestueusement ce merveilleux petit village de la Drôme.

Enfin, j’ajoute, pour me dédouaner de tant d’infidélités à mes chères Yvelines, que Jmlv m’a fait découvrir un coin absolument magnifique, le terme exact serait plutôt paradisiaque. "La ciste des jumeaux" (1932/78), encore une fois dans des conditions favorables, pourra vous faire oublier pendant quelques instants toutes les noirceurs du monde qui nous environne.

Avez-vous quelques anecdotes amusantes à nous conter ?

- Chaque recherche de ciste peut apporter son lot de petites surprises, d’événements inattendus, parfois cocasses, parfois désagréables, vous en avez déjà donné beaucoup dans les précédents Ciste-Thématiques. Certains me sont arrivés également, je ne radoterais pas en vous livrant les miens, car il n’y aurait pas de plus-value.

Par contre, j’ai une anecdote qui est presque une histoire, l’histoire de ma rencontre avec Ani. Vous connaissez : la souris sauteuse ni ange ni diable. Tout avait commencé avec "la Mathémaciste" (6462/78), une énigme à se tordre de douleur neuronale, que cette chère Ani nous avait concoctée, et sur laquelle elle nous relançait avec son insistance toute féminine. Evidemment, je faisais partie de la bande des chercheurs cobayes, et après de nombreux messages personnels où le mystère s’épaississait plus qu’il ne s’éclaircissait, c’est au bord de l’épuisement intellectuel que je suis enfin arrivé à décapsuler "la Mathémaciste". A la suite des félicitations sur cet exploit - ne soyons pas modeste - et de confidences personnelles, j’ai reçu quelques temps après un étonnant message qui ressemblait bizarrement à celui qui nous est envoyé après une inscription à une nouvelle ciste.

Elle s’appelait "la ciste du pied gauche". La localisation : les Clayes-sous-Bois, c'est-à-dire là où je travaille. Elle était composée d’un objet dans une boîte de médicament et elle avait été cachée par Ani le jour précédant. Une photo énigmatique était jointe et un texte l’accompagnait, tout comme pour une ciste classique : "Fais le tour de la Bull, et au pied gauche de la photo indice tu me trouveras". Le midi, je me précipitais hors de mon établissement avec ma photo indice. Après un tour de l’enceinte, un énorme éclat de rire, quand, au pied gauche du panneau du collège où Ani est professeur d’histoire géographie, en face de la Bull, à peine cachée dans les troènes, j’ai découvert une petite boîte qui m’attendait, avec, à l’intérieur, un Batman et un post-it dédicacé. Elle avait osé ! A peine remis de mes émotions, le lendemain Ani recevait un message l’informant que l’échange avait été effectué et que le post-it avait été signé. A la place du Batman, une paire de charentaises d’un beau violet, et un mot en rapport avec les qualités sportives d’Ani, car la pauvre s’était tordu la cheville sur une des cistes du commandant Microb. Le tout ayant été remis à l’endroit initial de "la ciste du pied gauche". Je vous laisse imaginer la suite lorsqu’ayant récupéré la ciste, elle l’a déballée devant ses collègues !

Depuis, avec Ani, on ne se quitte plus sur le forum des Yvelines, et le matin il y a souvent un petit message sympa, qui attend l’un ou l’autre, juste avant le départ pour la mine (sourire). J’ai même réussi à la faire venir sur nos épreuves de Course d’Orientation. Elle ne court pas encore, mais j’ai bon espoir. Il y a des rencontres comme ça, qui vous font apprécier la vie...

Je vous sens très volubile, avez-vous un autre sujet sur les cistes que vous aimeriez aborder?

- Puisque vous m’en donnez l’occasion, je voudrais dire tout le bien que ce jeu peut procurer, vous m’arrêterez quand vous voudrez (rires). Tout d’abord, ma plus grande joie, c’est qu’avec ce jeu, je me sens rajeunir et je retrouve, je l’ai déjà dit, mon âme d’enfant. Entre-nous, je crois que je ne l’avais jamais vraiment perdue...! Ensuite, le partage qu’il offre, un mot que j’ai d’ailleurs repris comme clef d’une de mes énigmes. Y a-t-il quelque chose de plus beau que de vouloir partager ses découvertes, ses rires, ses joies, ses passions ?

Enfin, ce sont toutes ces rencontres, dans un premier temps virtuelles et puis ensuite réelles, souvent sur le terrain, ou au cours de réunions cistiques. Ces amitiés qui se créent, et même quelques fois plus, si j’en crois certaines rumeurs (rires). Pris au tout début pour un doux dingue victime d’une secte, j’ai réussi petit à petit à convaincre autour de moi. Ainsi, ne vous étonnez pas si Psykolutin me répond parfois avec tant de familiarité, et que Fox Mulder s’inscrit volontiers sur toutes mes cistes. Le premier est mon fils, le deuxième est mon frère. Même à mon travail, la contagion du Microb a touché un canard plongeur : Fuligule !

Alors, je vais maintenant évoquer toutes ces personnes qui font partie de mon univers cistique, et que je retrouve avec le plus grand plaisir sur le forum, sur le terrain ou chez notre reine. Evidemment je suis forcé d’en oublier, ils me pardonneront s’ils croient à la sincérité de mes messages personnels.

A tout seigneur tout honneur, vous êtes en face de moi, c’ est donc par vous que je commencerai, DG, seigneur de l’ombre, d’une efficacité et d’une rapidité remarquable face aux multiples bévues de ses sujets indisciplinés et tête en l’air dont je fais hélas souvent partie. Jmlv, Jihem, Jean-Michel, pour lui j’avais préparé environ trois pages et puis pour éviter de trop agresser sa modestie légendaire, c’est Serge Lama qui m’a sauvé : "C’est mon ami, et c’est mon maître". Ani, c’est fait. Loner, c’ est de dos que je le connais le mieux, agenouillé à décapsuler la ciste, le premier. Combien de fois j’ai pu vérifier sa perspicacité et sa rapidité devenues légendaires, après celles incontestées d’Emmanuel 78. J’ai une grande admiration aussi pour ses boîtes, qui sont toujours très soignées et bien remplies ; un jour je ferai l’effort de l’imiter. Sioux, mon indienne préférée, que j’ai découverte sur le forum, car elle est un peu Yvelinoise. (Je vais encore la faire rougir, mais pour une squaw, c’est moins grave.) Sa puissance des mots n’a d’égal que sa puissance des images, et j’adore ça. A tel point qu’un jour, le résultat de nos échanges s’est conclu par la naissance de Logorrhix. Attention, pas de mauvaise interprétation, en aucun cas il n’y a eu de contact physique (rires). Logorrhix, qui est devenu depuis une sorte d’ange gardien pour Microb afin de tempérer ses nombreux excès, et même de le tirer de mauvaises passes sur certains forums.

Chuckle, une rencontre très sympathique avec sa femme et son chien, sur une ciste introuvable. Depuis il est devenu officiellement le testeur de la plupart de mes cistes, en s’y inscrivant et en les vérifiant le premier... Boudicca, que je connais très peu finalement, mais c’est ma reine, et à sa cour, on ne rencontre que des gens sympas, qu’elle sait si bien accueillir avec Yanovitch. Arkanciel : c’est la Bretagne qui me gagne, et aussi, depuis peu, avec Soizic dont l’humour me fait fondre. Crocus, qui m’a attiré dans sa région merveilleuse de la Drôme provençale, en y déposant rien que pour moi une ciste très gentille, " La ciste de la logorrhée" (7766/26), allusion à la maladie dont j’étais atteint à l’époque, et dont certaines séquelles sont encore visibles et audibles. Et enfin, Morgane et son message, sur le forum du centre, qui m’a littéralement submergé d’émotion. Je vous livre tel quel: "Bonjour c'est Morgane, je suis la petite-fille de Nanounanie et j'ai 7 ans. J'adore découvrir des cistes et même que j'ai trouvé toute seule la cachette de la ciste du cirque d'altitude. Comment s'appelle ta petite fille ? Gros bisous. Morgane". Encore pardon pour tous les autres.

DG, je vous rends enfin le micro.

Merci Microb, tout ça me donnerait presque envie de lâcher mon clavier et d’aller cister ! :))

Photos insolites
 
 

Encore une séquence sourire, grâce aux Cisteurs et à leurs appareils photo toujours prêts à transformer un instant en éternité. Régalez-vous !

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Une Cisteuse belge avait caché une ciste à Liège, dans un endroit qu’elle connaissait très mal. Un jour, elle a reçu un mail d'un Cisteur lui demandant d’aller vérifier sur place si cette ciste n’avait pas disparu. Notre Cisteuse cherchait à ce moment une maison ou un terrain en vue de faire construire. Elle s’est rendue à l’endroit de la cache et est passée devant un nouveau lotissement. Et là... Bingo, elle a trouvé terrain et maison, exactement ce dont elle rêvait ! Elle ajoute : "Je tiens donc à remercier cistes.net de m'avoir permis enfin de trouver mon nouveau chez moi. Petite anecdote pour vous, mais grand changement pour moi !"

Dans le Calvados, les cistes déposées près d'une vieille église abandonnée (en cours de fouilles archéologiques) ont été retrouvées par les archéologues lors de leur nettoyage annuel. Amusés et bienveillants, ils ont laissé un mot de sympathie dans chacun des carnets ainsi qu'un dépliant expliquant l'histoire des lieux dans les boîtes qui le permettaient.

Il existe une ciste dont l’énigme se compose de photos. L’une montre l'arbre renfermant la boîte, avec, en arrière-plan, un banc sur lequel est assise une vielle dame. En arrivant sur le spot, un Cisteur a repéré l'arbre et le banc, et au moment où il s’est dirigé vers celui-ci, une vieille dame s'est assise dessus ! L’histoire ne dit pas si c’est la même :))

Une Cisteuse française a reçu des amis belges pour un week-end. Ces amis belges ne connaissaient pas le jeu des cistes, elle leur a proposé un deal : invitation au restaurant, mais pas avant d'avoir déniché trois cistes locales. Ils se sont pliés aux conditions mais, en partant, sur le livre d'or de leur hôtesse, ils ont laissé le message suivant : "Petit week-end à Troyes, où des dingues font du trafic de sac poubelle.. . Chacun son truc !" :))

A force d'arpenter les rues de sa ville, le nez baissé à la recherche de cistes ou de spots sympas, cette Cisteuse a commencé à collectionner ce qu’elle trouvait sur son chemin : une gourmette homme, une chaîne, et une dizaine de boucles d'oreille. Tous ces bijoux sont en argent.

Encore une affaire de ciste baladeuse. Après avoir constaté la disparition d’une ciste et en avoir prévenu le Cacheur, une Cisteuse est repartie sur les lieux afin de cacher une "ciste de secours". Elle a alors retrouvé l’ancienne, revenue à sa place entretemps !

Un soir, une Cisteuse s’est garée devant une abbaye occupée par des religieuses, et a cherché une ciste qu’elle pensait cachée à proximité. En vain. L’obscurité étant venue, elle est rentrée chez elle. Le lendemain matin, têtue, elle est retournée sur place. Elle a alors avisé un panneau avec un plan, à quelques dizaines de mètres de là. Elle est sortie de sa voiture, laissant la portière ouverte, pour aller consulter ce plan. En revenant, elle a trouvé trois gendarmes fouillant consciencieusement l’intérieur de son véhicule ! Les pandores avaient été appelés par les religieuses inquiètes, car elles pensaient que la voiture était là depuis le soir précédent. Pour se justifier, notre Cisteuse a déclaré aux gendarmes qu’elle "cherchait un trésor". On imagine la tête de ces derniers en entendant, pour la première fois de leur vie, une criminelle invoquer une excuse aussi minable :))

A l'est, du nouveau
 
CA Y EST, LA POLOGNE EST INFECTEE !
 

Pixi et Samanta viennent de cacher quatre cistes en Pologne, pays qu’on sait être riche en plombiers, mais pauvre en cistes. En fait, tellement pauvre qu’il n’y en avait encore aucune :))

Nous espérons que l’infection cistique va s’y étendre rapidement.

Traits & Portraits
 
SAMSAGACE
 

Samsagace (Palmarès) est un cisteur français d’origine belge. Frontalier; il ciste sur la France, le Luxembourg, mais son coin de prédilection reste la province du Luxembourg en Belgique, d’une part car cette région l’a vu naître il y a 32 ans, et d’autre part à cause de la beauté des lieux servant d’abris aux cistes luxembourgeoises.

Comment avez-vous découvert les cistes, et quand ?

- J’ai été initié à la recherche cistique en octobre 2005 par mes parents, eux aussi, passionnés d’énigmes et de chasse au trésor. J’ai trouvé ma première boîte le 14/11/2005 et j’ai caché ma première ciste en France (11941) le 23/10/2005, je me suis ensuite attaqué à la Belgique, bien que j’en aie caché une en province de Namur (16354), la plupart des autres sont en province de Luxembourg, et d’autres sont en préparation.

Comment parvenez-vous à concilier famille, études (ou travail) et cistes ?

- Je vis avec mon compagnon qui n’est absolument pas passionné d’énigmes, et qui a du mal à comprendre que je puisse passer autant de temps et brûler autant de litres d’essence à la recherche de boîtes en plastique ne renfermant que des babioles sans valeur, bien qu’il soit le premier à regarder mes trouvailles et à les conserver jalousement, comme un trésor :)) Ce qui m’oblige à vider ses placards pour remplir mes cistes. Mes parents ne me sont pas de grande aide non plus, Cisteurs eux-mêmes, ils gardent sadiquement leurs secrets et ne me donnent des conseils, à leur insu, qu’après une soirée arrosée !

Avez-vous une idée du nombre de kilomètres que vous avez parcourus ?

- J’ai trouvé une ciste à moins de cinq minutes de chez moi et d’autres à plus d’une heure de route, je ne compte plus les kilomètres depuis longtemps. Il m’arrive de partir à la recherche de trois ou quatre cistes dans la même journée. Depuis quelques mois, le nombre de cistes dans notre belle province à considérablement augmenté, ce qui permet de trouver pas mal de boîtes proches les unes des autres (on peut même passer devant une cache plusieurs fois sans s’en rendre compte. Hein, Chokini ? :)).

De toutes les cistes que vous avez trouvées, laquelle est votre préférée ? Pourquoi ?

- La ciste randonneuse de Chokini (12870). L’énigme est assez simple et la balade vaut la peine. Je connaissais déjà le coin depuis ma tendre enfance, car j’y allais de temps en temps faire des balades en famille. Je n’y avais plus mis les pieds depuis près de dix ans et ça m’a rappelé pleins de souvenirs du temps où les gnomes et les dahus peuplaient les forêts. Cette ciste était la première dans notre région, qui m’a obligé à marcher plus d’une heure dans les bois. D’autres ont vite suivi et ce sont celles-là les plus "magiques" à rechercher.

Quelle était l'énigme qui vous a le plus plu ?

- Celles de Mériadoc et Pouillon. Elles sont en général assez compliquées et me donnent souvent des migraines et des réveils en sursaut. "La ciste au cœur de la forêt" (12488) ou celle du "masque de fer" (14694) sont particulièrement tordues ! Je n’ai d’ailleurs toujours pas déchiffré la deuxième, bien qu’aillant trouvé la ciste, contrairement à Evyncke qui lui, déchiffre les énigmes mais ne trouve jamais les cistes :)) J’aime bien aussi certaines énigmes de Chokini qui valent leur pesant d’or aussi, faut parfois chercher loin pour trouver la réponse pourtant évidente après coup…

Quel est le coin le plus spectaculaire que vous ayez découvert grâce aux cistes ?

- Il y en a plein. Je crois que la ciste musicale est l’un des plus beaux (13421). Une promenade à faire en famille, comme "le lac sous la brume" et "la belle fario" (15441 et 15854), elle peuvent être trouvées le même jour et vous feront passer un bon moment. Et si vous êtes sur place, demandez-vous si il n’y en aurait pas d’autres dans le coin (je vous aide là !) .

Vous avez certainement été confronté à des tas d'anecdotes amusantes. Laquelle est votre préférée ?

- Toutes mes trouvailles ou presque ont une anecdote ! Sur "La ciste de la remise" (15180), un endroit qui semble désert à première vue, quelle ne fut pas ma surprise, arrivé sur place, de rencontrer une équipe de moldus en train de jouer au foot à l’endroit où se trouve la ciste ! Une autre : un soir, après le boulot, je décide d’aller chercher "la ciste du beurre jaune" (12541) au grand-duché de Luxembourg, j’avais trouvé l’endroit et, sûr de moi, je commence mon périple, à pied. Il est 17h00, en plein mois de décembre, et j’étais en costume cravate ! Après une bonne heure de marche, la nuit et la température étant tombés, je suis rentré bredouille et complètement gelé, pourtant certain de n’être pas passé loin de la boîte. Je suis revenu le lendemain et j’ai trouvé la ciste, au bord d’un ravin de presque cent mètres que je n’avais pas vu dans l’obscurité, la veille. Cette ciste aurait pu être rebaptisée "La ciste du Samsagace perdu" :))

"La ciste du lac sous la brume", un sentier paisible, pas un chat à l’horizon, pris d’un besoin pressant, je décide de me soulager contre un arbre (oui je sais, c’est pas bien). Bref, je sors l’objet du délit et soudain je m’aperçois que les buissons derrière l’arbre me regardent, oui oui, des yeux, puis une tête et en fin de compte un régiment complet de militaires, en bivouac dans la forêt. Ils ont du être surpris de me voir dans cette position ! Même si vous vous croyez seul au beau milieu de nulle part, méfiez-vous des buissons !

Des rencontres cistiques, j’en ai fait, pfff, deux ou trois cents ! Ben oui, des gens louches, dans des lieux perdus, ça ne peut être que des Cisteurs ! En réalité je n’ai rencontré qu’un seul vrai Cisteur, SB250 pour ne pas le nommer. Mais j’ai bien cru, la semaine dernière, avoir croisé un couple de Cisteurs. Je remontais de "la ciste de la belle Fario" lorsque mon chemin croisa un couple de jeunes, sac à dos et boussole. Un petit bonjour furtif, soupçonneux même, et je continuais mon chemin. Arrivé à ma voiture, j’écris un petit mot : "bonjour de Samsagace", que je laissais sur leur pare-brise. A l’heure actuelle, il n’y a pas eu d’autre échange dans cette ciste. Ce brave couple de promeneurs doit toujours se demander qui est Samsagace :))

J’ai déjà recensé cinq Chokini différentes et une demi douzaine de Goorcat. Et chaque fois que je vois un homme qui a l’air perdu, je me dit que c’est sûrement ce pauvre Evyncke qui ne trouvera pas de ciste aujourd’hui encore :))

Curiosités
 
LES NOMBRES S'AMUSENT
 

Ce n’est pas que cela ait de l’importance, ni même de l’intérêt (en fait, ça n’en a aucun !), mais nous vous signalons que le mois de juin a connu quelques curiosités numériques.

- Un nombre uniquement composé de "1" et de "7", pour les cistes cachées.

- Les échanges dans les cistes ont aligné tous les chiffres de 1 à 6, dans l’ordre.

- Le nombre de membres enregistrés a connu une débauche de "3".

- Enfin, à noter que la France vient d’enregistrer sa 15000ème ciste.

Vous pouvez maintenant arrêter de bâiller, vous servir un verre, enfiler vos charentaises et poursuivre votre lecture :))

Traits et Portraits
 
ECUMASTOR
 

Ecumastor (Palmarès) vit à Gérardmer, dans les Vosges. Il se décrit comme un marcheur, joueur d'échecs, cuisinier expérimental, et bidouilleur invétéré :))

Entre autres occupations, il oscille entre son travail (développement de sites internet (Octetlibre) et la recherche de cistes.

Il a découvert les cistes grâce à un article dans la presse, début mai.

- Je suis allé voir le site, m'y suis inscrit. Le reste est venu tout seul. Pour l'anecdote, pour ma première ciste ("Tout au fond", 88/15637, cachée par Jarelle), je n'avais rien compris à l'énigme. C'est la photo qui m'a mis sur la piste (on voit un fond derrière la ciste qui ne pouvait, à mon souvenir, que correspondre à un seul endroit). J'ai ainsi appris une nouvelle légende… et pris goût à l'aventure !

Son travail lui laisse parfois du temps dans la journée, en fonction du nombre de ses clients.

- En périodes creuses, j'adore enfiler mes godasses, mon chapeau, et roule… J’ai parcouru pas mal de kilomètres en voiture pour me rendre sur les lieux de caches présumées. Surtout que je me perds très vite lorsque je ne suis pas à pied. Il m'arrive parfois de faire des détours complètement loufoques. Pour aller de A à B, moi, je passe par C, J voire même Y :))

Ses cistes préférées :

- Ainsi que je l’ai dit, "Tout au fond" (88/15637), car elle m’a appris le principe du jeu. Ensuite, "La Ciste du chemin de la fiée" (88/699). J'y ai appris le sens du mot "occidental". Une ciste sur laquelle j'ai remis trois fois mon ouvrage !

Son énigme favorite :

- Là également, "La ciste du chemin de la Fiée" (88/699), car j'avais mal interprété l'énigme au départ, et la motivation était suffisante pour m'inciter à y revenir. C'est de plus une énigme qui m'a attiré vers le forum, où j'avais reçu un peu d'aide. J'aime bien ce principe de contacts.

Quel est le coin le plus spectaculaire que vous ayez découvert grâce aux cistes ?

- Avec son "Balcon de Solem", Sioux m'a emmené vers un coin sympa, une bonne bavante, surtout que je marche plutôt vite en général, lorsque je suis seul. Une bonne leçon d'endurance, il faut aussi dire que je ne suis que rarement les chemins… Et, en montant, que de moustiques ! :))

Vous avez certainement été confronté à quelques anecdotes amusantes. Laquelle est votre préférée ?

- Non, car je suis tout jeunot dans ce jeu. Je n'ai caché à ce jour qu'une seule ciste ,"Le Sot de l'Ane" (88/16096). Mais je me vois encore courir dans toute la maison, à la recherche des trucs-machins-que-je-vais-mettre-dedans… Comme un gamin. Et je dois avouer que j’y ai pris grand plaisir !

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c’est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu’en commandant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Le coin gastronomique
 

Groussay, notre amphitryon habituel, connaît en ce moment quelques petits ennuis de santé. Il nous demande de remercier de sa part Locotwister, Jadeemeraude, Davinci, Microb (ainsi que tous ceux qui lui auraient envoyé un MP entre-temps) pour leurs messages de soutien.

Nous lui souhaitons bien sûr un prompt rétablissement.

En attendant son retour à la tête de cette rubrique, c’est Max Valentin qui s’y colle.

Max adore en effet se tenir aux fourneaux, et comme tous les fanas de cuisine, il a ses recettes secrètes auxquelles il tient comme à la prunelle de ses yeux. Parmi elles, il y en a certainement de bien compliquées :)) Mais il y en a aussi une, simplissime, que j’ai réussi à lui arracher après un duel féroce au couteau de cuisine et au pic à glace : une recette de vinaigrette !

Je sais, je sais, une vinaigrette, ce n’est pas très sexy. Mais je vous garantis que celle-là est capable de transformer une bête laitue ou une stupide frisée en plat trois étoiles !

DG

Pour 6 personnes

Le jour précédent. Mélanger, à quantité à peu près égale, chacun des ingrédients suivants : feuilles de menthe fraîche, feuilles fraîches de céleri, ciboulette fraîche, basilic frais, persil frais. Les congeler. Une fois bien congelées, écraser toutes ces feuilles avec un pilon afin de les réduire en poudre. (Il faut faire cela très rapidement afin qu’elles ne décongèlent pas.) Bien mélanger cette poudre, puis la remettre au congélateur. (*)

Le jour même. Couper une ou deux petites échalotes en petits morceaux (au couteau). Ajouter ¼ de cuillerée à café de sucre. Sel, poivre blanc. 3 cuillerées à soupe d’huile d'olive + 4 cuillerées à soupe d’huile de colza. 1,5 cuillerée à soupe de vinaigre balsamique, ½ cuillerée à café de moutarde, un peu d’ail en poudre. Très important : ajouter trois ou quatre giclées d’arôme Maggi (voir ci contre).

Ajouter à ce mélange les ingrédients précédemment congelés et réduits en poudre : 1 cuillerée à soupe rase pour un gros saladier de 6 personnes. Laisser macérer au frigo pendant 30 mn avant de mélanger à la salade.

Convient à toutes les salades, sauf à la salade d’endives et aux tomates. Pour la mâche ou le cresson, réduire le vinaigre des 2/3.

Bon appétit !

(*) Si, lorsque vous les réduisez en poudre, les feuilles décongèlent trop vite, ce n’est pas grave. Il suffit de remettre le mélange au congélateur, puis, quelques heures plus tard, de repasser le tout au pilon, très vite.

Vous pouvez préparer les ingrédients à congeler longtemps à l’avance, et en grosses quantités. Personnellement, j’en conserve au congélateur de quoi tenir jusqu’au printemps suivant.

En stock
 
CHEZ LES VALEETITI, IL Y A DE LA RESERVE !
 

Chez les Valeetiti, pas question d’être pris au dépourvu. Comme en tmoigne la photo ci-dessous, ils ont préparé de quoi cacher pendant les beaux jours !

On ne s’en lasse pas. Voici les objets faits main par les Valeetiti :

- A gauche, de superbes petits cadrans solaires. Au milieu, une jolie collection de porte-clés scoubidous. A droite, leurs célèbres coussinets "Sapin".

No comment around the clock
 
UNE CISTE BOURREE DE DECIBELS
 

Noé, musicien du groupe "No Comment", a caché la ciste du même nom (N°17375) le 21 juin 2006 à 20 H pile... sur la scène où il jouait ! Deux cisteuses auboises ont fait le déplacement afin de faire un échange, et, accessoirement, se faire payer un verre par Noé, comme promis sur le forum Champenois :))

Cette ciste a maintenant pris ses quartiers d’été pas très loin de la scène du 21/06… mais se réserve le droit de déménager ponctuellement pour suivre son groupe de rockeurs !

 

CISTO-MIAM-MIAM DANS LES LANDES

Dardanos invite des Cisteurs à visiter son site pour y découvrir les photos de la rencontre cistico-gastronomique landaise.

Les Fontaine, les Lupin, les Toutankhamon, les Quiquidam, les Popolipopo se sont prêtés à un petit jeu de piste concocté par la tribu Dardanos autour des lacs de Nerbis. Après la découverte du lieu de rencontre où le verre de l'amitié les attendaient, ils sont partis se régaler dans une ferme-auberge gastronomique non loin de là.

Anecdotes et bon souvenirs cistiques ont fusé dans la bonne humeur générale. Ventres biens remplis et zygomatiques hyper tendus, ils se sont quittés en se promettant biens d'autres journées comme celle-là.

DAME BOUDICCA REÇOIT

Pour la troisième année consécutive, Boudicca et Yanovitch ont organisé, le 24 juin, la rencontre cistique de l’été. Mais plutôt qu’un long discours, voici quelques photos.

RENCONTRE MOSELLO-MEURTHE-ET-MOSELANNE

Les premières rencontres cistiques Moselle / Meurthe-et-Moselle ont été un succès. Avec une bonne vingtaine de participants, l’objectif d’une rencontre conviviale a été atteint.

Accueillis le matin par un petit déjeuner préparé par Kty, les Cisteurs et Cisteuses se sont rendus sur l’un des deux circuits cistiques préparés pour l’occasion par Kty et Jamybo. Le circuit Moselle a été ponctué de moments d’émerveillement avec des énigmes tournées sur l’œuvre de George de la Tour et faisant apparaître aux Cisteurs des endroits magnifiques et insoupçonnés.

Le circuit Meurthe-et-Moselle, plus classique, s’est déroulé à grand renfort de Cisteurs et a permis de dénicher des cistes non prévues au programme ! Notons que chacun a pu savourer de petites sucreries de Lorraine, délicatement placées dans les cistes.

La journée s’est terminée autour d’une bonne tablée pour continuer les échanges et surtout écouter les tuyaux et les trucs de Cisteurs.

Forts de ce premier succès, de la bonne humeur et de l’enthousiasme des participants, les organisateurs (Kty, Tioo et Jamybo) devraient très vite renouveler leur initiative.

Bon voisinage
 
COHABITATION DE BOÎTES
 

Dans un mur, à deux mètres d’une ciste de Nalu, se trouve une autre boîte. Ce n’est pas une ciste, et il ne semble pas que ce soit une geocache.

Cette boîte étrange, venue d’ailleurs, contient de petits mots, vraisemblablement écrits par des ados.

Les deux boîtes sont toujours en place et cohabitent sans problème...

Traits & Portraits
 
BERNIQUE ET SON ROCHER
 

C’est peu avant la fin de la guerre que la future Bernique (Palmarès), issue d’une lignée finistérienne exilée à Saint-Nazaire, vint au monde. Après 10 ans d’une carrière d’infirmière en psychiatrie, elle a choisi d’élever ses deux enfants (un fils Cisteur, Rigado 28) et une fille (épouse d’Emmanuel78) pour suivre son mari muté tous les deux ou trois ans sur les chemins de fer de France et d’Afrique.

- Le périple finissant à Saint-Nazaire où nous "retraitons". C’est au cours des vacances 2003 que notre gendre (cisteur débutant à l’époque, mais ô combien prometteur !) nous expliqua le fonctionnement d’un nouveau jeu qui commençait à envahir la France. Le concept me plut. Mon Rocher, plutôt réticent au départ, devenait quand même le support de sa Bernique au cours d’un voyage en Bretagne (terrain privilégié de notre activité cistique).

Bernique ne rencontre pas trop de problèmes pour concilier les cistes avec son activité de bridgeuse. Sa vie de grand-mère (quatre chères petites têtes blondes) et sa vie familiale de retraitée avec son Rocher, lui laissent assez de temps.

- Nous ignorons le nombre de kilomètres parcourus, tout comme nous ignorons le nombre de nuits d’hôtels, de repas aux restaurants lorsque nous partons pour plusieurs jours. Quand on aime, on ne compte pas et il nous sera beaucoup pardonné… car nous avons beaucoup aimé !!!

La ciste préférée :

- Dur, dur, de faire un choix. Il faudrait un classement par catégorie : scientifique, historique, jeux de piste, balade etc. Celle qui fut la plus appréciée lors d’un périple s’estompe au fil des nouvelles découvertes. J’ai tout de même un faible pour le spot d’une ciste de Yaco (la 1714 sur l’estuaire de la Rance, hélas disparue) par une journée ensoleillée d’hiver, au lendemain de Noël 2004. Les reflets du soleil sur la mer bleue étaient splendides et la vue grandiose.

Les énigmes préférées :

- Dans les belles énigmes, je classe une grande partie des cistes de Bob d’Artois, notre cher comte. Notamment la 1917 et la 1918 (Histoire d’amour) : la même énigme pour deux cistes face à face sur chaque rive de la Rance. Mais il y en a bien d’autres de Bob d’Artois, que l’on peut aussi classer dans les casse-tête, comme celle de Lohéac n° 2194, qui nous a coûté plusieurs allers-retours sur le terrain. Mais notre pugnacité fut récompensée car, finalement, nous avons été les premiers à la trouver... Il y en aurait tant d’autres, comme la belle balade que nous a offert Emmanuel78 avec son circuit Arc-en-ciel. Il nous avait laissés à l’entrée de la forêt enneigée, et jusqu’à la tombée de la nuit, nous l’avons parcourue à pied pour trouver les sept couleurs de l’arc-en-ciel. Il y a aussi La trilogie de la folie de Béaventure, physique, juste comme il faut, et superbes sites.. Et aussi la série des ponts des Naoned-cisteurs, la série des Titbinou en Vendée "les cistes de mon enfance", etc. Et même une certaine nantaise qui, pourtant, nous laisse un arrière goût amer (nous avons retrouvé notre voiture pillée et une vitre cassée).

Des anecdotes ?

- Nous promenant sur la côte et passant près d’une de nos cistes, nous avons aperçu Jabeclasy, à plat ventre, cherchant la boîte. Il ne nous avait pas vus, et a sursauté en entendant au-dessus de sa tête : "Dans l’énigme, il est écrit : "Sous tes pieds entre les premières pierres !" Eclats de rire de part et d’autre :)) C’était bien plus agréable que de voir débouler un jour une châtelaine et ses chiens : la dame nous avait suivis par caméra pendant notre découverte et notre échange derrière la barrière de sa propriété. Mais tout s’est bien terminé puisque, après explications du jeu, la ciste a été autorisée à rester en place !!!... Autre anecdote : dans un parc nantais où nous recherchions une statue sans tête, un jeune (Sebetché) nous renseigna ainsi : "La ciste est toujours là, je viens de la faire !". Ou encore, Béaventure et l’Aimetier nous demandant sur une ciste de Jmlv : "Ne serait-ce pas cette boîte que vous cherchez ?" :))

Des conseils ?

- Avec le temps, compte tenu de l’abondance des cistes, nous finissons par sélectionner celles qui nous semblent correspondre à l’esprit et à la déontologie du jeu, tels qu’indiqués dans le mode d’emploi dont beaucoup de Cacheurs, hélas, ne se soucient guère. Parmi nos critères, la rédaction correcte de l’énigme, et surtout, l’expérience du Cacheur. Nous nous méfions en effet des cistes cachées par un novice dans un département où elles abondent déjà, surtout si ce Cacheur n’est pas inscrit sur le forum. Par ailleurs, j’avoue ne pas trop aimer les cistes cryptées "réservées aux seuls initiés". Pour avoir un maximum de satisfaction, quand, avec mon Rocher, nous avons décidé d’un grand circuit touristique et cistique, nous adressons une requête aux Cisteurs locaux de la région à visiter.

En conclusion, une belle ciste, c’est avant tout une belle énigme qui passionne jusqu’à en rêver parfois ; et sur le terrain, c’est une belle boîte (bien à la place prévue !). C’est la vraie récompense offerte par le Cacheur !

Récolte
 
QUAND IL N'Y EN A PLUS, IL Y EN A ENCORE !
 

Ckjm a réuni sur cette photo tous les objets trouvés dans les cistes. Impressionnant ! On dirait une gigantesque tarte ! :))

Photos du mois
 
NYSREP62 A L'HONNEUR
 

Nous présentons ce mois-ci trois très jolies photos signées Nysrep62 qui traduisent, chacune dans son genre, le charme particulier et méconnu des régions situées au Nord de la France.

Découverte
 
JURASSIC PORK
 

En cherchant une ciste au flanc d’une colline abrupte en avril dernier, un Cisteur (qui désire garder l’anonymat) a découvert un os apparemment pétrifié, pris dans le calcaire.

Pensant avoir trouvé les restes d’un animal préhistorique, il a envoyé cet os à des spécialistes. Il vient d’obtenir une réponse : il s’agissait des restes d’un genre de sanglier (tout de même vieux de quelques milliers d’années).

Courrier des lecteurs
 

Rien ce mois-ci.

oOo

Quelques précisions concernant le forum.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu’il est totalement indépendant de cistes.net. Vous devez vous adresser à son administratrice, la charmante Laetitia2Monterant, ou à ses modérateurs, Crazy Rabbit, Docteurjekyll, et Pouschtroum.

A faire / à ne pas faire
 
UN CONSEIL DE CYPRIS
 

Cypris, qui avait créé un circuit en plaçant dans la première ciste un plan pour trouver les suivantes, déconseille aujourd’hui formellement cette technique :

- Si l'on pense aux enfants, ou aux parents débutants, on a tendance à leur fournir ainsi un petit coup de pouce pour leur éviter un découragement en cours de circuit. Or, c’est à éviter comme la peste ! En effet, si la première ciste est découverte par hasard et volée par un moldu, les autres le seront également grâce au plan placé dans la première. Ça vient de m’arriver deux fois, et c’est vraiment rageant.

Statistiques
 
Juin 2006. Cistes cachées : 831. Nb d'échanges : 7410.
 

PubliCistes
 
QUELQUES INFOS par Philippe d'EUCK
 

Alors comme ça, on se décarcasse à crapahuter dans l’Hexagone pour cacher en pleine nuit de superbes PubliCistes et pour vous faire gagner de jolis cadeaux, et ça vous laisse muets ?!!

Certes, DG a déjà reçu beaucoup de messages concernant vos hypothèses sur la deuxième PubliCistes, "Embrouille sous le cagnard", suivie dans la foulée par la troisième, "Le commissaire Mangin enquête". Mais on a l’impression que, sur le forum PubliCiste (merci Laetitia, au passage), ça ne se bouscule pas. L’endroit est plus calme qu’un cimetière esquimau à trois heures du matin !

Bon, il est vrai qu’il s’agit de chasses au trésor, dotées, et il est bien normal de ne pas dévoiler vos pistes sur le forum. Mais nous pensions quand même assister sur le forum à une excitation un chouïa plus effervescente à ce sujet, ne serait-ce que pour le plaisir de jouer à l’intox, non ? Alors, lâchez-vous un peu ! :-)

Je profite de cet espace pour préciser que la localisation des Publicistes est trouvable depuis votre fauteuil, lit, bureau, plage, etc., du moment que vous disposez de quelques outils pour faire des recherches basiques. Elles sont, comme il se doit, dans des lieux ouverts au public 24h/24, et, évidemment, sur un spot d’accès gratuit. La cache exacte est définie par la photo qui illustre l’énigme.

Beaucoup de Cisteurs se disent que telle ou telle PubliCiste est trop loin de leur fameux fauteuil, et ils la laissent à d’autres. Ça, c’est vraiment dommage. Par exemple, pour la première PubliCiste, "Le Triangle Mystérieux", rien n’aurait empêché un Auvergnat, un Belge, un Suisse, un Breton, d’appeler un ami alsacien, s’il en a un sur place, ou un Cisteur du coin, pour aller trifouiller dans la muraille du château de Lichtenberg, et récupérer le cadeau. A charge, ensuite, de faire la même chose pour lui sur une future PubliCiste. (Bon, pour celle-là, le problème ne se pose plus, elle a été trouvée de manière étonnement rapide par Angelus68. Encore une fois, bravo à lui !)

Pour finir, je voudrais juste dire trois choses : premièrement, les énigmes sont un travail collectif de notre équipe. Vous n’y trouverez donc pas de "patte" particulière, ou un style. Nous essayons de varier les plaisirs, et il serait vain d’extrapoler la solution d’une PubliCiste à une autre Publiciste sous prétexte que ce qui a déjà été fait une fois sera peut-être refait dans le futur. Deuxièmement, sans infirmer ou confirmer ici quoi que ce soit quant aux hypothèses de localisations (régionales, communales, ou plus précises) que nous recevons, je tiens à préciser que lorsqu’il faut mesurer des distances sur le terrain, c’est toujours par rapport à une entité ou un élément pérenne. Enfin, pour ce qui concerne ces hypothèses de localisations que vous envoyez à DG, sachez qu’il ne vous répondra pas, mais en prendra bonne note. Si, après découverte d’une PubliCiste nous constatons que quelqu’un avait la bonne solution mais ne s’est pas rendu sur place, nous l’indiquerons dans la solution officielle.

Bonne chasse à toutes et à tous !

Exploit
 
LONER MET DANS L'EMILE !
 

En toute discrétion, comme à son habitude, Loner (voir son portrait dans Ciste-thématique N°12) vient de rejoindre le club très fermé des Cisteurs et Cisteuses ayant trouvé au moins mille cistes. On raconte que Boudicca, les Titbinous, Sioux, Emmanuel78, Yanovitch, Jmlv et Lonesloane l’attendaient avec un verre de champagne virtuel à la main. Un grand bravo à lui !

RAPPEL : LES ANCIENS NUMEROS DE CISTE-THEMATIQUE SONT CONSULTABLES EN CLIQUANT SUR "ARCHIVES" EN HAUT DE CETTE PAGE.
 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation