JOURNAL DES CISTEURS N°22
Parution du 07/03/2007
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
L'INDEX DE CISTE-THEMATIQUE
 

Vous recherchez un ancien article de Ciste-thématique ?

 

Désormais, il vous est possible de consulter l’index de tous les articles parus dans Ciste-thématique depuis le numéro 1 (et jusqu’au numéro du mois dernier) grâce à la page spécialement créée par Brossard56 et Jadeemeraude. Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ICI.

LE LOCALISATEUR DE YOGO
 

Certains Cisteurs -hélas trop rares- ont eu la bonne idée de s’inscrire sur le localisateur de Yogo.

Ce localisateur permet de savoir qui habite où.

C’est un outil extrêmement pratique pour contacter des Cisteurs qui habitent dans une autre région que vous, ou pour trouver quelqu’un qui pourrait se déplacer pour chercher une PubliCiste à votre place. Nous vous encourageons à vous y inscrire. C’est ICI.

Cacheurs, vous n’aurez plus aucune excuse pour coller sur cistes.net des images de la taille d’un confetti, ou des photos bouffées par les mites. Sur le site de Tioo, toutes vos images seront réduites à 10 Ko en un tournemain, automatiquement et en beauté ! Le réducteur d’images de Tioo, c’est un concentré de haute technologie, respectueux de l’environnement car entièrement réalisé à l’aide d’électrons recyclés :)) Pour y accéder, c’est ICI.

Editorial
 
LE BON, LA BRUTE ET L'ORDINATEUR par Philippe d'Euck
 

Ce numéro de Ciste-thématique sort avec plusieurs jours de retard. Nous vous présentons toutes nos excuses.

Ce retard est dû à une série de problèmes informatiques, survenus bien sûr en cascade pour ne pas faire mentir la Loi de Murphy !

Que celles et ceux d’entre vous qui n’ont pas encore expérimenté ce genre de délices se rassurent : tôt ou tard, leur informatique se rebiffera et ils éprouveront alors des tentations de meurtre qu’ils auront beaucoup de mal à réfréner. Pour se calmer les nerfs, il ne leur restera plus qu’à cracher sur leur député ou leur concierge.

Bonne lecture !

Il y a de plus en plus de rencontres entre Cisteurs. Il y a donc aussi de plus en plus de Cisteurs qui se connaissent.

C’est pourquoi, chaque mois, nous présentons ici la photo d’un Cisteur ou d’une Cisteuse, prise à l’époque où les cistes n’existaient pas encore :))

A vous de les reconnaître !

LA CISTEUSE-MYSTERE DE FEVRIER...

Il fallait reconnaître Soizic. C’est ce qu’a fait Sioux, mais par allusion, sans donner son nom. Woodpecker fut le deuxième, cette fois en citant nommément Soizic.

... ET VOICI LA PHOTO DE MARS.

Ci-contre, voici notre photo de mars. Comme pour celle du mois dernier, il n’est pas difficile de reconnaître qu’il s’agit d’une jolie fillette !

Vous devez reconnaître cette future Cisteuse au sourire espiègle. Son identité sera publiée dans le prochain numéro de Ciste-thématique.

Nous attendons vos photos, afin de les publier. Alors ne soyez pas timides : envoyez votre photo à davidgille@yahoo.fr.

Merci :))

Traits & Portraits
 
MAXIMEJUNIOR
 

Maximejunior (Palmarès) se présente :

- Je vis dans le sud de Paris, j’ai trente ans. Maxime est bien mon prénom, auquel j’ai rajouté "junior" car mon père possède le même prénom. Cela coule donc de source, Maximejunior, c’est moi ! Je ciste à Paris, dans les Hauts-de-Seine, et parfois un peu plus loin, en Yvelines ou en Essonne, quand j’ai envie de verdure… ou quand il m’arrive d’y travailler ! Sur le forum, je n’ai pas choisi mon avatar au hasard. C’est un personnage de la série "Urgences" pour ceux qui ne l’auraient pas reconnu, car je travaille effectivement dans le domaine médical.

J’ai découvert le monde des cistes en février 2005 (seulement ?). Un dimanche après-midi chez Maxime Senior, ma tante, qui avait un gros rhume, ne désirait pas sortir mais voulait s’occuper l’esprit. Elle avait entendu parler de cistes.net par un de mes cousins. Nous nous sommes connectés et avons téléchargé une énigme parisienne, la ciste d’un grand homme (@75@6474@) de Fleur et Fleurist. L’énigme se composait de textes et de photos. Nous avons résolu l’énigme petit à petit, en regardant les photos à la loupe, en furetant dans des bouquins et en faisant des recherches sur internet. Nous avons même pu jeter un œil sur le point présumé grâce à des photos aériennes parisiennes. J’étais chargé de vérifier nos conclusions sur place, dès le lendemain. Quelques points restaient quand même obscurs sur la localisation précise de la ciste. Mais une fois sur place, comme pourrait le dire Hercule Poirot, "les pièces du puzzle s’emboîtaient parfaitement", et j’ai trouvé cette fameuse boîte dont l’énigme nous avait occupé un moment. Une fois la ciste en main, j’étais très surpris ! Surpris de sa taille, tout d’abord, car l’illustration sur la première page de cistes.net montrait une grande boîte avec plein d’objets dedans et je me retrouvais avec une boîte de Tic-tac en mains. Surpris également que ce jeu qui semblait virtuel en façade soit bien réel, il y a effectivement des petites boîtes cachées un peu partout !

Le fait de devoir rester discret en prenant puis en reposant la ciste pour que personne ne s’aperçoive de sa présence m’a aussi bien plu ! Effectivement, à Paris ou en zone urbaine, un autre attrait des cistes est qu’il faut savoir rester discret. À la campagne ou en forêt, on peut se trouver isolé et sortir la ciste de sa cache le plus tranquillement du monde ! À Paris, c’est presque impossible. Il faut savoir jouer la comédie, faire semblant de rattacher ses lacets, de réparer son vélo, d’attendre quelqu’un en tournant en rond et en regardant sa montre (ça marche pas mal…). J’ai même reposé une ciste cachée en hauteur alors que je bâillais en m’étirant ! :))

Tout cela explique que le taux de disparition des cistes parisiennes soit assez élevé. Par contre, il faut souligner l’ingéniosité de certains Cacheurs, qui arrivent à trouver des cavités là ou personne ne le soupçonnerait, ou qui posent une ciste qui se fond avec son environnement. Je pense à une ciste posée par les Nous5 qui est en fait une fausse boîte électrique…

Je trouve ce jeu formidable pour de multiples raisons. D’abord, il permet de faire travailler "la tête et les jambes" : il faut souvent faire des recherches documentaires, apprendre un fait historique ou insolite, s’initier aux joies du décryptage. Puis, lors de la recherche sur le terrain, on se dépense souvent sans compter, on marche parfois pendant des kilomètres mais avec un but. À côté, quoi de plus déprimant que de faire des tours de stade, en rond ? :))

Je pense que les cistes sont un formidable pied de nez à l’esprit de compétition et d’individualisme très présents dans la société. La seule chose à gagner, c’est de passer un bon moment chez soi puis dehors. On a du mal ? On n’y arrive pas ? Aucun problème, les autres Cisteurs nous aident, sans rien demander en retour !

J’aime particulièrement le moment où, une fois sur place, je comprends tous les éléments de l’énigme, et que la ciste doit forcément s’y trouver. Je ne cherche quasiment jamais une ciste avec la main si je ne suis pas certain qu’elle se cache sur place. Et ça marche… la plupart du temps !

J’aime particulièrement les lieux insolites, surprenants, comme ces jardins parisiens cachés et isolés, où l’on oublie l’agitation de la ville. Les cistes sont ma bouteille d’oxygène. Il y a des semaines entières où je suis pris du matin au soir, et il est bien difficile de cister pendant ces périodes, d’autant plus que les squares parisiens sont fermés la nuit ! Heureusement qu’il y a le forum. Les semaines où je suis libre, j’essaye souvent de prendre une demi-journée ou une journée pour partir cister. Il m’est déjà arrivé de partir sur une ciste après une journée de boulot que je ne pensais pas être si longue, et me retrouver en pleine nuit dans la forêt… Je garde un très bon souvenir de quelques cistes, mais il est vraiment difficile d’en isoler quelques unes, car je n’ai jamais été déçu par une sortie cistique. Mon choix :

- La série de cistes cachées au Parc de Sceaux par Soizic. L’endroit est très agréable, et encore assez méconnu du public parisien. J’ai trouvé très original le fait de lier ces cistes par un scénario, et de devoir non pas trouver une simple boîte mais une assemblée de chevaliers ou des bijoux disparus.

- La ciste de la bonne aventure de Saluste (@75@11878@) où chaque Trouveur devait prendre dans la ciste non pas un objet mais une prédiction, un petit morceau de papier finement roulé. L’énigme m’a fait découvrir un discret jardin non loin de chez moi, dont je ne soupçonnais même pas l’existence !

- La série "La véritable histoire des trois petits cochons", de Duluoz, est du grand art. Je ne m’étendrai pas trop sur le sujet, car il est difficile d’en parler sans donner d’indices. Les dix énigmes sont dix chapitres d’une histoire, que l’on pourrait parcourir avec plaisir sans même se douter qu’il s’agit d’énigmes menant à des cistes ! Chaque cisteur avait un cochon à son nom, qu’il s’agissait de délivrer des griffes d’un grand méchant loup. Le mien est maintenant bien à l’abri sur mon bureau :))

- La série de Microb dans "le petit bois derrière chez lui" m’a aussi laissé de bons souvenirs. C’est la réunion de deux pratiques pas si différentes que sont les cistes et la course d’orientation. La course d’orientation consiste à faire un parcours le plus rapidement possible, passant par des postes disséminés sur le terrain. Les postes sont localisés sur une carte spéciale que porte le coureur. Cela a l’air facile, mais c’est physique et nécessite de savoir lire une carte avec précision. Les cistes étaient localisées sur la carte comme des postes.

Je ne peux pas laisser passer l’interview sans parler de David Etsic. Si vous n’êtes pas Cisteur parisien, vous l’avez découvert dans le Ciste-thématique de décembre 2006. J’avais imaginé ce détective un peu rétro en pensant aux Cisteurs. En fait, nous sommes tous un peu détectives, en collectant des indices, en réfléchissant à des énigmes, en allant enfin sur le terrain "cueillir" l’objet des recherches. Après avoir mis en ligne la première énigme, j’avais été un peu refroidi par la disparition rapide de la ciste. Comme le racontait Duluoz dans l’article précédent, j’avais bien songé à d’autres énigmes. Par contre, je n’aurais jamais pensé ouvrir le sujet : l’idée de Duluoz d’en faire un thème que les cisteurs pourraient développer à leur manière est géniale.

Vu que c’est moi qui parle, je ne vais pas hésiter à faire un peu de promotion. N’hésitez pas à télécharger les énigmes David Etsic, elles sont bien ficelées et font découvrir des lieux agréables. N’hésitez pas non plus à vous approprier le personnage et ses adjoints, et à leur faire vivre d’autres palpitantes aventures !

Evoquons maintenant les anecdotes. Ce qui me casse parfois les pieds, c’est de retourner cinq fois ou plus au même endroit avant de trouver une ciste. Cela m’est arrivé à plusieurs reprises, notamment avec les cistes de Jmlv, et avec une ciste de Fleur et Fleurist dans le 92. Résumé de campagne : la première fois, on ne trouve pas le spot. La deuxième, on trouve le spot mais on ne comprend qu’une partie de l’énigme. La troisième fois, on pense trouver la ciste à un endroit, et le trou est vide. La quatrième fois, on se rend compte que la barrière mentionnée sur l’énigme a été déplacée mais on ne trouve toujours pas. La cinquième, on est parti un peu tard, on arrive sur place de nuit, avec une lampe dont les piles sont à trois quarts mortes, ET ON TROUVE ! Moi, je dis qu’une des qualités du Cisteur, c’est la persévérance ! :)))

Je le disais plus haut, un Cisteur parisien doit être un cisteur discret. Mais ça ne marche pas toujours : dans un square parisien très fréquenté, je repère le pied d’un arbre entouré de buissons. Je passe discrètement par derrière, je chemine à petits pas pour ne pas me faire surprendre, je bouge une branche après l’autre pour faire le moins de bruit possible. Et tout à coup mon téléphone portable se met à sonner ! Je ressors en trombe sans regarder personne, et j’attends un peu avant d’y revenir. En fait, la ciste ne se trouvait pas au pied de l’arbre… :))

Une autre histoire amusante m’est arrivée le soir de la rencontre parisienne du 25 novembre 2006 : je pars sur la ciste David Etsic numéro 7 (@75@22957@) des Nous5. Il s’agit de coincer à domicile un dangereux meurtrier en série. Ce dernier réside dans une cité champêtre dans Paris. Je me rends sur place, j’entre de nuit dans la cité que je crois être la bonne. La sensation de dépaysement est totale, pas le moindre bruit de voiture, je suis entouré de petites maisons bien tranquilles. Le hic, c’est que rien ne correspond dans l’énigme. Je fais plusieurs allers-retours, je relis mon papier à la faible lueur des maisons car l’obscurité est quasi-totale ! Au bout d’un moment, un résident passe la tête par une fenêtre et me demande qui je recherche. Je lui sors le nom du suspect et bien sûr, cela ne lui dit rien ! Je sors de ma cité… et me rends compte que je n’avais pas fait un gauche-droite comme précisé dans l’énigme, mais un droite-gauche. Je trouve alors la ciste quelques minutes plus tard !

Traits & Portraits
 
BELU
 

Belu (Palmarès) se présente :

- Bientôt quinqua, c’est le Libournais qui m’a vu naître, mais je l’ai quitté très vite pour le bassin d’Arcachon. Après une enfance ma foi pas trop malheureuse, où j’ai traîné mes crampons sur pas mal de terrains, à la poursuite d’un ballon ovale en compagnie de quatorze camarades (les quinze autres étant bien sur l’ennemi), direction les pompons rouges. Quelques continents et quinze ans plus tard, j’ai pris mes quartiers de jeune retraité dans le Forez, pour réintégrer, au bout de quatre ans, la fonction publique, direction la Corse. C’est maintenant dans le Var que j’exerce mes coupables activités depuis six ans.

J’ai découvert les cistes il y a deux ans, un soir. Les programmes télé étant déjà tout aussi passionnants qu’aujourd’hui, j’ai été pris d’une envie subite de chercher la chouette. J’ai compris très vite la difficulté de la chose et me suis réfugié sur une chasse au trésor, dans le 66. Aussi nul que sur le volatile, je n’ai bien évidemment pas trouvé le trésor, mais le Trouveur a précisé qu’il l’avait remplacé par une ciste. Une ciste ? Késako ? Un petit tour par Google m’a dirigé sur ciste.net, au moment où Persiste lançait son Pastaga tour. La mayonnaise a très vite pris !

Je suis Chercheur et Cacheur. Comme pratiquement tout le monde, j’ai commencé par trouver, mais avec, comme objectif, de ne poser qu’à partir de la cinquantième. La tentation a été trop forte et j’ai rapidement posé ma première. Je préfère travailler sur des circuits, je pense que le Chercheur y trouve mieux son compte. Il faut dire que dans nos contrées, certains Trouveurs stakhanovistes cistophages (ils se reconnaîtront !) ne nous laissent guère le temps de nous reposer.

Pour ce qui est de concilier les cistes, mes autres activités et la famille, Madame a l’habitude, depuis très longtemps déjà, de me voir partir par monts et par vaux. Quant au travail, je suis fonctionnaire, alors vous comprenez…! :)) En revanche, j’ai laissé tomber beaucoup d’autres choses depuis que les boîtes m’ont contaminé!

Les cistes que je préfère ? Les prochaines ! Après, ce sont des souvenirs ! Je n’ai pas encore été vraiment déçu sur un spot. Mais mes meilleurs moments restent bien sûr les réunions entre Cisteurs : la Saint Matthias 2006 et la rencontre 13/83. Vivement la prochaine !

Pour ce qui est des énigmes, je préfère plutôt celles à base de jeux de mots ou de repères historico-géographiques. Je ne suis pas fana des cryptages, je trouve qu’ils ne sont accessibles qu’à trop peu de personnes. Mention spéciale cependant à POM06 et ses sudokus !

Parmi les coins les plus spectaculaires découverts grâce aux cistes, je citerais celle des trois croix de Dje et Gab, une superbe balade sur une ligne de crête, La Sainte Victoire sur la PubliCiste N° 2, plein d’autres également. J’ai commencé celles de l’Aude : là aussi, un vrai bonheur ! J’ai même découvert dernièrement un tunnel sur lequel je passe cinq jours par semaine depuis six ans (ciste de l’avocat) !

Enfin, question anecdotes, je crois que la première, avant ma première trouvaille, a été la plus remarquable: pendant plus d’une semaine et demi, Persiste et moi avons dialogué (reviens, t’as du boulot !) par MP et pseudos interposés. Le week-end du lancement du Pastaga Tour, je suis monté les rejoindre le dimanche matin. Surprise... nous travaillons à deux bureaux d’intervalle ! :))

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Ce Cisteur se trouvait sur la piste d'une ciste de Jmlv en Ille-et-Vilaine. L'énigme lui ordonnait de suivre le GR sur quelques dizaines de pas, puis d’aller jusqu'au dernier des arbres alignés. Devant lui, un couple avançait en regardant un peu partout. Arrivés à l'alignement d'arbres, ils ont poursuivi jusqu’au dernier d’entre eux, comme s'ils suivaient également les instructions de l’énigme. Notre Cisteur leur a donc emboîté le pas, bien décidé à faire connaissance... avant de s’apercevoir que ce que le couple cherchait en réalité, c’était un petit coin discret pour que Madame puisse s’accroupir, chose que, finalement, elle a renoncé à faire :))

Ce même Cisteur se trouvait dans une forêt des Yvelines, en train de procéder à son échange d'objet, lorsqu’il a entendu des branchages craquer : un type allait et venait bizarrement à quelques mètres de lui. Ayant terminé son échange et recaché la boîte, notre Cisteur s’est efforcé de garder un air le plus naturel possible sans trop s'éloigner. L’autre type était en train de reboucher une cavité sous une souche, avec des pierres et des branchages. Bien sûr, notre Cisteur a tout de suite pensé à un collègue. Mais... il n’y avait RIEN dans la cachette ! C'est alors qu'en repartant, il a croisé le même type, qui revenait vers sa cachette en tenant à la main un magnifique tupperware rempli d'objets !!! Plus aucun doute : c'était un Cisteur qui revenait cacher son trésor. Il l’a abordé et a découvert que c’était un Geocacheur qui revenait cacher sa boîte après avoir pris des coordonnées GPS un peu plus loin. Notre Cisteur lui a expliqué ce qu’étaient les cistes et a eu l’impression que le bonhomme était intéressé. Peut-être un nouveau Cisteur ?

En septembre dernier, en fin d’après midi, un couple de Cisteurs et leur petite fille décident de partir à la recherche d’une ciste. Ils arrivent sur la place du village et se dirigent vers le moulin, en empruntant le sentier botanique. Ils arrivent au moulin, et là, leur fille se met à chanter à tue-tête "Meunier, tu dors". Une fenêtre du moulin s’est alors ouverte et une tête avec un beau bonnet blanc de meunier est apparue en braillant : "NON JE DORS PAS !!!" :)) En fait, c’était un étudiant qui animait le site pendant l'été. Il leur a fait ensuite visiter le moulin.

Le coin gastronomique
 

LES KNIDDELEN, par Mériadoc.

 

Ce mois-ci, Mériadoc est de retour avec une amusante et délicieuse recette luxembourgeoise.

 

La recette des "Kniddelen", ou quenelles de farine de blé, est un cadeau, non pas royal, mais grand-ducal. La recette de ce plat typiquement Luxembourgeois (*) nous est transmise par Mme Mériadoc, une femme aux goûts sûrs, que nous nommerons Pouillon pour la suite de cette palpitante aventure.

 

(*) NDLR. A dire vrai, cette recette existe des deux côtés de la frontière, de la Suisse jusqu’au Luxembourg, en passant par la Germanie. La seule différence, c’est que son nom et sa forme changent tous les cent kilomètres. Mais ne vexons pas Pouillon et disons qu’elle est luxembourgeoise :))

 

Elle tient ce merveilleux secret de sa grand-mère Anna qui, à l’inverse de la mienne, venait tout droit d’un conte de fées. C’était la grand-mère que tous les enfants rêvent d’avoir. Mais, trêve de nostalgie, réglons tout de suite le sort de la liste des ingrédients dont nous allons avoir besoin.

 

Pour trois ou quatre personnes - 800 gr. de farine de blé. - 6 œufs (blanc + jaune, et plus si affinités) - sel et poivre comme pour une omelette - 250 gr de lardons - 1 litre de lait demi-écrémé - 1 ado boutonneux (voir plus loin).

 

Ainsi, hier soir, agissant en parfait reporter-espion, j’ai vu, de mes yeux vu, Pouillon mettre la farine dans un grand saladier de plastique vert tendre (renseignements pris, l’aventurier pourra risquer un vert-pomme ou, soyons fous, un turquoise) De sa belle cuillère en bois naturel, elle a aménagé un petit cratère, créant ainsi un réceptacle naturel pour accueillir les 6 œufs entiers (hors la coquille, œuf corse !). Ensuite elle a généreusement salé et poivré et a commencé à mélanger le tout en mouillant, petit à petit, avec 34 cl. de lait. Le but est d’obtenir un "pâton" ni trop sec ni trop humide, je dirais une consistance proche du "slime" et c’est ici qu’intervient l’ado boutonneux : en effet, il faut mélanger jusqu’au décès du dernier grumeau, ce qui est assez éprouvant et demande une sérieuse endurance du coup de poignet.

 

Une fois le pâton terminé, elle l’a laissé reposer en paix. Dans une grande casserole (la toute nouvelle, avec le couvercle comme un "glass bottom boat" qu’on a acheté au Cora), not’ Pouillon a fait bouillir de l’eau (avec un peu de sel et une cuiller à soupe d’huile). Attention, il ne faut remplir d’eau que la moitié de la casserole afin de se ménager de l’espace pour les "kniddelen" que l’on va y mettre. Quand l’eau est entrée en ébullition, je l’y ai vue tremper une cuillère à soupe (afin de la chauffer) et prélever du pâton une boulette grossière (mais pas vulgaire) qu’elle a déposé dans l’eau, et ainsi de suite jusqu’à épuisement du matériau.

 

Quand les boulettes commencent à remonter à la surface, c’est qu’elles sont cuites. Conjointement à ce que nous venons de vivre, haletants, Pouillon avait pris soin de faire revenir les lardons à la fois dans le wok et dans la plus grande discrétion. Et voilà qu’en parfaite harmonie, ils sont prêts en même temps que la remontée des boulettes à la surface bouillonnante et écumante.

 

N’écoutant que son courage, Pouillon a versé les 66 cl. de lait restants sur les lardons, a re-poivré comme une forcenée et touillé jusqu’à ce que le lait bouille, la sauce étant alors prête.

 

Voilà. Si vous suivez ces quelques conseils, il suffit ensuite d’égoutter les kniddelen, les mettre dans le plat de service, les recouvrir de la sauce aux lardons et de s’en faire péter la sous-ventrière.

 

Bon appétit !

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c’est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu’en commandant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Courrier des lecteurs
 
 

Rien ce mois-ci.

 

oOo

 

Quelques précisions concernant le forum.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu’il est totalement indépendant de cistes.net.

Pour toute question concernant ce forum, vous devez vous adresser à ses administrateurs, la ravissante Laetitia2Monterant, les féroces Pouschtroum, docteurjekyll et Marquis de Sade, ou à ses sanguinaires modérateurs, Pone, Acide Ascorbique, Elba, et Fabius Cunctator. Voir ICI.

Photo du mois
 
D'OMBRES ET DE LUMIERES...
 

Une très étrange et superbe photographie qu’il faut réellement décoder ! Son originalité provient de la position des ombres, qui semblent dédoubler les arbres. Elle est signée Curiosus.

Traits & Portraits
 
WOODPECKER
 

Woodpecker (Palmarès) se présente :

- Comme je suis plutôt timide, je vous mets une photo de moi incognito… Le choix de mon pseudo vient d’un jeu de mots inventé par mon beau-frère à l’époque où j’ai connu mon mari: comme nous nous prénommons PIerre et VERonique, il nous a appelés «les piverts» et comme je ne voulais pas que ça soit trop "évident", j’ai opté pour Woodpecker. J’habite un petit hameau du Nord-Isère depuis 14 ans mais je suis originaire de Lyon . J’ai 46 ans. Je suis mère de famille et retraitée (ça m’amuse toujours de dire ça et de voir la tête des gens. Mais là, je n’aurai pas ce plaisir !Par contre, je vois d’ici les mémés de Ciste-thématique se serrer pour me faire de la place :)) Les femmes fonctionnaires ayant eu 3 enfants peuvent prétendre à la retraite après 15 ans d’ancienneté.

Je peux ainsi pratiquer les nombreuses activités manuelles qui me passionnent: fabrication de puzzles en bois, encadrement, broderie pas ringarde, peinture de petites décos en bois découpé, réparation des livres de la médiathèque dont je suis bénévole, pâtisserie…

Je suis dotée de toutes les qualités requises pour apprécier les cistes: selon la définition de Pierre Desproges, je suis gauchère contrariante(ma montre tourne à l’envers), j’adore les triturages de méninges de toutes sortes et les jeux de mots, même laids ( je me suis régalée à inventer la charade de ma première ciste!), j’ai un penchant pour les textes écrits bizarrement (mes courriers de vacances, ado, étaient écrits en miroir, en spirale, ou parfois les 2 pour les plus chanceux :))

J’ai entendu parler de cistes chez des amis il y a plus de deux ans. Ils avaient proposé d’aller en faire une et finalement nous n’avons pas eu le temps… Mais j’avais eu droit à toutes les explications sur la chouette d’or, cet ami avait même LE livre… Hélas, nous n’avions pas internet, il n’était pas accessible par ADSL dans notre trou perdu… Aujourd’hui, nous avons la chance immense de pouvoir bénéficier d’un tarif + élevé pour le "service minimum" (512 K) et nous avons pris l’abonnement en mai dernier. J’ai ENFIN pu aller rechercher le site consacré aux cistes dont j’avais bien gardé le nom en mémoire... Nous avons trouvé nos premières cistes cet été seulement, avec de la famille que nous avons contaminée par la même occasion!

Mon plus gros problème, c’est d’avoir à faire des choix dans mes loisirs. Pour le travail, ma patronne n’est pas regardante sur les jours et les heures auxquels je fais les courses, le ménage ou la lessive;-).

Mes enfants sont âgés de 15 ½, 14 et 12 ans donc au lycée ou collège toute la journée. Etant disponible, j’essaie de leur faire plaisir en les transportant dès que leurs horaires ne correspondent pas au car du matin ou du soir, mais cela me laisse quand même beaucoup de temps pour me pencher sur les énigmes et partir en chasse…

Tout avait bien commencé en septembre . Après avoir répertorié les cistes proches de chez moi, je faisais coïncider déplacements et cistes à rechercher en "adaptant" un peu mes trajets… Mon mari ne travaillant pas le jeudi, nous allions parfois cister plus loin tous les deux, ça faisait une sortie sympa . Les dimanches, nous faisions décoller les enfants de l’ordi en partant tous les cinq. Hélas, en cachant mes 3 premières cistes, j’ai posé la 500ième iséroise et jpb38 m’a appris qu‘une malédiction pesait sur ce nombre : voir ici. Tout s’est vérifié. Je ne vous fais pas l’énumération de mes symptômes: je les ai TOUS!

J’apprécie aussi beaucoup le forum où j’ai trouvé des fous aussi accros que moi, mais ça veut dire encore du temps à penser "cistes". Aujourd’hui c’est très simple: si vous prononcez ce mot devant mon mari ou mes enfants, ils se mettent tous à râler en chœur!!! Plus sérieusement, je m’étonne parfois de m’emballer à ce point comme une gamine mais après tout, qu’est-ce que ça fait du bien de s’autoriser çade temps en temps !

J’ai un faible pour l’aventure du "Bidon de Perrette" imaginée par Chamix, parce qu’elle a été l’occasion d’une course à épisodes qui nous a tous tenus en haleine pendant presque un mois sur le forum, et parce que j’en ai fait partie bien sûr! Au départ, Triacon avait caché en Savoie "la ciste de Perrette": une ciste à l’intérieur d’un bidon en forme de vieille berthe à lait et dans lequel il y avait des caramels. Le premier Trouveur pouvait garder le bidon et les bonbons et devait ne laisser que la ciste. Chamix a été ce Trouveur. Il a eu l’idée de réutiliser le pot à lait pour en faire un "cycle de Perrette". Il a attaché au bidon une étiquette métallique comportant dix emplacements et mis en place le principe suivant: une ciste (à laisser sur place ensuite) était placée dans le bidon, l’énigme devait avoir un rapport avec le thème bovin; le premier Trouveur gravait son pseudo sur l’étiquette, devait rendre compte de sa quête sur le forum avec photos si possible et recacher le bidon ailleurs en y mettant une nouvelle boîte et en inventant une nouvelle énigme (il y a donc neuf cistes de Perrette).

Perrette a beaucoup voyagé et tous les Cisteurs du forum guettaient avec ardeur sa progression, espérant pouvoir en être le prochain Trouveur. Certains se sont tellement pris au jeu que le bidon finissait par être trouvé un jour et reposé le lendemain (une fois, le jour même, Ulysse38 a fait du zèle!). Il a terminé sa route (le bidon, pas Ulysse38 !) dans les mains de Tuttle01 qui a pu le poser sur sa cheminée et contempler tous les jours de sa vie le résultat de sa perspicacité. Ainsi, ses enfants et petits enfants auront une image admirative pour cet ancêtre si subtil. (Citation de Koool)

L’énigme qui m’a le plus séduite, c’est celle qui m’a permis de gagner mes galons de "hibou", pas par sa qualité (ne te fâche pas, Gluck, elle était très bien!) mais par la façon dont cela s’est fait. Enregistrée dans l’après-midi, j’ai trouvé, dans un état d’hyperexcitation avancé, la clé de décryptage dans la soirée. Et comme elle était à 20 km de chez nous, mon mari et moi y sommes allés tout de suite, à 23h.30!!!! Mon fils aîné nous a traités de cinglés le lendemain matin!!!

Jusqu’à présent, j’ai surtout cisté autour de chez moi, et si je ne peux pas parler de "coin spectaculaire", j’ai quand même découvert plein de curiosités dont j’ignorais l’existence alors qu’elles étaient à ma porte. J’ai beaucoup aimé le village de Saint-Sorlin-en-Bugey, très pittoresque, que j’ai dû traverser pour aller chercher une ciste. Une autre ciste nous a amenés vers une construction très ingénieuse du 18ème siècle, destinée à conserver la glace : à l’intérieur d’un bâtiment circulaire en pierres, très massif, était creusé un trou profond de trois mètres que l’on remplissait de couches de paille et de glace prise dans les étangs gelés. Situé au nord, pas d’ouvertures, une seule entrée que l’on colmatait …: la glace durait jusqu’en été!

Mon anecdote préférée est bien sûr l’histoire de la "ciste du pivert" que m’a dédiée jpb38. Il avait auparavant posé pas loin de chez moi une série de six cistes nommées « à la tienne , Etienne» avec, en bonus, une bouteille de Chardonnay pour le premier découvreur… Or ce jour là, je n’étais pas à la maison et ce n’est que le soir , en rentrant, que j’ai découvert les messages d’un cisteur qui m’apprenait en même temps l’existence de cette série et sa découverte par Dix-neuf. S’en suivirent des échanges par MP avec jpb38 de ce style:

Jpb:- alors… je te mets une bonne bouteille à ta porte et tu n’es pas fichue d’aller la chercher?

W:- mais je n’étais pas là, c’est de ta faute, tu ne m’avais pas prévenue…

Jpb:- ben voyons, tu voulais en plus un avis dans le journal?

W:- si tu veux recommencer, je suis encore prise le week-end prochain mais celui d’après, c’est bon, je n’ai rien…

Jpb:- chiche?

W:- Du coup, mets-la donc à S. ( mon village), comme ça je suis sûre d’arriver avant Dix-neuf !

Et un jeudi soir, arrive en ligne la ciste N°23508 accompagnée sur le forum d’un sujet intitulé: "Chose promise... mais est-ce bien raisonnable". Là, je ne vais pas tout re-raconter, suivez le lien ICI.

TIRAGE DES ROIS A BIOT
 

Avec un peu de retard, nous signalons le tirage des Rois à Biot. Etaient présents : Skalu.mer et Skalu.per (les organisateurs), Aldaval, Thohu06, Muhuju, The_Neo_Chris Deliajin & Jeff00ciste, APneiste, Lisa Karoll, Titelou & Spifou, Salamandre06, Tourmondiste Tourmondelle & Hugo, Pom06 & Pom.elle, Lafouinett & Christelle, Capitainecaverne et les Yogo.

Pour de plus amples détails, visitez le blog de Yogo.

CA CHAUFFE DANS L'AUBE !
 

Comme pour la fête de la musique en 2006, une ciste (N°25557) a été déposée par Noé sur scène, lors du concert du groupe "No Comment" du 10 février dernier.

Quatre cisteurs ont assisté au concert et, accessoirement, se sont littéralement jetés sur la ciste en question. Il s’agit (dans l’ordre d’apparition) de Shantal, Celest, Calou et Negaux. Après le concert (rock endiablé, foule en délire, Cisteuses déchaînées …), tout ce petit monde s’est retrouvé côté bar pour les traditionnels échanges cistiques arrosés de champagne (défense des produits du terroir oblige) et de bière (ben oui, c’est du rock quand même !) selon les goûts de chacun. Une sympathique rencontre qui s’est clôturée tard dans la nuit, lorsque la ciste a décidé de se trouver un petit abri près de la salle de concert pour attendre les cisteurs qui n’ont pu venir ce soir-là… Il y a quelques photos disponibles sur le site de Noé, ICI.

Traits et Portraits
 
ZEFEKESSE
 

Zefekesse (Palmarès) se présente :

- Je vais bientôt avoir 40 ans (Oh merde, déjà ?). Je suis originaire de Bar-le-Duc. Je suis actuellement routier international, auparavant j'ai été cinq ans sapeur-pompier de Paris, puis sept ans pompier dans une usine chimique en Alsace. Maintenant j'habite dans le 71. C'est ma mère qui a découvert les cistes à l’occasion d’un reportage télé, il y a environ 1 an 1/2, et connaissant mon intérêt pour ce genre de choses, elle a noté l'adresse. La curiosité a fait le reste. Ne connaissant personne dans la région, cela me donnait l'occasion de m'évader un peu.

Quelle joie pour moi le jour ou j'ai trouvé ma première ciste (la n° 2225), d'autant que c'était ma première énigme téléchargée. Une énigme, une réussite, je trouvais cela génial et facile. J'ai quelque peu déchanté par la suite :))

Actuellement, j'en suis a quinze découvertes, quatre cistes cachées (dont une qui résiste, surtout à Ronounours :)) et cent deux en cours de recherche. Mais j'attends mes prochaines vacances en mars pour y aller, j'en ai déjà quasiment trouvé un bonne quinzaine.

Avec mon travail, ce n'est pas facile. Je pars le dimanche soir ou le lundi matin et ne rentre que le vendredi très tard, voire le samedi et parfois pas du tout. Ma vie de famille est simple, pas de femme et pas d'enfant. Je ciste avec ma mère qui vit avec moi. Ma ciste préférée est forcément la première et mon énigme préférée serait la ciste de la Madeleine (ma mère s'appelant comme ça) et surtout pour son côté hommage à la résistance.

N'étant pas très vieux dans le monde cistique, je n'ai pas vraiment d'anecdotes à relater si ce n'est qu'il y a une ciste a 80 Km de chez moi, que j'y suis déjà allé deux fois, et que la deuxième fois, étant trop malade pour grimper la chercher, j'ai décidé d'y retourner une prochaine fois. Pourvu que je ne me trompe pas !!! Voilà. Sur ce, je vous laisse, j'en profite pour saluer Ronounours, Déca, La Semoule, Petit être, Curiosus et tous les autres que je ne peux citer ici.

Statistiques
 
Février 2007. Cistes cachées : 1144. Nb d'échanges : 10099.
 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation