JOURNAL DES CISTEURS N°7
Parution du 01/12/2005
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 

Editorial
 
MERCI POUR VOS ENCOURAGEMENTS ! par Max Valentin
 

Ce numéro de "Ciste-thématique" marque une étape. En effet, le Journal des Cisteurs a été lancé le 24 juin dernier, et il vient d’entrer dans son septième mois d’existence.

Merci à toutes et à tous pour votre soutien et vos encouragements. Nous espérons qu’avec votre concours, nous parviendrons à le rendre encore plus intéressant en 2006. Aussi, n’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires, suggestions, textes et critiques.

Je vous quitte, il faut que j’aille préparer le sapin :o)

Avec un peu d’avance, joyeux Noël à tous... et à l’année prochaine !

Bonne lecture !

Vision de terreur
 
CŒURS SENSIBLES, S'ABSTENIR (1).
 

Cet effrayant molosse, qui ressemble à un croisement entre la Bête du Gévaudan et le Chien des Baskerville, garde l’entrée d’une grotte qui se trouve sur la piste d’une ciste. Nous ne dévoilerons pas de quelle ciste il s'agit, de crainte que l'air féroce de son gardien ne vous détourne de la visiter. Sachez simplement que l'énigme de cette ciste parle de la lutte séculaire entre le Bien et le Mal, et que ce monstre illustre parfaitement "la Bête". De quoi faire des cauchemars...

La photo a été prise par Sioux au moment où elle passait devant cette grotte. Elle commente : J'ai trouvé "la Bête" tapie dans son antre... Brrrr, je n'aimerais pas la rencontrer à la tombée de la nuit !

Le cliché complet, d’où ce détail a été extrait, se trouve un peu plus loin. Nous ne voulions pas vous le montrer tout de suite, afin de laisser à votre rythme cardiaque le temps de se stabiliser.

Traits et Portraits : Euphrosine, Garoubouya, Angelus68, Duluoz
 
EUPHROSINE, UNE AFFAIRE DE FAMILLE
 

"Euphrosine" (Palmarès), c’est la maman, mais aussi sa famille : le papa et les deux loulous de 2 ans et demi et 4 ans. Exilés dans le canton de Genève, il n'y a que dans leurs montagnes du Valais qu’ils se sentent bien. Du coup, c'est principalement entre ces deux cantons qu’ils cistent. Petits Cisteurs par le nombre, ils vont tranquillement à leur rythme… et surtout celui des mini jambes !

· Euphrosine, comment avez-vous découvert les cistes, et quand ?

- Dans le journal dominical. C'était en août de l'année passée, un article avait été fait sur le sujet, dont Nath et ses P’tits Suisses étaient les "héros". Le concept nous a attirés, surtout pour son côté nature. Quand on ne connaît pas bien une région, on a tendance à faire toujours les mêmes balades. Mais on a découvert plein de nouveaux endroits magnifiques, même dans notre canton d'origine, qu'on pensait pourtant bien connaître !

· Comment parvenez-vous à concilier famille, travail et cistes ?

- Comme je suis mère au foyer, et que les enfants ne vont pas encore à l'école, je me plie aux horaires irréguliers du papa. C'est principalement moi qui décrypte… et ce n'est pas mon fort, mais parfois les éclairs de génie de monsieur mettent fin à des heures de creusage de neurones ! Nous y allons tranquillement, donc, quand une belle journée se présente, que l'envie nous prend, et presque toujours en famille.

Au retour de leurs promenades, ils en profitent pour emprunter des chemins détournés, histoire de repérer d'autres lieux et éventuellement cacher d'autres boîtes. Leurs cistes préférées sont "La ciste de Tsa Crêta" et "La ciste du p'tit lac aux reflets de la Blanche", deux balades qu’ils ont eu la chance de faire par de superbes journées d'automne, avec, en toile de fond, le bleu du ciel, le doré des mélèzes et le blanc des sommets enneigés.

- Un rêve de carte postale !

· Quelle a été votre énigme préférée ?

"La ciste à poivre de gris" : je crois bien qu'elle m'a donné quelques cheveux blancs en plus ! C'était à nos débuts, et je n'avais pas encore vraiment le réflexe pour décrypter les énigmes. J'en rêvais la nuit, j'y pensais tout le temps. Et un jour, avec un peu d'aide (un grand merci à Vargo pour celle-là - et toutes les autres !), j’ai eu le déclic. C'est vrai que c'était simple… quand on sait ! De plus, le coin que nous avons découvert était des plus charmants, on se serait cru dans nos forêts de montagnes, les avions en phase d'atterrissage en plus !

L’endroit le plus spectaculaire découvert grâce aux cistes a été celui de "La ciste de la "pièce de cent sous", malgré mon vertige !

Et puis, "Le Géant foudroyé". Dommage que cette ciste a disparu, car elle était tout à fait exceptionnelle... Et aussi, "La Ciste repose en paix", que j’ai découverte par une journée brumeuse d'automne. On se serait cru dans un autre monde. Il ne manquait plus que le vieux corbillard aux roues grinçantes, tiré par un cheval…!

Heureux qui, comme une ciste, a fait un beau voyage...

- Mon anecdote préférée : il y a un an, nous avons placé la ciste n° 4593, "La ciste ... complètement toquée", dans un coin qui nous tenait tout particulièrement à cœur. Aussi, quand, cet été, un Cisteur nous a fait part de son éventuelle disparition, nous nous sommes précipités pour constater que son trou était effectivement vide, et nous y avons remis une nouvelle ciste. Un peu plus tard, nous avons soudain vu apparaître sur cistes.net une boîte appelée "La ciste doublement toquée d'Euphrosine" (N°11080)... à cent kilomètres de là ! Evidemment, notre curiosité à été piquée au vif. Après avoir décrypté l'énigme, nous nous sommes rués sur place. La boîboîte était bien là, et au fur et à mesure du déballage, quel ne fut pas notre étonnement de découvrir… "notre" boîte, "nos" objets, "notre" carnet ! Ce n’est que plus tard que nous avons compris : en réalité, la ciste originale n’avait pas disparu, mais quelqu’un l’avait déplacée. Quand Bolet et Willows sont arrivés sur le spot, ils ont découvert l’originale ainsi que sa remplaçante, et ont décidé de cacher la première dans le canton de Vaud en la rebaptisant avec un clin d'œil à notre intention ! Grâce à eux, cette ciste a fait un joli voyage. Elle doit être la seule au monde à avoir connu deux cachettes aussi éloignées l’une de l’autre !

GAROUBOUYA, CISTEUR DISCRET
 

Garoubouya (Palmarès) a découvert les cistes en septembre 2004 grâce à l'Hebdo local que reçoit son frère. Sa petite famille n'accroche pas vraiment, et cister est donc pour l'instant une démarche solitaire. Il travaille en 2 x 8, ce qui lui donne soit la matinée, soit l'après midi de libre et lui permet de consacrer le week-end à sa famille.

Il essaie d’utiliser sa voiture le moins possible, préférant largement la marche à pied ou le vélo. Toutefois, il profite aussi pour semer systématiquement quelques boîtes au gré de ses déplacements professionnels en France et à l'étranger.

Aucune ciste découverte à ce jour n’a sa préférence : il les as toutes aimées :

- Chacune avait un truc spécial : la boîte, le trajet pour l'atteindre, le site final, etc... J'aime aussi beaucoup en planquer et formuler une petite histoire qui va avec. Pour ce qui concerne les énigmes, c’est pareil : pas de préférence non plus, j'aime bien qu'elle me résiste mais pas trop, je manque de patience. Cela dit, il faudrait quand même que je me creuse parce que j'en suis à deux gros classeurs bourrés d'énigmes à décoder et de cistes à localiser !

Ses coins préférés : les grottes bien sûr, les combes, les ruines cachées, dont on ne soupçonne pas l'existence. Et ce n’est pas ce qui manque dans l’Hérault !!

Ses anecdotes préférées :

- Première rencontre avec des Cisteurs. En les voyant virevolter, plus ou moins finement, sur un spot avec leur papier en main, je me suis vite rendu compte que j'avais à faire à des collègues. J'ai joué le jeu du promeneur, profitant d'avoir le petit dans les bras (2 ans) et le plus grand (5 ans) qui furetait à ma place. Alors que nous venions de faire discrètement l'échange, Musher et Aetius 2 sont venus à ma rencontre pour me demander de l'aide. J'ai d'abord fait mine de ne rien comprendre, et en repartant vers la voiture, j’ai demandé à mon fils si on devait leur dire la vérité. Au lieu de me répondre, il a fait demi-tour et a foncé vers eux pour leur dévoiler où se trouvait la ciste ! :)) Autre petite anecdote amusante : ne connaissant pas la nature d'un spot, j'y suis allé en repérage. Coup de bol, je trouve l'entrée d'une grotte. Si près du but, je décide d’y aller en utilisant mon portable en guise de lampe. La grotte était argileuse, étroite et bourrée de petits boyaux. Cette petite lumière blafarde m'a aidé à progresser sur 60 mètres. Tout à coup, le portable a sonné, indiquant "batterie faible" ! J’ai fait demi-tour en 4ème vitesse, ramping, course à 4 pattes, le dos courbé pour éviter les bosses. J’en suis sorti de justesse !

ANGELUS68 : LES CISTES VUES D'EN HAUT !
 

Du haut de son impressionnant 1.96m, Angelus68 (Palmarès) se présente ainsi :

- Je suis né il y a 26 ans, et j’étais à l’époque bien plus petit que maintenant :)). Je suis cariste. Si ce travail est loin d’être une passion pour moi, il a l’avantage de me permettre de payer mes traites ;o) et de me laisser pas mal de temps pour cister.

Celle qui partage son cœur depuis trois ans, Anne, lui confie volontiers son fidèle chien Tako, qu’il emmène parfois lors de ses sorties cistiques.

- Ma passion pour les cistes a commencé en août 2004 alors que je regardais le journal Tv sur Tf1. J’ai été intéressé par un reportage sur une chasse au trésor dans le sud de la France, et j’ai voulu trouver des infos sur le net. J’ai donc tapé "chasse au trésor" dans mon moteur de recherche favori et j’ai découvert un lien me menant droit sur la piste des cistes. J’ai lu le principe et découvert qu’il y en avait partout en France, mais seulement six dans le Haut-Rhin (où je vis), mais rien près de chez moi... Un peu déçu, j’ai décidé d’en dissimuler une, pour participer tout de suite à l’aventure en qualité de Cacheur.

Angelus68 se souvient avoir marché dans sa ville en long et en large pour trouver un endroit sympa où la mettre. Ce qui l’a fait tilter, c’est le nom d’un monument, très en rapport avec certains objets cistiques.

- Lorsque le premier Trouveur s’est déclaré sur le site, j’étais vraiment excité, mais quand j’ai lu son message en MP sur Newforez, je me suis senti ridicule. Ma boite en carton n’avait pas supporté la pluie et une colonie d’escargots y avait élu domicile ! :)) Quelques jours plus tard, j’étais de retour sur les lieux pour changer la boite et nettoyer les objets. Depuis elle est toujours en place, bien qu’elle soit en ville. Evidemment, je me suis rendu compte qu’avant d’essayer de cacher des cistes, il valait mieux en trouver quelques-unes afin de voir les choses à faire et celles à éviter.

Angelus68 dit que son entourage n’est guère emballé par la recherche de cistes, même si un ami s’y est intéressé (mais il a vite laissé tomber). Il éprouve également un peu de mal à entraîner sa dulcinée dans ses sorties cistiques. Pourtant, ils ont découvert de jolis coins lors de leurs dernières vacances à Paris et dans le Finistère. Les cistes lui ont également permis de rencontrer des gens très sympathiques, notamment Alphidius et Munshine, lors du passage du tour de France en Alsace. Il a aussi fait la connaissance de Ladyrock cet été, et ils ont caché une ciste et décapsulé deux autres ensemble.

- Ma vie personnelle m’a contraint à une pause durant le mois d’octobre, mais je suis bien remonté pour tenter de passer les 100 cistes d’ici la fin de l’année. Et pourquoi pas les 50 cachées aussi… Ma ciste préférée est certainement "la ciste des copains" de Sandetsebast, car elle m’a permis de rencontrer deux Cisteurs finistériens : Hgy et Uzuldor. Grâce à leur collaboration, 15 cistes ont pu être décapsulées durant ma semaine bretonne, dont une absolument pas prévue au programme… J’espère vraiment les revoir car ce sont des personnes formidables, comme tous les Cisteurs que j’ai pu croiser. L’endroit le plus spectaculaire qu’il m’ait été donné de contempler, c’est certainement les falaises de la pointe de Pen-Hir sur la presqu’île de Crozon. Un pur moment d’extase et d’admiration devant la nature puissante et immuable. J’ai également adoré "La ciste des Instructions Nautiques" de Piblo, mais j’ai eu chaud pour la décapsuler, car n’ayant pas pris connaissance des horaires des marées, j’ai failli rester coincé sur un îlot ! J’ai également beaucoup aimé "La ciste du Triangle perché". La plus difficile à résoudre a été pour moi "Les Cistonautes".

Angelus68 précise qu’il a une particularité qui, un jour, lui jouera sans doute des tours : après avoir résolu une énigme, il voit très bien où il faut arriver... mais il a tendance à prendre le mauvais chemin :))

- Ainsi je me suis retrouvé à tenter de rejoindre une ruine en montant une pente plus que raide et truffée de ronces, orties et broussailles de toutes sortes, parce que je ne trouvais pas de chemin pour y accéder. J’avais pourtant demandé à un couple de petits vieux qui cueillait des mûres. Une fois la ciste décapsulée, j’ai suivi un sentier qui rejoignait le bas… juste à quelques mètres de l’endroit où le couple m’avait envoyé dans l’autre direction !

DULUOZ, L'HYPERACTIF QUI EN REDEMANDE !
 

Bonjour Duluoz. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

- C’est difficile de parler de soi quand on a perdu l’habitude des CV et des entretiens d’embauche, c’est quelque chose que je n’aime pas beaucoup faire et je le ferai sans doute très mal. Consultez mon autoportrait sur le site, je suis un smiley à lunettes et sourire : on est là, avant tout, pour s’amuser ! Plus sérieusement, je suis Parisien, j’ai la quarantaine, et j’ai une vie active à peu près ordinaire. J’aime voyager, découvrir des régions où je me dis qu’il ferait bon poser ma carapace, j’aime l’Histoire et la littérature. Je suis sensible à la nature, à l’architecture, à la décoration, j’ai passé des soirées entières à construire des modèles réduits de bateaux en bois, je lis beaucoup, j’adore être entouré de livres… et je ciste !

Duluoz (Palmarès) a découvert les cistes en août 2004 grâce à un article dans Libération. Le soir-même, il trouvait sa première boîte près de chez lui, à Montmartre.

- Evidemment, je ne savais pas encore que j’allais désormais consacrer l’essentiel de mon temps libre à cette activité de grand gamin, qui a l’avantage de faire travailler la tête comme les jambes, et découvrir des tas de choses dans tous les domaines. Je suis devenu accro tout de suite !

Au bureau, il a la chance de pouvoir surfer à peu près comme il veut. Mais ce n’est pas toujours évident à la maison. Il faut composer.

- Les personnes qui partagent notre vie ne partagent pas toujours nos passions. Aussi, il faut savoir lever un peu le pied, même si, dans mon cas, c’est dur parfois de renoncer à une ciste quand je sens qu’il y a de la lassitude dans l’air.

Duluoz utilise pour l’essentiel la voiture, et dans Paris intra-muros, il privilégie le vélo quand la météo le permet. Il ne raisonne pas en termes de kilomètres parcourus, mais en en termes de temps qu’il consacre aux cistes, devant l’ordinateur ou sur le terrain. Mais c’est obsédant :

- Quand on est Cacheur, je pense que les cistes ne sont jamais absentes très longtemps de nos pensées : tiens, il y a un trou dans ce mur !… Tiens, qu’est-ce que c’est que cet objet qui traîne ?… Et si j’achetais tel produit plutôt que tel autre, la boîte a l’air recyclable !

Cet été, les cistes parisiennes ont connu un fantastique SAV (voir Ciste-thématique N°4) qui a laissé tout le monde pantois.

- C’est ce que j’ai appelé notre "méga vérif des cistes parisiennes". A ce sujet, il faut tout de même que je précise une chose importante : étant donné que c’est moi qui ai rédigé les comptes-rendus sur le forum, tout le monde pense que j’en suis le principal instigateur. Or, le mérite en revient autant à Dan the Man, il a participé au travail tout comme moi, et surtout, c’est lui qui en a eu l’idée. Une idée excellente, et une opération qui s’est révélée indispensable face à l’hécatombe des cistes parisiennes, puisque nous avons constaté à cette occasion près de 40 disparitions ! Les cistes parisiennes sont très exposées, donc très fragiles, les Cacheurs ne devraient jamais l’oublier : près de la moitié des cistes cachées à Paris disparaissent ! Un triste record… Mais au moins, le temps que nous y avons consacré permettra aux autres chercheurs de ne pas se déplacer inutilement. A la Toussaint, par exemple, Béaventure, L_Aimetier et Adiso sont venus faire une bonne petite récolte à Paris : j’imagine leur déception s’ils avaient fait chou blanc une fois sur deux, ce qui serait arrivé à coup sûr si le ménage n’avait pas été fait. Au passage, je remercie à nouveau ceux qui nous ont offert leur aide, en particulier Cooper, Pathfinder, RX, Eleusis. J’espère que je n’oublie personne…

Depuis la fin de cette opération, Duluoz a constaté qu’on s’adressait de plus en plus à lui pour des vérifications, des conseils ou des tuyaux.

- C’est assez drôle, on dirait que j’ai acquis une espèce de notoriété, on m’accorde un certain crédit, on m’interviewe ;-) C’est un peu démesuré, je n’ai pas l’impression d’avoir réalisé quelque chose d’exceptionnel, j’aime tout simplement que les choses soient bien faites et je pense que chaque Cisteur, lorsqu’il passe à proximité d’une ancienne ciste, devrait prendre le temps d’aller y jeter un coup d’œil. Ça éviterait beaucoup de trajets pour rien et de temps perdu pour beaucoup d’entre nous.

Quelle est votre ciste préférée ?

- Il est très difficile de dire quelle ciste est ma préférée parmi celles que j’ai trouvées. De quoi parle-t-on ? De la qualité de l’énigme ? De la beauté du spot ? Les deux ne sont pas forcément synonymes… En tout cas, les cistes que j’aime beaucoup chercher sont celles qui font partie d’une série. Non pas parce qu’on augmente son palmarès à peu de frais, mais parce qu’elles donnent l’impression de raconter une histoire, épisode par épisode, ou de faire visiter un site, étape par étape. En plus, je sais que ça a donné à chaque fois un travail monumental au Cacheur, et ça, ça m’épate ! Je pense en particulier à des séries de Jmlv (Cisty-City ou les deux Fermes-Cistlébrités), de Pathfinder (Sur les traces des Poilus ou la Quête du Trésor de l’Ordre de la Croix), d’Emmanuel78 (Fausse-Repose par exemple), des Tibinou (Perrault), ou de CisteMD (plusieurs petites séries très sympas, mais parfois un peu dures, en Seine et Marne). Un échec douloureux : la belle série de Lallementp (Parménion), que j’avais pris grand plaisir à étudier, au chaud chez moi. Mais sur place, ce fut une autre histoire… J’ai manqué de jugeote, de chance, et de temps. Et puis, pour finir là-dessus, je me souviens également d’une énigme extraordinaire de Baf (la ciste Alchimie N° 4818, aujourd’hui disparue): c’était une énigme à plusieurs niveaux de difficultés, il fallait la décrypter phrase par phrase, on ne pouvait pas en décrypter une sans avoir décrypté la précédente. C’était à s’arracher les cheveux, car ça semblait ne rien signifier du tout et je ne voyais pas où il voulait en venir. Je correspondais avec plusieurs Cisteurs et on se tenait au courant de l’avancée de nos réflexions, ou plutôt de la non-avancée… jusqu’au jour où tout est devenu clair. Pour couronner le tout, cette ciste nous emmenait visiter une église parisienne absolument magnifique et méconnue.

Plutôt que la découverte de sites extraordinaires, ce qui l’a estomaqué dans ce jeu, c’était avant tout de redécouvrir près de chez lui des lieux avec un œil totalement neuf, de ne plus voir des endroits familiers de la même manière. Et puis, il a trouvé très amusant d’arriver de trouver ces lieux en les abordant par ce biais : les énigmes qu’on étudie obligent à faire des recherches qu’on n’aurait peut-être jamais faites en temps normal.

- C’est mieux qu’un guide de voyage ! conclut-il.

On rame, on rame !
 
GAMELLE TROPHY DANS L'ORNE, par Cracos Belin
 

Il y a des jours où tout va mal. Et alors que les heures avancent, ça va d’ailleurs de mal en pis. Exemple : cette petite balade dans l'Orne afin de placer le bourdon 2445, avant de me rendre à un important rendez-vous professionnel. Une simple formalité, et rien ne prédestinait donc cette journée à se transformer en cauchemar.

Je me suis garé au pied de la ciste, dans le décrochage de la haie, genre "parking". Quelle erreur !!! Le terrain semblait praticable et propre, mais malheureusement, il me fut impossible de repartir : ma voiture s’était enfoncée du tiers de la hauteur des roues dans une boue bien grasse.

Après avoir déployé de multiples efforts à essayer de glisser des branches et des écorces sous les roues pour avoir un meilleur grip (à la façon des plaques d'enlisement utilisées au Camel Trophy ou au Dakar), le résultat était encore pire !

En costard, seul, perdu au milieu de nulle part, j'étais dans de beaux draps. Et mon prochain rendez-vous qui devait m'attendre !...

Je suis parti à errer dans la campagne dans l’espoir de trouver de l'aide. La ferme la plus proche ne comptait qu'une mamie que j'ai dû effrayer, tous les bras valides étant partis travailler aux champs. Par chance, le maire du petit village se trouvait dans sa mairie pour une réunion. Je lui ai expliqué ma situation et lui ai demandé de l’aide. Ce qu'il fit, car, par chance, il avait une corde dans sa voiture.

Malheureusement, la vieille corde de chanvre ne tint pas le coup face aux 1200 kg de ma Peugeot. Dernière solution : son gendre camionneur qui habitait à l'autre bout du village et qui ne travaillait pas ce jour-là. Miracle : l’homme possédait une bonne grosse corde de camionneur en nylon. Nous sommes donc repartis à trois pour tenter de tirer ma voiture du bourbier. Cette fois, la tentative fut la bonne. J’ai encore consacré pas mal de temps en remerciements et autres salamalecs avant de pouvoir repartir.

Oui, vraiment, il y a des jours qu’il faudrait rayer du calendrier !

AH, LA GADOUE, LA GADOUE, LA GADOUE...! par Herphy
 

Ce dimanche 13 novembre, je suis partie seule à la chasse aux cistes, avec pour objectif de visiter quatre d'entre elles. Pour la dernière, alors que le ciel commençait à s'obscurcir, je ne faisais plus très bien la distinction entre les chemins et la pleine forêt. J’ai donc continué avec l’espoir de trouver le bon. Je me suis engagée dans un chemin herbeux qui me semblait abordable, et paf : EMBOURBEE !

J’ai essayé de m'en sortir avec un volet et une planche empruntées à une maison en ruine qui se trouvait non loin. Mais impossible de m'en sortir, je n’y arrivais pas. J’ai appelé mon mari sur mon portable, mais dans l'affolement, je lui ai indiqué un autre village que celui où je me trouvais. J’ai vite rappelé, mais il était déjà parti... C’est alors que la batterie du portable a rendu l’âme, alors qu’une nuit noire s’installait. La catastrophe !

J’ai décidé de rejoindre la demeure la plus proche, un château, pour demander du secours. Avec méfiance, la propriétaire, une dame âgée, m’a ouvert sa porte. Elle m’a aidée autant que possible, et j’ai pu recharger (un peu) mon téléphone avec le fil de son propre portable. Ensuite : appel, garage, police, maire du village le plus proche, etc. Le maire, à son tour, a prévenu un agriculteur qui est venu avec son tracteur me tirer de ma fâcheuse position.

J’étais maintenant en état de rouler, certes, mais comment retrouver mon mari ? J’ai décidé de redescendre le chemin jusqu'à la route et d'écouter mes éventuels messages. Il y en avait un de mon mari, accueilli par des types très sympas du village que je lui avais indiqué par erreur. Là j'étais rassurée, car ces personnes m'avaient laissé leur numéro. Je pouvais donc les appeler, mais je priais quand même que mon portable tienne... C’est à cet instant que des phares sont apparus, et deux voitures se sont arrêtées à ma hauteur. Il s’agissait d’un monsieur très serviable et de mon mari qui avaient sillonné aux alentours de toutes les fermes isolées. C’était leur dernière tentative, ensuite ils appelaient la gendarmerie. J’ai poussé un énorme ouf de soulagement !

Je n'ai pas manqué de rappeler ou d'écrire à toutes ces personnes qui m'ont si aimablement rendu service.

Je vous conseille de rendre visite à cette ciste, "La ciste du four gaulois" (n° 12145), que je n'ai pas trouvée. C’est sans risque :-))

Humeur & humour
 
COUPS DE GUEULE !
 

A éviter : les dépotoirs ! par M.

(...) Enfin, un petit souhait à l’attention des nouveaux Cacheurs, souvent trop pressés de cacher leur première boîte : il faudrait qu’ils évitent les lieux infestés de détritus, seringues, préservatifs et autres saletés, dont certaines sont dangereuses. Malheureusement, ça arrive de plus en plus souvent. Je ne désigne personne en particulier mais ce serait quand même bien qu’ils soient un peu plus soigneux dans le choix de leurs sites !

 

Un p’tit effort, M’ssieurs Dames les Trouveurs ! par DG

Le principe des cistes, vous le savez, c’est de cacher des objets sans valeur, mais tout de même intéressants.

Si la plupart des Cacheurs jouent les jeu et soignent le contenu de leurs cistes, il n’en est pas toujours de même des Trouveurs. Sortir d’une boîte un joli objet placé là pour faire plaisir, et le remplacer par un emballage de chewing-gum ou un caillou, c’est assez désespérant pour le Cacheur (qui voit ainsi sa ciste dénaturée), et pour les futurs Trouveurs (qui n’y découvrent plus que des cochonneries).

Je m’adresse donc aux Chercheurs qui partent à la recherche d’une ciste : emportez avec vous un objet amusant, pour ne pas être pris de court et devoir ensuite vous rabattre sur n’importe quel bidule traînant sur les lieux. Si vous allez chercher une ciste, c’est bien dans l’espoir de la trouver, non ? Alors emportez de quoi faire un échange !

Le Geocaching, par exemple, incite les Trouveurs à remplacer l’objet qu’ils prennent par un objet de même valeur ou de valeur supérieure. Nous n’avons pas voulu aller jusque là, car nous pensons que la valeur de l’objet n’a aucune importance. Cela dit, chacun de nous a au fond d’un vieux meuble quelques objets amusants, bizarres, originaux, qui peuvent avoir deux destinations potentielles : direction poubelle ou direction ciste ! Eh bien, mettez-les dans les cistes !

Les objets les plus prisés sont ceux que les Cisteurs fabriquent de leurs mains. Les possibilités dans ce domaine sont infinies. Ça peut aller du galet poli sur lequel vous écrivez un quatrain ou apposez votre signature au vernis à ongles, jusqu’aux figurines plus élaborées fabriquées sur le thème de la ciste. Certains Cisteurs et certaines Cisteuses se sont fait une réputation d’enfer en bricolant ainsi de petits objets sans valeur marchande, mais ayant une grande valeur sentimentale. Ces objets sont très recherchés par les Cisteurs-collectionneurs !

Enfin, visitez les foires à la brocante et les vide-greniers : pour un ou deux Euros, on peut en repartir avec un plein sachet d’objets marrants !

Des nouvelles des Nouveaux
 
...ET DE 20 000 !
 

Le 10 novembre à 19 heures, 04 minutes, 23 secondes et 3 dixièmes (environ, hein !), le site a enregistré son vingt-millième membre.

Il s’agit de Dudune. Nous lui avons écrit pour obtenir quelques détails sur sa personne, mais il (ou elle) ne nous a pas répondu.

Ça décoiffe !
 
1000 CISTES EN SUISSE !
 

Depuis le 7 novembre, la Suisse abrite 1000 cistes ! La millième a été déposée par Wagrut. Elle s’appelle "La ciste de l'esprit de l'éveil" et porte le N° 12383 (toutes cistes confondues).

Un grand bravo aux Helvètes !

A noter que la Suisse possède davantage de cistes au km² que la France : 1 ciste pour 41 km² contre 1 ciste pour 52 km². (Voir par ailleurs l’article "Les pays les plus riches en cistes").

Photos insolites
 
AIMERIEZ-VOUS Y HABITER ?
 

Ce mois-ci, nous inaugurons une nouvelle rubrique "Photos insolites". Nous vous invitons à y participer en nous envoyant vos clichés les plus marrants ou les plus étranges. Seule obligation : ces photos doivent avoir été prises pendant la recherche de cistes. L'adresse où nous les envoyer : David GILLE.

C’est encore Sioux qui s'y colle (merci à elle), avec ces trois clichés de panneaux routiers. Nous avons volontairement occulté l’un d’eux, parce que la combinaison des trois destinations permettait de localiser une ciste trop facilement.

Vision de terreur, bis
 
CŒURS SENSIBLES, S'ABSTENIR (2)
 

Voici la photo (certifiée sans trucage) de la grotte contenant le "monstre" photographié par Sioux. En fait, il s’agit d’un rocher qui a pris la forme étonnante d’un gros chien menaçant, aux babines retroussées. Nous espérons que vous voilà rassurés. C’est bien la preuve que cister n’est pas une activité dangereuse :))

Pas dangereuse ? Voire...
 
FIEVRE PORCINE, par Xenon
 

Maître Lagafe va cister en forêt et voit bouger quelque chose. Alors, prévoyant comme il l’est - et ce n'est pas peu dire ! - il observe les arbres des environs. C’est une bonne idée : ce qu’il a vu bouger, c'est un sanglier. Et chose incroyable, la bestiole le charge !!!

D’un bond, maître Lagafe grimpe dans un arbre. Mais le cochon est tenace et têtu : il tape contre le tronc de toutes ses forces, dans l’espoir de le faire choir et de lui fouailler les entrailles de son groin humide, froid et pustuleux, puis de lui dévorer le foie et les rognons en éructant de plaisir. Ndlr : c’est nous qui avons rajouté cette dernière phrase, car elle est jolie.

Le pauvre Lagafe est resté perché pendant un bon moment - 20 longues minutes - jusqu'à ce qu'un paysan passe non loin avec son tracteur et provoque la fuite de l’agresseur.

Conclusion : on ne saurait se passer du monde agricole, toujours prompt à secourir les amoureux embourbés, les touristes friands de fromages au lait cru, et les Cisteurs qui montent aux arbres.

Coup de projecteur
 
CAPTAIN CANYON, UN CISTEUR AU BOUT DU FIL
 

Captain Canyon travaille à Aix-en-Provence et habite à Montpellier, ce qui lui permet d'opérer sur deux régions à la fois. Sa fiche (Palmarès) : 42 ans, masculin (donc totalement immature, dixit sa femme :)), informaticien par obligation plutôt que par passion, fervent pratiquant des sports nature, en exploration comme en compétition.

- Donc, bien sûr, la descente de canyons, d'où mon pseudo. Avec une prédilection pour les pires ravines de la région Languedoc, à la recherche, au milieu des ronces et de l'herbe à Schtroumpf, d'une vasque couleur émeraude ou de cascades hollywoodiennes !

Non content de se balader en altitude, accroché à un fil, il a aussi des activités chthoniennes et halloweenistiques caractérisées par des mises en scène effrayantes, mais inoffensives :)). Voir photos ci-contre.

 - Captain Canyon, comment avez-vous découvert les cistes, et quand ?

Un collègue parlait de la chouette d'Or. J'ai voulu voir ce qui s’en disait sur le Net et je suis tombé sur le site de Monglane. Le concept m'a paru génial, mais la région montpelliéraine était alors bien pauvre en boîtes. J'en ai donc créé une bonne série pour avoir de la boiboîte à se mettre sous la dent. Ensuite, je n’ai pas hésité à dénoncer notre société secrète à l'hebdomadaire local "la Gazette de Montpellier". De là date le grand démarrage de l'Hérault...

Il a un emploi du temps qui ne lui laisse pas une seconde de répit. Ses activités sportives lui imposent en effet un minimum de huit heures d’entraînement par semaine, en particulier pour les raids multisports. Mais pour les cistes, il a su s’assurer le concours de son épouse. La Belle du Captain est devenue une accro, et c’est elle qui classe désormais tout ça. Il semblerait que le mode de gestion un peu anarchique de son mari ne lui convenait pas trop ! (En tout cas, c’est ce qu’il dit :)).

- En revanche, le boulot de Cacheur est un travail solitaire (sauf exception, comme l'Egoreciste pour laquelle un autre Cisteur, "Village People", est venu m'aider à promener dans la garrigue une boîte fragile et encombrante, sur un brancard !)

C'est souvent lors de ses activités de sport nature qu’il repère des sites potentiels, mais il fait également quelquefois des reconnaissances à partir de points qui semblent remarquables sur les cartes IGN.

De toutes les cistes qu’il a trouvées, sa préférée a la forme d’un coq, armature grillage avec papier peint et plumes.

- Alors que je la cherchais dans un vallon perdu dans la garrigue au Nord de Montpellier, je tombe à côté d’une grotte que j’avais identifiée comme le point de départ. Et là, j’avise un couple de jeunes en train de chercher dans l’éboulis, juste à côté de l’entrée. Persuadé d’avoir affaire à des Cisteurs, je les questionne. S’en suit alors ce dialogue surréaliste.

Moi :

- Vous cherchez une boiboîte ?

Eux, un peu déconcertés :

- Oui...

- Le coq ou l’Arche Perdue ?

- Euh non, juste une petite boîte de... "tabac", qu’on a perdue lors d’une soirée. :))

On les a alors laissés à leurs recherches herbacés pour aller attraper notre coq tapi à quelques encablures de là.

L’énigme préférée de Captain Canyon est le puzzle de "JunAZZ-ciste parc".

· Parmi les cistes que vous avez cachées, laquelle recommandez-vous particulièrement, et pourquoi ?

- Pour le site en lui même, mes "Expéditions cistes dans la jungle 2,3 et 4" sont dans un endroit absolument déconcertant, totalement inattendu, sur le causse du Larzac.

Mais la tradition du Captain, c'est de faire des boîtes décorées. En effet comme souvent le contenu s'appauvrit au fil du temps (Ndlr : voir par ailleurs "Un p’tit effort, M’ssieurs dames les Trouveurs !"), il essaie de faire en sorte que la boîte soit agréable à l'œil. Parfois, il transforme même le site en fonction de l'ambiance qu’il veut lui donner…

- Bon, il est vrai que je tape souvent dans le sombre et l’inquiétant, mais j'aime bien jouer (gentiment) avec les peurs qui hantent chacun de nous. Ma boîte la plus "spectaculaire", L'egoreciste, m'a demandé une dizaine d'heures de travail. Mais d'après les commentaires des Trouveurs, elle plaît ! :))

Captain Canyon trouve qu’il est de plus en plus difficile de cacher dans l’Hérault.

- En effet, trouver un endroit vierge relève de la gageure, surtout dans la périphérie immédiate de Montpellier, où se concentrent les Cisteurs du 34.

· Vous avez certainement été confronté à des tas d'anecdotes amusantes. Laquelle est votre préférée ?

- Sur l'Arachciste (aujourd'hui disparue), je venais souvent faire des contrôles, car elle était fréquemment annoncée comme disparue. Le spot était une "glacière" oubliée dans un parc à Montpellier. La ciste était pendue au bout d'un fil de pêche, dix mètres sous l'ouverture dans la voûte sur laquelle on accédait sans s'en rendre compte.

Le fil étant bien là, j'ai remonté la boîte qui m'a soudain semblé anormalement lourde. J’ai pensé que certains y avaient mis de gros objets, mais quand la boîte fut à mes pieds, j'ai eu une sacrée émotion en voyant qu’un serpent s'était pris dans le filet entourant la boîte ! Pour le sortir de là, il m'a fallu le détortiller en coupant les mailles avec les ongles, tout en lui immobilisant la tête et la queue. Je dois reconnaître que c'était une expérience pour le moins intéressante et plutôt enrichissante ! :))

Photo du mois
 

Ce très joli cliché d’un paysage de collines et de lacs noyés dans la brume est signé PC Junior. Peut-être cette photo a-t-elle été prise au lever du soleil, et on imagine alors le silence du petit matin troublé par le chant de quelques oiseaux ; ou au coucher du soleil, au moment où la nature s’apaise. En tout cas, s’il fallait illustrer le mot "calme", cette image s’imposerait !

Densité kilométrique
 
LES PAYS LES PLUS RICHES EN CISTES
 

La plus forte densité de cistes se trouve à Monaco : 1 ciste tous les 500 m² :)), suivi de Malte, avec 1 ciste tous les 35 km². En troisième position nous trouvons la Suisse, avec 1 ciste tous les 41 km². Puis viennent la France, avec 1 ciste tous les 52 km², Saint-Marin, avec 1 ciste pour 61 km², et la Belgique, avec 1 ciste tous les 76 km².

En rayon
 

30 modèles de T-shirts sont actuellement disponibles dans La Boutique. Certains sont tellement beaux que c’est sûrement un péché de les porter ! (Nous vous rappelons qu’en commandant des T-shirts, vous nous aidez à financer le site. Aussi, un grand merci à celles et ceux qui ont déjà craqué :))

Statistiques
 
Novembre 2005. Cistes cachées : 564. Nb d'échanges : 4772.
 

Le coin gastronomique
 

Groussay nous propose ce mois-ci la recette de la vraie blanquette à l’ancienne.

Avant les réjouissances de fin d’année, et pour se mettre en bouche, voici la blanquette de veau à l’ancienne. Ce plat, dit "bourgeois", est apparu au XVIIIème siècle et a été codifié pour la première fois par Madame de Saint-Ange en 1927. Il est devenu mythique.

Pour six personnes, il faut : 1.5 kg de veau en morceaux (tendron ou flanchet, jarret avant et poitrine), 1 cube de bouillon de volaille, 1 branche de céleri, 2 carottes, 1 blanc de poireau, 2 oignons moyens, 2 clous de girofle, 1 bouquet garni (thym, laurier, queues de persil plat), ½ cuillerée à café de grains de poivre noir, 250 gr de champignons de Paris, 20 gr de beurre, 1 ½ citron, 4 jaunes d’œufs, 20 cl de crème fraîche. Sel, poivre du moulin.

Portez à ébullition 1.5 litre d’eau dans un faitout. Ajoutez le cube de bouillon, laissez-lui le temps de se dissoudre puis ajoutez les morceaux de veau, le céleri, les carottes, le blanc de poireau, les oignons (dont un piqué des clous de girofle), le bouquet garni et le poivre (en grain et moulin). Au retour de l’ébullition, couvrez, baissez le feu et faites cuire doucement environ 1 heure, jusqu’à ce que le veau soit bien tendre à la pointe d’un couteau. Pendant la cuisson du veau, nettoyez et lavez les champignons. Epongez-les puis émincez-les en tranches ou en quartiers s’ils sont moyens ; en deux s’ils sont petits. Faites-les revenir au beurre sur feu vif avec un peu de sel et 2 cuillerées à café de jus de citron. Quand toute l’eau s’est évaporée, faites dorer les champignons sur feu doux pendant quelques minutes. Réservez.

Quand le veau est cuit, passez le bouillon de cuisson au chinois et égouttez les morceaux. Réservez la viande et les champignons au chaud dans le plat creux de service. Rectifiez l’assaisonnement du bouillon. Battez les jaunes d’œufs avec le restant de jus de citron. Ajoutez la crème fraîche et mélangez soigneusement. Ajoutez une louche de bouillon, mélangez ; détendez ce mélange dans une casserole avec suffisamment de bouillon pour obtenir la quantité de sauce que vous désirez. Faites chauffer sur feu doux en remuant jusqu’à épaississement, mais ne laissez pas bouillir. Versez la sauce sur le veau et les champignons.

En accompagnement de cette recette, un riz blanc convient parfaitement. Mon dessert : un sorbet au calvados ou au pommeau. Et vous ?

A table, et bon appétit !

Groussay

Le dernier salon où l'on cause
 
ON VOUS ATTEND ! par Locotwister
 

Supposons que nous soyons mercredi soir et que vous ne sachiez pas quoi faire pour passer le temps. Vous avez déjà tout essayé : poster des messages dans le forum des Cisteurs en attendant une réponse qui n’arrive pas, jeté un vague coup d'œil à la télé qui montre vingt adultes en culottes courtes cavalant après un ballon, essayé de réchauffer des raviolis au micro-ondes, envisagé de descendre à la cave pour y chercher la clé anglaise qui vous permettra enfin de réparer le robinet qui fuit, regarder les étoiles, dégivrer le frigo, apprendre un nouveau tour à votre chien, vous polir les ongles des orteils... Rien ne parvient à vous sortir de votre ennui. Et pourtant, vous êtes une personne à l’esprit vif, capable de parler de la reproduction des éphémères par temps de pluie, de la cueillette des champignons sans descendre de VTT, de la cascade chromatique en ut mineur dans une œuvre d’un compositeur moldo-valaque inconnu, ou du rôle du gras de cochon dans l'artériosclérose...

Dans ce cas, venez nous en faire profiter sur le Chat Newforez ! :)) C’est tous les mercredis à partir de 21 H 15. On y discute de cistes, bien sûr, mais aussi d’un tas d’autres sujets passionnants. Alors, à mercredi prochain, promis ?

Purement anecdotique
 
ÇA SORT DE L'ORDINAIRE, NON ?
 

Cette Cisteuse en plein SAV s’est rendue sur le site de l’une de ses cistes de l’Aube, pour vérifier sa présence. Dans le trou, elle a trouvé un papier. Ce papier était attaché à une ficelle, elle-même fixée à un pétard. On devine la suite... :))

Une autre Cisteuse, de retour chez elle, a voulu transférer sur son PC les photos faites dans la journée. En ouvrant l’étui de son appareil photo, elle a constaté que ce dernier avait été remplacé par un gros caillou. Elle affirme pourtant n’avoir rencontré personne de toute la journée...

Sur le forum Newforez, une Cisteuse explique ses mésaventures (dans un style parfaitement détaché et d’autant plus drôle !). Nous résumons : "Première ciste, fausse piste, rue étroite, virage en épingle à cheveux, poteau mis bêtement dans ce virage, voiture relookée ! Deuxième ciste, en cherchant à échapper à un champ d'orties, j'ai voulu descendre vers le torrent. Des blocs de pierres se sont écroulés sous moi, puis sur moi, et je suis tombée dans la rivière. Autre ciste : un type est venu m'aider derrière le vieux mur, dans les buissons, sous le lierre. Il avait compris que la ciste était sur moi ! " Plus zen, on peut pas ! :))

Phénomènes étranges au cimetière du Père Lachaise, à Paris. Plusieurs Cisteurs rapportent en effet que des cistes y disparaissent régulièrement pour revenir à leur place le lendemain. On parle d'un fantôme cistophobe ou facétieux... :))

Ce couple de Cisteurs a trouvé la ciste qu’il cherchait, mais le Cacheur indiquait un autre chemin pour le retour. "Nous avons marché, marché. Au bout de deux kilomètres, nous sommes arrivés à un cul de sac. C’était soit faire demi tour, soit escalader la colline et un mur ou continuer tout droit, par dessus un grillage. Nous avons donc escaladé le grillage (et c’est là que mon jean a fait "crac" !), puis nous avons continué dans cet immense bois et avons remonté une pente avant d’être arrêtés par une clôture barbelée et un portail avec des clous. Là, nous avons commencé à avoir peur car le soleil déclinait... Après réflexion, nous avons escaladé le grillage barbelé et rampé dans les ronces. Nous nous sommes retrouvés perdus dans un nouveau bois et nous sommes mis à courir. Et là, miracle : un champ ! Mais nouvelle désillusion, impossible de nous repérer. Nous avons trouvé un vague chemin interminable que nous avons suivi dans l’espoir de sortir de ce cauchemar. Quand nous avons retrouvé la voiture, nous avons réalisé que nous avions fait le tour complet d’un bourg sur une bonne dizaine de kilomètres !"

Une autre Cisteuse raconte : Nous aurions dû nous méfier. Sur la piste de "L'âne romain" (N°3682), nous nous sommes totalement embourbés et ne pouvions plus avancer. Cette ciste raconte l'histoire d'un âne qui refuse d’avancer. :))

L’épouse de ce Cisteur a trébuché deux fois en cinq minutes. Alors que son mari lui conseillait de regarder où elle mettait les pieds, il a été fauché par leur fils de 15 ans en VTT. Le malheureux a été expédié dans une ravine, où il a lui-même renversé un randonneur qui remontait le chemin ! Bilan : un baladeur CD brisé, un pantalon déchiré, un pull troué au coude gauche, un vélo HS, des plaies aux mains, à la hanche et aux genoux, des hématomes aux fessiers, une bosse.

Ce Cisteur n’a pas trouvé la ciste qu’il cherchait dans un square parisien. En revanche, il a trouvé au fond d'un buisson deux passeports hongrois détrempés. Il demande : "Faut-il prévenir Monsieur Nicolas Sarkociste ?..." :))

Encore une boîte bizarre, non répertoriée sur le site des cistes : un Cisteur a trouvé un Tupperware contenant une boîte de thon à l’huile et un décapsuleur. Supposant qu’il s’agissait probablement d’un jeu de piste de scouts, il a laissé la boîte en place, avec un petit mot.

En août 2004, dans les Alpes, une Cisteuse - qui s’était légèrement écartée du chemin pour se changer après une randonnée - s’est fait dérober sa pochette de maquillage par une marmotte. L’animal et la pochette ont disparu au fond d’un terrier :))

Un Cacheur de la région parisienne a décidé d'aller jeter un coup d'œil à l'une de ses vieilles cistes. Mais, ne se souvenant plus de l’endroit exact, il a essayé de décoder sa propre énigme. En vain. Toute honte bue, il a dû demander de l’aide à un ancien Trouveur !

Un Cisteur cherchant une ciste supposée se trouver dans une souche derrière un banc à l’orée d’un bois, a été très étonné de trouver cette ciste sur le banc. Il l’a ouverte et... a provoqué la colère d’une vieille dame teigneuse qui s’est précipitée vers lui de toute la force de ses petites jambes. Ce n’était pas une ciste, mais le goûter de la dame :))

Au chapitre "Je trouve surtout ce que je ne cherche pas", un Cisteur nous écrit : J’ai découvert une ciste par hasard en cherchant une autre ciste (que je n'ai pas trouvée !). Puis, en mars dernier, j'ai encore trouvé une ciste par hasard, ciste que son Cacheur n’a toujours pas mise en ligne (il a arrêté le jeu en 2004, mais j'ai pu l’identifier grâce au pseudo qu'il avait laissé dans sa boîte). J'attends donc toujours l’enregistrement de cette ciste pour déclarer mon échange... :)) Enfin, j’ajoute à mon palmarès une Geocache et une Letterbox, découvertes toutes deux sur des îles de la Seine (mais sans parvenir à mettre la main sur les cistes que je venais chercher, évidemment !)

Cet été, en pleine canicule, ce même Cisteur et un de ses amis ont parcouru 50 km à vélo pour chercher une ciste dans un bosquet. Il se sont ensuite installés à l’ombre de grands arbres, à l’extrémité d’un cimetière militaire allemand, pour effectuer l’échange. C’est là qu’ils ont été interpellés par deux gendarmes un peu obtus, qui ont menacé de les embarquer sous prétexte que leur présence sur les lieux était "un manque de respect envers les morts et leurs familles". Nos deux Cisteurs ont eu beau expliquer qu’ils ne faisaient rien de mal et que l’endroit était public, l’affaire faillit tourner au vinaigre. Ils ont obtempéré, en emportant la ciste. (Ils l’ont remise en place une heure et demie plus tard.)

Une nouvelle inversion de boîte : après un pique-nique familial, ce Cisteur s’est trompé et a caché un Tupperware contenant ses couverts en plastique sales et des épluchures, au lieu de la ciste. Il a retrouvé cette dernière dans le panier de pique-nique, au retour. Il a promis de retourner sur place dès que possible pour faire le remplacement. (Cette ciste n’est pas encore enregistrée).

Coïncidence extraordinaire qui prouve que le monde est petit : en dialoguant par mail, deux Cisteurs ont découvert qu’ils s’étaient connus au lycée il y a dix ans. Et pourtant, ils habitent aujourd’hui à plus de 500 km l’un de l’autre !

Un Cisteur a surpris un lièvre devant l’endroit où il cherchait une boîte. Après que l’animal eut détalé, ce Cisteur a constaté que la ciste - pourtant en plastique épais - avait été partiellement rongée et que le lièvre avait déposé un impressionnant chapelet de crottes tout autour ! (Le Cisteur a vérifié que la ciste ne se trouvait pas à l’entrée d’un terrier, qu’elle aurait pu bloquer. Ce n’était pas le cas.)

Un Cisteur affirme avoir frôlé la crise cardiaque : au moment de glisser sa main dans une anfractuosité de rocher pour en sortir une ciste, il a entendu, venant du fond du trou, le beuglement d’une vache ! L’explication : il s’agissait de la sonnerie d’un téléphone portable, déposé là par deux Cisteurs qui, sachant que l’autre allait arriver sur les lieux, se sont cachés pour l’attendre. Lorsque le nouvel arrivant s’est accroupi pour prendre la ciste, ils ont fait sonner le portable. Les trois Cisteurs se connaissant, l’affaire s’est terminée par un éclat de rire.

Si vous connaissez des anecdotes amusantes, dignes de figurer dans cette rubrique, merci de nous les envoyer afin que tous les Cisteurs en profitent.

Courrier des lecteurs
 

De Captain Canyon :

Je souhaiterais une rubrique Best of où l’on signalerait les boîtes "parce qu'elles le valent bien".

Comme vous vous en doutez, il est impossible de créer et de gérer une telle rubrique nous-mêmes, puisque nous ignorons si "elles le valent bien" ou pas. Quant à laisser les Cisteurs en juger et exprimer leurs préférences par une sorte de vote, c’est tout aussi difficile car ces appréciations seraient par définition subjectives. Une énigme ou/et un spot peuvent particulièrement séduire un Cisteur, et en laisser un autre tout à fait indifférent.

Prenons l’exemple d’une ciste visitée par vingt personnes. Sur ces vingt personnes, cinq la trouvent fantastique, et votent pour elle ; les quinze autres la trouvent quelconque et ne votent pas. Qu’obtiendra-t-on au final ? Une ciste jugée exceptionnelle par 100% des personnes qui se seront exprimées. Ça n’aurait donc pas grand intérêt et serait même contraire à la vérité.

On objectera qu’il suffirait d’obliger tous les Trouveurs à voter. Mais ce ne serait pas très raisonnable de dévoyer le jeu par une multiplication de modules. Nous tenons à ce que cette base reste la plus simple possible.

La meilleure façon d’exprimer sa préférence pour telle ou telle ciste, c’est sur le forum Newforez ; ou dans Ciste-thématique, rubrique "NarciCistes", inaugurée dans le numéro 4.

De RX :

Je tenais à vous remercier pour la lettre des Cisteurs qui très bien faite, et l'on ne s'en plaindra pas, et très comique de surcroît... Bravo, continuez !

Merci RX. Les compliments, à l’instar des réductions d’impôts, ont ceci de particulier qu’ils font toujours plaisir ! :))

De Duluoz :

Ça pourrait faire l’objet d’une rubrique à part entière : des Cisteurs qui tracent les portraits les uns des autres. A condition que ça reste courtois bien sûr !

Pourquoi pas ? :)) Nous sommes prêts à ouvrir une rubrique dans ce sens. Il faudra que les descriptions soient signées par leur auteurs (pas de billets anonymes, SVP) et rien de trop personnel. Une dizaine de lignes, ce serait parfait... avec une dose d’humour ! Envoyez-moi vos textes via "Ecrire au webmestre", en précisant bien qu’il s’agit d’un portrait d’un autre Cisteur ou d’une autre Cisteuse, pour le Journal.

 

oOo

Quelques précisions.

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas, et qu’il est totalement indépendant de cistes.net. Sa modératrice est la charmante Laetitia2Monterant, et c’est à elle que vous devez vous adresser.

A l'EST, DU NOUVEAU
 

Un dîner de Cisteurs s’est tenu à Metz, le 18 novembre. Il a réuni, au restaurant la Dolce Vita, la fine fleur des Cisteurs mosellans : Kty, Lolo5729, Cister Act, Tgv572, Flix, Schoully, les Bornymop (connus aussi sous la signature des Z'amoureux) et les Frenchspirit.

L’ambiance était tellement bonne qu’ils n’ont pas vu le temps passer et se sont fait éjecter par le personnel qui voulait rentrer se coucher :)) La soirée a été agrémentée de nombreuses anecdotes, souvent très drôles. Par exemple, un Cisteur qui a uriné sans s'en rendre compte sur la ciste qu'il était justement en train de chercher ; un autre obligé de décoder lui-même sa propre énigme pour retrouver l'endroit où il avait caché sa ciste, etc. :) Il y eut également les conseils des pros comme les Bornymop, qui totalisent plus de 600 cistes trouvées. Les Mosellans espèrent remettre ça bientôt.

LES SWISTEURS FÊTENT LEUR 1000ème !
 

C’est à Truffe que revient l’idée d’une fête dédiée à la 1000ème ciste suisse, et ce sont Nath et les Marsupiaux qui l’ont organisée le 20 novembre.

Bien trop nombreux pour que l’on puisse les citer tous (ils étaient plus de 70 !), les participants ont, de leur propre aveu, passé une journée inoubliable. Il faut dire que le soleil était de la partie, ce qui est plutôt sympa de sa part compte tenu de la saison !

Le point de rendez-vous était un petit refuge de la forêt de Dompierre, dans le canton de Vaud. C’est là qu’ils ont partagé un "repas canadien" (chacun apporte ce qu'il veut et tout est mis en commun), avant de partir à la recherche de cinq boîtes, dont, bien sûr la 1000ème. Vargo en a profité pour distribuer à tous les enfants des "cornets" (comme on dit en suisse :)) contenant tous les objets qu’il avait récoltés durant ses visites à quelques centaines de cistes. Ce jour-là, évidemment, il a trouvé sa 600ème et l’a dignement arrosée au goulot au milieu de la forêt, sous les applaudissements des témoins.

Tous portaient de superbes badges réalisés par les Circomanes, et Nath leur avait confectionné des road-books qu’ils ont pu garder en souvenir de cette mémorable journée.

Le commentaire général a été : "Du travail de pros". Normal, car on sait que les Suisses ont la réputation de faire les choses dans les règles de l’art, et à fond !

REUNION CISTIQUE AU "TIMBRE POSTE" A MALAKOFF
 

Le "Timbre Poste" revient à l’honneur. En effet, la toute première soirée de Cisteurs, le 4 janvier 2003, avait déjà eu lieu dans ce superbe endroit, sans doute l’un des plus étonnants petits bistrots de la région parisienne. Voir sur le site de Monglane (cliquez à gauche sur "Repas des Cisteurs".)

C'est là que, le 26 novembre, se sont retrouvés Soizic92, Darkilou, Mickey, Psykolutin, Cooper, Jmlv, Groussay, Ani, RX, Pasdebile, Arkanciel, Goudurix, Boudicca, Saluste, Duluoz, Les Titbinou, Emmanuel78, Jp77, Paul77, et bien sûr, Yaco et Yaca, à qui reviennent l'initiative d'avoir organisé cette sympathique réunion.

MEGA PICNICISTE DANS L'HERAULT
 

Le Picniciste saison 4 s’est déroulé le dimanche 27 novembre à Montpeyroux, dans l’Hérault. Il avait été organisé à l’initiative de Pouschtroum. Les organisateurs locaux (salle et logistique) étaient les Moutardes, les Goujes et les Diddl (en famille).

A noter que, pour stimuler tout le monde, Moutarde avait caché une ciste, "la Cistavin", contenant, entre autres, un casier d’excellentes bouteilles.

Notre envoyé spécial, planqué sous une table, rapporte que : Pétoulette est venue, mais les Pouschtroum ne se sont pas levés pour l’accueillir. La famille Romarin, les Cérambyx étaient là, Le ClubDquatre étaient au complet, sauf Coca. Dica34 était présent, alors qu’il ne devait pas venir. Bibindum est passé et s’est dégonflé, Ovive34 s’est excusée, Tintin34000 était retenu et Pirouette est restée au chaud dans sa famille. Mimosa3448 est descendue de sa Lozère, et était accompagnée de Bulrock. Ernest et Bart étaient bien présents, les Réboussiers étaient au complet, Soléa était fidèle au poste, ainsi que la famille Bahia. Les Numsix se sont éclipsés dans l’après-midi pour, affirmaient-ils, poser une nouvelle ciste. Les Bélugues se sont fait porter pâles, Nauplius était dans la région en train de cister tout seul, Ekinox n'était pas descendu du grand Nord, l’Occitan Cisteur et Morlock ont particulièrement brillé par leur absence :))

Pendant que les enfants, bombardés maîtres queux, s’affairaient autour du barbecue, les adultes prenaient l’apéro en échangeant quelques anecdotes : voiture dans le fossé pour Soléa, piqûres de frelons pour Monsieur Gouje, cheville foulée pour Moutarde, etc. Rien que du classique, quoi. :))

Après être parti en plusieurs groupes à la recherche des cistes du coin - dont certaines exigeaient d’être contorsionniste - tout le monde est retourné à la base arrière pour dévorer des gaufres. Nouvelle discussion animée au sujet de la couleur de la pâte : l’une était jaune fluo, l’autre blanche. Commentaire de l’un des participants (qui tient à garder l’anonymat) : tout était génial, parfaitement organisé. Mais il n’y avait pas assez de gaufres !!!

RAPPEL : LES ANCIENS NUMEROS DE CISTE-THEMATIQUE SONT CONSULTABLES EN CLIQUANT SUR "ARCHIVES" EN HAUT DE CETTE PAGE.
 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation