JOURNAL DES CISTEURS N°40
Parution du 01/11/2008
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
Editorial
 
ECHANGES FICTIVO-VIRTUELLO-BIDONS, par DG
 

Très souvent, les organisateurs de réunions de Cisteurs cachent des cistes pour animer leurs journées. De retour chez eux, les participants à ces réunions sont donc invités à déclarer la découverte de ces cistes. Ils le font parfois en déclarant des choses fictives (1 rayon de soleil, 1 courant d'air, 1 sourire, etc.) pour valider leur découverte.

Je rappelle que cela est contraire aux règles de cistes.net ! (*)

Pour faciliter la tâche à ces participants et leur permettre d'enregistrer leurs découvertes, nous vous remercions d'utiliser désormais la technique normalisée décrite ci-dessous.

1 - En plus des objets "normaux" destinés à être échangés par les futurs Cisteurs qui n'ont pas assisté à la réunion, le Cacheur ajoute la phrase suivante, comme s'il s'agissait d'un objet : "Attention : cette ligne est exclusivement réservée aux participants à la réunion du... "

2 - Tous les participants à cette réunion "échangeront" cette phrase par : "Un jeton de présence" (ou autre formule neutre, à condition que ce soit la même pour tout le monde, et qu'elle ne soit ni cocasse ni fantaisiste).

3 - Le dernier à enregistrer un échange dans cette liste (un Cisteur convenu à l'avance) remplacera le dernier "Jeton de présence" par un vrai objet, vraiment présent dans la boîte.

La page descriptive de ces cistes devra donc ressembler à ceci, par exemple :

Elle contient :

1 figurine tigre

1 fève en porcelaine

1 magnet

  • (remplacé le 05/00/2008 par un insigne de shérif) ;

1 Pin's

1 carnet + 1 crayon

Attention : cette ligne est exclusivement réservée aux participants à la réunion du 00/00/2008

  • (remplacé le 00/00/2008 par un jeton de présence) ;
  • (remplacé le 00/00/2008 par un jeton de présence) ;
  • (remplacé le 00/00/2008 par un jeton de présence) ;
  • (remplacé le 00/00/2008 par un jeton de présence) ;
  • (remplacé le 00/00/2008 par un dé en pierre) ;
Vous trouverez plus d'explications ici.

Merci de votre compréhension, et bonne lecture !

(*) Il existe une seule ciste dans la quelle les échanges virtuels sont autorisés. Il s'agit de la N°264, spécialement créée pour permettre aux nouveaux membres de "se faire la main".

L'INDEX DE CISTE-THEMATIQUE
 

Vous recherchez un ancien article de Ciste-thématique ?

Désormais, il vous est possible de consulter l'index de tous les articles parus dans Ciste-thématique depuis le numéro 1 (et jusqu'au numéro du mois dernier) grâce à la page spécialement créée par Brossard56.

Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ICI.

LE LOCALISATEUR DE YOGO
 

Certains Cisteurs -hélas trop rares- ont eu la bonne idée de s'inscrire sur le localisateur de Yogo.

Ce localisateur permet de savoir qui habite où.

C'est un outil extrêmement pratique pour contacter des Cisteurs qui habitent dans une autre région que vous, ou pour trouver quelqu'un qui pourrait se déplacer pour chercher une PubliCiste à votre place. Nous vous encourageons à vous y inscrire. C'est ICI.

Cacheurs, vous n'aurez plus aucune excuse pour coller sur cistes.net des images de la taille d'un confetti, ou des photos bouffées par les mites. Sur le site de Tioo, toutes vos images seront réduites à 10 Ko en un tournemain, automatiquement et en beauté ! Le réducteur d'images de Tioo, c'est un concentré de haute technologie, respectueux de l'environnement car entièrement réalisé à l'aide d'électrons recyclés :)) Pour y accéder, c'est ICI.

A l'initiative de Brindacier et de plusieurs autres Cisteurs et Cisteuses, il a été décidé d'informer les Cisteurs à mobilité réduite quant à la facilité d'accès de certaines boîtes.

Cacheurs, si vous pensez que l'une de vos cistes entre dans cette catégorie, merci de bien préciser si elle est accessible aux personnes qui se déplacent à l'aide d'une canne, avec des béquilles ou en chaise roulante. Le fait qu'un chemin d'accès soit plat ne signifie pas que son accès soit aisé : des pierres, une ornière due au ruissellement des eaux de pluie, un obstacle végétal peuvent poser des problèmes insurmontables. Il serait frustrant pour ces personnes d'avoir à faire demi-tour parce que les renseignements que vous avez fournis sont incomplets ou erronés.

ENFIN, TRES IMPORTANT : ne mentionnez sur ce site que les cistes qui sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, et non celles qui leur sont interdites !

Pour y accéder, ICI.

Plus altruiste que ça, y a pas ! En effet, l'idée qui a présidé à la mise au point par Locotwister du "Carnet en Ligne", est de rendre accessible à tous les Cisteurs (Chercheurs et Trouveurs) les commentaires que l'on trouve habituellement dans les carnets placés dans les Cistes.

Pour le Cacheur, l'initiative est géniale également, puisqu'elle lui permet de prendre connaissance des appréciations des Trouveurs sans avoir à se déplacer tous les quatre matins sur ses spots. (A condition, bien sûr, que chaque Trouveur joue le jeu et recopie sur le site de Locotwister le commentaire qu'il a laissé dans la ciste; en y ajoutant, pourquoi pas ? quelques mots sympas en plus.)

Mais attention, il faut que les commentaires ne soient pas trop précis, ceci afin de ne pas aider les Chercheurs à localiser l'endroit !

Techniquement : tout Trouveur peut ajouter/modifier/supprimer un commentaire. Le Cacheur peut modifier/supprimer un commentaire s'il trouve celui-ci trop précis par rapport au spot.

Enfin, même si la boîte disparaît avec tout son contenu et doit être remplacée, les commentaires du "Carnet en Ligne" de Locotwister, eux, restent accessibles. Ce carnet est disponible ICI. Une fois la page affichée, cliquez sur le bouton "Carnet en ligne" qui se trouve à gauche.

Il y a de plus en plus de rencontres entre Cisteurs. Il y a donc aussi de plus en plus de Cisteurs qui se connaissent.

C'est pourquoi, chaque mois, nous présentons ici la photo d'un Cisteur ou d'une Cisteuse, prise à l'époque où les cistes n'existaient pas encore :))

A vous de les reconnaître !

LE CISTEUR DU MOIS D'OCTOBRE...
 

Cette fois, il fallait reconnaître kiki03520 !

La première personne à l'avoir identifié est Cobac10 (Serari). Un méga bravo à lui, car il l'a identifié dès le 5 octobre !

....ET VOICI LA PHOTO DE NOVEMBRE !
 

Bon, là, pas de doute, c'est un garçon (ou alors, c'est rudement bien imité !)

A vous de jouer. Stimulez votre sens de la physionomie, et ne vous laissez pas influencer par le fait que c'est un cliché en noir & blanc ! (Non, notre Cisteur du mois n'est pas né sous le IIIème République !)

Si vous l'avez reconnu, exprimez-vous sur le forum général NewForez, dans le sujet "Ciste-thématique de novembre est paru" : c'est ici.

Tous les mois, nous vous encourageons à nous envoyer vos photos. Mais nous vous demandons, pour l'instant, de ne plus le faire car nous en avons beaucoup d'avance. Par exemple, la photo ci-dessus, nous l'avons reçue en février dernier, et il y en encore beaucoup en attente. Nous vous informerons lorsque notre panier sera vide :))

En revanche, nous manquons toujours cruellement de portraits pour la rubrique Traits & Portraits. Vous trouverez toutes les infos ICI.

Ras le bol...
 
... DES GROSSES COCHONNERIES !
 

Ce coup de gueule ne s'adresse pas vraiment à vous (car votre qualité d'abonné(e) prouve que vous êtes un Cisteur ou une Cisteuse responsable), mais à ceux qui confondent cistes et poubelles. Donc, SVP, passez-leur le message !

En effet, nous recevons de plus en plus de plaintes concernant le contenu de certaines cistes : clous rouillés, briquets et échantillons vides, allumettes, vieux tickets de transport, etc., quand ce ne sont pas carrément des produits comestibles, qui, pourrissant dans la boîte, infectent tous les autres objets au passage !

On peut comprendre que des Cisteurs trouvant une boîte par hasard (ça ne doit pas arriver bien souvent !) y mettent n'importe quoi, mais il est tout de même incroyable que certaines personnes partent chercher une ciste en emportant sa feuille descriptive, mais ne songent pas à se munir d'un petit objet sympa pour faire leur échange ! Ou alors, est-ce parce qu'ils sont persuadés que, de toute façon, ils ne la trouveront pas ?

Si vraiment vous n'avez rien sur vous, il vaut encore mieux y mettre une pièce d'un Euro plutôt qu'un marron ou un caillou trouvé sur place : au moins cette pièce fera-t-elle le bonheur d'un enfant qui pourra s'en servir pour s'acheter des frian- dises...

Cacheurs, il serait peut-être judicieux de rajouter un petit mot dans vos boîtes ou dans les carnets, incitant les visiteurs de vos cistes à faire un effort. Nous savons que certains Cacheurs le font déjà, mais nous ignorons si cela a un impact. Mais si ça ne fait pas du bien, ça ne peut pas faire de mal.

Suggestion :

"Ami Cisteur, j'ai essayé de mettre dans cette ciste des objets sympathiques, pouvant plaire au plus grand nombre. Quand vous ferez votre échange, merci de remplacez l'objet que vous allez prendre par un article offrant le même intérêt (ou un intérêt supérieur !). SVP, pas de trombone, punaise, boîte d'allumettes, briquet vide, et autres objets sans intérêt ! Et n'oubliez pas : ne mettez jamais de produits alimentaires dans une ciste, pas même des bonbons ou des chewing-gums, car ils moisissent. Merci d'avance."

Traits & Portraits
 
EMYBLISS
 

J'ai 28 ans, je suis musicienne, passionnée de cistes, et j'aime rigoler.

Ma meilleure amie avait entendu parler des cistes, et lorsqu'elle m'a fait découvrir ce jeu, j'ai tout de suite adhéré. J'ai beaucoup de chance : dans mon entourage, tout le monde s'y met ! Mais j'aime bien cister seule : c'est une bouffée d'oxygène pour moi.

Ma ciste préférée se trouve sur l'île d'Oléron. Son énigme était difficile, et c'était ma première. Je me souviens m'être lacérée avec les ronces et avoir hurlé de joie lorsque je l'ai vue et tenue dans ma main ! :-) Quant à l'énigme qui m'a le plus plu, c'était la même ! Le coin le plus spectaculaire découvert grâce aux cistes : un marais avec des ponts partout !

Enfin, je tiens à témoigner de l'incroyable changement qu'ont apporté les cistes dans ma vie. Voilà : arrivée depuis peu en Charente-Maritime, le bouche à oreille a merveilleusement bien fonctionné autour de moi. Très vite, je me suis mise à chercher puis à cacher.

Aujourd'hui, un mois après, je crois que je suis devenue (et seulement maintenant) une vraie Cisteuse, car j'ai tout de même réussi, le 5 octobre, à me gaufrer lamentablement dans un lavoir glacial, et à ne pas vraiment m'en étonner sur le coup... Ce n'est quand rentrant chez moi que je me suis rendue compte de l'énormité de la situation !

C'est bien la preuve que je suis devenue une mordue... (C'est comme ça qu'on dit, je crois :))

L'innommable II, le Retour
 
APRES LA BOUE, LA ROUE ! par Sioux
 

Après la boue (voir Ciste-thématique N°37), Locotwister a des problèmes avec la roue.

Par une belle journée de mi-septembre, Locotwister et moi avons profité de la clémence du temps pour sillonner la campagne angevine et honorer quelques cistes. La journée entière fut un régal de beaux spots, tiédeur ambiante, campagne, bords de Loire, fous-rires, et décapsulages.

Loco passa jeter un œil sur une des ses cistes, cachée dans un muret, et dont l'accès, lui avait-on dit, serait quelque peu... contrarié par un tas de bois.

Sur une autre ciste du même, l'envie m'a pris, en voyant un panneau jouxtant la cache, d'inaugurer le premier poteau indicateur cistique :

Sur la dernière ciste de la journée, on connaissait la localisation, mais l'approche du final nous paraissait très très brumeuse. Nous sommes allés dans le village en question, et, après avoir un peu tourné, mais pas trop (le crépuscule s'annonçait...), nous avons avisé un monsieur d'allure débonnaire, auquel nous avons demandé le chemin de...

Il nous a dit que nous étions tout près, et, après nous avoir très complaisamment renseignés, nous laissa en route vers cette petite dernière. Nous devions aller vers une piste d'envol de parapente. Le chemin d'accès étant terreux et herbeux mais le temps sec, Loco, avec sa valeureuse limousine Citroën baptisée "Tout Terrain" pour ces circonstances, nous engagea dans le chemin.

Ayant aperçu ce qui pouvait être un repère cité par l'énigme, nous laissons l'auto au bord du chemin, marchons un peu et... topons la ciste bien plus vite que prévu, de suspicion en subodorement ! Notre échange accompli entre chien et loup, c'est tout satisfaits et tout guillerets que nous nous dirigeons vers la voiture.

A ce moment, le monsieur de tout à l'heure réapparaît et nous demande si nous avons trouvé ce que nous cherchions. Un peu curieux, il veut en savoir plus, alors nous lui parlons des cistes... avant de le laisser à nouveau repartir sur le chemin.

Pour en faire de même, Loco a le choix entre faire une marche arrière jusqu'à l'entrée du chemin, ou bien faire demi-tour. Le crépuscule au stade plus loup que chien, et le terrain étant herbeux et dégagé, c'est cette dernière option qui est retenue, à l'unanimité. Je suggère à Loco une manœuvre, qu'il approuve (après mûre réflexion, j'ai très certainement perdu là une occasion de me taire !)

Prudemment, il fait une marche arrière, en braquant vers une entrée de champ, repart en face et là... pouf !!!! comme dans un trou d'air en avion, nous plongeons brusquement d'un bon 30 centimètres plus bas ! On se regarde, interloqués : "T'avais vu un fossé toi ?..."

Je suis sortie précautionneusement, ma portière raclant le sol... pour constater que le fossé crapuleux a bel et bien "avalé" toute la roue avant droite jusqu'au bas de caisse, lequel repose nonchalamment sur le sol herbeux.

Mais c'est pas le tout : du coup, la gîte de notre vaisseau à quatre roues le faisant piquer de l'avant, la roue arrière gauche "pédale" en l'air ! Mordiou, nous v'là bien !!!

Entre fou-rire et consternation, dans ces moments on essaie quand même de se brancher à toute vitesse sur le neurone de secours...

"Monsieur !!!! Moooonsieur !!!!" On rattrape dare-dare le gentil monsieur, qui se met aussi à réfléchir à la meilleure méthode pour remettre notre auto d'aplomb. Par chance, au bout du chemin habite un homme de sa connaissance qui, peu de temps après, arrive avec un Trafic, son fils et... une corde. Il la noue à l'arrière de l'auto, et il est décidé que les 3 hommes (Loco, le monsieur curieux et le fils) pèseront de tout leur poids assis sur l'arrière de la Citroën (coffre ouvert), tandis que le monsieur de secours tirera avec son Trafic. N'ayant plus de place pour m'asseoir sur le rebord du coffre, je me cale sur le siège arrière gauche pour peser aussi, euh... de mes 46 petits kilos... bon, 47 avec mon sac à dos !

La Citroën au point mort, le trafic démarre, ça peste un peu derrière parce que "ça bouge pas !". Crénom !!! je me penche vers l'avant, et... desserre le frein à main qu'on avait dû oublier dans la panique, et pffuiiiiit ! notre véhicule consent enfin à quitter le fossé pour retomber sur ses quatre pattes de gomme !

On se confond en remerciements, d'autant que l'aide a été totalement gratuite.

Pour nous consoler, nous avions décidé d'aller encore chatouiller une ou deux cistounettes en hibou, avant de retrouver le home du Sieur Loco... où nous attendait un petit papier sur la porte "Vos clés sont chez nous". Ma doué ! Mes clés !!! Je les avais laissées sur la portière de ma voiture en partant ce matin, et le voisin fort aimable les avait gardées. Décidément, je me demandais si l'imprévu nous guetterait encore...

- Loco, la dernière fois, tu m'as fait une brillante démonstration de thalasso, et là, tu t'es démené comme un beau diable pour me prouver, travaux pratiques à l'appui, que ta voiture tient sur trois roues... Mais tu sais, c'est pas la peine d'en faire autant chaque fois que je viens : même s'il n'y a pas une croustillante anecdote à raconter après, je reviendrai quand même, t'inquiète hein !!!"

- Oui, oui... mais tu sais quoi ? Tu te souviens que je t'avais dit ce matin qu'il me manquait trois cistes ?.... hé ben, ça y est !!!

- Ça y est quoi ?...

- J'ai 666 cistes au compteur.

- C'est malin !!!

En haut, un figuier a poussé dans un puits romain. En bas, un rocher qui a pris la forme étrange d'une tortue. Ces deux photos ont été faites dans l'Hérault par Raisinsdor.

En haut : le sixième panneau, marqué par la flèche rouge, est d'une hallucinante précision ;)) En bas : un avertissement sans frais (sang frais ?) pour qui tient à son fond de pantalon ! Ces deux clichés sont signés Lolo-09.

En haut, un panneau bien utile pour savoir où l'on va ! Au milieu, c'est clair : il y a un garde-fou au bout du ponton, juste pour le cas où une personne handicapée aurait la malchance de crocheter un silure de 120kg au bout de sa ligne ! En bas, un pictogramme qui a beaucoup amusé l'ami en chaise roulante qui accompagnait Tioo, auteur de ces trois photos prises en bord de Loire.

Intérieur d'un refuge que l'on doit rejoindre pour trouver une ciste : pas très accueillant, puisqu'il abrite un essaim de frelons ! Photo Flix.

En haut, une photo prise à Hyères. Sans commentaire ! En bas, un panneau qui se trouve chez un glacier, à Cassis. Photos Blue Cat et Bulldog.

En haut, une photo prise au Castellet. Au milieu, ce cruchon est utilisé pour recueillir les pourboires à la sortie du bateau permettant de visiter les calanques à Cassis. En bas, une plaque qui se trouve dans le centre de Die. Photos Blue Cat et Bulldog.

La dernière voiture sortie de là était sans doute une Panhard-Levassor ou une De Dion-Bouton ! Photo Wawoga.

Traits & Portraits
 
CRAP
 

- Je m'appelle Crap, je suis une créature à quatre pattes, plus exactement un "Oryctolagus cuniculus", c'est-à-dire un "lapin européen". Je suis tout droit sorti de l'imagination du fils d'une Cisteuse, mais j'ai pris forme vivante à l'occasion d'une rencontre estivale entre Cisteurs du Maine-et-Loire. Je me revendique irascible, arrogant, et taquin, mais au grand jamais je ne suis méchant avec les humains, même si je les méprise à cause de leur air de supériorité et de leur ego surdimensionné.

  • Comment avez-vous découvert les cistes, et quand ?

- Je viens de vous le dire, à l'occasion d'un repas cistique, vers la fin Août. Vous écoutez ce que je dis, ou quoi ?

  • Comment parvenez-vous à concilier famille, travail et cistes ?
- La famille Crap n'est constituée que d'une "Madame Crap" et d'un "Monsieur Crap", qui passent les journées d'automne enfouis dans leur terrier à concocter des belles énigmes pour narguer les humains. Et nous devons vous l'avouer : nous rigolons bien de voir ces bipèdes parfois dépourvus de jugeote, et - c'est encore plus grave - de VUE, ce qui les empêche de voir l'évidence. Nous avons à leur disposition un stock de carottes pour soigner cela. Nous ne sommes pas encore trop sortis cister à cause de méchants humains tout verts qui nous veulent du mal, mais quand la saison sera venue, nous ne nous priverons pas d'aller découvrir le vaste monde. Le Maine-et-Loire est un magnifique champ de luzerne géant .

Pour ce qui est du travail, pas de souci pour moi : je n'en ai pas ! Juste besoin de me chercher à manger !... Vous ne me verrez donc jamais écrire : "Coucou d'un lapin qui part au boulot", ou pire encore : "Coucou du boulot". Faut croire qu'il y en a qui n'ont que ça à faire au travail !

  • De toutes les cistes que vous avez trouvées, laquelle est votre préférée ? Pourquoi ?
- Sans hésiter, celle que m'a dédicacée Platdetain, dans sa ciste 49053 intitulée, "Chassez Crap, le lapin angora". Même si la ruine dans laquelle il avait placé la boîte était pleine de courants d'air, vous comprendrez que j'y avais peur de m'enrhumer, ou pire. Rigolez pas : l'angine de lapin est la cause de mortalité la plus répandue chez nos congénères, bien avant la cuisson à la moutarde et aux aromates. L'énigme de Platdetain était pleine de subtilité, comme toutes celles qu'il fait, d'ailleurs, et je dois avouer qu'avoir une ciste à mon nom m'a énormément touché. C'était admirable (de lapin !). Je ne suis pas peu fier de l'avoir décodée en deux coups de cuiller à pot.

  • Quelle était l'énigme qui vous a le plus plu ?
En toute modestie, c'est une énigme que j'ai écrite : l'épisode 39 de la ciste intenable (24546), dans le Maine-et-Loire. Voir qu'un pauvre petit lapin arrive à coller les plus grosses pointures cistiques du département est une satisfaction indescriptible. Surtout avec de simples compositions de couleurs, comme on en apprend à l'école primaire. Heureusement que le principe de cette ciste permet aux Chercheurs de poser des questions en public sur le Forum, sinon je crois qu'ils y seraient encore à Noël. Avec Madame Crap, nous avons quelques autres énigmes en projet. Mais chutttt !!! c'est un secret.

  • Quel est le coin le plus spectaculaire que vous ayez découvert grâce aux cistes ?
Vous savez, je n'ai pas encore eu l'occasion de chercher des cistes, ayant découvert ce magnifique jeu il y a à peine un mois. En tout cas, ma première ciste a été celle de l'épisode 38 de la ciste intenable, cachée juste à côté de mon terrier. L'énigme était fort bien construite et je n'en avais même pas compris la moitié. J'ai laissé mon flair infaillible faire le reste et il ne m'a pas fait défaut, au grand désespoir des humains, d'ailleurs... Je ne suis pas peu fier de leur faire avoir ravalé leur supériorité mal placée et leurs certitudes.

  • Vous avez certainement été confronté à des tas d'anecdotes amusantes. Laquelle est votre préférée ?
Pour le moment, je visite davantage le Forum des Cisteurs que le terrain lui-même, pour des raisons que j'ai déjà expliquées précédemment. Votre mémoire est suffisante pour que vous vous en rappeliez, hein ? C'est assez incroyable de voir autant d'acharnement sur un lapin sans défense. Ils sont sans pitié et j'espère que je le leur rends bien.

Avant de terminer cette interview (je n'ai pas que ça à faire), je tiens à vous faire part d'une anecdote nettement moins amusante, et revenir au Cacheur précédemment cité : le fait qu'il m'ait consacré une ciste ne doit pas l'excuser des propos peu sympathiques qu'il a tenus à mon égard, et pour lesquels je souhaite profiter de cette occasion pour les clarifier. Jugez plutôt : "Bien avant que ne s'illustre sur cistes.net son intenable descendant dégénéré à 2 têtes et accessoirement pianiste à 4 mains.". De quel droit me qualifie-t-il de "dégénéré" ? Est-ce que je le traite de mayennais arriéré vivant sur terre battue ? Non !

De plus, je n'ai pas deux têtes. Il doit avoir absorbé en excès quelque substance alcoolisée, voire illicite, pour avoir vu un lapin bicéphale, et certainement confondre avec mon cousin blanc de chez Lewis Caroll. Encore que... Je ne porte pas de lunettes. Et ce ne sont pas de quatre "mains" dont je suis pourvu, mais "pattes". Vous saisissez la nuance, ou vous avez besoin d'un cours de morphologie animale ? Mais, bon, comme dans son pays il n'y a que des vaches, je peux aussi mettre cela sur le compte de l'ignorance.... Je referme la parenthèse.

Ceci dit, je souhaite bon courage à toutes et tous sur la Piste des Cistes, avec, pourquoi pas, l'occasion de rencontrer quelques-uns d'entre vous à proximité de mon terrier !

Exploit
 
CERTAINES SE MERITENT VRAIMENT ! par Pathfinder
 

Ça s'est passé en Lozère, pendant les vacances cistiques de Neokhal et moi-même.

Ce jour là, la météo n'était pas en notre faveur : ciel gris et menaçant. Qu'à cela ne tienne, nous étions parés et avions comme objectif une ciste appartenant à une belle série le long d'un GR traversant le département. L'énigme nous conduisait ni plus ni moins au point culminant du département.

Depuis un petit moment, nous n'espérions plus apprécier la vue promise dans l'énigme, car plus le sommet était "en vue", plus la purée de pois était importante !

Mais être les premiers à décapsuler cette ciste après une grosse heure de marche maintenait notre motivation à continuer l'ascension.

Arrivés tout en haut, à 1699m, nous avons repéré la borne géodésique à partir de laquelle l'énigme demandait de suivre un sentier au Sud-est sur 50 pas "parmi les boules de granite, jusqu'à un petit abri où trône ce guatémaltèque".

Photo à l'appui, cela semblait a priori évident de trouver ce rocher si particulier, trônant dans ce paysage quasi lunaire au sommet. A priori seulement ... Le malaise était toute de suite palpable entre nous ! Malgré le brouillard épais, on devinait tout de même assez bien le terrain sur une cinquantaine de pas, mais aucune boule de granite n'était visible et encore moins d'abri ! A la place, une herbe rase balayée par le vent.

Tout se compliquait d'un seul coup. Place aux doutes : sommes-nous au bon endroit ? Était-ce le bon sommet ? La première zone de rochers était à environ 200 mètres de la borne, est-ce que l'énigme comporterait donc une erreur ? Est-ce pour cela que personne n'a mis la main sur cette boîte depuis près d'un an ?... Bref, de bonnes questions que tout Cisteur en "panique" se pose ! La balade était sympathique, mais aurait mérité une petite récompense tout de même...

Je ne sais pas si c'était par désespoir ou par conscience cistique, mais nous avons tout même fait nos cinquante pas sur ce sentier vers le Sud-est. Résultat : pas un seul caillou, évidemment ! Les espoirs d'arriver à nos fins cistiques étaient donc réduits à néant.

Il y avait forcément un "truc". Tout semblait coller ... sauf le terrain ! (certes ce n'est pas un détail négligeable) Un rapide balayage visuel de la zone où nous nous trouvions nous a fait tiquer sur une vague petite boîte blanche 10 mètres plus loin, posée à même le sol. Comme scotché sur place, je demandais alors confirmation du type de boîte sur l'énigme : une boîte de gélules plastique (H6 d4)... L'espoir renaissait ! Nous nous sommes approchés et... bingo ! Incroyable mais vrai : la ciste était bien là au milieu de nulle part, sèche et en bon état, bien qu'ayant survécu aux conditions météorologiques extrêmes qui peuvent régner là haut en un an ! Il y aurait un "Koh-Lanta" cistique, elle aurait gagné les 100 000 Euros !

C'est tout fiers que nous avons procédé à notre échange, bien protégés du vent dans cet abri précaire construit auprès de la borne. Nous avions donc la ciste... mais nous n'avions toujours pas compris ce qu'il était advenu des boules de granite et de leur ami, notre pauvre "Guatémaltèque" ! Emporté par les rafales de vent ? Peu probable ! Parti rejoindre son Amérique Latine natale ? Le voyage serait bien long...

Autre souci : retrouver une cache pour la ciste ! Impossible de la reposer là où nous l'avons trouvée. Il n'y avait que deux solutions : la cacher plus loin, ou essayer de ramener des pierres au spot indiqué par l'énigme, et de refaire le trône du guatémaltèque... Ce fut à ce moment précis de la réflexion que tout s'éclaira : l'abri où nous étions réfugiés devait sûrement être constitué du Guatémaltèque et de ses amis... Et en effet ! Deuxième énigme résolue !

La ciste et le Guatémaltèque étaient bien "vivants", même si ni l'un ni l'autre ne se trouvaient pas là où nous les attendions.

Nous pouvions désormais redescendre du sommet, confortés dans l'idée que l'on a beau cacher des cistes loin de toutes routes, dans des endroits perdus, elles n'ont malgré tout pas la vie facile !

Appel à témoins
 
UNE CISTEUSE QUI N'A PAS FROID... AUX YEUX !
 

Scoop ! Ce cliché, d'origine inconnue, montre une Cisteuse qui n'hésite pas, lors de ses S.A.V., à utiliser sa culotte pour nettoyer ses cistes lorsqu'elle n'a pas de chiffon. Une telle abnégation est tout simplement admirable.

Comme il est impossible de la reconnaître, nous aimerions bien savoir de qui il s'agit. Vous pouvez vous exprimer (largement) sur le forum Newforez si vous la connaissez. Surtout n'hésitez pas :)) C'est Sioux !

Initiative
 
BROSSARD56 et PIERRE56250 CARTOGRAPHIENT LE MORBIHAN.
 

A l'instar des Cisteurs d'autres départements, Brossard56 et Pierre56250 viennent de cartographier le Morbihan, principalement à l'attention des nombreux touristes qui demandent des informations sur les cistes bretonnes avant de venir y passer leurs vacances. Pour en savoir plus, c'est ICI. A noter que la carte est cliquable.

Miam-miam
 

Ce mois-ci, nous vous présentons deux recettes testées et approuvées par les Cisteuses et Cisteurs qui ont eu la chance de pouvoir les soumettre au jugement de leurs papilles (et de leurs mamies) : le flan à la noix de coco, de Davinci, et le gâteau aux betteraves, de Bernique.

LE FLAN A LA NOIX DE COCO de Davinci

Ingrédients :

Séparez les blancs des jaunes. Rajoutez aux jaunes le lait concentré, le lait, la coco (mélangée à un tout petit peu de farine, ce qui l'empêchera de remonter lors de la cuisson), et les blancs montés en neige très ferme avec une pincée de sel.

Prenez un moule beurré et caramélisé (badigeonnez du caramel liquide sur les parois, et laissez-le durcir au congélateur). Puis, une fois le caramel bien dur, versez le mélange dans le moule.

Faites cuire à four chaud th 6 (200°) environ 1 heure au bain-marie. Puis laissez au moins 3 heures au frigo avant démoulage.

Bon appétit !

LE GÂTEAU AUX BETTERAVES de Bernique

Ingrédients :

  • 2 betteraves crues (300g environ)
  • 200 g de farine
  • 250 g de beurre ramolli
  • 150 g d'abricots secs (ou raisins)
  • 80 g de noix
  • 200 g de vergeoise
  • 3 gros œufs
  • le zeste râpé d'un citron

Préchauffez le four th. 5-6 (170°). Faites gonfler les abricots dans un peu d'eau chaude. Battez au fouet électrique le beurre et le sucre. Ajoutez le zeste râpé, les œufs un à un, sans cesser de fouetter.

Pelez et râpez les betteraves. Incorporez les abricots, les noix au mélange, les betteraves, la farine, et versez dans un moule rond de 20 cm de diamètre.

Laissez cuire une heure. Démoulez tiède et dégustez froid. Saupoudrez de sucre glace.

Conservez le gâteau 3 semaines au frais ou congelez-le.

P.S. On peut remplacer les betteraves par des carottes ou des courgettes.

Bon appétit !

Critique constructive
 
J'AI GOÛTE LE CAKE AUX CARAMBARS DE BROSSARD56, par DG
 

J'ai goûté le cake aux carambars présenté par Brossard56 dans le N°39 de Ciste-thématique, le mois dernier.

Mon verdict.

Appréciation : 16/20

Excellent !... J'ai adoré la délicate saveur de caramel, à laquelle on n'est pas habitué dans un cake, et la texture souple et moelleuse. Un grand bravo à Brossard56, parce que sa recette mérite vraiment le détour. (Et son cake est bien meilleur que les cakes Brossard !)

Facilité : 0/20

Une horreur ! Oh, ce n'est pas que ce cake soit difficile à confectionner. Bien au contraire, sa réalisation est à la portée d'un enfant de dix ans, pourvu qu'il ne fasse pas d'allergie à la farine, qu'il soit assez grand pour ouvrir la porte du four, et qu'il soit équipé de maniques ignifugées et d'une maman irresponsable.

Non, je parle du déballage des carambars ! Le mois dernier, Brossard56 écrivait en effet ceci : "Pendant ce temps, ouvrir tous les carambars de leur papier (garder les papiers pour lire les blagues plus tard quand le cake sera au four !)".

Alors là, je m'insurge !!! Ouvrir les carambars ?... Il m'a fallu 20 minutes pour enlever le papier de 25 carambars ! Oui, vous avez bien lu : 20 minutes ! Soit près d'une minute par carambar ! Et encore, j'ai fait vite, ma femme ayant besoin de la cuisine pour tester la recette d'un horrible gratin dauphinois basses calories.

Je devine ce que vous pensez : "C'est sans doute parce que le papier collait aux carambars". Eh bien non, il n'y collait pas : c'était dû à l'emballage lui-même !

Quand j'étais gosse, ouvrir un carambar, ça prenait trois secondes chrono. Pour dérouler le papier, on tirait tout simplement sur les deux oreilles de l'emballage, comme pour un bonbon. Aujourd'hui, ces idiots de chez Cadbury, maison-mère de Carambar, contrecollent les bords du papier ! Il faut vraiment être taré ou sadique pour faire une chose pareille !... Et bien sûr, une fois que avez réussi à enlever le papier, ce dernier est tout déchiré. Il est donc impossible de lire les célèbres blagues Carambar ; vous savez, ces blagues tellement débiles qu'elles en deviennent drôles au huitième degré.

Quand nous, les Cisteurs, aurons pris le pouvoir, j'insisterai pour que le responsable des emballages Carambar soit condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il y rejoindra le responsable des emballages de la Vache qui Rit (un autre sadique) et celui des bouillons de volaille Maggi, bouillons qui se cassent en deux quand on tire sur la languette rouge, vous laissant entre les mains deux moitiés toujours fermement emballés dans une pellicule dorée ultra-résistante (et impossible à détacher si vous n'avez pas les ongles de Cruella ou un poignard Bowie).

J'en profite pour associer à mon mépris l'inventeur des sachets transparents contenant certaines marques de pâtes, en particulier les pâtes alsaciennes. Une fois enlevé le petit collier métallique qui le ferme, il suffit de plonger sa main à l'intérieur pour que le sachet se déchire sur toute sa hauteur et répande son contenu sur la table...

Il y a aussi l'inventeur des bouteilles d'eau minérale en plastique fin : on dévisse le bouchon de la main droite, le plastique de la bouteille cède sous la pression des doigts de la main gauche et la moitié du contenu vous gicle sur le plastron et dans les charentaises.

Et enfin, une mention spéciale pour l'inventeur des odieux sachets à bonbons, qu'il est impossible d'ouvrir si on n'a pas de ciseaux sous la main. (Généralement, de rage, je saisis un couteau de cuisine et je poignarde carrément le sachet à mort.)

Je souhaite à tous ces responsables du conditionnement d'attraper la gale. (On est certes loin du sujet des cistes, mais aaaah ! que ça fait du bien !)

Les voyages forment la jeunesse
 
LES TRIBULATIONS DU BOURDON N°5956 DE DULUOZ
 

Sur le forum Paris de Newforez, Duluoz raconte le périple de son Bourdon N°5956, pour lequel il avait lancé le défi suivant : "Je souhaite que ce bourdon parte butiner jusqu'au soleil de Méditerranée, puis revienne à Paris."

Mission accomplie. Ce périple a duré trois ans et huit mois. La bestiole a visité les cistes 5956 ; 6203 ; 7649 ; 9286 ; 9996 ; 1106 ; 10448 ; 27390 ; 12070 ; 2578 ; 10685 ; 104 ; 48575 ; 49395 par le chemin des écoliers jusque dans l'Hérault, où son propriétaire a décidé de s'installer, avant de repartir pour Paris. L'aventure est relatée ICI.

Pour les nouveaux Cisteurs qui ignoreraient ce qu'est un Bourdon, tout est expliqué ICI (cliquez à gauche sur le bouton "Le Bourdon".)

Nous en profitons pour signaler que cistes.net ne s'occupe plus des Bourdons depuis longtemps, car il y avait trop d'erreurs : des Bourdons étaient sortis des cistes sans que cela ne soit déclaré, puis replacés dans d'autres cistes. Dans ce cas, bien sûr, leurs traces étaient "perdues". Aussi, si vous placez des Bourdons dans vos cistes, sachez qu'en cas d'erreur (oubli de le déclarer, par exemple), nous ne pouvons pas intervenir pour le rajouter.

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Dans le N°7 de Ciste-thématique, nous racontions comment une Cisteuse s'était fait piquer sa pochette de maquillage par une marmotte. En août dernier, la même mésaventure est arrivée au fils d'un Cisteur, qui s'est fait dérober sa balle rebondissante. La marmotte et la balle ont disparu dans le terrier :))

Après une randonnée dans une forêt ardennaise, un Cisteur est allé boire un verre dans un café en compagnie de son épouse. Au moment de s'appuyer contre le dossier de sa chaise, il a senti une gêne au niveau du dos : un morceau de bois de quatre centimètres y était planté ! Une heure plus tôt, torse nu, il avait grimpé sur un tronc d'arbre coupé, avait glissé et était tombé en arrière, sur un autre tronc. C'était alors qu'il s'était empalé sur ce morceau de bois "épais comme trois allumettes". Il n'avait rien senti et il n'y avait aucune trace de sang. L'aventure s'est terminée aux Urgences car la blessure était assez profonde (2 cm).

En cherchant une ciste au pied d'un arbre, un Cisteur des Yvelines a sursauté en entendant une voix derrière lui : "Elle n'est pas visitée souvent, celle-là !". C'était un employé de l'ONF dont l'épouse est Cisteuse. :))

En août dernier, dans le Vaucluse, en pleine canicule, un Cisteur a aidé un promeneur à "déterrer" son teckel, lequel s'était aventuré dans un terrier et gémissait parce qu'il ne parvenait plus à en sortir. Les deux hommes se sont escrimés pendant près d'une heure, piochant à l'aide de pierres plates. Quant l'animal a enfin été libéré, l'homme s'est aperçu que ce n'était pas son teckel, mais un autre petit chien. L'animal s'est enfui sans demander son reste, tandis que l'homme a retrouvé son teckel un peu plus loin, en train "de gambader et de chasser des sauterelles". Il n'y a aucune explication quant à la présence de ce chien inconnu dans ce terrier, ni depuis combien de temps il s'y trouvait. En tout cas, les deux hommes lui ont sûrement sauvé la vie !

Ce Cisteur a été abordé par un couple âgé alors qu'il farfouillait dans le trou d'un mur : "Qu'est-ce que vous cherchez ?" a demandé le monsieur. Notre Cisteur a répondu, honnêtement, qu'il participait à une chasse au trésor et cherchait un indice. Les deux promeneurs ont alors levé les yeux, manifestement à la recherche de quelque chose. Puis la dame a demandé : "Il est où, l'hélicoptère ?" :))

Debout au bord d'une petite route de campagne, ce même Cisteur s'est écarté pour laisser passer un troupeau de vaches. Mais pas assez vite : un coup de queue lui a arraché des mains son portable, lequel, après un joli vol plané, a fini sa course dans le fossé.

99 fois sur 100, les contacts avec la maréchaussée se passent bien. Parfois, les gendarmes s'intéressent aux cistes et promettent même de devenir Cisteurs à leur tour. Mais il y a des exceptions. Le 5 octobre dernier, un Cisteur a été arrêté en rentrant chez lui au volant de sa voiture, et prié de se garer sur une petite aire de stationnement au bord de la Départementale. Il raconte la suite : "Au bord de la route, il y avait plusieurs fourgonnettes et un groupe de gendarmes. A une trentaine de mètres se trouvait même un groupe de gendarmes armés de pistolets mitrailleurs ! Ça avait l'air d'être un contrôle très sérieux. Le gendarme qui m'avait fait signe me demande de descendre de la voiture. Je lui fais remarquer qu'il bruine, que je porte des lunettes, et qu'il n'y a rien de pire que de fines gouttelettes sur des verres. Ne tenant aucun compte de ma remarque, il répète : "Descendez du véhicule, monsieur". Je descends et il me demande mes papiers. Je lui réponds qu'ils sont dans le vide-poche, et qu'il aurait pu me les demander tout de suite, quand j'étais encore assis dans la bagnole. Je lis de la haine dans ses yeux :-) Je fais le tour de mon véhicule pour passer par la porte passager. Elle est verrouillée. Grrrr ! Je retourne côté conducteur, mais le gendarme, qui discute le bout de gras avec l'un de ses collègues, me barre le passage. Je dis : "Pardon". Pas de réaction, il ne s'écarte pas de ma portière et continue à papoter. Là, je crie (un peu fort, je l'avoue) : "Poussez-vous, s'il-vous-plaît !". Au regard qu'il me lance, j'ai l'impression qu'il va me flinguer sur place ! Bref, je rentre dans la voiture, récupère mes papiers dans la boîte à gants, ressors et les lui donne. Il dit : "Il ne faut pas laisser vos papiers dans le vide-poche, c'est la meilleure façon de vous les faire voler." Moi : "Ok, mais c'est là que je les ai toujours mis, et c'est là que je les mettrai toujours : dans ma boîte à gants !". Pendant qu'il jette un coup d'œil à mes papiers, je saisis le gilet jaune réfléchissant qui se trouve dans la poche derrière mon siège, et je l'enfile. Ensuite, je me dirige vers le coffre de ma voiture. Le gendarme : "Où allez-vous, monsieur ?". Moi : "Je vais chercher le triangle dans le coffre." Lui : "Vous n'avez pas besoin du triangle, votre voiture n'est pas sur la chaussée !" Moi, ironiquement : "Oui, mais on n'est jamais trop prudent. La loi, c'est la loi !". Lui, en criant : "Si vous continuez sur ce ton, monsieur, on va vous faire souffler dans le ballon !". Moi, hurlant plus fort que lui : "Vos éthylotests sont pourris, et vous ne m'impressionnez pas !". Un peu plus loin, trois gendarmes sont morts de rire, mais deux autres foncent vers moi, menaçants. J'enlève la casquette du gendarme qui me fait face, et la pose sur ma tête. Puis je lui fais un bras d'honneur. Les deux gendarmes : "Hé vous ! Vous cherchez des ennuis ?". Au moment où ils allaient me sauter dessus, le gendarme en face de moi éclate de rire. Je fais de même : ce gendarme, c'est mon frère ! :-))) C'est la deuxième fois que nous jouons ce petit sketch. La première fois, on avait mis au point le scénario. Mais ce jour-là, j'ignorais qu'il se trouvait au bord de cette petite route, la rencontre était fortuite. Certains de ses collègues qui me connaissaient et m'avaient reconnu, n'étaient pas intervenus, attendant la fin du sketch. Ça s'est fini en poilade !" :))

Pour leur première ciste, un Cisteur et sa co-Cisteuse ont cherché pendant quinze minutes où pouvait bien se trouver cette fichue pierre plate. Ils étaient assis dessus... :))

Ce même Cisteur est allé chercher une ciste dans le centre ville de Quimper. C'était le jour de l'installation du nouvel évêque : il y avait plus de 3000 invités autour d'un indice indispensable pour continuer.

Ce même Cisteur, toujours, a reçu un appel téléphonique paniqué de sa co-Cisteuse, qui cherchait toute seule un peu plus loin : "Viens vite, y a une bête !". (En fouillant dans un buisson, elle avait entendu un grognement..) Lorsque notre Cisteur est arrivé sur place, sa co-Cisteuse avait réussi, on ne sait trop comment, à grimper au sommet d'un dolmen pour se mettre à l'abri. :))

Un Cisteur, en voiture sur un chemin forestier du Doubs, a trouvé devant lui un enjoliveur de voiture, exactement du même modèle que les siens. Il est allé le ramasser, et, au moment de le mettre dans le coffre, il s'est aperçu qu'il manquait un enjoliveur à sa roue arrière gauche. En fait, il avait fait le tour complet de la colline sans s'en rendre compte et était repassé à l'endroit où il l'avait perdu ! (C'est sans doute le syndrome des Dupondt, lesquels avaient trouvé leur jerrycan d'essence dans le désert, en repassant sur leurs propres traces. :))

En août dernier, une Cisteuse était installée à la terrasse d'un café en compagnie de son mari, lorsque son portable a sonné. C'était un Cisteur auquel elle avait un jour communiqué son numéro par mail. Après avoir échangé quelques mots avec lui, notre Cisteuse a remarqué qu'il y avait comme un écho dans l'écouteur : son correspondant, qu'elle n'avait jamais rencontré, était assis à deux tables de là ! :))

Un Cisteur a caché une ciste au pied d'un arbre, veillant à la caler avec un caillou, et la recouvrant de feuilles et de branchages pour bien la dissimuler. Puis il a fait demi-tour, juste au moment où arrivait un groupe d'une dizaine de promeneurs. C'est alors qu'il a entendu sa fille (4 ans) derrière lui : "Papa, papa, tu as oublié ça !". Très fière, elle brandissait la ciste :))

Photos du mois
 
DEUX POUR LE PRIX D'UNE !
 

Ce très joli paysage, sauvage et calme, hésitant entre verdure estivale et ocres de l'automne, se trouve dans la région de la Thuile, en Savoie. Photo signée Woodpecker.

Une amusante photo signée Pathfinder, montrant des troncs d'arbres qui se prennent pour des engrenages !

Ils sont partout !
 
PAS MOYEN D'ÊTRE UN PEU SEUL ! par ToF le Hobbit
 

Après quelque temps de recherches passé sur cette belle énigme de Madame Pervenche, me voici, par une sympathique journée ensoleillée, parti à la recherche de la "Ciste à portée de canon" (N°27107).

Pour une fois, je pars cister sans MimiLaLoose, ma fouineuse adorée. Suivant les indices à la lettre, je trouve enfin le mur de la cachette. Je retire une grosse pierre et découvre la boîte avec un grand bonheur. (Habituellement, c'est Mimi qui trouve les boîtes.) Je m'assois sur le petit muret, dos à la rivière, afin de pouvoir écrire lisiblement un petit mot dans le carnet. J'effectue mon échange, toujours dos à la rivière. Je remets le tout dans la boîte, celle-ci dans son sac protecteur, puis me lève.

C'est alors que je découvre sur l'autre rive un groupe de pompiers accompagnés d'une bonne dizaine de gendarmes qui m'observent.

"La Ciste à portée de canon" n'était peut-être pas à portée de canon, mais elle était sûrement à portée de leur regard, puisqu'elle a disparu dans les jours qui ont suivi ! (*)

Coïncidence ? (Elle a été réactivée depuis.)

(*) Ndlr : il faut reconnaître que la plupart du temps, les flics sont sympas et ne touchent pas aux cistes (sauf s'ils sont eux-mêmes Cisteurs, bien sûr !). Mais parfois, certains poulets sont inutilement répressifs dans leurs actions de maintien de l'ordre. Voir ICI.

Traits & Portraits
 
DSAJ
 

DSAJ, ce sont les initiales des quatre prénoms d'une famille de Chercheurs du centre Manche. Dans les faits, c'est plutôt moi, Stéphanie, qui visite le site, récolte les énigmes et tente de les résoudre (dès que les énigmes se corsent, "D" vient à mon secours avec son esprit aussi tordu que celui de certains Cisteurs dont je tairai le nom). Ensuite, il reste à décider les enfants pour aller sur le terrain, mais une fois là-bas, ils sont sur-motivés pour trouver la boîte en premier et choisir le trésor tant attendu !

Le début des cistes pour nous, c'était en mars 2007 : ma sœur, Linette, du duo Linette et Titi, m'en a parlé en me disant que c'était un truc super, qu'il fallait que j'aille sur le site, c'était sûr, ça allait me plaire puisqu'elle était accro depuis deux jours ! Comme je ne réagissais pas assez vite, elle a kidnappé nos enfants (et nos parents) pour leur montrer le monde merveilleux des cistes. Et quand elle nous les a rendus (sans qu'on ait payé de rançon, faut quand même pas exagérer !), ils avaient changé : ils n'avaient plus qu'une idée en tête, sortir pour aller se promener à la recherche de trésors (alors qu'on peinait jusque là à leur faire prendre l'air !). J'ai donc tenté à mon tour. Elle avait raison Linette : ça m'a plu !

Comment conjuguer famille, boulot et cistes ? Eh bien, les obligations d'abord, et ensuite, la résolution des énigmes, au fil de leur mise en ligne, le soir après le boulot. La recherche sur le terrain, c'est souvent le week-end et les vacances, avec les enfants.

Ce qui m'a le plus intéressé dans la recherche des cistes, c'est la découverte de mon département d'origine, dont je ne connaissais finalement pas grand chose. Aussi, mes préférées sont celles près de chez moi, cachés dans des endroits dont je ne soupçonnais pas l'existence, comme celles d'Exoseven "Un Talisman anti-Malin", qui permet ensuite d'aller sereinement chercher "La ciste du Malin".

Côté énigme, nous avons adoré la "HalloCiste II - La Chose à Toujours Faim de Toi" de Exoseven, N°11656, pour son texte à l'ambiance haletante. Par contre, je suis un peu fâchée avec les énigmes codées...

Le coin le plus spectaculaire que nous avons découvert grâce aux cistes ? C'est un endroit bien particulier : un atelier de peinture situé à Valognes, très spectaculaire par l'ambiance qu'il dégage lorsque son propriétaire organise une rencontre entre Cisteurs locaux pour les faire passer sur 5050.tv. Puis des retrouvailles avec des Cisteurs Alsaciens en migration tous les étés dans le Cotentin. Car c'est aussi cela le monde des cistes : des Cisteurs en chair et en os que l'on rencontre maintenant régulièrement, avec toujours un grand bonheur !

Côté anecdote, j'ai du mal à choisir la plus représentative d'une poisse qui nous suit régulièrement : la présence de personnes étrangères au jeu sur les lieux de cache !... Enfin, pas toujours étrangères, car nous avons rencontré Chouchou1 et Frédodo sur un site très fréquenté un dimanche après-midi. Nous avons patienté pour approcher du lieu de la cache en lisant consciencieusement tous les panneaux, pendant qu'eux ramassaient mûres ou des noisettes en attendant de pouvoir recacher la boîte ! :))

Je pense quand même qu'une ciste sort du lot. Pour un déplacement professionnel, je me suis rendue à l'Arche de la Défense avec une énigme résolue dans la poche, histoire d'en trouver une en dehors de la Normandie. J'arrive à m'extirper du groupe après le déjeuner pour me rendre sur les lieux, je repère l'escalier qui doit m'y mener, le descend, et là, je compte le nombre de piliers comme indiqué et m'aperçois que la boîte est magnifiquement protégée par un homme s'exerçant aux arts martiaux ! C'est le seul homme dans un rayon de cent mètres à la ronde, et il a choisi CE pilier-là !!!. Je renonce en pensant que trois semaines plus tard, je devrai me rendre de nouveau à l'Arche. Trois semaines s'écoulent, je reviens à l'Arche et je profite de mes dix minutes d'avance avant la réunion pour filer vers la boîte tant désirée. Mais là, nouvelle déconvenue : l'accès était interdit pour cause de travaux !

Qui sait, la prochaine réunion sera peut-être la bonne ! :))

EN RAYON
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c'est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu'en comman- dant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Précision
 
CISTES SOUPÇONNEES DE DISPARITION : ATTENTION SVP...
 

Certains Cisteurs néophytes se rendant sur les spots et ne trouvant pas les cistes qu'ils cherchent, en déduisent qu'elles ont disparu. Croyant bien faire, ils déclarent alors un échange en écrivant "Ciste disparue".

Or, près de 8 fois sur 10, ces cistes réputées disparues sont encore en place et sont découvertes par d'autres Cisteurs, quelque temps après ! Donc merci de ne pas faire ça, car cela nous oblige à passer derrière et à supprimer ces "échanges" dès qu'on nous les signale, et à effacer également les pseudos enregistrés comme Trouveurs.

A la place, nous suggérons à ces Cisteurs de mettre un post sur le forum départemental concerné, sur Newforez, là où les Cacheurs de ces cistes et les anciens Trouveurs pourront les lire. C'est à eux qu'appartiendra ensuite la décision de déclarer ou non ces cistes disparues.

Merci de votre compréhension.

Traits & Portraits
 
BAYKUS
 

J'ai le plaisir d'appartenir depuis longtemps à la joyeuse communauté des Cisteurs. Ma première boiboîte porte le numéro 219 : ouh la la ! Ça ne nous rajeunit pas !

A cette époque préhistorique, voire antédiluvienne, j'étais loin d'imaginer que ce jeu complètement déjanté rencontrerait un tel succès. Aujourd'hui (ce texte est publié en léger différé, donc je fais un pari, gagné d'avance, sur l'avenir) nous avons dépassé les 50 000 cistes !

Dans certaines forêts, on ne peut pas faire un pas sans buter sur une boîte en plastique contenant des trucs hétéroclites. J'exagère à peine. Je m'étais amusé, il y a déjà quelques années à faire des calculs pour déterminer la densité de cistes dans une région donnée. Dans une forêt domaniale, dont je tairai le nom pour ne pas la mettre en vedette, mais qui commence par un air et s'achève en prenant le thé (tiens, ça ressemble à l'énigme d'une ciste), mon approximation indiquait que sur un chemin qu'on y suit, on ne se trouve jamais, ou presque, à moins de 100 mètres d'une cache. Dire qu'il y a pleins de promeneurs ou de chercheurs de champignons qui n'en ont pas conscience ! Mais ils sont de moins en moins nombreux...

La première ciste que je trouvai me procura une intense émotion. C'était la ciste de la source, cachée par Denis et portant le numéro 44, Ou la la! Ça ne nous rajeunit pas ! Découvrir, sous le muret d'un lavoir, une boîte en plastique recelant des objets divers, après avoir résolu une énigme publiée sur la toile, avait quelque chose de magique ! J'avais dix ans. Je vivais au pays des contes de fées. J'étais émerveillé ! Je pense que beaucoup de "néocisteurs" ont ressenti la même chose à leur première découverte.

Depuis, beaucoup d'eau a coulé dans ce lavoir, et beaucoup de gens se sont pris de passion pour cette activité qui fait la joie des enfants et permet aux adultes de le redevenir.

Hormis les cistes, j'ai deux passions dans la vie : les voyages et l'écriture. La première est d'ailleurs très liée aux cistes puisque je ne manque pas, au cours d'un séjour dans un pays plus ou moins lointain, d'y déposer une boîte. En proie à un instinct semblable à celui d'un félin qui marque son territoire, mais de façon plus propre j'espère, j'ai ainsi semé mes boiboîtes dans des lieux aussi exotiques que la Grèce, l'Italie, l'Afrique du sud, l'Albanie...

A ce propos, puisque les lecteurs de cette honorable revue sont friands d'anecdotes, en voici une :

Au mois d'août dernier, voulant compléter la liste de mes pays "cistés", j'ai profité de mon séjour en Grèce pour visiter la Macédoine voisine. Mon incursion dans ce pays n'avait pratiquement pour but que la dépose de ma boîte. Elle était toute prête, toute jolie, toute pleine d'objets imputrescibles ; et n'attendait que ma venue dans un coin "cistable", je veux dire un endroit où se trouvent des points de repères identifiables permettant de bâtir une énigme suffisamment élégante et susceptible de torturer, mais pas trop, les méninges de Cisteurs ayant choisi cet improbable pays pour leur séjour estival.

J'ai visité de magnifiques églises byzantines, des somptueuses mosquées, des sites archéologiques chargés d'histoire...

Ce n'est que cinquante kilomètres après avoir franchi la frontière gréco-macédonienne que je lâchai une main de mon volant pour me frapper le front violemment en hurlant à l'oreille de ma passagère : "Mince !!! J'ai oublié de poser la ciste !". (Ce n'est pas la teneur exacte de mes propos, mais... il y a des enfants parmi les lecteurs de cet estimable magazine.) C'était bien la peine de parcourir deux mille kilomètres avec l'ambition de créer la première ciste macédonienne pour omettre de la mettre ! (Oui, ça sonne bizarre, mais je laisse).

La boîte a été déposée en Suisse, sur le chemin du retour. Et la Macédoine ne possède aujourd'hui pas plus de cistes que de salades du même nom. Eh oui ! Il n'y a pas de macédoine en Macédoine ; j'en ai eu la confirmation auprès d'une prof de français de ce pays. Mais je m'égare...

- Une autre ! Une autre !

- D'accord.

Celle-là est très récente. A la mi-octobre de cette année (quand je vous disais que c'est très récent!) je traînais mes guêtres, ou plutôt mes pneus, dans les verdoyants (ou plutôt jaunissants, vu la saison) paysages de Touraine. Presque par hasard, mon errance me conduisit dans la belle cité d'Amboise que j'avais choisie il y a plus de 5 ans (ouh la la ! Ça ne nous rajeunit pas !) pour théâtre d'une de mes premières cistes (la ciste de Leonardo - n° 357). Je décidai de rendre une petite visite à ma boiboîte. Mais je n'avais pas avec moi le texte de l'énigme. Je refis donc le parcours en me fiant uniquement à mes souvenirs. Arrivé sur le lieu supposé de la cache, je dus me rendre à l'évidence : les alentours avaient changé, des arbres avaient été déblayés, la boîte avait disparu dans la tourmente causée par les bulldozers de l'ONF.

Retrouvant mes pénates, je me résolus à déclarer la ciste disparue. Mais en relisant attentivement l'énigme, je réalisai que ma recherche s'appuyait sur de mauvais points de repère ; et que rien n'indiquait la disparition de la boîte. Pas même fichu de trouver une ciste que j'ai moi-même cachée ! Quelle honte !

De telles anecdotes, j'en ai un plein sac ; mais j'en garde en réserve pour les prochains numéros...

Venons-en à ma seconde passion: l'écriture (en fait j'en ai beaucoup d'autres, comme par exemple l'usage des parenthèses, qui en fait est assez lié à celui de l'écriture - et en passant celui des tirets, des guillemets, des points-virgules ou de locutions comme "en fait", "Bon !", "donc", "plutôt", "en passant", "Ouh la la ! Ça ne nous rajeunit pas !" ; et la manie de me lancer dans des digressions dont j'ai le plus grand mal à me sortir. En fait, cette manie n'a rien à voir avec une passion, ce serait plutôt un défaut. Fermons la parenthèse).

Donc, j'écris. Des énigmes de cistes, bien sûr, (j'en ai caché 152 à ce jour), des lettres aux services fiscaux (mais peut-on parler de service, enfin, dans la position du contribuable on aurait tendance à prononcer "sévices", mais bon ! Il faut bien construire des écoles), la liste de mes commissions (qui n'exige pas un grand talent littéraire, mais s'avère indispensable si on ne veut pas se trouver en panne de spaghettis - bon ! Je dois arrêter les digressions et parenthèses sinon on n'y arrivera jamais !)

Donc, j'écris (et le paragraphe qui précède n'a aucun intérêt vu que j'en suis au même point). Je m'y suis mis au début de ce siècle, un beau jour (ou était-ce une nuit (j'adore Barbara)) où je réussis à terrasser l'angoisse de la feuille blanche. (Ou plutôt de l'écran blanc car j'avais depuis longtemps troqué mon stylo contre un logiciel de traitement de textes.)

J'écrivais des histoires, courtes, ce qu'on appelle en anglais des "short stories" et en français des "nouvelles", surtout destinées à mes potes. J'ai construit un site web (en fait mon "vrai" métier est informaticien). J'y ai publié des chroniques, des énigmes, des blagues, et surtout des nouvelles.

Voilà-t-y pas qu'au printemps 2008, un éditeur suisse me contacte pour me proposer l'édition de mes nouvelles en recueil. Certains de mes textes ont déjà été publiés ici ou là, sur papier ou sur la "toile" ; mais là, il s'agit d'un livre que c'est moi que je l'ai écrit de A à Z, avec une couverture qui "en jette".

Quel plaisir pour un écrivain amateur de recevoir son "bébé" imprimé, relié. Un vrai bouquin ! Comme Hugo, Balzac ou Maupassant !

Il faut maintenant le promouvoir, ce bouquin. Les responsables du forum des cistes (Laetitia, Pouschtroum... que leurs noms soient bénis jusqu'à la centième génération de leurs descendants) me donnent le feu vert pour y annoncer la parution de mon ouvrage. Quand on n'est pas introduit dans l'univers impitoyable de l'édition, il est très difficile d'atteindre le marchepied qui mène au prix Nobel de littérature. Pour le prix Nobel, on attendra. Mais le coup de pouce prodigué par l'équipe de Newforez et le site des cistes (qui édite la revue mensuelle que vous lisez présentement) m'est très précieux, car il me permet de toucher le large public que constitue le monde des Cisteurs.

Après ces considérations publicitaires, parlons du livre : c'est un recueil de nouvelles qui se veut éclectique et original. Sur ces deux points, qu'on apprécie ou non mon style, je gage qu'on ne le contestera pas... Pour ce qui est de la qualité, qu'il est difficile d'en parler pour un auteur ! Sans être affublé d'une hypertrophie crânienne ou chevillesque et sans me prendre pour le Barbey d'Aurevilly du 21e siècle, je suis pourtant atteint du syndrome que connaissent tous les parents qui ont tendance à voir dans leur nourrisson le plus beau bébé du monde, même si le gosse est moche comme un pou, ce qui est heureusement assez rare (tous les bébés sont beaux, c'est seulement après que ça se gâte !)

Bon ! Pour faire l'article de mon livre sans offenser une modestie déjà rudement mise à l'épreuve, je ne dirai qu'une chose : la critique la plus blessante qu'on pourrait me faire serait de me dire "C'est ennuyeux". Le désir de susciter l'intérêt du lecteur a toujours guidé ma plume et ne pas y parvenir serait pour moi la pire des punitions. A ce propos, je garantis les lecteurs de cet article qu'aucun de mes textes n'est aussi laborieux que celui qu'ils ont sous les yeux. (Et en passant que les parenthèses, guillemets et digressions y font des apparitions beaucoup plus discrètes.) A part ça, comme vous l'avez constaté, j'ai du mal à faire court, ce qui est paradoxal pour un auteur de nouvelles !

Enfin, je connais bien l'Afrique subéquatoriale et j'ai en projet un long voyage qui me mènerait des chutes Victoria jusqu'au Cap, pour promouvoir une cause humanitaire ayant trait à l'éducation. Il me faudra trouver des sponsors. Ce n'est donc pas pour demain ! Mais qui ne tente rien n'a rien. Et la plus grande folie serait de ne pas être fou de temps en temps. Les cistes en sont le meilleur exemple ! 

Ndlr. Commentaire : Baykus ignore l'adage "On n'est jamais si bien servi que par soi-même", et, dans son portrait ci-dessus, il refuse de faire la promo de son livre, "De partout, de Nulle Part et d'Ailleurs".

Il est d'une modestie qui l'honore, mais cela nous oblige à la faire à sa place. Remarquez, c'est avec plaisir (bien que ça nous mette en retard pour l'apéro au bistro du coin).

Donc voilà : les nouvelles de Baykus sont tout à fait singulières, originales, rédigées avec talent, et surtout passionnantes. On comprend que cet éditeur suisse l'ait voulu dans son écurie... Que dire d'autre ? On passe un excellent moment, ce qui, dans la morosité ambiante, vaut bien mieux qu'un antidépresseur, et c'est moins cher !

Comment télécharger "De partout, de Nulle Part et d'Ailleurs" ? Tout est expliqué ICI.

Littérature, suite...
 
MYSTERE DANS LES LABOURS
 

Nous en avions déjà parlé dans le N°34 de Ciste-thématique, alors qu'il était encore en cours de rédaction : Mystère dans les Labours est un roman écrit entre octobre 2007 et septembre 2008 par "Le Collectif", un groupe de Cisteurs qui aiment rigoler.

Il raconte les aventures d'une bande de villageois avinés et particulièrement agressifs, qui partent à la recherche du trésor d'un hobereau local exilé pendant la Révolution.

Parmi eux, les deux vieux râleurs qui commentent les articles de Ciste-thématique, Ernest Pichon et Gaston Chambier, y tiennent la vedette.

S'il n'a pas la prétention littéraire du livre de Baykus, Mystère dans les Labours revendique toutefois haut et fort sa qualité "d'ouvrage pour WC", et en est fier. Oh, ce n'est pas qu'il ait un effet accélérant sur le transit intestinal (sur la vessie, oui !) ; mais il permet de penser à autre chose.

Le roman est téléchargeable (au format pdf) gratuitement sur deux adresses : le blog de Castafiore ICI (cliquez sur "Mystère dans les labours", à droite), ou ICI, proposé par Crevette76. Attention, le téléchargement peut être assez long : le roman compte plus de 200000 mots. Vous pouvez aussi le demander directement à DG au format Word en lui écrivant à l'adresse suivante : davidgille@yahoo.fr.

Si vous le trouvez moins cher ailleurs, nous vous rembourserons la différence Et nous nous engageons à vous rembourser deux fois son prix d'achat s'il ne vous plaît pas ! :))

Petite annonce
 

 URGENT ! NOUS RECHERCHONS DE BONS COMMERCIAUX

Pour développer les PubliCistes, nous recherchons quelques commerciaux ayant une sérieuse expérience de la prospection téléphonique (et possédant un bon carnet d'adresses !)

Il doivent disposer d'un peu de temps libre dans la journée (environ une heure) pour prospecter les sociétés qui font de l'e-commerce. Ils n'auront aucun déplacement à faire, nous nous occuperons du reste.

Ils toucheront une commission d'apporteurs d'affaires d'un montant de 1000€ par contrat signé.

Si l'expérience vous tente, contactez-nous via le bouton "Ecrire au webmestre" (à droite sur la page d'accueil de cistes.net), en précisant "à l'attention de David Spiel".

Quelques précisions concernant le forum.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu'il est totalement indépendant de cistes.net.

Pour toute question concernant ce forum, vous devez vous adresser à ses administrateurs, la ravissante Laetitia2Monterant, les féroces Pouschtroum, Docteur Jekyll et Marquis de Sade, ou à ses sanguinaires modérateurs, Seth, Dolina, Elba et Fabius Cunctator. Voir ICI.

PICNICISTE DANS LE SUD MORBIHAN
 

 37 Cisteurs

+ 2 gentils organisateurs

+ 2 chiens

+ 10 cistes

+ 22°C

+ 7 litres de cistelle

= 80 bonnes raisons de passer une bonne journée !

Le 28 septembre 2008, Pierre56250 et Brossard56 avaient organisé un pique-nique cistique dans le sud Morbihan entre Questembert et Rochefort-en-Terre.

Ils racontent.

Fidèles à eux-mêmes, les Bretons et leurs voisins Ligériens ont répondu présents à l'appel. En effet, il y avait des Cisteurs du Morbihan (Almaricorne et Mme Azertyuiop ; Mr et Mme Bibandjo ; Bip Bip56 ; Biquet_du_56 ; Hamamo ; Homard ; Isamax56 ; Mag3 ; Mavosh ; Nfafa et Marix ; Thibo56), d'Ille-et-Vilaine (Cardinette ; Cobac10 ; Kiki03520 ; Marantelle ; Metaxa et Gribouille), du Finistère (merci Angelwizzard et JlucBzh d'être venus de si loin), de Loire-Atlantique (merci Bernique ; Jean Claude et Rigado de représenter nos voisins, et même du Maine-et-Loire (merci Wawoga d'avoir fait des kilomètres pour nous) et pire encore, de Vendée ;-) (merci les Chouans Elwen ; AkmonBou-Spicea et Takiko d'avoir été présents).

Au programme de la journée :

- Dégustation de la potion magique des Cisteurs (un grand merci collectif à Yaco pour la formule)

- Pique-nique collaboratif (y avait au moins à manger pour 80 !)

- Digestion et petite sieste rapides

- Randociste (vendue pour 8 km et qui, au final, en faisait 11-12 => mais que ne ferait-on pas pour une dizaine de boîtes cachées par Bierre Prossard ? :-)

- Retour au parking

- Dégustation de Haribos

- Echanges de bisous

- Et pour les plus vaillants, repique-nique le soir sur la plage de l'étang.

Ah oui, nous avons oublié de vous dire : il faisait super beau !!! Mais c'est une telle évidence en Bretagne qu'il n'était même pas la peine de le préciser.

AkmonBou-Spicea et Metaxa ont profité de cette occasion pour franchir le cap des 1300 cistes décapsulées !

Toutes les photos sont visibles: ICI.

LA RANDO DES CADOLES, LES 18 ET 19 OCTOBRE
 

Durant le week-end du 18 et 19 octobre à Courteron, dans l'Aube, a eu lieu une randonnée cistique sur le circuit des cadoles.

Dix Cisteurs accompagnés, soit dix-sept personnes, venus des départements 08, 10, 70, ont participé à cette rencontre, à l'initiative de Shantal et avec l'aide de tous les joueurs ;o)

Dans un gîte de groupe réservé pour l'occasion, ils ont pu, avant de déguster la tartiflette, aller décapsuler un maximum de cistes que Fox10 avait concoctées (voir les n° du département 10, Sud-est).

Les Cisteurs : Shant', Lacine, les Lagouille, les Pretty, les Calou, les Banban, Genesismer, Fox10, La séoube. Et devant, Spiderman, le plus jeune !

Au retour de cette fin d'après-midi de samedi, c'est par une soupe champenoise que la soirée à débuté. (Si vous êtes sages... vous aurez la recette !)

Ensuite chacun a pris possession de sa chambre, et, après le repas, un Loto a été proposé.

Joueurs jusqu'au bout, nos Cisteurs, tout en gagnant des lots, ont permis, par le bénéfice de ce jeu, à faire baisser de manière substantielle les frais de repas: TTC = 20€ par personne (nuitée et tous les repas !).

Le dimanche matin, Fox10 a joué le boulanger en apportant pains, croissants et pains au chocolat à volonté.

Un invité surprise, Sap1, l'accompagnait mais ne put rester : il était de garde...

Pendant la mise en place des boîboîtes, les Cisteurs sont allés... cister ! Et dès 11 H, ce dimanche matin ensoleillé, les premiers randonneurs sont partis sur les sentiers.

Quinze cistes égayaient leur parcours autour des cadoles et dans le village, dont un défi remporté par Pretty (une bouteille de champagne rosé).

Après le repas, ils repartirent cister, mais, au grand désespoir de Shantal (furieuse), qui avait pourtant obtenu confirmation auprès de la mairie de l'absence de chasseurs sur les lieux, ces derniers étaient bien présents. Par précaution, les Cisteurs ont revêtu les gilets fluos de leur véhicule afin de ne pas être pris pour cible !

Les Banban70 en ont profité pour passer le cap des 700 !

Les premiers départs ont commencé après l'incontournable photo de groupe et après 19h (Voir ci-dessus). Le gîte a été refermé ses portes vers 20 H, et tous sont arrivés à bon port.

Shantal et Rémy adressent un grand merci à tous pour avoir accepté leur invitation.

Il faudra attendre la fin de la période de chasse, et le contrôle des objets et des caches, pour venir vous aussi découvrir ce patrimoine de pierre.

Le sujet a été commenté sur Newforez ICI.

Ndlr. Une cadole est une cabane en pierres qui servait jadis d'abri aux vignerons.

Les risques du... métier ?
 
NOUS, HEIN, CE QU'ON EN DIT...
 

Voir ICI. Tout commentaire serait superfétatoire.

Pan, dans l'Emile !
 
DEUX NOUVEAUX "MILLENAIRES"
 

76 Cisteurs font aujourd'hui partie de Club d'Emile, ayant trouvé au moins mille cistes.

Deux nouveaux ont fait leur entrée : Wood- pecker, et Archeo. Félicitations !

 

 

* Pas un jour sans une ciste

Dernière minute
 
CISTE N° 50 000 : BOB82, LE PLUS RAPIDE DES COUCHE-TARD !
 

Dans la nuit du 22 au 23 octobre, alors que Jmlv et Grosjean guettaient dans l'ombre, la bave au lèvres, les yeux exorbités, et l'index suspendu au-dessus de leur souris pour enregistrer la ciste N°50000 pile poil entre la 49999ème et la 50001ème :)), Bob82 fut le plus rapide et enregistrait "La bougie d'anniversaire". On ne résiste pas au plaisir de reproduire ici ce qu'il écrivait sur le forum :

"La ciste n°50000 est en place dans le Tarn-et-Garonne à une cinquantaine de mètres du Lot. Le coin est bien joli, alors si vous passez par là un jour...

Hier soir, après avoir terminé de rédiger des énigmes qui traînaient un peu, je vois que le compteur indique 49989. La 50000 sortira le lendemain. Et je ne serai pas disponible.

J'ai 12 énigmes prêtes. Il faut que je tente le coup maintenant. Il est minuit. Peut-être que JMLV et les autres dorment... J'adapte vite fait l'énigme d'une ciste posée la semaine précédente pour fêter le bicentenaire de la création du Tarn-et-Garonne, et vers 0h45 je mets en ligne la première ciste.

Je regarde les réactions. Rien... J'en pose une seconde. Toujours rien. Une troisième. C'est bon, ils dorment. Je peux y aller cool. Quatrième, cinquième, sixième. Un petit coup d'œil sur le compteur.
Et là... Horreur ! Malheur !

Tu parles qu'ils dorment !

Brocéliande Paimpont en a posé deux. Jacquette pose la 49998. Vite ! Saisir la bonne énigme. Titre. Localisation. Texte. La photo, pas le temps. On verra après. Le cœur s'accélère. Ne pas faire un infarctus pour ça ! La main se crispe sur la souris. Les objets. Pas les bons. Trop nerveux ! Les bons objets cette fois. Pas le temps de mettre de ligne "vide" ni de ligne "papier".

Ma femme (bobette) qui veille avec moi, me crie : "Envoie-la comme ça !"

C'est fait !

Je regarde le compteur. Il y en a déjà 50001 ! La 50001 est à Grojean. La 50000, c'est la mienne !!! Je crie comme un gamin.

Chut, ne pas réveiller les enfants !

D'autres cistes arrivent dans la foulée. Brocéliande, JMLV. Il ne dormait pas lui non plus.

Il ne doit être pas loin de 2 H du mat.

Non fêtons la 50000ème ciste en buvant un verre de clairette tout en échangeant des MP avec Grojean. On rigole en lisant le mot de JMLV. Panique à bord. C'était la même ambiance ici que chez lui.

3H du mat. Je règle le réveil sur 6H30.

On s'endort en se disant que la nuit va être courte. Et que les cistes, c'est quand même vraiment chouette.

Amicalement,
bob82"

Ndlr. Grosjean et Jmlv méritent également un coup de couronne :

La 50001 de Grosjean.

La 50003 de Jmlv.

Spécial "Femmes libérées" :-)
 
DE QUOI TORDRE LE COU AUX IDEES REÇUES, par Locotwister
 

Parce qu'il trébuchait sans arrêt et s'affalait, on disait de Gérald Ford qu'il ne savait pas marcher et mâcher du chewing-gum en même temps. (C'était un peu cruel, étant donné qu'il souffrait du dos). Locotwister affirme qu'il en est de même de certaines femmes : elles sont incapables de faire deux choses à la fois. On lui laisse la parole (et la responsabilité de ses affirmations) :

Un samedi après-midi, une Cisteuse m'a téléphoné en direct pour avoir une précision sur l'appro- che finale d'un spot. Alors qu'elle marchait et me décrivait ce qu'elle voyait, je ne pouvais que lui confirmer qu'elle était au bon endroit. Mais au lieu des 1500 mètres prévus par l'énigme, elle en avait fait à peu près le double sans atteindre son but ! :)) J'ai raccroché en lui conseillant de rebrousser chemin et d'y regarder à deux fois.

Le lundi, ayant constaté qu'elle avait fini par trouver la ciste, je l'ai rappelée. J'ai eu le fin mot de l'histoire : elle m'a avoué avoir regardé en l'air et à ses pieds quand nous étions en ligne ! Bref, partout, sauf au bon endroit, car elle était "trop occupée par ce que je lui disais". Elle a même affirmé que l'endroit recherché était diamétralement opposé à l'oreille où elle tenait son téléphone, et donc que c'était la raison pour laquelle elle ne l'avait pas vu. :))

Bon, c'était donc moi, le coupable. Classique ! :)) Mais le principal, c'est qu'elle ait fini par trouver la ciste...

En tout cas, ça prouve au moins une chose : il est ridicule que ces dames essaient sans cesse de nous démontrer par A+B qu'elles peuvent sans problème faire deux choses à la fois, alors que les hommes, eux, en seraient strictement incapables. Parce que, ça, c'est l'hôpital qui se moque de la charité ! :-)

Archi-dernière minute
 
UN DEMI-MILLION D'ECHANGES DANS LES CISTES !
 

Le 28 octobre, Coachbunny a effectué le 500 000ème échange dans les cistes, et plus précisément dans La ciste de la pierre debout (N°41643).

Octobre 2008. Cistes cachées : 1157. Nb d'échanges : 15003
 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation