JOURNAL DES CISTEURS N°41
Parution du 01/12/2008
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 

Editorial
 
ENTRE DEUX MOTS, ON CHOISIT LE MOINDRE par Max Valentin
 

Ceci sera sans doute l'éditorial le plus court de l'année :

Philippe d'Euck, David Gille, David Spiel et moi-même vous souhaitons, à toutes et à tous, à vos familles et à vos proches, de très belles fêtes de Noël !

Amicalement -- Max

L’INDEX DE CISTE-THEMATIQUE
 

Vous recherchez un ancien article de Ciste-thématique ?

Désormais, il vous est possible de consulter l'index de tous les articles parus dans Ciste-thématique de- puis le numéro 1 (et jusqu'au numéro du mois dernier) grâce à la page spécialement créée par Brossard56.

Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ICI.

LE LOCALISATEUR DE YOGO
 

Certains Cisteurs -hélas trop rares- ont eu la bonne idée de s'inscrire sur le localisateur de Yogo.

Ce localisateur permet de savoir qui habite où.

C'est un outil extrêmement pratique pour contacter des Cisteurs qui habitent dans une autre région que vous, ou pour trouver quelqu'un qui pourrait se déplacer pour chercher une PubliCiste à votre place. Nous vous encourageons à vous y inscrire. C'est ICI.

Cacheurs, vous n'aurez plus aucune excuse pour coller sur cistes.net des images de la taille d'un confetti, ou des photos bouffées par les mites. Sur le site de Tioo, toutes vos images seront réduites à 10 Ko en un tournemain, automatiquement et en beauté ! Le réducteur d'images de Tioo, c'est un concentré de haute technologie, respectueux de l'environnement car entièrement réalisé à l'aide d'électrons recyclés :)) Pour y accéder, c'est ICI.

A l'initiative de Brindacier et de plusieurs autres Cisteurs et Cisteuses, il a été décidé d'informer les Cisteurs à mobilité réduite quant à la facilité d'accès de certaines boîtes.

Cacheurs, si vous pensez que l'une de vos cistes entre dans cette catégorie, merci de bien préciser si elle est accessible aux personnes qui se déplacent à l'aide d'une canne, avec des béquilles ou en chaise roulante. Le fait qu'un chemin d'accès soit plat ne signifie pas que son accès soit aisé : des pierres, une ornière due au ruissellement des eaux de pluie, un obstacle végétal peuvent poser des problèmes insurmontables. Il serait frustrant pour ces personnes d'avoir à faire demi-tour parce que les renseignements que vous avez fournis sont incomplets ou erronés.

ENFIN, TRES IMPORTANT : ne mentionnez sur ce site que les cistes qui sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, et non celles qui leur sont interdites !

Pour y accéder, ICI.

Il y a de plus en plus de rencontres entre Cisteurs. Il y a donc aussi de plus en plus de Cisteurs qui se connaissent.

C'est pourquoi, chaque mois, nous présentons ici la photo d'un Cisteur ou d'une Cisteuse, prise à l'époque où les cistes n'existaient pas encore :))

A vous de les reconnaître !

 

LE CISTEUR DU MOIS DE NOVEMBRE...

Il fallait reconnaître Koalito. Et cette fois, tous les records de vitesse ont été pulvérisés : en effet, Sioux a reconnu Koalito en... 27 minutes chrono !

....ET VOICI LA PHOTO DE DECEMBRE !

Il n'y a pas de doute : cette fois, c'est une jolie petite fille.

Si vous l'avez reconnue, exprimez-vous sur le forum général NewForez, dans le sujet "Ciste-thématique de dé- cembre est paru" : c'est ici.

Tous les mois, nous vous encourageons à nous envoyer vos photos. Mais nous vous demandons, pour l'instant, de ne plus le faire car nous en avons beaucoup d'avance. Par exemple, la photo ci-dessus, nous l'avons reçue en mars dernier, et il y en encore beaucoup en attente. Nous vous informerons lorsque notre panier sera vide :))

En revanche, nous manquons toujours cruellement de portraits pour la rubrique Traits & Portraits. Vous trouverez toutes les infos ICI.

Traits & Portraits
 
FBAILLARGEAUX, par Mannebrand
 

Fbaillargeaux est un Cisteur né bien avant la guerre du Golfe, dans un quartier de Poitiers surplombant la Boivre, une magnifique petite rivière qui inonde régulièrement la gare.

C'est un solide gaillard sportif qui a parcouru des centaines de kilomètres sur les sentiers boisés de la Vienne, qu'il connaît très bien. Avant d'être VTTiste, c'était un coureur à pied de classe, qui a participé à de grandes compétitions. Il a couru notamment le marathon de Châtellerault à Poitiers.

C'est un homme très actif, jovial, chaleureux, franc, simple, sympathique, attachant, drôle, qui malheureusement est un petit peu (vraiment un tout petit peu) susceptible. Il adore le vélo, la bonne bouffe, la franche camaraderie et la convivialité. C'est un type bouillonnant, toujours en éveil, qui s'intéresse à bien des choses. L'histoire locale le passionne, l'actualité le captive, l'informatique l'enthousiasme.

D'ailleurs, c'est en lisant un article de Micro hebdo en 2006 qu'il découvre les cistes. Et forcément, il est immédiatement emballé par la philosophie du jeu. Toutes ces boîtes, tous ces œufs en chocolat qu'il faut dévorer, toutes ses énigmes, toutes ces découvertes, toutes ces soirées devant le forum à attendre les vannes de potes, tous ces ingrédients le motivent.

Désormais, c'est en Cisteur qu'il poursuivra son œuvre ! Les aléas de la vie l'éloignent du jeu ? Qu'importe, c'est en Chercheur acharné qu'il remet le pied à l'étrier en avril 2008. Et là, il faut dire qu'il a bluffé tout le monde... D'abord, comme un pro, avec une maîtrise et une organisation impressionnantes, il met vite sur pied la première rencontre-resto du département : un succès ! C'est ce soir-là qu'il rencontre la Fée Mélusine, Archéo, Ericrugby86, Panpandoux, venu nous rejoindre dans le Grand Nord, et moi-même.

Ensuite, en à peine plus de deux mois, il s'est permis de décapsuler plus de 200 boîtes. Bien entendu, tout le monde a compris qu'il ne s'arrêtera pas de si tôt.

Et même si la compétition n'est plus vraiment son truc, il aime beaucoup conter ses exploits sur le forum Poitou-Charentes.

Braver la nuit pour trouver une ciste au milieu d'un champ, franchir des rangs de maïs en terrain collant à la machette, porter courageusement son vélo à l'épaule en slalomant entre des mares meulières, se geler les doigts dans les descentes caillouteuses un matin de grand froid, prendre un casse-croûte en tailleur à l'entrée d'un petit bois, boire un pot au soleil au Café des Sports après des découvertes harassantes, soudoyer des Cacheurs pour glaner des infos, tous ces actes héroïques l'enthousiasment, rien de l'arrête. Il est prêt à tout pour une seule chose, le plaisir de vivre des instants uniques.

C'est la raison pour laquelle il est à chaque fois aux anges lorsqu'une boîte s'offre à lui. Si vous voyiez ses yeux quand il montre en vainqueur la ciste recherchée, même une pierre tombale en vibrerait d'émotion. Ces instants fugaces et intimes, c'est comme une petite madeleine !

Et quand il lève le pouce et dis «super» lorsqu'on lui demande comment il a trouvé le lieu de la dernière ciste, c'est fabuleux ! Il faut dire que par ici ce ne sont pas les petits lieux originaux, sympathiques, adorables et pleins d'histoire qui manquent ! Aussi à l'aise en ville qu'à la campagne, il fait toujours preuve d'une belle humilité face à l'œuvre de la nature ou à celle de nos ancêtres. Dans un respect profond pour la beauté des lieux, il présente toujours les caches à cistes comme des écrins précieux encourageant chacun à faire la même découverte.

Que l'énigme soit codée, explicite ou formulée sous forme de devinette, peu importe. Plus que le texte, c'est l'implication du Cacheur qui l'intéresse, cette forme de partage offert à des inconnus qui deviennent vite des amis.

Alors, qu'il ressorte d'un champ de maïs couvert d'herbe, qu'il se fasse courser par un chien furieux, qu'il soit dérangé par des camping-caristes interloqués par son attitude coupable au moment de remettre la boîte dans un mur, qu'il retourne une dizaine de fois «sur zone» tel un acharné, finalement, ces anecdotes qui semblent illusoires donnent à ce chic type toute sa dimension.

Souvenez-vous bien de lui, c'est Fbaillargeaux !

Testez votre connaissance du monde des cistes
 
REMUE-MENINGES, LE RETOUR
 

Il y en avait dans les premiers numéros de Ciste-thématique. Grâce à Baykus, voici le retour des mots croisés !

La première personne qui aura trouvé les réponses gagnera un abonnement à Ciste-thématique, qu'elle pourra offrir à un(e) ami(e). Pour cela, merci de transmettre vos réponses à David GILLE qui transmettra à Baykus pour validation.

 

Horizontalement.

  1. boite.

  2. le premier (à l'écrit comme à l'oral) - courant.

  3. boiboîte.

  4. prénom de jadis.

  5. surmonte un plateau - premier locataire d'un bourdon.

  6. dans une pièce vraiment pas irrésistible ! occupe le centre des deux lieux d'une bénédiction papale - quand une boîte l'est, le Cisteur est content.
  7. boîte.

  8. pour l'être, il faut jouir d'une grande renommée ; ou s'engager dans la marine... (2 mots)

 

Verticalement.

  1. ciste au féminin.

  2. Calvus Mons en était-il le chef-lieu au Xe siècle ? - chef-lieu de canton.

  3. baies - course de la vie latine.

  4. boucherie.

  5. combat qu'on a tort de qualifier de singulier - le lit de la Tamise.

  6. est britannique, ou bourguignonne - en tête d'affiche - surprise pour Marius.
  7. mise en boîte.

  8. au bout de l'avenue - villégiature pour Vendredi.

  9. toute seule.

 

(Fac : 2 mots de cette grille sont directement issus de lettres.)

Rarement cette rubrique «On trouve de tout sur la piste des cistes» n'aura si bien mérité son nom : c'est en cherchant une ciste au bout du monde que Ovive34 a trouvé cette pipe et ce briquet, bien enveloppés dans un sac plastique étanche. (On devine que leur propriétaire a décidé d'arrêter de fumer, et, pour ne pas être tenté, a planqué ces objets loin de chez lui... mais en se laissant la possibilité de changer d'avis et de les récupérer !)

Cette barrière traverse littéralement l'arbre, lequel semble l'avoir phagocytée ! Photo Sioux.

Ces deux biquettes ont patiemment observé le Cacheur en train de se livrer à sa coupable activité. Photo Sioux.

Dans le Maine-et-Loire, ce panneau se trouve à côté d'une... route. (Cette précision est indispensable, pour le cas où certains confondraient ladite route avec la pyramide de Kheops ou avec la Grande Muraille de Chine.) Photo Sioux.

Idiot cherche village ! Texte de l'affichette : «Terrain de chasse. Le gibier de potence. Propriété privée. Défense d'entrer. TIR à VUE

Le propre de la plupart des c..s, c'est d'aller toujours au bout de leur c.....ie. Celui-là est même allé au-delà, puisqu'il titille l'article 222-17 du code pénal : «La menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes (...) est punie de six mois d'emprisonnement et de 7500 Euros d'amende lorsqu'elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet. La peine est portée à trois ans d'emprisonnement et à 45000 Euros d'amende s'il s'agit d'une menace de mort.» Photo Locotwister.

Traits & Portraits
 
UGUETTA
 

Petite présentation : Huguette ou Uguetta sur les forums, ou Hug pour les intimes.

J'ai 54 ans et presque toutes mes dents. J'ai deux filles, Caroline 29 ans (qui m'a donné une magnifique petite fille de bientôt 4 ans) et Marianne, (Pimette pour les Cisteurs) qui aura bientôt 21 ans.

J'ai découvert les cistes grâce à des internautes, sur des forums de broderie et de patchwork !!! C'était en 2005 je crois.

Pour des raisons économiques, je n'ai pas pu me rendre sur tous les sites abritant les cistes dont j'ai décrypté les énigmes à la maison.

Dès que je le peux, je prends mon classeur à énigmes et je file chercher une de ces si convoitées boîtes aux petits trésors.

Souvent, en me promenant, en vacances ou ailleurs, lorsque je suis sur un lieu particulièrement beau ou intéressant, je cherche et je fouille machinalement dans tous les trous pour voir si, par hasard, une ciste ne serait pas endormie là...

Pimette me répète souvent que je ne dois pas fouiller tous les murs ainsi. Car dès qu'une pierre peut bouger, je cherche derrière et ainsi de suite sur toute sa longueur ! J'ai même découvert une énigme dans la Drôme, dont l'énoncé dit qu'il est inutile de démolir le muret !!! On dirait que ces conseils ont été écrits spécialement pour moi :))

La première que j'ai trouvée, ça devait être dans les Combrailles, si je me souviens bien. Une ciste de Mimimaronne, qui m'a posé des problèmes sur la localisation finale, car de nombreux détails avaient disparu. J'ai fini par la décapsuler au quatrième passage, avec l'aide du copain de Pimette qui a réussi à grimper là où mes petites jambes ne me le permettaient pas.

Ma préférée ? Peut-être celle que j'ai ouverte avec ma petite fille, et où elle a choisi un petit bonhomme comme un véritable trésor (d'ailleurs elle appelle son bonhomme : «un trésor»). Par contre, elle avait l'air de se demander pourquoi mamie grattait sous un arbre pour en sortir une boîte qu'elle ouvrait, gribouillait un petit mot dedans, refermait, puis la replaçait sous l'arbre (elle a de drôle de jeux, mamie !!!)

Sinon, dans mes préférés, figurent les dernières des Ninouchnadouch SOS Cisteurs en danger... (Les Ninouchnadouch sont de redoutables Trouveurs, avec un score des plus méritants. On les a rencontrés plusieurs fois lors de rencontres cistiques auvergnates, et ils sont super sympas).

Cette série, faite spécialement pour nous, Auvergnats, je n'ai pas cherché trop longtemps avant d'aller les chercher avec mon mari. Mais, handicapé, il n'a pas pu accéder au calvaire de la première. Toutefois, il a effectué une bonne partie du chemin sur ses cannes avant d'abandonner. La deuxième non plus, il n'a pas pu arriver au bout. Et heureusement, car j'y ai encore pris une belle gamelle (ma spécialité), la première marche menant à la cascade étant bien plus haute qu'elle n'en avait l'air ! :))

En revanche, pour la troisième, Marc m'a accompagnée jusqu'au bout. J'ai franchi le petit fossé seule, et c'est lui qui a pris la photo de la trouvaille.

Mais mes préférées restent celles des trois rencontres cistiques auvergnates auxquelles nous avons participé en 2006 et en 2007, et dernièrement en août 2008. L'occasion de rencontrer d'autres Cisteurs, et de mettre un visage sur des pseudos... Et parfois de comprendre un peu mieux le pourquoi de leurs énigmes !

Ces rencontres regroupent des Cisteurs de tous âges, des tout jeunots, quand ce ne sont pas des bébés (n'est-ce pas, famille Choupuce, famille Pröffy et famille Veroyes ?) aux papys et mamies comme moi...

Certains cistent seuls, d'autres en famille, et moi parfois seule, parfois avec ma fille et parfois avec mon mari. Ça dépend de leur humeur, ils sont moins fous de cistes que moi !

Quand je pars dans un coin que je connais mal ou pratiquement pas, j'essaie de voir s'il y a des cistes cachées par là. La plus surprenante a été celle de Crocus, «La ciste psychédélique» (qui a hélas disparu, paix à son âme) à Dieulefit, que j'avais déjà visité quelques années auparavant. Nous étions avec les amis qui nous hébergent dans la Drôme quand nous y passons quelques jours, et nous ne savions absolument pas où allait nous mener cette énigme assez bizarre à première vue. Et au détour d'un virage, nous avons eu la révélation du titre de cette ciste ! Absolument psychédélique, vraiment !

Une anecdote cistique ?

Un jour, je suis allée chercher avec Pimette une boîte dans un lieu que je connaissais déjà, et où j'avais enfin décrypté l'énigme menant à la boîte. Mais... j'avais oublié mon papier chez moi ! Aussi me suis-je mise à fouiller dans tous les endroits susceptibles de contenir une ciste. Les contours de la statue, le pied de chaque arbre, le muret (!)... Alors que j'allais déclarer forfait, j'ai eu l'idée de regarder dans toutes les broussailles au bord du promontoire. Et j'ai enfin aperçu deux pierres différentes des autres et n'ayant apparemment rien à faire à cet endroit. Et la boîte était là ! Résultat : la boîte trouvée et trois ongles cassés !

Tiens, une ciste cherchée dans la Drôme l'an passé se situait près d'une chapelle et d'une église : ne trouvant rien, j'ai soulevé presque tous les galets de l'endroit. Quand on sait que dans ce coin de la Drôme les galets poussent comme des champignons, vous voyez le travail... A un certain moment, j'ai vu des tombes très anciennes, du Moyen Âge paraît-il, et, plus haut dans le mur, outre les lézards, j'y ai trouvé... des os humains ! Surprise, j'ai dit : «Pardon madame !». Pourquoi «madame» ? Allez donc savoir ! :)) J'ai replacé les os, et une pierre par-dessus !

Ndlr. Cette anecdote avait été rapportée dans un ancien numéro de Ciste-thématique.

Je n'ai pas trouvé la boîte, mais une fois de retour en Auvergne, j'ai eu des indices de la part du Cacheur : il paraît que sur ce site, c'est pas une, ni deux boîtes mais bien trois que j'aurais pu découvrir !!! Argh, j'enrageais ! J'ai tout fouillé, et sur les trois, rien de rien ! Cette année, toujours dans la Drôme, j'en ai cherché plusieurs et en ai découvertes six, bonne occasion de mieux découvrir la région. En août, j'en ai également cherché avec une amie en Savoie, où nous avons passé quatre jours. Elle m'a aidé à en décrypter deux dans Chambéry, très facilement. Nous les avons ouvertes ensemble, elle et moi. Depuis, elle ciste un peu.

En ce moment en Auvergne, c'est la course à la découverte des cistes et à la cache d'autres cistes. Leur nombre monte vite depuis quelques mois, et c'est tant mieux, plus d'occasion d'en trouver. Surtout celles qui sont au Nord du Puy-de-Dôme (où je demeure), ainsi que le Sud de l'Allier pas si loin de nous et que je ne connaissais pas, mais que je commence à apprécier beaucoup. De nouveaux Cacheurs ont fait leur apparition et de nouveaux Trouveurs aussi.

Parmi nos Cacheurs les plus machiavéliques, on peut citer Rodegeure, Tamanoir et bien d'autres.

Le 1er septembre dernier, j'ai conduit Pimette à Rochefort-sur-Mer où elle étudiera pendant 2 ans. Nous y sommes arrivées vers 15 H mais dès 16 H 30 nous étions sur la piste des cistes de Rochefort, dont j'avais décrypté la situation. Nous n'en avons trouvé qu'une seule, les autres ayant disparu semble-t-il. Mais cela nous a permis de découvrir à toute vitesse les coins de cette ville nouvelle pour nous. J'ai bien regretté de devoir repartir dès le lendemain, mais j'y retournerai.

Quand je parle de mes recherches de trésors, certains de mes interlocuteurs me prennent pour une folle ou se disent que je dois être riche, à force de trouver des «trésors» ! Je les calme vite fait en leur expliquant en quoi consiste ce genre de trésors.

J'ai caché une vingtaine de boîtes, mais mes énigmes ne sont pas très difficiles. Mon but n'est pas de faire suer sang et eau aux autres, mais bien de leur faire découvrir un lieu ou une histoire.

Voilà, pour ma part, rien de bien croustillant, sauf peut être deux cistes de Miquet. Elles se trouvaient sur des lieux de rencontres gays et certains se sont bien demandé ce que je faisais là, moi, une femme ! Mais pour mes copains Cisteurs auvergnats, ça a été plus difficile et plus aventureux d'aller chercher ces cistes-là. :)) Ça a bien animé le forum auvergnat pendant quelques temps !

Sinon, cette année je me suis essayé au jeu des loups garous sur le forum du divertissement, et j'ai été tuée dès le 1er jour, moi qui était villageoise et cupidon à la fois, ce qui fait que je n'ai guère pu apprendre comment on jouait à ce jeu...

En tout cas, depuis que je suis entrée sur ce site des cistes, que de découvertes j'ai pu faire, tant au point de vue des personnes que des lieux, de l'histoire. Bref de la découverte !

J'adore et ne regrette rien !

The wrong men at the wrong place
 
DUR, DUR... par Platdetain
 

En ce samedi 1er novembre (la date a toute son importance), la tête encore auréolée des souvenirs du convivial repas entre Cisteurs la veille au soir, je décide de braver le crachin pour aller dénicher une vieille boîte angevine.

La découverte du spot ne me prend que quelques minutes : une énorme plaque de marbre apposée sur un mur. La découverte de l'œuf Kinder logé derrière n'est qu'une formalité. Mais en voulant récupérer la boîte, je m'aperçois rapidement qu'elle est inaccessible, même avec l'aide de mon crayon. Je déniche assez vite une branche morte et entreprends de l'utiliser pour extirper l'œuf récalcitrant.

C'est à ce moment crucial qu'un car débouche brusquement derrière moi pour s'immobiliser le long du trottoir, et qu'en descendent... le préfet, le maire, les représentants de l'armée, de la gendarmerie, des pompiers et une douzaine de porte-drapeaux accompagnés de policiers et de la presse !!!

Je me trouvais sans le savoir, au mauvais moment, sur le parcours de la cérémonie du souvenir aux morts qui sillonnait la ville. Un grand moment de solitude... :))

Un moment de douceur dans ce monde de brutes...
 
L'APPEL DE LA CISTE
 

(Paroles originales «Déshabillez-moi» de Robert Nyel, interprétées par Juliette Gréco, réarrangées par Grosjean)

Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me convoiter, me désirer, me contourner
Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Mais ne soyez pas comme tous les jeunes, trop pressés.
Et d'abord, le regard
Tout le temps de l'énigme
Ne doit pas être rude, ni hagard
Dévorez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour vous habituer, peu à peu...

Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me décortiquer, m'évaluer, me deviner
Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Avec finesse, en souplesse, et doigté
Comprenez bien les mots
Vérifiez bien vos pistes
Ni trop simples, ni complexes, sur mes mots
Voilà, ça y est, je suis
Localisée et offerte
De votre main experte, allez-y...

Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Maintenant tout de suite, allez vite
Sachez me dénicher, me dévisser, me renverser
Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Conduisez-vous en maître
Soyez le maître... Echangez !
Décapsulez-moi, décapsulez-moi
Et vous... dépatouillez-vous !

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L’ORDINAIRE, NON ?
 

Une Cisteuse cherche une ciste au pied d'un arbre en haut d'un talus. «Un œuf Kinder dans sac bleu», précise le descriptif. Dans les racines qui affleurent, elle aperçoit un truc jaune au travers d'un plastique transparent. Elle tire et extirpe le petit œuf. Mais en inspectant la racine juste un étage au-dessus, elle devine un tout petit morceau de plastique bleu qu'elle saisit et tire : c'est un deuxième œuf Kinder ! Elle songe à une blague, mais les deux œufs sont bien la même ciste, avec carnet et objets ! Une seule explication possible : un Trouveur a dû replacer l'œuf juste un peu plus haut que la cache initiale, ce qui fait que la Cacheuse ne l'a pas retrouvé lors de son SAV, et l'a donc remplacé ! :))

Une Cisteuse raconte : «J'ai fait une curieuse découverte en cistant. J'arrive sur le spot, je cherche un peu, et, dans l'anfractuosité, je vois un pot en verre rempli avec quelque chose de gris foncé qui me semble être d'origine textile. Je mets mes gants et écarte les pierres de la cache, j'y trouve un morceau de plastique rempli d'objets divers dont le carnet. Ce lieu touristique étant désert à cette époque, je sors le tout et m'installe confortablement sur un gros rocher pour faire le point. Je sors ma liste d'objets pour comparer. Ce sont les bons (il y a même un bourdon venu de Franche-Comté). J'ouvre le pot et je tire délicatement le tissu (avec mes gants...). Mais quel est donc ce mystère ?. Je secoue un peu et découvre, stupéfaite, un slip d'homme, style boxer ! Sans doute l'oeuvre de petits plaisantins... J'ai été tellement surprise que je ne me souviens plus avoir lu le carnet, et peut-être ai-je oublié d'y mettre mon message. J'ai remis les objets dans la ciste et le curieux échange à sa place, c'est-à-dire : dans une poubelle. :))»

Dans la Nièvre, un Cisteur a expliqué le principe des cistes à un vieux monsieur qui venait de l'interpeller. Ce vieux monsieur, en plaisantant, lui a dit que ce serait bien pratique si des Cisteurs venaient récupérer un étui à cigarettes (contenant une médaille et une chaînette en or qu'il voulait apporter chez un bijoutier pour une soudure) tombé en 1999 dans une profonde anfractuosité rocheuse entre deux arbres, à quelques mètres de là. Le vieux monsieur a montré l'endroit, en précisant qu'avec des amis, il avait à l'époque essayé de récupérer l'objet, mais en vain. Notre Cisteur s'est accroupi, a tendu le bras et a retiré l'étui à cigarettes du trou sans aucune difficulté. Mystère : il était à moins de 30 cm de la surface ! L'étui était en métal recouvert de quelques lambeaux de cuir durci et moisi, mais l'intérieur était impeccable. Le brave monsieur, impressionné et ravi, a donc récupéré son bien, ainsi que la médaille et la chaînette qu'il contenait. :))

Revoilà une personnalité qui s'invite chaque année dans les colonnes de Ciste-thématique : le sanglier des Ardennes ! Cette fois, il est en métal, mesure 8 m de haut et pèse 40 tonnes. Il se trouve sur une aire d'autoroute près de Rethel. C'est là qu'une famille de Cisteurs l'a admiré, avant d'aller se promener, l'après-midi, dans une forêt des environs. Ils ont vu deux sangliers sortir des champs, traverser le chemin devant eux et entrer dans le bois. Ce qui a suscité le commentaire suivant de leur fils Damien, 5 ans : «Papa, ce sont les petits du gros de ce matin ?» :))

Un autre Cisteur a assisté a une scène étonnante en Ariège : dix sangliers se sont placés en cercle autour de l'un d'entre eux, comme pour «discuter». Puis ils ont traversé la route. Un peu plus loin, avant de traverser une autre route qui formait carrefour avec la première, ils se sont à nouveau arrêtés et se sont remis en cercle. Puis ils ont traversé. Le Cisteur commente : «Je suis certain que ces animaux communiquent entre eux. Je pense qu'ils prenaient l'avis de leur vétéran. Ça ressemblait vraiment à une sorte de colloque, ça ne fait aucun doute pour moi

Un Cisteur raconte : «Ce week-end, petite balade dans l'arrière pays Niçois pour aller chercher une ciste. Pour atteindre le sommet, il faut le vouloir, ce n'est pas la promenade du dimanche. La balade n'est pas très longue mais ardue : 1km pour 250m de dénivelé, dont la seconde partie à travers la broussaille, sans chemin tracé. J'arrive en haut, un petit plateau de 20m sur 10. Avec une superbe vue sur le Mercantour enneigé d'un côté, et de l'autre... une paire de fesses ! Un couple de quinquagénaires en pleine action à 3m de la cache... Je me fais discret, je soulève les pierres qui dissimulent la boîte, sans bruit. Jusque là, tout va bien, je passe inaperçu. Je fais mon échange, laisse le petit mot sur le carnet. Le couple est toujours «seul au monde». Je remets la boîte en place, mais je me fais remarquer. Le couple se rhabille discrètement et fait semblant de dormir. J'en profite pour bien recacher la ciste. Et faire quelques photos du paysage. Puis je redescends tranquillement. Conclusion, c'est un spot qui mérite le détour, de là-haut on a une superbe vue...» :))

Photos du mois
 
FESTIVAL WOODPECKER... PLUS UNE SIOUX ET UNE TRIACON EN PRIME !
 

Ces trois magnifiques clichés sont signés Woodpecker. En haut, le Mt Granier, en Savoie. En 1988, deux spéléologues ont découvert dans une grotte située à 1700 m d'altitude les ossements de plus d'un millier d'ours des cavernes morts pendant leur hibernation, il y a 24000 ans à 45000 ans... Les deux photos du bas montrent une curiosité locale au fin fond du Nord-Isère : des cyprès chauves qui grandissent les pieds dans l'eau. (Une ciste est cachée sur ce spot).

Un incroyable endroit en Moselle, qui ressemble à un décor de Tolkien. On dirait que les arbres s'écartent pour vous laisser passer... Photo Sioux.

Un somptueux paysage d'automne ! Cette étonnante photo a été prise fin octobre en Haute-Savoie par Triacon, sur la ciste «Douter me plaît» (N°49917) de Foinduloup. Triacon précise : «Eh bien moi, je ne doute pas : elle me plaît !»

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c'est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu'en comman- dant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Petite annonce
 

URGENT ! NOUS RECHERCHONS DE BONS COMMERCIAUX

 

Pour développer les PubliCistes, nous recherchons quelques commerciaux ayant une sérieuse expérience de la prospection téléphonique (et possédant un bon carnet d'adresses !)

 

Il doivent disposer d'un peu de temps libre dans la journée (environ une heure) pour prospecter les sociétés qui font de l'e-commerce. Ils n'auront aucun déplacement à faire, nous nous occuperons du reste.

 

Ils toucheront une commission d'apporteurs d'affaires d'un montant de 1000€ par contrat signé.

 

Si l'expérience vous tente, contactez-nous via le bouton "Ecrire au webmestre" (à droite sur la page d'accueil de cistes.net), en précisant "à l'attention de David Spiel".

 

 

Quelques précisions concernant le forum.

 

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu'il est totalement indépendant de cistes.net.

 

Pour toute question concernant ce forum, vous devez vous adresser à ses administrateurs, la ravissante Laetitia2Monterant, les féroces Pouschtroum, Docteur Jekyll et Marquis de Sade, ou à ses sanguinaires modérateurs, Seth, Dolina, Elba et Fabius Cunctator. Voir ICI.

 

Loi de Murphy
 
PARFOIS, IL VAUDRAIT MIEUX RESTER COUCHE ! par woodpecker
 

Un mercredi matin, je pars faire trois cistes, l'une à trente kilomètres et les deux autres à une vingtaine de kilomètres de chez moi. Enigmes faciles, j'ai largement le temps de rentrer pour aller récupérer mes enfants au bus, à midi trente...

Les deux premières cistes faites, je rejoins la troisième en prenant la route la plus directe, route que m'indique la carte. A cet instant, sur le trottoir, je vois l'un de mes neveux (11 ans) qui remonte à pied avec son cartable. Je m'arrête et lui propose de le ramener chez lui. Comme il est seul, je l'accompagne devant sa porte et attends qu'il l'ouvre. Mais la clé coince, il n'arrive pas à la tourner correctement. Il insiste, sans succès. Je regarde la clé : elle est tordue. J'essaie à mon tour et... la clé se casse dans la serrure !

Le gamin a le bon réflexe de vouloir appeler sa mère depuis chez un voisin, mais, me sentant responsable de ce contretemps, je le fais avec mon portable et décide d'attendre avec lui.

Comme ma belle-sœur en a pour vingt minutes au moins, je propose à mon neveu d'aller faire la dernière ciste (je ne vais pas repartir sans, quand même ! :)). Nous la trouvons facilement. Il est tout content de choisir un petit dinosaure que je lui propose de garder en souvenir.

Le morceau de clé cassé dépasse d'un petit millimètre de la serrure mais je n'arrive pas à le sortir avec les ongles, ça glisse trop. A l'arrivée de ma belle-sœur, et après qu'elle ait ouvert la maison par une porte-fenêtre arrière, nous essayons avec une pince à épiler, une lame de mini canif, mais toujours sans succès. Elle croit pouvoir démonter sa porte elle-même, et ne veut pas appeler le serrurier tout de suite. Je suis prête à lui proposer de régler les frais d'intervention du technicien, sachant que pour une serrure de sécurité à trois points, ça risque de faire mal...

En attendant, elle m'offre de siroter un thé, gronde copieusement son fils pour avoir tordu sa clé (à mon grand regret, car il me semble que pour que ça torde puis casse ainsi, c'était du matériau de mauvaise qualité) et cherche d'autres outils. Elle déniche une pince, mais le bout est trop gros...

Après plusieurs tentatives avec la lame de canif, j'arrive à faire sortir le bout de clé d'un millimètre supplémentaire et peux alors le prendre avec la pince et le retirer.

Ouf, soulagement général !!! Ma belle-sœur (soi-disant pressée), me taille la bavette un bon moment encore, si bien que je finis par partir en catastrophe pour aller récupérer mes enfants directement à l'arrêt du car, sans repasser par la maison.

Conclusion : dire que si je n'avais pas pris cette route...

PS : deux jours après, mon neveu a perdu sa nouvelle clé...

C'est bô !
 

Sioux présente des objets trouvés dans les cistes, qui l'ont particulièrement charmée.

Dans les mains de The_Badger, une boîte garnie par Thorgal (Moselle). A l'origine, uniquement des statues de divinités égyptiennes de très belle facture.

Les origamis de Poke Origamiste, Cisteur du Maine-et-Loire. On reconnaît un hippocampe, une grue argentée, un escargot, une grenouille, un dromadaire, une grue dorée. Ces petites merveilles de dextérité et de minutie mesurent entre 2 cm (le dromadaire) et 6 cm. Tout un art !

Les galets cocciTioo de Tioo, drôles et originaux. Avec, au premier plan, une superbe libellule en perles fabriquée par une Cisteuse. (Malheureusement, Sioux a un trou de mémoire et ne se souvient plus de son pseudo.)

De ravissants petits animaux tricotés main par Marorymo (Maine-et-Loire).

En haut, deux Aka d'or d'AkmonBou Spicéa (Vendéen). A gauche, un Wak Wawoga (Maine-et-Loire). A droite; un talisman de Takiko (Vendéenne ex-49). En bas, un TrisKikikel de Kiki03520 (Morbihan) et un twister de Locotwister (49).

Si vous aussi voulez faire partager vos coups de coeur pour ces objets amoureusement confectionnés à la main par les Cisteuses et Cisteurs, cette rubrique vous est ouverte. Envoyez vos photos à davidgille@yahoo.fr
 

Vivre dangereusement
 
CISTER : UNE ACTIVITE SANS RISQUE ? par Damvero
 

Un détail supposé être un trait d'humour - donné par Madame Damvero (bien trop bavarde !) sur le forum de «la Ciste intenable» (Maine-et-Loire) - indiquait l'emplacement de cette dernière. Je suis donc parti avec une lampe torche au château de la Lorie, à environ 35 kilomètres d'Angers, en pensant que ce serait certainement une course contre la montre avec d'autres Cisteurs.

Arrivé sur les lieux - entrée d'un château dans un bois - je vois une voiture partir. Je me dis qu'il est peut-être déjà trop tard... Mais une autre voiture est présente sur place. Quelqu'un est dedans : serait-ce un concurrent ?

Je me gare, je descends, j'allume ma lampe. C'est alors que l'inconnu sort de sa voiture, allume une cigarette, et comme moi, se promène dans le coin. Je me dis alors : «C'est certainement un Cisteur !» et je vais à sa rencontre.

Le dialogue s'instaure.

Moi :

- Vous cherchez quelque chose ?

L'inconnu :

- Ça dépend...

Moi :

- Allez, c'est quoi ton pseudo ?

L'inconnu :

- Et toi, qu'est-ce que tu cherches ?

Moi :

- Moi, je cherche un objet.

L'inconnu :

- Plutôt fétichiste alors ?

Moi :

- Pas vraiment...

Nous comprenons alors que nous ne sommes pas venus pour les mêmes raisons. :))

 

Il s'éloigne finalement et reprend sa voiture pour filer. Enfin seul, j'ai tout le loisir de chercher ma ciste en paix. Comme tout bon novice, je n'ai pris ni gants, ni tenue de rechange... Je fouille pendant une heure et demie avant de me rendre compte de la situation : j'étais rentré du boulot à 20H30 et suis reparti aussitôt pour être sûr que la ciste ne s'envole pas avant ; je n'ai pas vérifié les lieux sur Internet avant de partir, et ma carte n'est pas assez détaillée.

De cette recherche, retenons plusieurs choses :
  • Il est possible de faire des rencontres nocturnes «spéciales» en cherchant des cistes. :))
  • Il vaut mieux perdre une demi-heure de plus à la maison pour repérer les lieux sur Géoportail (par exemple) et constater ainsi qu'un château peut avoir plusieurs entrées... (La ciste n'a pas été trouvée ce soir-là, mais trois jours plus tard, en plein jour, par la famille au grand complet, au niveau du portail d'entrée opposé ! )

W-E CISTIQUE DANS L'HERAULT, par Ulylo
 

Le 25 et 26 octobre, c'est sous des cieux particulièrement cléments que se sont rejoints les Cisteurs pour ce week-end autour du Lac du Salagou. Pour l'occasion, Soléa, Ulylo et les Numsix, aussi appelés «SUN Production» avaient posé quelques boîtes supplémentaires dans ce coin déjà fourni, et avaient organisé les points de rendez-vous du week-end :

  • un pique-nique le samedi midi à l'ancienne manufacture royale de Villeneuvette
  • un repas et un hébergement au bord du lac, pour le soir
  • un pique-nique au bord du lac le dimanche midi

Au total, c'est plus de 65 personnes, grands et petits, qui auront rejoint la tribu à un moment ou autre du week-end, réunissant 11 départements. Etaient présents : Bob82, Adopeste, Ovive34, Davinci, Les réboussiers, Bahia, Ache, Cocodebe, Asmodé, Tequila, Whisat, Mamietopset, Tintin34000, Eastwood, Le Gouje, Duluoz, Nous5, Les4marseillais, Musher, Dica34, Sokine, Foisine, Sand34, Diddl, Romarin, Cérambyx, Yann30, Mao, Les tulipes et bien sûr les organisateurs.

Samedi midi : rassemblement à l'ancienne manufacture pour le pique nique, on salue les nouveaux et les anciens (pas les vieux hein, les anciens, pas confondre !), ceux qui viennent de loin, les Cisteurs du coin... Une photo de groupe et en route pour «petite Fugue» : un beau circuit pour admirer les vestiges des circuits hydrauliques qui alimentaient autrefois cette fabrique de draps. Ensuite, tout ce beau monde s'éparpille, chacun son programme en main, pour glaner quelques cistes supplémentaires avant le RV du soir.

Ce soir là, apéro et couscous pour tout le monde. Et bravo à Bob82 qui a reçu le prix de la plus belle enveloppe, décerné par les enfants ! Comme c'était Ze week-end du changement d'heure, la planification de la journée du lendemain était un peu difficile :

- RV à 8H pour le départ !

- 8H de demain ou d'aujourd'hui ? Non, parce que là, en fait, il est déjà minuit et demie d'hier, alors ?

Dimanche matin, des joyeux Cisteurs du Gard arrivent aux gîtes avec les croissants, et c'est reparti pour une journée au bord du lac. Il y en avait pour tout le monde, des cistes pour les enfants avec «Tintin au Salagou», des cistes à messages, des cistes sportives (Bravo les bob82), des cistes pieuses et même des cistes aquatiques (deux techniques ont été tentées, la méthode Cousteau et la méthode Pocahontas : les deux fonctionnent !).

Le pique-nique au bord du lac a rassemblé à nouveau tout ce petit monde (Ah, la tapenade de Numsixette et les zézettes de Sète, hmmm !) et comme il restait encore du temps et un magnifique soleil, on en a profité pour faire un dernier ramassage de boîtes autour du lac. On saluera le cap des 600 cistes passées par Adopeste et des 500 par Foisine à cette occasion. Même que certains ont poussé jusqu'à la nuit pour valider tous ensemble leur entrée glorieuse dans l'ordre du hibou !

Bravo et merci à tous pour ce week-end «fantabuleux» !

Escapade
 
LE PANDA LANDAIS EN FORÊT DE BROCELIANDE, par Dardanos
 

Brocéliande, une forêt mythique qui ne pouvait laisser insensible le seul et unique panda des forêts landaises, non ?

Première quête matinale, la fontaine de Barenton qui, dans le cycle de la légende Arthurienne, est lieu des rencontres amoureuses entre Merlin et Viviane. Première surprise, les forêts Bretonnes sont humides, bien plus humides que celles que nous avons l'habitude d'arpenter. Du coup nous mettons bien plus de temps que prévu pour arriver sur le spot !

Des bulles viennent éclater à la surface, la fontaine garde encore précieusement son secret... Tout comme la ciste N°5253 cachée par Bob d'Artois !

Les pandas sont affamés, une petite crêperie est ouverte à Trehorenteuc, super !!! Le service est d'une lenteur incroyable, nous sommes assis prés d'une superbe cheminée... sans feu ! Les galettes sont très moyennes, les crêpes bien meilleures ! Il est déjà près de 14H00 lorsque nous nous présentons, ragaillardis, à l'orée du Val sans retour.

Au détour du chemin, un scintillement attire notre regard, c'est l'arbre d'or qui nous appelle là, blotti tout près du miroir aux fées et d'une vieille boîte N°165 cachée par Jmlv.

Cette oeuvre ne fait pas partie de la légende Arthurienne, c'est le fruit de l'artiste François Davin, suite aux incendies de l'été 1990. L'arbre d'or est le symbole à la fois de la fragilité et de la richesse que représente cette forêt éternelle. Il est devenu le gardien de Brocéliande.

Nous voici repartis sur le sentier qui nous plonge au coeur du Val sans retour, le domaine de la fée Morgane. A la recherche des traces laissées par Lancelot, par les dragons de feu et des gardiens géants de ce val maudit. Ici, la tribu ressent toute la magie de la forêt : La lumière qui peine à traverser les frondaisons, les racines longues et piégeuses, les branches qui semblent vouloir nous attraper, les pierres aux formes monstrueuses... Tout y est !

Nous parcourons la quasi totalité du creux du val puis retournons vers le miroir aux fées par le coteau, magnifique !!!

La ciste N°36190 de Wawoga se soustrait à nos recherches... Sommes-nous victimes d'un mauvais sort ? Peut-être, mais nous repartons enchantés, les yeux emplis de tant de beauté. Les petits pandas, d'habitude si remuants, semblent sous l'emprise de la forêt, ils marchent calmement, laissant vagabonder leurs esprits...

L'obscurité commence à s'étendre sur Brocéliande, vite nous allons rendre visite à Merlin l'enchanteur, fils du diable et d'une pieuse jeune fille. Nous admirons son tombeau (ou supposé tel) avant que la nuit ne nous englobe... Nous entendons déjà les elfes sortir de leurs cachettes.

Il nous aurait fallu deux bonnes journées pour visiter l'intégralité de la forêt et découvrir toutes les cistes cachées. Nous promettons d'y revenir, nous sommes ensorcelés...

Un grand merci à Brossard56, qui nous a guidé grâce à ses infos, sur tous les lieux magnifiques que nous avons découverts lors de notre trop court séjour en ces magnifiques contrées...

Les montages Photosynth sont à voir sur mon Blog.

Initiative
 
DRACIS, MATHMILIE, LA FEE MELUSINE ET BLACK TIGER CARTOGRAPHIENT LA REGION POITOU-CHARENTES
 

Pour renseigner les Cisteurs désirant visiter le Poitou-Charentes, Dracis, Mathmilie, la Fée Mélusine et Black Tiger ont cartographié la région.

 

Toutes les infor- mations sont sur le forum Newforez.

EN PLEIN DANS L’EMILE !
 

85 Cisteurs font aujourd'hui partie de Club d'Emile, ayant trouvé au moins mille cistes. 9 nouveaux ont fait leur entrée : Bigbrozeur, dje et gab, panpandoux, pierre56250, tarzoon, triacon, takiko, hathor, et ani. Félicitations !

 

* Pas un jour sans une ciste

Miam-miam
 

Tout d'abord, nous vous proposons la recette de la Soupe Champenoise, un apéritif festif signé Shantal. Ensuite, la succulente carbonade flamande, un plat qui nous vient de Belgique mais que l'on retrouve aussi dans toutes les régions du nord de la France. Il en existe un grand nombre de variantes. Celle que nous vous proposons est une vieille recette de famille.

 

Puis quatre recettes sucrées : le Succès et le Succès-croustillant de Woodpecker, et les Ecus rouillés de Philippe d'Euck.

 

Et enfin, le Parfait-plasma, un truc amusant proposé par la rédaction de Ciste-thématique.

 

 

 

LA SOUPE CHAMPENOISE de Shantal

 

 

Ingrédients :
  • 10 cl de Pulco citron
  • 10 cl de sirop de sucre de canne
  • 10 cl de Cointreau pour une bouteille de Champagne

Mélangez le Pulco, le sirop de sucre de canne et le Cointreau dans un saladier. Mettre au frais. 

Au moment de servir l'apéritif, sortez votre bouteille de Champagne du réfrigérateur ainsi que le mélange ci-dessus. Versez lentement le Champagne dans votre saladier et servez à la louche ! (Ceci est la base ; faites un essai car parfois le mélange est meilleur avec un peu moins de Pulco.)

Pour les puristes, il n'y a que le Champagne pour faire la soupe champenoise mais un bon mousseux de Côte d'Or, par exemple, se prête très bien au même apéritif. De même, en ce qui me concerne, je dose mes quantités, alors qu'il est très commun de voir un Champenois doser... à la louche ! :))

LA CARBONADE FLAMANDE

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 1,5 kg de paleron ou de gîte de bœuf
  • 5 oignons
  • 80 g de lardons fumés
  • 3 cuillerées à soupe de cassonade (sucre roux)
  • 3 cuillerées de vinaigre de vin rouge
  • 1 litre de bière (bonde ou ambrée)
  • 3 gousses d'ail
  • 2 pincées de thym
  • 2 feuilles de laurier
  • 3 clous de girofle
  • Quelques feuilles de céleri
  • 6 giclées d'arôme Maggi
  • 6 tranches de pain d'épices
  • Sel, poivre, moutarde (pas trop forte)
  • Un bouillon de bœuf

Faites revenir les oignons coupés en rondelles et les lardons dans un peu d'huile. Ajoutez-y la viande découpée en tranches ou en gros cubes. Laissez dorer en remuant de temps en temps.

Lorsque tout le liquide s'est évaporé, ajoutez un peu d'eau pour diluer les sucs de cuisson, en grattant le fond de la marmite. Attendez que l'eau soit évaporée, puis rajoutez le vinaigre.

Laissez réduire à feu doux, puis rajoutez la bière, la cassonade, le bouillon de bœuf émietté, le thym, les clous de girofle, l'ail, les feuilles de laurier et les feuilles de céleri.

Portez à ébullition, puis réduisez le feu et couvrez. Laissez mijoter pendant 2 heures. Au besoin, rajoutez un peu d'eau ou de bière si la sauce devient trop épaisse.

Posez dessus les tranches de pain d'épices très légèrement badigeonnées de moutarde sur une face. Enfoncez-les dans la sauce, afin qu'elles soient bien imbibées et se dissolvent dans la sauce. Recouvrez et laissez encore mijoter pendant 45mn.

Salez et poivrez.

La sauce doit être onctueuse. Si elle est trop épaisse, rajouter un peu d'eau. Si elle est trop liquide, ajoutez-y un peu de beurre manié (une grosse noix de beurre écrasée à la fourchette avec un peu de farine, sans grumeaux).

Servez avec des rondelles de panais grillés (si vous en trouvez), des pommes de terre vapeur ou une purée.

I - LE SUCCES de Woodpecker

BASE A BISCUIT :

  • 6 blancs d'œufs
  • 180 g d'amandes
  • 180 g de sucre

Broyer au mixer le sucre et les amandes très légèrement grillées au four. (C'est meilleur ainsi qu'avec de la poudre d'amandes.)

Monter les blancs d'œufs en neige bien ferme. Mélanger le tout.

Etaler sur une plaque à roulé rectangulaire chemisée (alu ou papier sulfurisé beurré). Faire cuire 7 à 8 minutes au four préalablement chauffé à 250°C (surveiller...).

 

GANACHE :

  • 200 g de bon chocolat noir
  • 160 g de crème fraîche

Mettre la crème dans une casserole à fond épais. Faire bouillir à feu vif une minute, retirer du feu. Mettre dans la casserole le chocolat cassé en petits morceaux et remuer jusqu'à consistance homogène. Laisser refroidir jusqu'à léger épaississement.

MONTAGE :

Couper le biscuit refroidi en deux horizontalement. Etaler une bonne moitié de la ganache sur une première moitié de biscuit, couvrir avec l'autre moitié, étaler le reste de la ganache par-dessus. Mettre au frais pour que le tout se consolide.

Pour la finition, saupoudrer d'une fine couche de cacao. Couper en petits dés ou servir éventuellement avec une crème anglaise.

Ça, c'est la version d'origine, déjà bien bonne. Mais si vous voulez en mettre plein les papilles à vos convives, remplacez la couche intermédiaire par du «feuilleté». Mais oui, vous connaissez : c'est ce mélange chocolaté et croustillant à la fois, qui fait le mystère et le succès des gâteaux achetés chez les professionnels. On se dit que ça doit être archi compliqué à faire, hein ? Et bien accrochez-vous, voilà comment on casse un mythe ! :-)

Voici donc la recette précédente en version améliorée...

II - LE SUCCES-CROUSTILLANT

BASE A BISCUIT :

  • 6 blancs d'œufs
  • 180 g d'amandes
  • 180 g de sucre
Broyer au mixer le sucre et les amandes très légèrement grillées au four. (C'est meilleur ainsi qu'avec de la poudre d'amandes.)

Monter les blancs d'œufs en neige bien ferme. Mélanger le tout.

Etaler sur une plaque à roulé rectangulaire chemisée (alu ou papier sulfurisé beurré). Faire cuire 7 à 8 minutes au four préalablement chauffé à 250°C (surveiller...).

 

GANACHE :
  • 135 g de bon chocolat noir
  • 110 g de crème fraîche
Mettre la crème dans une casserole à fond épais. Faire bouillir à feu vif une minute, retirer du feu. Mettre dans la casserole le chocolat cassé en petits morceaux et remuer jusqu'à consistance homogène. Laisser refroidir jusqu'à léger épaississement.

 

FEUILLETE :
  • 350 g de Nutella
  • 70 g de chocolat blanc
  • 175 g de gavottes
Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie et l'incorporer au Nutella en battant énergiquement, puis ajouter les gavottes réduites en miettes, bien mélanger.

 

MONTAGE :

NB : il sera facilité par la confection d'un tour cartonné et chemisé de papier alu qui permettra à l'ensemble de bien se tenir, le temps du montage et du refroidissement ; sinon, on pourra aussi égaliser les bords au couteau avant de saupoudrer le cacao...

Couper le biscuit refroidi en deux horizontalement. Etaler le feuilleté sur une première moitié de biscuit, couvrir avec l'autre moitié, étaler la ganache par dessus. Mettre au frais pour que le tout se consolide.

Pour la finition, saupoudrer d'une fine couche de cacao.

LES ECUS ROUILLES, de Philippe d'Euck

Les écus rouillés à la crème anglaise s'apparentent au pain perdu. Mais au lieu d'utiliser du pain, on utilise des tranches de cake à la crème de marrons. Comme le pain perdu, on les déguste avec une crème anglaise.

 

Ingrédients pour le cake de base :

 

  • 160 g de farine
  • 3 œufs
  • 100 g de raisins secs
  • environ 8 cl de rhum
  • 160 g de sucre en poudre
  • 80 g de beurre
  • 1 sachet de levure
  • 10 cl de lait
  • 250 g de crème de marrons de l'Ardèche Clément Faugier
  • de la cannelle
  • une pincée de poivre blanc

 

Dans un verre, diluez 1 cuillerée à soupe de sucre avec 1 cuillerée à soupe d'eau. Mettez-y les raisins secs et recouvrez-les entièrement de rhum. Laissez macérer pendant trois à quatre heures, en remuant de temps en temps pour que le sucre se dissolve bien et que les raisins absorbent le rhum sucré.

Faites chauffer le four à 180°

Dans une casserole, diluez à feu doux le beurre et la crème de marrons dans le lait.

Travaillez la farine, le sucre, les œufs et la levure, puis ajoutez-y le lait tiède avec la crème de marrons, le poivre et 1/2 cuillerée à café de cannelle. La pâte ne doit être ni trop liquide, ni trop épaisse. Au besoin, rectifiez la consistance avec un peu de farine, ou, au contraire, avec un peu de lait.

Verser dans un moule à cake bien beurré.

Sortez les raisins du rhum et posez-les à la surface de la préparation afin que les raisins descendent un peu dans la pâte pendant la cuisson. (Si la pâte est trop épaisse, ils resteront en surface, et si elle est trop liquide, ils couleront au fond.)

Mettez au four (chaleur tournante, de préférence) pendant 45 minutes.

Quand il est cuit, sortez-le du four. Lorsqu'il est froid, démoulez-le et laissez-le reposer pendant une nuit minimum.

Le lendemain, coupez le cake en tranches épaisses (environ 4 cm). Roulez ces écus sur leurs deux faces dans un mélange de sucre en poudre et de cannelle (dosage : pour 2 cuillerées à soupe de sucre, 1 cuillerée à café de cannelle).

Faites-les frire de chaque côté dans un peu d'huile jusqu'à obtention d'une croûte bien croustillante.

Ces écus rouillés se dégustent chauds avec une crème anglaise froide, peu sucrée, mais généreusement vanillée. De préférence, utilisez des gousses : fendez-les en deux dans le sens de la longueur, et raclez les graines qui se trouvent à l'intérieur. Ajoutez ces graines à la sauce, ainsi que les gousses vides, avant la cuisson.

Au moment de servir, vous pouvez aussi ajouter dans l'assiette une boule de glace à la vanille.

Pour la recette de la crème anglaise, voyez ICI (mais réduisez le sucre de 200 à 150 g).

Bon appétit !

LE PARFAIT-PLASMA, par la rédaction

Si, à table, vous en avez marre des discussions politiques oiseuses avec vos invités, voici de quoi détourner immédiatement leur attention : le Parfait-plasma !

Tout le monde connaît l'omelette norvégienne, une glace entourée de meringue chaude. Le Parfait-plasma, c'est exactement l'inverse : il est glacé à l'extérieur, mais chaud à l'intérieur.

Etrange, non ?

Voilà comment faire. Disposez un parfait à la vanille dans des ramequins individuels. A mi-hauteur, au centre, déposez de la confiture parfumée de quelques gouttes de Cointreau. (La confiture d'orange est idéale. Mais attention, pas la marmelade. D'autres sortes de confitures sont bien entendu possibles). Recouvrez avec le reste du parfait, en veillant à ce qu'il scelle bien la confiture de tous côtés, et qu'il n'y ait pas d'interstice. Puis mettez les ramequins au congélateur afin que leur contenu devienne bien dur.

Avant de servir, passez la glace au micro-ondes pendant quelques secondes. L'extérieur restera froid et dur, mais la confiture, à l'intérieur, deviendra brûlante. Cela est dû au fait que la confiture absorbe la chaleur beaucoup plus vite que la glace. Idéalement, faites quelques essais pour déterminer le temps que le Parfait-plasma doit passer au micro-ondes pour un résultat optimal.

Cette préparation a le don d'agacer et de susciter des interrogations : comment une glace peut-elle être froide à l'extérieur et chaude à l'intérieur ? Refusez de répondre. Prenez un air supérieur pour bien montrer à vos invités que ce sont des abrutis et qu'ils feraient mieux de rentrer à la maison, car il est tard.

En tout cas, succès assuré : le lendemain, on en causera dans les chaumières, et les imbéciles de la télé viendront sonner à votre porte pour faire un reportage. Votre fille deviendra célèbre et épousera un vieux maharadjah cacochyme qui trépassera très vite, lui laissant une fortune colossale. Votre fils sortira avec un top-model italien, et votre hamster passera dans «30 Millions d'Amis».

Merci qui ?

Avec ce sujet «Bains de boue», nous inaugurons une nouvelle rubrique.

Tous les mois, pendant la saison humide, nous vous invitons à nous faire parvenir les photos de votre destrier après une journée d'activités cistiques. Plus il est sale, plus ça nous plaît ! Merci d'envoyer vos photos à David GILLE

Ce mois-ci, nous commençons par Sioux et Takiko. C'est du brut, mais nous sommes persuadés qu'on peut faire mieux...

Vous ne chômez pas !
 

Bonne action
 
NOS AMIS DU CIEL, par Shantal
 

Les premiers frimas se font sentir, on commence à penser «fêtes de fin d'année», mais il est une chose qu'il ne faudrait pas oublier : les oiseaux du ciel.

Dans un magazine, j'ai trouvé une recette pas chère pour les nourrir. Il vous faut : de la semoule de couscous, de la margarine (1er prix en supermarché), des graines pour «oiseaux du ciel» (rayon animalerie des supermarchés)

Faire fondre la margarine, à peine, au micro-onde ; ajoutez la semoule que vous avez fait gonfler 5 minutes avec de l'eau bouillante ; puis une grosse poignée de graines. Laissez refroidir.

Mon astuce : je fais des aumônières avec de vieux sacs ajourés (genre sac à pomme de terre)

 

Je les suspends, et tout comme Prévert : «Dans un jardin, dans un bois, ou dans une forêt, se cacher derrière l'arbre, sans rien dire, sans bouger... Parfois l'oiseau arrive vite, mais il peut aussi mettre de longues années, avant de se décider. Ne pas se décourager, attendre.» :o)

 

Et j'ai eu une superbe surprise : c'est une mésange bleue qui a inauguré mon installation :o)

Traits & Portraits
 
CREVETTE76
 

Que dire... J'ai la trentaine, originaire du 76, passée par le 44 un an, probablement encore ailleurs à l'avenir...

Les chasses aux trésors, j'en ai moult fois faites pour... mes frères, les enfants encadrés, mes amis. Et maintenant aussi pour une tribu sympa qui - comble du bonheur - en organise aussi plein pour moi !

Quand j'explique le principe des cistes aux gens qui ne me connaissent pas cette activité, j'adore voir leurs mines étonnées qui semblent vouloir dire : «Mais elle est complètement folle !» ;-)

J'ai découvert l'existence de cistes.net dans une revue offerte par... une chaîne de restauration rapide ! Pourtant je n'y mets franchement pas souvent les pieds, je ne sais plus ce qui m'avait contrainte à y aller, certainement la faim à une heure peu pratique entre deux convois de classes découvertes.

J'ai été tout de suite séduite par le concept : à vrai dire, je me suis même dit : «C'est dingue : mon idée existe déjà !». Malheureusement à l'époque, je n'avais pas accès à internet aussi facilement qu'actuellement, ni de quoi imprimer ne serait-ce qu'une portion d'énigme. Alors, dès que l'énigme était un peu trop élaborée (lien sur un site perso, image un peu trop lourde, grille genre mots croisés, etc...), j'étais noyée pour la résoudre, moi qui recopiais les énigmes sur un carnet, avec un stylo, à l'artisanale...

Mon travail m'a souvent emmenée dans des endroits où je ne serais peut-être jamais allée de moi même (un peu comme les cistes, donc). C'est en partie pour cela que j'ai caché et trouvé dans des lieux variés... Et puis, ayant longtemps travaillé avec des enfants, il m'est arrivé d'associer mon travail aux cistes : avoir cherché à décrypter une énigme donne souvent des éléments intéressants sur la région où on se trouve à retransmettre aux enfants. Il m'est même arrivé de cacher une boîte avec un groupe de CP, malheureusement elle a vite disparu, probablement déplacée dans l'eau par un animal.

Et quand j'ai une journée un peu stressante, je m'octroie une pause ciste pour faire revenir la zen attitude. Je vous le conseille, ça marche très bien, encore plus avec des complices !

Pour la famille... ben ils me gardent des boîtes, des fèves et autres babioles, même s'ils ne savent pas tous pourquoi ! Et ils se marrent quand je leur montre le trésor déniché au péril de ma vie (ben oui, il fallait quand même traverser un pré au crépuscule !).

J'ai un souvenir encore ému de ma première ciste dénichée, parce que j'ai mis du temps entre mon inscription et ma première trouvaille !

Et puis, cette boîte se trouvait en plein centre ville, et il faut avouer que le côté «Je joue à James Bond pour ne pas me faire repérer», associé à la montée d'adrénaline en listant les indices qui se vérifient un par un sur le terrain, pour enfin tomber sur la cache où il fallait plonger la main jusqu'au coude sans visibilité, c'était quelque chose !

Par contre, j'ai pas mal cisté seule à mes débuts ; et d'avoir goûté au cistage à deux ou plus ensuite, ça me laisse des souvenirs encore plus drôles. Si ma première n'était pas ma première, les plus marquantes seraient sans conteste celles cherchées à plusieurs (même quand parfois on ne les trouvait pas !)

L'énigme qui m'a le plus plu ? Difficile à dire : ce que j'aime dans les énigmes des cistes, c'est justement leur variété et le fait que le jeu laisse beaucoup de marge de manoeuvre aux Cacheurs pour coder la cachette selon leur personnalité. J'aime assez quand les énigmes sont simples... mais que je ne les décode pas du premier coup direct ! Un peu comme celle où on avait réfléchi plusieurs fois à trois cerveaux sans trouver la clé, et où on s'était rendues à deux sur le terrain en se disant qu'on verrait bien un truc qui ferait tilt là bas. Bravant les intempéries, c'est sous la pluie que le codage nous est apparu lumineux... sans aucun besoin de l'environnement ! On est revenues bien humides, mais satisfaites d'avoir trouvé la boîte, même si on aurait pu décoder tout ça tranquillement au chaud avant d'aller la chercher !

Le coin le plus spectaculaire découvert grâce aux cistes : je suis descendue dans un chaudron magique en bord de mer, j'ai découvert deux épaves sur une île lumineuse, j'ai admiré le paysage ouvert près de trois croix dans les Hautes-Alpes, j'ai trouvé de drôles de poupées sur une chapelle et de drôles de lutins sur une devanture de magasin, j'ai admiré les cormorans et les goélands sur la côte sauvage et même ses pointes, j'ai marché sur des rails, je suis allée dans le marais sans rencontrer aucune enseigne de mode, j'ai grimpé dans un arbre dans les quartiers chics, j'ai appris à tirer au canon, j'ai voyagé en Egypte au crépuscule et j'ai fini dans une ruine ! Mais ne vous inquiétez pas, ça n'est qu'un début : je vais bientôt aller me recueillir chez l'ancêtre le plus connu de France, cacher où l'on se marre et découvrir une grotte... Pour le reste, l'avenir le dira !

Un des trucs les plus drôles, c'est de refaire une énigme déjà résolue avec une personne qui vient juste de la décrypter : sur le terrain, la règle d'or c'est de ne pas gâcher sa recherche, et donc d'en dire le moins possible... et d'observer la personne en question tourner autour du pot en passant quatre fois devant l'indice majeur ! Ou, au contraire, de la voir trouver la cache en très peu de temps, alors qu'on est tombée dessus après moult péripéties et, il faut l'avouer, sans vraiment avoir compris TOUTE l'énigme...

En général ça donne des moments mémorables, j'en fais un nouveau hobby ;-P

Statistiques
 
Novembre 2008. Cistes cachées : 1095. Nb d'échanges : 13319
 

 

Dernière minute
 
BAYKUS : LA GLOIRE, PAS L'ARGENT !
 

Baykus, qui est un sage, vise davantage la notoriété que l'argent.

Aussi a-t-il décidé d'offrir l'ensemble des droits sur son livre «De partout, de Nulle Part et d'Ailleurs» acquis entre le 5/12 et le 11/12 à l'AFM (Association Fran- çaise contre les Myopathies).

Les droits sur les ventes en ligne : 1,60€ / ex ; sur les ventes papier : 1,92€ / ex.

En achetant ce livre, non seulement passerez-vous un excellent moment, mais vous ferez également une bonne oeuvre. Pour plus d'informations sur le livre, voir Ciste-thématique N°40 du mois de novembre.

Photos Ulylo


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation