JOURNAL DES CISTEURS N°23
Parution du 01/04/2007
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
L'INDEX DE CISTE-THEMATIQUE
 

Vous recherchez un ancien article de Ciste-thématique ?

 

Désormais, il vous est possible de consulter l’index de tous les articles parus dans Ciste-thématique depuis le numéro 1 (et jusqu’au numéro du mois dernier) grâce à la page spécialement créée par Brossard56 et Jadeemeraude.

 

Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ICI.

LE LOCALISATEUR DE YOGO
 

Certains Cisteurs -hélas trop rares- ont eu la bonne idée de s’inscrire sur le localisateur de Yogo.

Ce localisateur permet de savoir qui habite où.

C’est un outil extrêmement pratique pour contacter des Cisteurs qui habitent dans une autre région que vous, ou pour trouver quelqu’un qui pourrait se déplacer pour chercher une PubliCiste à votre place. Nous vous encourageons à vous y inscrire. C’est ICI.

Cacheurs, vous n’aurez plus aucune excuse pour coller sur cistes.net des images de la taille d’un confetti, ou des photos bouffées par les mites. Sur le site de Tioo, toutes vos images seront réduites à 10 Ko en un tournemain, automatiquement et en beauté ! Le réducteur d’images de Tioo, c’est un concentré de haute technologie, respectueux de l’environnement car entièrement réalisé à l’aide d’électrons recyclés :)) Pour y accéder, c’est ICI.

Editorial
 
HELP ! par DG
 

Oui, "help", car nous avons de plus en plus de mal à obtenir des infos pour Ciste-thématique. Depuis quelques mois, nous passons presque autant de temps à quémander des sujets et des portraits de Cisteurs que de réaliser cette Newsletter, et nous avons sérieusement envisagé de passer à une parution bimestrielle (en doublant bien sûr la durée de vos abonnements).

Alors, SVP, avant d’en arriver là, envoyez-nous vos anecdotes, vos récits, et, si votre portrait n’est pas encore passé dans Ciste-thématique, faites-le nous parvenir. Le questionnaire est ICI.

Sans votre collaboration, nous n’y arriverons pas. Ciste-thématique n’est intéressant que par les sujets que nous traitons, et ces sujets, nous ne pouvons pas les inventer, c’est vous qui les avez dans votre tête !

Alors merci de nous aider à rendre ce journal vivant et amusant. Encore une fois, nous ne vous demandons pas de "rédiger" ces sujets. Il suffit de nous envoyer quelques détails factuels, et nous les mettrons en forme.

Merci à tous !

Il y a de plus en plus de rencontres entre Cisteurs. Il y a donc aussi de plus en plus de Cisteurs qui se connaissent.

C’est pourquoi, chaque mois, nous présentons ici la photo d’un Cisteur ou d’une Cisteuse, prise à l’époque où les cistes n’existaient pas encore :))

A vous de les reconnaître !

LA CISTEUSE-MYSTERE DE MARS...
 

Il fallait reconnaître Ovive34. C’est exactement ce qu’a fait Pouschtroum, lequel, si on se fonde sur son avatar, doit avoir des accointances avec tout ce qui nage dans l’eau :)) En tout cas, il a été le premier à mettre un nom sur cette jolie frimousse.

Comme il est maintenant de bon ton d’user des plus grossiers mensonges sur le forum, Ovive n’a pas failli à la tradition. En effet, avec aplomb, elle a nié être la fillette sur la photo.

Lorsque Pouschtroum a noté un air de ressemblance entre elle et sa fille, elle n’a pas hésité à répondre : "Oui ! c'est drôle la photo ressemble à ma fille, mais on a toutes les trois (Ovive, Suzonnette et La Gazelle) les yeux verts ! La fille sur la photo a des grosses billes noires !"

Plus culottée, on peut pas ! :))

Ci-contre, voici notre photo d’avril. Cette fois, c’est un garçon. Aucun doute : il a une cravate :))

Vous devez reconnaître ce futur Cisteur, avec sa jolie houppette. Son identité sera publiée dans le prochain numéro de Ciste-thématique.

Nous attendons vos images afin de les publier. Alors ne soyez pas timides : envoyez votre photo à davidgille@yahoo.fr. Merci :))

QUAND LES FILLES SONT DE SORTIE...
 

Ovive (Ndlr : tiens, encore elle ! :)), Cisteuse héraultaise, et Adopeste, Cisteuse haute-garonnaise, ont improvisé une rencontre dans le Minervois (Aude / Hérault) pour fêter le printemps sous quelques flocons de neige... Avec elles, leurs complices Cisteuses Davinci, Soléa, Minipous, Tigreours et Axel-et-Alexia néo-Cisteuse...

C'est suite à une invitation au voyage sur le site de Peldegat qu'elles ont découvert des spots exceptionnels !

Dans la panoplie de parfaites Cisteuses en pays cathare, Ovive avait prévu, pour le confort de tous, plusieurs paires de gants, cagoules, et moufles :)) Les boissons chaudes et quelques parties de fou-rires ont également bien réchauffé les participants. Adopest recommande vivement cette région et tous ces trésors !

Les photos de cette journée sont disponibles ICI.

SUPER PIQUE-NIQUE DANS l'HERAULT LE 11 MARS, par Ovive34
 

Rendez-vous fixé dimanche 11 mars, près de la ciste 24391, intitulée "Brassens il le prêche", à Sète. Sauf le respect que je vous dois, j’ai bien failli ne jamais y arriver car ce sacré Numsix avait bien brouillé les pistes avec cette difficile énigme dont le corps ne contenait que 2 signes de ponctuation !!! Quelle galère à déchiffrer (non ! ce n’était pas le radeau de la Méduse).

J’avais prévu d’arriver à Sète avec mes gros sabots (et pas ceux d'Hélène), de chercher ce ptit coin de paradis et si je ne les trouvais pas, de partir, ailleurs, à la chasse aux papillons au bois de mon cœur...

Finalement j’ai réussi à déchiffrer in extremis.

En arrivant sur les lieux, tous les gars, tous les gars du village étaient là, sur des bancs publics (au rendez-vous des bons copains, y’a pas souvent de lapins !). Je demande : "J'ai rendez-vous avec vous ?". Ils s’appelaient les copains d’abord : Jadeemeraude, Peldegat, Tintin34000, Bernardjsv et Maya30 étaient venus de loin, à la rencontre des Héraultais : Atissiou, Bibindum, Bullrock, Cerambyx, Dica34, Diddl, La Gazelle, Lapeste, Les Goujes, Magnum113, Mimosa3448, Minipous, Numsix, Numsixette, Pirouette, Romarin, Solea, Tigreours, Titof34…

Après le pique-nique, et la recherche commune de deux cistes (n° 9894 et 24391), notre groupe s’est divisé en deux, certains d’entre nous ont fouillé dans les souvenirs de jeunesse de Numsix (cistes n° 24389 et 24390) et d’autres sont allés à la rencontre d’un cyclope (ciste n° 8285 ) pour voir la nuit tomber.

Toutes les photos sont exposées dans 3 galeries :

- celle de Jadeemeraude,

- celle de Titof34

- et la mienne.

Ovive34

REUNION DE CISTEURS A PARIS LE 17 MARS
 

Le 17 mars, à Paris, vingt-sept Cisteurs and Cisteuses se sont réunis pour un repas à l'initiative de Davinci, qui passait par la capitale. Etaient présents : Davinci, Soizic, Tonton Sorcerer, Ani, Loco, Butterfly91, Jadeemeraude, Bouyaka, Maman de Bouyaka, Microb, Billancourt, Jesscosskiller, Rafy, Alchamak (2), Groussay, Baltazar, Jeripat, Souristrotteuse et son Grouillot, RX~, Jmlv, Emmanuel78, Les Titbinou (2), Mega and Cherokee-Chief in person :))

La bonne humeur a été, comme toujours, au rendez-vous. Les conversations sont allées bon train avec moult tentatives de certains pour soutirer quelques informations. D'aucuns ont effectivement essayé de jouer les espions en prenant en photo les cartes dépliées sur les tables !!! ;-))

Les Yvelines ont été largement bien représentées par Ani, Bouyaka et maman (très active sur le décryptage !), Microb, Groussay, Jmlv, Emmanuel, Baltazar... ainsi que Mega et Rafy que les convives ont eu la joie de rencontrer pour la première fois .

Jeripat les a également rejoint pour la première fois. Soizic commente : "Il était content a priori ! Je ne l'ai vu qu'avec les yeux plissés et le sourire jusqu'aux oreilles. Faut dire qu'avec un loustic comme Bouyaka en face de soi... difficile d'être triste ! :))"

Comme chaque fois, ils se sont quittés le cœur un peu serré. Mais les beaux jours arrivant, de nouveaux projets de rencontres cistiques fleurissent déjà sur le forum. De quoi promettre à tous des moments inoubliables !

Traits & Portraits
 
MONTING
 

Monting (Palmarès) est allemande, ce qui ne l’a pas empêchée d’être sacrée championne de France de bowling il y a quelques années. Elle pratique toujours ce sport avec grand plaisir, et joue en Ligue (en équipe) toutes les semaines, tout en participant à quelques tournois, ici et là.

- Je suis une grande voyageuse. Mon mari travaillait dans le pétrole, ce qui a amené la famille à séjourner dans de nombreux pays, dont l'Angleterre, l'Irak et la Norvège. Cela explique pourquoi vous trouvez parfois mes énigmes en trois langues :-)

"Equstef" est ma fille. Elle m'a initiée en juin 2005 et depuis je suis accro ;-))) Je suis à la retraite et cela me permet d'organiser mon temps comme il me plaît ; je cours la ciste jour et nuit et nuit et jour, avec jubilation ! A 67 ans, je suis dans le club des mi-mille et je serais très fière de serrer la main d'Emile lorsque je le rejoindrai :))

La ciste que j’ai préférée ? Difficile à dire. La série du tour du monde de RX, le village d'Alchamak, Saluste, Nous5, et tant d'autres ! Mais si je devais en retenir une qui m'a marquée, ce serait "Le portefeuille de Duluoz" : tous les papiers officiels de Cisteville en miniature ! Quant à l’énigme qui m’a le plus plu, je dois dire que "La dent blanche" de Duluoz m'a fait rire aux éclats !

Le coin le plus spectaculaire découvert grâce aux cistes : dans un quartier où je n'aurais pas eu l'idée de me balader, Duluoz (encore lui !) m'a amenée "en altitude" ; une vue de Paris extraordinaire !

Côté anecdotes : je vais pour la première fois dans un certain cimetière parisien, mais repars bredouille. A mon deuxième passage, je décide d'expliquer au gardien le but de ma recherche :

- Monsieur, je risque de disparaître dans le feuillage. Mais c'est normal, je fais un jeu, je cherche un trésor !

- Je vous en prie, Madame, faites !

Un moment après, toujours bredouille, j'informe le gardien que je devrais revenir. Il me répond :

- Avec plaisir, Madame, cela me fait de la distraction !

Il a été fort déçu lorsque je l'ai enfin trouvée :

- Oh, je ne vous reverrai plus ? Quel dommage !

Il devait sans doute considérer ma compagnie plus agréable que celle des morts ! :))

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c’est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu’en commandant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Traits & Portraits
 
BELENOS44
 

Belenos44 (Palmarès) se présente :

- Nantais depuis toujours, malgré des racines dans les Côtes d'Armor, je me suis d'abord socialisé par le football ; puis après, en intégrant une équipe de course de fond à l'UNSS. Mais malheureusement, les études ont mis un frein au sport.

A la sortie des études générales, je m’étais fixé un objectif : "Tout sauf l'informatique". Alors, j'ai intégré un BTS d'info de gestion, seul endroit où il restait encore de la place. Je me suis dit que ce n’était pas grave, je ne ferai jamais d'informatique : résultat, je suis devenu informaticien.

Alors pour compléter ma formation, j’ai suivi des cours du soir au CNAM. Et voilà, avec le DEST en poche, je me retrouve Urbaniste au sein du groupe La Poste.

Mes racines, comme précédemment annoncé, étant issues de la Bretagne, je me suis mis à pratiquer la harpe celtique, et commencer à entamer des cours de breton. Alors avec les cistes en plus, les journées sont bien remplies. Vivement cet été, pour la rencontre cistique en Bretagne !

Les cistes, j'en ai entendu parler la première fois grâce à un reportage sur France Info il y a trois ans maintenant, et en en discutant au travail avec un collègue. Alors, je suis parti en chasse de ma première ciste, "la ciste de l'abbatiale". Quelle joie ça été de la trouver et de faire mon premier échange !

Dès lors, certains week-ends ont été planifiés pour faire quelques cistes. Une ciste déposée pas loin du travail : allez hop ! on fait un saut entre midi et deux heures ! En plus, cela permet de belles balades en famille : les enfants adorent sortir pour fouiller les multi-troncs enlierrés, regarder sous les pierres ou dans les murs !

Mais même si des fois Madame Bélénos n'accorde pas autant d'intérêt aux sorties, surtout si l'on fait du "chiffre" (plusieurs cistes dans la journée), elle s'accorde effectivement à reconnaître que cela permet de sortir prendre l'air, et que l’intérêt réside également dans la recherche des énigmes, même si certaines sont casse-pieds :)).

Pour un fan d'histoire comme moi, quel plaisir de pouvoir travailler sur des énigmes autour de faits ou de personnages historiques, et d’expliquer cela aux enfants. Du coup, quand on part en week-end ou en vacances, l'inscription à quelques cistes régionales devient cistématique (oui, je sais, elle est facile celle-là !)

Pour ce qui est des énigmes, j'avoue que j'ai un faible pour celles du sieur Bob d'Artois, même si des fois elles me font m’arracher les cheveux. J’ai bien aimé aussi les énigmes de la série "Le triangle Nantais" de L_aimetier, même s’il m’en manque encore une, car j’ai la fainéantise de ne pas l’avoir encore cherchée. Mais il va falloir que je m’y mette un de ces jours...

J'avoue que parmi les cistes qui nous ont le plus marquées, il y a "La ciste du pont romain" : on a tellement galéré pour la trouver, qu'elle est resté gravée dans nos mémoires ! Et toujours des Naoned_Cisteurs, il y a "la ciste bienfaitrice_3 : L'arbre", tellement originale.. Comment font-ils pour trouver tous ces endroits ???

En balade dans une localité, nous avons visité quelques petits chemins menant ici à une chapelle, là à une fontaine. Et au détour d’un chemin, nous avons découvert par hasard une boîte. A la sortie du chemin, nous avons débouché sur un endroit qui "sentait bon la ciste", et alors j'ai dit aux enfant : "Tenez, je suis sûr que dans ce mur il y a une boiboîte !". Mon garçon s'est précipité, et a extirpé un tube métallique avec l’avertissement classique : "Si vous trouvez cette boîte par hasard…". Seul problème, nous n’avions aucune idée du numéro de la ciste ! Un coup d’œil sur le petit carnet et nous avons vu les Naoned_Cisteurs parmi les Trouveurs. Alors, nous les avons contactés pour savoir s’ils se souvenaient de cette ciste. Merci à eux pour nous avoir permis de mettre un numéro sur cette ciste mystérieuse !

"La ciste des fourneaux" me taquinait déjà depuis quelques temps. Dans le cadre du championnat de foot, je me suis rendu compte que le calendrier allait me permettre de jouer dans la ville à visiter. Or ne sachant pas trop où se situait le terrain par rapport au spot, j’ai décidé de me rendre sur place avec une petite heure d'avance pour pouvoir localiser l’endroit. En arrivant à la ciste, je me suis aperçu que ce spot était... à moins de cent mètres du terrain ! Conclusion, j’ai poireauté plus de 3/4 d'heures avant le match. Mais j'avais fais mon échange. C'était ça, l'important !

Enfin une petite dernière. Nous étions à la recherche d'une ciste de Bob d'Artois. Nous arrivons sur place, nous suivons les instructions de l'énigme, et hop, nous trouvons la ciste. Emballé c’est pesé ! Super ! Nous sommes contents. Seul bémol, le contenu ne correspond pas. Mauvaise surprise ! Nous décidons donc de prendre le monument en sens inverse, en suivant les mêmes indications : et hop, une nouvelle boîte, et celle-ci est bien celle de Bob : deux boîtes sur le même site, et chacune trouvable avec une seule énigme ! Pas mal !... Ah ces Cisteurs ! :))

Exploit
 
CKJM, RX, CAPITAINE CAVERNE ET COACHBUNNY TAPENT DANS L'EMILE !
 

Quatre nouveaux Cisteurs rejoignent le Club d’Emile, club qui rassemble les Cisteurs ayant visité au moins mille cistes : Ckjm, RX, Capitaine Caverne et Coachbunny.

Bravo ! Ils sont maintenant seize à faire partie de ce club prestigieux, alors que Bornymop (997 cistes trouvées) frappe à la porte.

(*) Pas un jour sans une ciste.

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Souvent femme varie... Le samedi 10 mars, un Cisteur de la région parisienne, arrivé sur les lieux où il avait localisé une ciste, a eu la surprise d’y découvrir son épouse, supposée faire du shopping à cette heure en compagnie d’une amie ! Elle avait changé d’avis et les deux jeunes femmes avaient décidé d’aller cister plutôt que de dépenser leur argent dans les boutiques :))

Il y a plus de trois ans, un Cisteur morbihannais avait caché en Andorre une boîte avec un Bourdon, Bourdon dont le désir était de revenir dans le Morbihan. Après neuf étapes, il est bel et bien revenu. Mais le côté exceptionnel de la chose, c’est qu’il est revenu dans une ciste cachée par notre Cisteur morbihannais... quasiment devant sa porte, sous son nez !

Un Cisteur de l’Est, certain de son spot, a passé la main dans un trou au pied d’une muraille dressée sur un monticule, en pleine forêt, sans rien trouver. Il s’est redressé et, de dépit, a shooté dans l’épais tapis de feuilles mortes qui se trouvait là. Coup de bol (ou manque de bol !) il a tapé en plein dans la ciste qui avait roulé de son trou avant d’être recouverte par les feuilles ! Elle s’est envolée et s’est ouverte. Notre Cisteur a mis une éternité à récupérer tous les objets avant de remettre la boîte dans son trou d’origine, trou dont elle avait certainement été délogée par un animal trop curieux.

Le coin gastronomique
 

Ce mois-ci, c’est au tour de Max Valentin d’ouvrir son cahier de recettes et de nous livrer ses secrets. Ça n’a pas été facile, la gastronomie est un sujet sur lequel il n’est pas très partageur. Mais on a réussi à lui en arracher trois :))

Il nous propose :

- l’île flottante (et précise : "la vraie")

- la marmelade de carottes

- la langue de bœuf "Revenez-y"

 

L’ÎLE FLOTTANTE

Dans 99% des restos, lorsque vous commandez une île flottante, on vous sert d’insipides blancs d'œufs nageant dans une espèce de sauce vanillée, qui, en fait, a bondi hors d’un sachet sous forme de poudre pour sauter dans une casserole de lait chaud.

Cette lamentable recette d’île flottante s’appelle en réalité "Œufs à la neige", et elle a autant de points communs avec la véritable île flottante qu’un camembert en a avec un cure-pipe.

Les œufs à la neige sont vaguement mangeables ; l’île flottante, elle, donne un aperçu du Nirvana ! Cette recette, transmise dans ma famille de génération en génération, me vient de mon arrière-arrière-grand-mère, née en 1860, quand il n’existait pas encore de batteur électrique (inventé en 1923). Cela prouve qu’à cette époque les femmes étaient des costaudes.

Personnellement, lorsque je prépare l’île flottante, j’écoute toujours "Sweet home Alabama" de Lynyrd Skynyrd, parce que j’aime bien l’intro et que je n’aime pas Neil Young (qui chante faux et joue de la guitare comme une bouse). Mais vous pouvez aussi écouter Mozart ou Bézu, c’est bien aussi.

Ingrédients :

4 blancs d'œuf

160 g de sucre en morceaux

120 g de sucre en poudre

Commencer par le caramel. Mettre dans une petite casserole le sucre en morceaux, et juste couvrir d'eau. Laisser fondre sans remuer, puis faire bouillir.

Séparer les blancs des jaunes. (Réserver les jaunes pour la crème anglaise.)

Avec un batteur électrique, battre les blancs en neige très ferme. Ajouter le sucre en poudre sans arrêter de battre.

Le caramel prend couleur. Le remuer pour que la couleur soit bien uniforme : il doit être d’un beau roux, mais sans excès. Verser rapidement le caramel sur les blancs, en continuant de battre. Il faut pour cela une deuxième personne qui verse le caramel sans interruption. Pour verser, l’adolescent boutonneux de Mériadoc (voir Ciste-thématique du mois dernier) fera parfaitement l’affaire. Ça lui permettra de reprendre des forces.

Beurrer un moule à charlotte de 16 cm de diamètre. Le remplir avec la préparation en tassant bien. Couvrir avec une assiette et mettre au frigo. Le laisser au frigo pendant 12 heures au moins.

Démouler en trempant très rapidement dans l'eau tiède. Servir sur un plat, entouré de vraie crème anglaise et servir aussitôt.

Pour la crème anglaise :

Se servir des 4 jaunes

1/2 l de lait

60 g de sucre

1/2 gousse de vanille bourbon.

Fouettez les jaunes d'œufs avec le sucre. Versez le lait très chaud sur le mélange jaunes d'œufs / sucre, en tournant avec une cuillère en bois Ensuite, mettez ce mélange sur le feu avec la vanille et faites cuire à feu doux, sans faire bouillir, en remuant jusqu’à ce que la crème nappe la cuillère en bois.

Laissez refroidir jusqu’à ce que cette crème soit à température ambiante, puis servez avec l’île flottante juste sortie du frigo.

 

LA MARMELADE DE CAROTTES

Voici une recette simplissime et succulente. Elle a le goût de la marmelade d’oranges, mais elle est trois fois moins chère. Elle me vient d’une ancienne voisine auvergnate (authentique, juré !), ceci expliquant sans doute cela. Cette brave dame était une déesse des confitures. Elle en faisait avec tout, y compris avec des fleurs de pissenlit : délicieux ! Mais la marmelade de carottes reste son chef-d'œuvre.

Ingrédients :

1 kg de carottes

1 kg de citrons bio

1 kg de sucre en poudre

1 cuillerée à café de cannelle

Coupez en dés les carottes épluchées et les citrons avec leur zeste (la peau). Veillez à ne pas perdre le jus des citrons en les coupant. Mettez le tout dans une marmite et versez dessus le sucre. Mélangez et faites cuire à feu moyen pendant 30 à 40 minutes en remuant régulièrement.

Passez au robot Minute Moulinex (ou équivalent), mais sans en faire de la purée : il faut qu’il subsiste des morceaux de zeste de citron.

Laissez encore cuire pendant 10 minutes. Si la consistance vous semble trop épaisse, rajoutez de l’eau. Mais évitez d’eau du robinet, surtout si elle est chlorée ; préférez de l’eau en bouteille. La préparation est terminée lorsque sa consistance vous plaît, il n’y a pas d’autre règle. Mais rappelez-vous que lorsque les marmelades et confitures refroidissent, elle s’épaississent : pour vérifier, déposez-en une cuillerée sur une assiette froide et vérifiez.

Avant de retirer du feu, ajoutez la cannelle. Les goulus rajouteront aussi 10 cl de Cointreau ou de Grand Marnier.

Versez la marmelade bouillante dans des bocaux de verre, en remplissant bien. Fermez-les, puis retournez-les, ce qui les stérilisera. Vous pourrez les remettre à l’endroit quand ils seront froids.

Note. Avec les carottes, les citrons et le sucre, l’un de mes amis rajoute 70 g de racines de gingembre hachées. Je n’ai pas encore goûté cette variante, mais ça ne doit pas être cochon !

 

LA LANGUE DE BŒUF "REVENEZ-Y"

Il faut préciser que le nom de cette recette, "Revenez-y", n’est pas son nom officiel, c’est le nom qu’un ami lui a donné. Lorsque je lui ai demandé comment elle s’appelait, il m’a répondu : "Je n’en sais rien. Moi, quand j’ignore le nom d’un plat, je l’appelle toujours "Revenez-y". J’en ai plusieurs" :))

J’ai lui ai arraché cette recette le jour où il m’a renversé une saucière sur le pantalon. Si je la révèle aujourd’hui, c’est par vengeance parce que mon pantalon n’a jamais pu être nettoyé, et que j’ai été obligé de le mettre à la poubelle.

S’il lit ça, qu’il sache que s’il lui prenait l’idée de porter plainte, je me rendrai chez lui en son absence pour fracasser sa Nintendo.

Passons maintenant aux choses sérieuses. La langue de bœuf "Revenez-y" est un plat qui, dans mon panthéon des recettes, vaut un bon 15 sur 20.

Ingrédients pour le bouillon :

Eau

3 grosses carottes entières

3 navets coupés en deux

3 poireaux entiers

3 oignons, dont un piqué de trois ou quatre clous de girofle

3 grosses gousses d'ail

3 branches de céleri

Les feuilles de ce céleri, coupées en lanières

thym, romarin, marjolaine, laurier, sel et poivre blanc

1 bouillon de bœuf

Rincez la langue de bœuf à l’eau froide, puis faites-la tremper trente minutes dans de l’eau froide avec un verre de vinaigre. Sortez-la et essuyez-la.

Ensuite, faites-la cuire dans le bouillon pendant au moins deux heures et demie, en écumant régulièrement. Veillez à ce que la langue soit toujours recouverte d’eau. Quand elle est cuite, laissez la refroidir et réservez le bouillon. Quand elle est froide, pelez-la et coupez-la en tranches.

Ingrédients pour la sauce :

Une grosse boîte de champignons de Paris entiers

200 g de lard fumé coupé en gros dés.

2 échalotes finement coupées

4 gousses d’ail

2 oignons coupés en rondelles

1 gros cornichon aigre-doux (en bocal) finement coupé

1 cube de jus de rôti

Sauce Maggi

Faites revenir les échalotes et l’oignon avec un peu d’huile dans une marmite, puis ajoutez le lard, les champignons et le cornichon. Lorsque ce mélange a pris une bonne couleur, ajoutez une grosse louche du bouillon de cuisson de la langue, ainsi que les quatre gousses d’ail entières. Ajoutez un ½ cube de jus de rôti et quatre ou cinq giclées de sauce Maggi.

Mettez vos tranches de langue dans cette sauce et laissez mijoter à feu doux pendant une heure. Ajoutez du bouillon si la sauce réduit trop. Si elle est trop liquide au moment de servir, préparez un beurre manié : un petit morceau de beurre écrasé avec un peu de farine ou de fécule de maïs Maïzena. Quand ce mélange est bien lisse, en "pommade", diluez-le dans la sauce et faites cuire la sauce à bouillons pendant une minute en remuant, ce qui l’épaissira.

Si besoin, rectifiez l’assaisonnement en rajoutant une pincée ou deux prélevées sur ce qui reste du cube de jus de rôti.

Entre-temps, vous aurez eu soin de cuire des pommes de terre dans le reste du bouillon. Vous servirez ces pommes de terre en accompagnement, avec les légumes rescapés dudit bouillon et encore présentables.

Bon appétit !

Traits & Portraits
 
SCHLOUPS
 

Schloups se présente :

- J’ai 43 ans. Avec ma compagne, Josie, nous tenons un bar-PMU à Belleville ("l’Astro", pour ceux qui connaissent). Jusqu’en 1999, j’étais ferrailleur à St Ouen et je donnais un peu dans la voiture d’occasion et la récup de pièces détachées.

Ma plus grande fierté : je possède une Harley 1340 Heritage Classic de 1996, avec laquelle je fais des virées avec mes copains pendant les week-ends. J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux et je serais capable de démembrer quiconque essayerait de me la piquer. Ca m’énerve même quand on la regarde de trop près !... Je collectionne aussi des choses bizarres, ce qui étonne toujours mes amis : des képis de gendarme ! :)). Mes autres hobbies sont le rechapage de pneus et la mise en bouteille de mousseux que je fabrique moi-même, sans raisin. Je fais aussi mon propre jambon car j’ai la chance de posséder un fumoir.

Comment j’ai découvert les cistes ? C’était en 2006, dans des circonstances un peu spéciales.

Pour comprendre, il faut revenir en arrière au mardi 6 juin 2006. Ce jour-là, j’avais pris des médicaments et bu de l’alcool, et j’ai pété un plomb : je me suis habillé en femme et, en plein jour, je suis allé dévaliser la bijouterie Krauss-Moulliard, dans le 8ème ! Ça a fait pas mal de bruit à l’époque, vous vous en souvenez peut-être : les journaux racontaient que j’avais cassé les présentoirs "à coups de poing", ce qui est faux (personne ne peut casser du verre blindé avec les poings !), j’ai utilisé un pic à glace.

Malheureusement, je ne suis pas passé inaperçu. En effet, avant de sortir de chez moi, j’avais oublié de raser ma moustache vu que j’étais un peu dans le cirage à cause du mélange alcool / médics ! C’était vraiment idiot. Un type moustachu maquillé à la truelle, déguisé en femme, ça se remarque ! Mais malgré ça, j’ai réussi à disparaître avec mon butin : une pleine pochette de bijoux splendides, que je me suis empressé de mettre à l’abri.

Hélas, quatre jours plus tard, les flics m’ont arrêté et placé en garde à vue. Ils ont essayé de me faire avouer où j’avais caché la pochette, mais j’ai tout nié. Comme ils n’avaient pas d’autre preuve qu’une vidéo sur laquelle on voyait un gros moustachu travesti s’enfuyant en équilibre instable sur des talons hauts, le juge a été ensuite obligé de prononcer un non-lieu. :))

Mais durant ma détention provisoire, j’ai partagé ma cellule avec un type qui lisait les journaux. Un jour, il m’a montré un article sur les cistes. A partir de ce moment, je n’ai eu qu’une hâte, sortir de prison, récupérer mon magot, et aller le planquer pour en faire une ciste. En effet, je n’étais pas très fier de moi, et comme je ne pouvais tout de même pas le rapporter au bijoutier sans reconnaître en même temps être l’auteur du vol, je voulais ainsi racheter ma faute et me donner bonne conscience.

C’est ce que j’ai effectivement fait le 12 novembre dernier, dès que j’ai été libéré. J’ai enfourché ma Harley pour foncer sur le spot de la ciste N°264, et, sur la boîte qui s’y trouvait déjà, j’ai posé le sachet de bijoux. Maintenant, il appartiendra à celui qui le trouvera.

Depuis, j’ai repris une vie normale avec ma compagne. Je me suis assagi au point de partager avec elle les tâches ménagères !

Je ciste plutôt en Seine-et-Marne et dans le Loiret, comme en témoigne mon palmarès.

Traits & Portraits
 
MISS CRASPOUETTE
 

Miss Craspouette (Palmarès) se présente :

- Nous sommes deux, trois, ou quatre selon l'occasion. Deux à coup sûr, trois la plupart du temps et quatre lorsque nous sommes en Bretagne.

Je m'explique. Il y a tout d'abord Aline (Mademoiselle Miss Craspouette) et Claude (Monsieur Miss Craspouette, qui intervient à 90% sur le forum), c'est moi qui parle ici. Puis il y a également Cyno, notre chien (j'aurais du dire "avait" car, malheureusement, notre sacré et génial pépère est parti définitivement il y a quelques semaines d'un AVC), qui nous accompagnait souvent pour faire des balades qu'il affectionnait tout particulièrement.

Pour le 4ème, c'est lorsque nous nous trouvons en Bretagne. Quand Cyno ne venait pas, c'est une autre chienne qu’on emmenait (j'en parlerai plus loin), mais c'est surtout le père d'Aline qui se laisse facilement entraîner (c'est également un très bon débusqueur de boiboîtes !).

Mais revenons sur cette furie de chienne, Ambre, la jeune épagneul breton des parents d'Aline, que l'on appelle plus souvent par son surnom que par son nom : "Craspouette, viens ici !", d'où notre pseudo : Miss Craspouette (dont une photo d'elle encore toute jeune nous sert d'avatar sur le forum). Nous essayons toujours d'emmener un chien lors des virées cistiques, premièrement parce que c’est une très bonne balade pour eux, ils sont extrêmement contents d'y participer; mais surtout, de fouiller avec nous lors de la recherche finale : "Dis, tu cherches quoi ? Je peux t'aider ???" :))

Les animaux sont l'une des passions premières d'Aline : elle monte à cheval depuis maintenant 17 ans, avec un niveau de Galop 7 (pour ceux qui connaissent). Elle aime également tout particulièrement les chiens et en fait désormais son métier : Aline est toute jeune créatrice d'entreprise en profession libérale, installée dans la région de Dole et en Côte d'Or en tant qu'éducateur canin comportementaliste à domicile. Elle vient en aide aux maîtres ayant des difficultés avec leurs chiens et les aide à résoudre leurs problèmes au quotidien; ou apprend aux maîtres à mieux comprendre leur animal.

Quant à moi, je suis responsable adjoint d'un service informatique d'une ville de taille moyenne, j'en suis plus précisément l'administrateur réseau et sécurité, chargé de la bonne marche des infrastructures informatiques déportées et de leurs liaisons avec le site central.

Tout cela pour dire que nous sommes domiciliés dans le bassin dolois et que nous avons tous les deux une trentaine d'années - enfin un peu plus proches des 35 pour Mr Miss Craspouette !

Nous avons découvert les cistes grâce à une certaine chouette. Aline, alors dans une bibliothèque à l'époque, s'était mise à la recherche sur Internet de traces qu'un oiseau avait laissées la veille sur le rebord de la fenêtre, une chouette certainement. Elle est donc tombée tout naturellement sur la chasse de Max, "Sur la trace de la Chouette d’Or". Elle m'en a fait part, et quelques temps plus tard, m'étant intéressé d'un peu plus près aux chasses au trésor, je suis tombé sur le site des Cistes. C'est là que l'aventure à débuté pour nous, au cours de l'été 2005.

Nous avons d'abord cherché à trouver une première ciste dans le coin où nous habitons, puis, effectuant de temps en temps des virées en Bretagne et du côté de Chalon-sur-Saône, nous avons étendu notre périmètre de recherche. Chaque région a son noyau dur de Cisteurs et de Cacheurs, et le contenu des boîtes varie énormément d'une région à l'autre.

Nous cistons la plupart du temps pendant le week-end et en vacances, surtout lorsque le temps (météorologique et temporel) nous le permet. C'est un peu plus délicat en ce moment avec la création de la société d'Aline, mais cela permet de décompresser en passant quelques heures à faire des balades ou à découvrir des coins sympas que l'on ne connaissait pas encore. N'ayant pas encore d'enfants, ce problème ne se pose pas. Mais le jour viendra ou le ou les bouts de chou n'auront pas le choix ! :)

Notre ciste préférée reste pour l'instant notre toute première ciste, la ciste Arkose (@39@8939@). Nous avions téléchargé l'énigme, qui nous a paru assez facile, vu que nous habitions dans le coin. Nous avons affiné la découverte du spot avec une carte IGN et nous sommes allés la chercher. C'est un coin que nous ne connaissions pas encore et nous étions très heureux de faire notre premier échange !

Difficile à dire quelle est notre énigme préférée. Je prends un maximum de plaisir à décoder toutes sortes d'énigmes. En fait, deux énigmes se distinguent, mais il faut savoir que ce sont des cistes que nous n'avons pas encore décapsulées.

La première est celle de la ciste fleurie @56@9860@. C'est une énigme littéraire, toute en finesse, dont j'ai mis un sacré bout de temps à comprendre et à trouver la bonne info pour la résoudre. Quand on n'habite pas le coin, ce n'est pas toujours évident. Et c'est cela qui en fait le piquant ! Et c'est également ce qui fait le charme de beaucoup de cistes bretonnes (allez, un peu de chauvinisme, Aline a des belles origines bretonnes !) dont les énigmes littéraires sous forme d'histoire sont monnaie courante chez les Cacheurs bretons.

La deuxième, un peu plus spéciale, est la MaxiCiste @21@8740@ : en fait je sais exactement ou elle se trouve, car comme ceux qui ont trouvé l'endroit, je me suis beaucoup servi du petit film de Monglane. Il m'a d'ailleurs confirmé l'endroit. Mais pour être fair-play et respecter le concept du jeu de piste, je lui ai promis que nous n'irions la décapsuler uniquement lorsque j'aurais complètement résolu les énigmes de façon correcte (ce que je pense avoir fait à 75 %), ça finira par venir ! Mais ce n'est pas forcément l'idéal de connaître le spot final en essayant de résoudre les énigmes, car on fait tout pour que ça colle, sans pour autant que les solutions soient bonnes, et on agit plus par intuition que par déduction.

La ciste la plus spectaculaire fut sans aucun doute celle du dragon noir @71@7458@. Nous avions trouvé le spot assez facilement, au pied d'une pile d'un vieux pont. Avant d'amorcer la descente vers les piliers, nous avions remarqué quelques empreintes de sabot de chevaux. Nous nous sommes dit : "Il doit y avoir des balades sympa à faire dans le coin". Mais au moment de trouver la ciste, un énorme grondement se fit entendre, avec quelques chutes de cailloux autour de nous. On commençait vraiment à s'inquiéter. Le bruit était sourd, tel un rugissement de dragon (ce qui justifie le nom de cette ciste !) et nous nous sommes un peu écartés du pont pour éviter de prendre un caillou sur la tête. En levant le nez, nous nous sommes aperçus que le bruit venait d'un groupe de cavaliers trottant sur le pont, quelques dizaines de mètres plus haut. La résonance était amplifiée dans ce lieu calme.

Des anecdotes ? On pourrait en raconter pour chaque ciste : difficultés sur place, subterfuges pour passer inaperçus. Nous n'avons pas un palmarès de découvertes extraordinaire, mais quelques histoires en rapport avec des cistes sortent du lot. Nous pourrions citer pour la @56@7438@ ("En souvenir de la forteresse volante") où nous sommes allés une première fois pour un repérage, et retournés par la suite avec des gants et des sécateurs pour faire le ménage avant de pouvoir trouver la ciste. Nous y sommes restés pratiquement 1/2 heure à trois, travaillant avec acharnement, enlevant ronces, lierres. Comme le spot est à côté d'une grande nationale, nous avons senti des regards assez suspicieux. Il y a même une voiture qui s'est arrêtée puis repartie aussitôt que nous avions levé le nez. Pour, au final, ne pas la trouver à cet endroit, mais quelques mètres plus loin ! Au moins on aura fait place nette !

Encore une autre, celle de Valetiti la @70@11555@ qui est située dans un endroit interdit aux chiens. Qu'à cela ne tienne, nous avions pris Cyno dans les bras et avons traversé le lieu, prenant même une photo devant le panneau "Interdit aux chiens". Les cistes ne devraient-elles pas être accessibles à tous ??? :)

Mais notre préférée est la @56@18308@ ("La ciste de Broerec (2))" Nous étions sur du spot, nous avons cherché pendant un petit moment sans rien trouver. Avant de repartir déçus, et en désespoir de cause, nous avons décidé de faire intervenir la chienne (donc la véritable Miss Craspouette). "Va chercher la boiboîte !". Elle s’est mise en chasse et chose incroyable, un fossé plus loin, elle nous a indiqué pile-poil l'endroit en s'arrêtant juste devant et en nous regardant ! 

Courrier des lecteurs
 
 

De S. :

A propos de la recette des Kniddelen de Mériadoc parue dans le Ciste-thématique du mois dernier, je vais vous en raconter une bien bonne. Ma grand-mère m’a montré un carnet de recettes qui lui avait été donné par sa voisine dans les années 50 et qui contient cette fameuse recette, ainsi que les différentes appellations que vous évoquez en précisant que cette appellation change tous les cent kilomètres.

J’ai noté : Knepfle, Beuve-spaetzle, Knödele, Knepple, Schnoukewelle, Horrische, Mehlklösse. Il y en a peut-être d’autres. En réalité, ce serait une recette traditionnelle allemande, c’est du moins ce qu’aurait affirmé à cette voisine un nommé Heinrich qui venait souvent la voir pendant la guerre et qui, paraît-il, sentait la graisse de fusil :-) A noter qu’à la libération, cette voisine a eu quelques soucis avec la repousse de ses cheveux. J’ignore si c’est vrai, ma grand-mère est un peu mauvaise langue :-) Bien amicalement, G.

Réponse : Lol !  :)))

oOo

 

Quelques précisions concernant le forum.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu’il est totalement indépendant de cistes.net.

Pour toute question concernant ce forum, vous devez vous adresser à ses administrateurs, la ravissante Laetitia2Monterant, les féroces Pouschtroum, docteurjekyll et Marquis de Sade, ou à ses sanguinaires modérateurs, Pone, Acide Ascorbique, Elba, et Fabius Cunctator. Voir ICI.

Photos du mois
 
DEUX POUR LE PRIX D'UNE. SIGNEES SIOUX.
 

Ces deux jolies photos ont été faites par Sioux alors qu’elle était sur la piste de cistes. En haut, la silhouette d’un cheval au coucher du soleil ; en bas, un ravissant lavoir. Bon, vous allez dire : "Ce sont les commentaires les plus crétins que j’aie jamais lus !" Euh... Ben oui, mais on a perdu ceux de Sioux, qui nous expliquait où et quand elle les avait faites ! Pardon, Sioux ;)).

Traits & Portraits
 
GWALCH
 

Sous le pseudo Gwalch (Palmarès) se cache un étudiant en médecine angevin de 20 ans. Il raconte :

- Comment ai-je découvert les cistes ?... Là, certains Cisteurs se reconnaîtront. En fait, tout a commencé l’été dernier. Je travaillais comme guide SPREV dans un charmant enclos paroissial proche de Landerneau (je ne donnerai pas le nom, parce qu’une ciste y est cachée). Passé le 15 août, les visiteurs se faisant plus rares, je me retrouvais à prendre le soleil, adossé contre le mur de l’ossuaire.

Deux jeunes sont alors arrivés, une pochette pleine de papiers entre les mains. Chouette, des visiteurs potentiels ! Je leur ai proposé la visite, mais ils ont décliné l’offre. Zut ! Et alors, ces deux personnes (nous les appellerons A et H, au hasard, pour ne pas les nommer) m’ont demandé si je ne connaîtrais pas l’emplacement d’un ossuaire dans le coin ! Un peu amusé, je leur ai fait remarquer que c’était tout simplement le bâtiment derrière moi. S’ensuivit une longue discussion au cours de laquelle je leur ai demandé ce qu’ils recherchaient. Vous devinez la suite :))

Dès que j’ai pu avoir accès à Internet, je me suis précipité afin de m’inscrire sur la ciste pendant que j’étais encore en Bretagne. C’est comme cela que tout a commencé, sur la sympathique ciste de l’Ankou, qui, petite anecdote amusante, avait changé de place entre le moment où A et H l’avaient trouvée (mi-août) et le moment où je l’ai cherchée (fin août).

De retour dans ma belle ville d’Angers, j’ai eu la joie de découvrir que les cistes ne manquaient pas, ce qui m’arrangeait bien puisque je suis un Cisteur sans voiture et sans accès Internet chez lui (si, si, c’est possible !). Très motivé, j’en fais le plus possible pendant que le rythme des cours n’est pas trop chargé. En fait, je ne comprends toujours pas comment j’arrive à concilier les cistes et les cours. Tant que les cistes ne m’envoient pas au rattrapage… :))

Quels sont mes cistes préférées ? La question est assez difficile. Beaucoup de cistes angevines m’ont fait découvrir des merveilles que je ne soupçonnais pas. Je pense par exemple à la ciste du Vieux Jérusalem (16448), la ciste Thème D-le Grand Sacre (18451), la ciste de l’escalier (11991) qui me rappelle une super balade à vélo.

Plus récemment, grâce à des amis Cisteurs possédant une voiture, j’ai eu l’occasion de découvrir de magnifiques coins du Maine et Loire. Je pense tout particulièrement à deux énigmes de Bob d’Artois: Les Vertes Fasces (19524) ou les Adorateurs d’Eubhébhé (19378). Superbes lieux, servis par des énigmes passionnantes. Ou encore, le pique-nique entre amis sur le toit de la ciste foudroyée (15789).

Dans les petites anecdotes amusantes, je vous raconte ma rencontre avec un Cisteur. Peu après sa mise en place, je recherchais la ciste aux émaux incompatibles (23253), accompagné d’une amie (que j’ai enfin réussi à inscrire :)). Nous voilà à faire le trajet nocturne de cette quête spéciale hibou. Arrivés sur le spot final, nous repérons le blason, alors qu’arrive un grand maigre accompagné d’un petit gamin. Zut, des badauds, il va nous falloir attendre pour récupérer la boîte. En plus, ces abrutis s’arrêtent sur le spot et nous regardent en coin ! Ni une ni deux, je prends ma feuille et déclame bien fort la dernière phrase de l’énigme à mon amie. Le grand maigre s’approche et demande.

- Vous cherchez la boîte ?

Mais oui, cher Locotwister ! :)) Je l’avais reconnu grâce à de vieilles photos qui traînaient sur Newforez ! C’est ainsi que j’ai eu droit au Cacheur lui-même, venu faire une vérification !!!

Une autre ciste qui m’a beaucoup plu, c’est la seule et unique cachée au Vatican. Cachée depuis plus de six mois, elle n’avait jamais été trouvée. Je me rends sur les lieux, persuadé de devoir faire une confirmation de disparition. Et là, surprise, tout colle, je passe la main là où il faut et la boîte glisse dans mes mains. Les gardes suisses n’avaient pas eu raison d’elle, les milliers de visiteurs non plus ! :))

Maintenant, je me suis aussi mis à la cache, histoire de varier les plaisirs… Des heures à me promener dans le centre-ville d’Angers à la recherche de détails amusants, de zones cistables comprenant moins de dix cistes au mètre carré. J’ai une petite préférence pour la cache urbaine, peut-être parce que la plupart de mes cistes trouvées l’ont été en ville, avec tous les risques que cela implique…

Je terminerai ce petit portrait en adressant un grand bonjour à tous les Cisteurs avec qui j’ai eu l’occasion de passer de super moments, à tous les Cacheurs dont j’ai trouvé les boîtes, et à tous ceux qui cherchent les miennes.

Site web
 
IL N'Y A PAS QUE LES CISTES DANS LA VIE, le retour !
 

Parmi les sites qu’on aime, il y a les bêtisiers. Aussi, voici un site bête à en mourir de rire : ICI. Dommage qu’il soit présenté dans cet atroce format Lycos. Mais ne faisons pas la fine bouche, il vaut vraiment le déplacement. Un extrait venu de Belgique :

Statistiques
 
Mars 2007. Cistes cachées : 1345. Nb d'échanges : 13023.
 

En mars, le record du nombre de cistes cachées a été battu ! Le précédent record datait d'août 2006, avec 1301 cistes.

Petite annonce
 
URGENT ! NOUS RECHERCHONS UN BON COMMERCIAL
 
Pour développer les PubliCistes, nous recherchons un commercial ayant une sérieuse expérience de la prospection téléphonique (et possédant un bon carnet d'adresses !)
 

Il doit disposer de temps libre dans la journée (entre une et deux heures) pour prospecter les sociétés qui font de l’e-commerce. Il n’aura aucun déplacement à faire, nous nous occuperons du reste.

Il touchera une commission d’apporteur d’affaires d’un montant de 1000€ par contrat signé.

Si l’expérience vous tente, écrivez-nous via le bouton "Ecrire au webmestre" (à droite sur la page d'accueil de cistes.net), en précisant "à l'attention de David Spiel".


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation