JOURNAL DES CISTEURS N°89
Parution du 01/09/2013
FORUM NEWFOREZ ARCHIVES CISTES.NET
 
 
ÉDITORIAL
 
... par Sioux
 

Deux beaux mois estivaux s'achèvent, et nous sommes sûrs que vous en avez bien profité pour engranger une fructueuse moisson cistique.
Vous aurez donc sûrement quelques croustillantes anecdotes à nous conter, photo(s) insolite(s) prise(s) au gré de vos pérégrinations, ou le récit d'une belle surprise au détour de tous ces nombreux chemins qui mènent, sûrement à Rome selon l'adage bien connu, mais d'abord à une boîte ! Ce journal est avant tout le vôtre, et par le biais de toutes ses rubriques, il est aussi le reflet du monde, de plus en plus large, des Cisteurs. Aussi n'hésitez pas à l'alimenter, en y apportant vos contributions, si courtes soient-elles !
Et pour les cinq équipes en lice pour le concours photo (voir précédent numéro), affûtez vos choix... jusqu'au 10 septembre. Pour tous, rendez-vous le 15 sur le forum Newforez pour élire, selon vos goûts, la plus représentative et/ou la plus originale de chaque catégorie.
 
 

 

LA DIXIÈME LONGIPONTAINE DE BOUDICCA
 
... par Sioux
 

Le 22 juin dernier, pour la 10e année consécutive, Boudicca a reçu chez elle, dans l'Essonne, entre 30 et 40 Cisteurs venus de toute la France pour confirmer le lien qui nous unit tous, et dont le dénominateur commun reste, encore et toujours, ces petites boîtes magiques qui font tourner le monde cistique !
Consacrant des journées de préparatifs, réglant le moindre détail, concoctant seule un menu de déjeuner-buffet pantagruélique :

... aidée les derniers jours par quelques bonnes volontés, Boudicca nous a offert, une fois de plus - et la dernière selon elle - une journée inoubliable, rehaussée par la présence de Phil d'Euck, webmestre de cistes.net, venu passer la soirée avec nous.
Même la météo nous fut clémente, du déjeuner, parfait...

 ... à la promenade cistique de l'après-midi, élaborée principalement grâce au dynamisme de Butterfly91.


La douce fraîcheur du soir se fit à peine sentir au moment où le chef Raisinsdor ouvrit sa grande marmite magique, découvrant la surprise du dîner, avec un fumet à faire converger tout le quartier, le somptueux confit de canard :

 

 

Le clou de la journée fut la jolie collection d'escargots fabriqués par Baltazar, dans laquelle chacun put piocher pour rapporter un souvenir :

Un grand merci à vous deux, Boudicca et Raisinsdor d'avoir fait, une fois encore, de ce rendez-vous, devenu une vraie tradition, une merveilleuse journée, pleine de rires, de souvenirs, de projets, d'émotions...

Boudicca, rassure-nous, ce n'est pas la dernière !

Plus de photos sur l'album du jour.

 

PICNICISTE EN CÔTE D'OR
 
Le 7 juillet 2013... par Rebeti
 

Lila-Rose, Pangya et Rebeti s'étaient décidés conjointement à organiser cette rencontre.
Le rendez-vous était fixé depuis longtemps pour le dimanche 7 juillet à 11 h sans préciser l'endroit exact.
Une douzaine de Cisteurs intéressés attendaient fébrilement les cistes dont les énigmes allaient dévoiler le lieu du picniciste.

Ce fut chose faite le dimanche précédent : "Géométrie", "La ciste de Conway", "‘La ciste des S..." et celle destinée aux enfants "Le rapt des rébèbètes". Bien sûr, ce n'étaient pas des énigmes difficiles, à part celle de Lila-Rose. Et le forum a tourné à plein régime pendant cette semaine d'attente.

Le jour J, surprise ! Nous étions bien plus nombreux que prévu. Certains étaient venus spontanément, en particulier des nouveaux Cisteurs.
Nous nous sommes retrouvés :
Les familles Amo, Juju21, Titouistiti, Lila-Rose et Pangya, Micanaloo, Ronounours, Pazkalou, Comtesse71, Tord, Sylou, Mam21, Curiosus, Papy21, Jade71, Hortense21 et Véro, Zefekesse et Brigitte, Spirak et la Sirène, Rebeti et Madame.

Par prudence, nous avions prévu que ce grand lavoir à impluvium pourrait nous abriter en cas de mauvais temps, mais finalement c'est du soleil, qui tapait un peu trop fort ce jour-là, dont nous nous sommes protégés.

La journée commença pour certains par quelques recherches individuelles (c'est sur le trajet, ça ne détournera pas beaucoup !).

Tout le monde convergea en fin de matinée, retrouvailles pour certains ou découvertes pour d'autres et présentation des nouveaux.

Les festivités commencèrent par un apéritif bourguignon (crémant-cassis) offert par les organisateurs pour fêter, les uns le mariage de leur fille, les autres un anniversaire.
Chacun avait apporté sa spécialité gourmande et tout fut mis en commun.

Les conversations cistiques et amicales ont créé un joyeux brouhaha dans le lavoir.

.
À gauche de haut en bas : Rebeti, Spirak, la Sirène, Mam21
À droite de haut en bas : Juju21, Pangya, Lila-Rose 


Après le repas sous son ombre bienveillante, nous avons décapsulé les cistes créées pour l'occasion...
Amo, Titouistiti et Hortense_21 en pleine action 


...puis deux groupes se sont formés pour écumer le secteur :

Les uns s'attaquèrent au château de la Rochepot avec une série d'arches mystérieuses...

Les autres, dans les vignes aux alentours, à la recherche de noms énigmatiques...


Hortense_21, Micanaloo, Rebeti, une petite Micanaloo, Papy21, Pazkalou
.

Cette journée s'est déroulée sous le soleil et dans la bonne humeur. Nous avons tous apprécié les gourmandises apportées par chacun (merci en particulier à mesdames les Cisteuses !) et nous nous sommes séparés avec la promesse de nous revoir dans d'aussi joyeuses occasions.

Madame Micanaloo en pleine distribution de friandises et la relève, déjà une boîte à la main.


Le groupe de quatre à gauche : la famille Amo ;
à l'arrière : la Sirène, Spirak, Ronounours, Amo, Tord ;
accroupis : Comtesse71, Mam21, Titouistiti

 

Le carnet rose de la journée :
Nous souhaitons la bienvenue à une nouvelle Cisteuse, Abricot21, née grâce à ce joyeux picniciste.

 
 
 
 

RENCONTRE CISTIQUE ESTIVALE DRÔME NORD
 
27 juillet 2013... par Cst73
 

Tous se souvenaient de ce printemps pourri : de courageux Cisteurs avaient affronté des conditions météo hivernales en ce 25 mai 2013... froid, brouillard et neige !
Tous étaient restés sur leur faim... et pas seulement de la bûche des Totue 38...
Leur faim de cistes... ce fut chose réparée en cette réédition du 27 juillet 2013.

Alors que la France suait sous la canicule, ils se sont retrouvés à 1000 mètres d'altitude sous une toute relative fraîcheur. Enfin à eux les somptueux paysages promis par Lidof, notre GO drômois, enfin à eux, les cairns, des vrais à taille humaine, à eux la glacière promise... sans compter celles en plastique regorgeant de victuailles sur LA table de pique-nique enfin débarrassée de sa nappe de neige immaculée !

L'insolite ? La montée aux cairns en poussette à porteurs pour les petitous, la montée à pied d'une remontée mécanique... ben faut savoir c'qu'on veut, neige ou pas de neige... et la descente dans les profondeurs abyssales pour une redécouverte du "Trésor de Raquette La Rouge"...

Alors, prêts à remettre ça l'an prochain ? Ici ou ailleurs...

 
 
 
 

À VOS AGENDAS
 

 




Vous organisez une rencontre cistique ? Prévenez-nous dès que la date et le lieu sont fixés.
Nous les publierons afin d'informer un maximum de Cisteurs...

 

 

Cist'Alpes 2013, Pays des Écrins, le weekend des 12 et 13 octobre 2013. (forum Paca).

 

Vous participez à une rencontre cistique ? Prenez des notes et des photos.
Nous publierons votre article afin de prolonger le plaisir avec un maximum de Cisteurs...

 

OPÉRATION CIGOGNE
 
30e visite ! ... par Sioux
 

La Cigogne alsacienne (voir aussi Ciste-Thématique n°80) couvant 100 œufs lors de sa pose en octobre 2012, vient d'être honorée pour la 30e fois !
En effet, Eustache, Cisteuse du Doubs, amoureuse de la Nature comme tant d'autres Cisteurs (dont moi), est venue tout exprès chercher l'œuf de son département, niché quelque part dans l'environnement magique qui ceinture le massif de la Sainte Patronne d'Alsace.

 
C'est suite à sa lecture de l'actualisation du sujet sur le forum Général, consacré à l'avancement de ce petit défi, qu'une subite inspiration lui souffla de venir "taquiner la cigogne", l'entraînant donc à faire un "saut" sur le sol alsacien qu'elle n'avait encore jamais envisagé de fouler. Deux jours plus tard, elle s'est donc retrouvée près du saint massif, le rose aux joues et les bâtons de rando fin prêts pour la marche !
Et c'est ainsi, par une superbe fin de matinée ensoleillée de ce mois d'août, que je l'ai retrouvée sur ce petit parking, accompagnée son fils dont le regard ensommeillé trahissait un réveil (à l'évidence contraint !) dès potron-minet.

En Alsace, rarissimes sont les randos en terrain plat ; celle qui mène à la Cigogne ne fait pas exception ! Au gré de nos échanges, le temps passa vite, et bientôt nous parvînmes sur le spot : Eustache repéra immédiatement vers quelle zone focaliser sa recherche, et, la photo indice parfaitement en tête, elle s'arrêta après avoir toisé quelques arbres, à l'endroit même où la cigogne picorait.

"Elle tient là-dessous la boîte ?
s'étonna-t-elle, doutant un instant de sa mémoire...
Ah oui, il y a des pierres et...



Tiens ? Un pot de rillettes du Mans !
...Une capsule de bière ?!?

 



...Voyons, il faut laisser un objet de sa région...

Du "gruyère" du Doubs ! 

 

 

Les pages du carnet témoignent de l'enthousiasme soulevé par cette ciste, et les commentaires sont pleins d'humour, entre autres :


Voilà pourquoi il reste tout de même la capsule !

Eustache : mission parfaitement accomplie ! Merci à toi... Merci également aux précédents Cisteurs-visiteurs qui, en se mesurant à la détermination des Cisteurs alsaciens, ont déjà relevé le défi. Merci aussi et par avance, à tous ceux qui viendront encore (on les espère nombreux) "chatouiller la cigogne" en jouant pour leur département !
Merci à tous ceux qui ont parcouru plusieurs centaines de kilomètres rien que pour jouer et venir retirer un petit œuf d’une malicieuse cigogne… Quant à Eustache, elle m'a confié avoir déjà l'idée pour recacher à ton tour une ciste-Cigogne dans le Doubs, témoignant de son retour d’Alsace !
 
 
 

CARNET !
 

  • un garçon
    • (remplacé le 03/08/2013 par un époux, Weena) ;
  • une jeune fille
    • (remplacé le 03/08/2013 par une épouse, Gwalch) ;

 

Un mariage (presque) sur la piste des cistes...
Les Cisteurs sont incorrigibles : à peine s'étaient-ils dit "oui" que Gwalch et sa toute fraîche et tendre épouse Weena s'éclipsaient "discrètement" du cortège pour décapsuler une boîte !

Ils vécurent heureux et décapsulèrent beaucoup de petites boîtes !


 
 
 
- Allo, coucou ! J'ai un truc à te raconter !
- Dis-moi !
- Tu as entendu parler des cistes du Tour de France ? Il y en a une pas très loin de chez nous.
- Oui, je sais, je l'ai repérée l'autre jour...
- Figure-toi qu'elle est sur une piste cyclable qui longe un grand axe où il est très difficile, voire impossible, d'arrêter sa voiture...
- Ben faut y aller en vélo !
- Justement ! Ma belle-soeur, Cisteuse elle aussi, est chez nous pour quelques jours et, tu la connais, elle qui ne se déplace jamais sans son vélo d'habitude, est venue me faire une surprise en profitant d'une place dans la voiture de ma soeur.
- Sympa ! Et ?
- Tu te souviens du vélo que tu m'as donné pour mes petits ?
- Oui, celui qu'avait ma fille à 6 ans ?
- Oui ! Eh bien ma belle-soeur est partie avec ma voiture jusqu'au début de la piste cyclable puis elle a chevauché le petit vélo et est allée chercher la ciste sous le regard étonné des employés municipaux qui étaient là pour débroussailler ! L'un d'eux l'interpelle : "Hey ! Il n'est pas un peu petit pour vous le vélo ?" Et elle de répondre : "Je retombe en enfance !". Et le pire c'est qu'elle avait hésité à prendre son sac à dos... Elle l'a finalement pris en pensant qu'elle n'était pas sûre de trouver dans la boîte un objet qui tienne dans la poche ! Tu l'imagines avec son petit vélo et un joujou à la main ? 
 
 
 

ÉMILE D'UN JOUR, ÉMILE TOUJOURS !
 
... par Cleapotre
 

Pendant ces deux mois d'été, les entrées chez Émile ont été nombreuses et variées, si l'on en juge par le profil de nos quatre interviewés. Jugez plutôt : un couple de Suisses (Les Chocophages), un fondu de vélo (JBleguingampais), un jeune marié (Gwalch, avec Weena en filigrane) et un modèle de patience (Chrisgad, accompagné de sa Miguelita)...


Qui (quoi) se cache derrière votre pseudo ?
Dame Choco : C'est évident, non ? Tout, sauf le chocolat à la menthe. Merci !


JBleguingampais : "JB" comme les initiales de mon prénom, Jean-Baptiste (qu'on n'utilise que bien rarement en entier pour m'appeler) et "leguingampais" en référence à ma ville de cœur (et celle de mon club de football préféré !)


Chrisgad : Tout simplement le début de mon prénom et le début de mon nom : j'ai fait cela sans trop réfléchir lors de mon inscription sur cistes.net en 2004 : j'ai voulu le changer ensuite... mais impossible ! Avec le temps, je m'y suis fait et finalement je ne le trouve pas si mal.


Comment êtes-vous arrivés sur la piste des cistes ?
Chrisgad : En entendant une brève présentation du concept, à la radio en 2003 sur France Inter je crois...
JBleguingampais : Grâce un collègue de travail qui m'a fait découvrir le jeu et me l'a aussi présenté comme un moyen de se balader (notamment à vélo) tout en se divertissant et en se trouvant des buts de promenade.
Gwalch : Retour en 2006... Je travaillais comme guide touristique et j'attendais les visiteurs... Je vois arriver deux jeunes avec des papiers à la main, mais pas forcément avec l'apparence de touristes motivés par une visite. L'un d'eux m'interpelle pour que je lui confirme la localisation d'un monument. Angelwizard et son équipier Hopopop (car c'était eux, je l'apprendrai par la suite...) m'expliquent alors le principe des cistes en me montrant l'énigme de la ciste de l'Ankou, d'un certain Bob d'Artois... Ils vont ensuite chercher la ciste et reviennent en fin d'après-midi pour me confirmer qu'ils l'ont bien trouvée et m'expliquer où elle était, voyant que j'étais intéressé... Trois ou quatre jours après (le temps de trouver une connexion internet), mon pseudo était créé et je déclarais ma première trouvaille. Par la suite, de retour dans ma ville d'études, Angers, je m'attaquais à toutes les cistes accessibles en vélo, n'étant pas motorisé à l'époque... Le virus était attrapé !

Racontez-nous votre parcours de Chercheur(s) ?
Chrisgad : Pour moi, tout est basé sur la curiosité, cette merveilleuse qualité enfantine... que je crois avoir gardé dans ma vie d'adulte. Enfant et adolescent, au centre aéré et en colonie de vacances j'adorais les jeux de pistes, et les cachettes en général.
Puis cela a continué avec les rallyes touristiques. J'ai même fait de la "vraie" chasse au trésor lors de mon séjour sur l'île de la Réunion où je suis réellement parti sur la piste du légendaire corsaire Olivier Levasseur dit "La buse" avec cartes et détecteur de métaux.
Ensuite, j'ai lu "La Chouette d'Or" mais la sagesse (ou la difficulté) m'a fait renoncer. Je me suis intéressé aussi au Trésor d'Orval. Les cistes ont été la suite logique. Je suis aussi inscrit sur le site "Geocaching" et les "Trésors du patrimoine", mais non actif.

Comment se passent les préparatifs de vos sorties cistiques ?
Dame Choco : J'essaie de résoudre les énigmes des cistes qui me semblent proches de chez moi en priorité, puis celles des cantons voisins et de la région de nos futures vacances. J'imprime les cartes des régions concernées et note des repères aux endroits probables. Nous aimons marcher et quand il faut se décider pour une balade, je n'ai plus qu'à choisir une région et concocter un parcours en conséquence.
Dans mon équipement indispensable, il y a un instrument pour ouvrir les bocaux récalcitrants, du ruban adhésif pour des réparations d'urgence, des stylos, une petite boussole, des gants que j'oublie toujours d'utiliser. J'embarque parfois quelques boîtes pour les coups de cœur. Et il faudrait que j'y ajoute un peu d'alcool pour les cistes pleines de "poix".
Chrisgad : Les quatre piliers de nos préparatifs sont Internet, la cartographie, nos connaissances générales et le bon sens... mais cela ne suffit pas toujours !

Cistez-vous seul, à deux, en famille... ?
Dame Choco : Parfois seule, parfois avec Sieur Choco ou avec d'autres Cisteuses. Sieur Choco n'est pas aussi "atteint" que Dame Choco, mais il est très précieux sur le terrain. Il faut juste veiller à prévenir la "cistite" ! Celle qui l'atteint quand Dame Choco se met à retourner toutes les pierres louches le long du chemin par exemple.
Chrisgad : Nous cistons principalement à deux, avec ma compagne "Miguelita" (c'est son pseudo cistique sur cistes.net, mais nous ne l'utilisons pas). Il nous arrive aussi de cister avec un couple de collègues que nous avons initiés (et qui nous ont largement dépassés depuis)
C'est généralement moi qui fais la sélection des cistes et le décryptage premier niveau. Miguelita complète, finalise, conclut grâce à son instinct féminin et nous partons ensemble sur le terrain, sans jamais nous forcer depuis plus de neuf ans.
Gwalch : Je n'ai pas rencontré Weena sur la piste des cistes, mais celles-ci nous ont bien rapprochés... Un beau prétexte pour se promener à deux, voire... se déclarer au retour du cirque ("quel cirque" de Zoraan), une ciste qui nous avait été vendue comme introuvable ! Depuis, les cistes se déclinent la majorité du temps à deux, et à plus quand on commence à embarquer les amis (Gwendael, Fofaneuze, Gaïd, Ptilutinmalin, Mamie cochone, Harpernoz, Chawoman, Yodah, Satan, Midohikura...) ! En général, c'est maintenant Weena qui fait la plus grosse partie du décodage des énigmes, en pointant les spots sur des cartes, et on organise ensuite les sorties ensemble !

Quel est votre type d'énigme préféré ?
Dame Choco
: Tout ou presque ! J'aime la diversité. Les difficiles qu'on mâche comme un vieil os pendant des semaines et qu'on abandonne pour y revenir quelques mois plus tard, parce que "les autres ont trouvé, alors comment ça se fait que je n'ai pas trouvé ? Grrr !" Les faciles qui nous rassurent quant à nos capacités intellectuelles. Les balades, les historiques, scientifiques, mathématiques... Et bien sûr, celles qui nous font découvrir de nouveaux sites.
Chrisgad : Je ne crois pas avoir un type d'énigme préféré. Tout m'intéresse à partir du moment où je perçois un "travail", une recherche, un style qui me donne envie d'en savoir plus sur la personnalité du Cacheur et bien sûr envie de découvrir un site remarquable et encore inconnu de nous.

Quels sont vos Cacheurs préférés ?
Chrisgad : Nous aimons bien Baykus, Boudicca, Les Broussard et nos Cacheurs deux-sèvriens très actifs dont Dibi, Dracis, Ouioui79...

Quelle partie du jeu préférez-vous ? Le rôle du Cacheur, celui du Chercheur ?
Chrisgad
: Une très nette préférence pour le rôle de Chercheur... mais cacher nous intéresse aussi bien sûr. Mais plus qu'une partie du jeu, c'est un instant, le moment précis où l'endroit recherché se matérialise sur une carte (virtuel donc) et se concrétise ensuite sur le terrain, avec cette conviction d'être au bon endroit, sans avoir encore la certitude de trouver.

Sur la piste, quelle a été votre plus belle découverte ?
JBleguingampais
: Sûrement une ciste d'Emmanuel78, cachée dans le parc de Saint Cloud, car c'est un lieu où je passais quasiment tous mes samedis quand j'étais enfant ... Cette ciste était cachée dans une partie du parc que je n'ai quasiment jamais fréquentée, un de ces lieux qui font souvent le charme d'un endroit car vous le redécouvrez presque à chaque fois. Elle était toujours là, bien que dans une partie du parc très entretenue, et non visitée depuis plus de six ans, ajoutant à ma satisfaction.

Quelle est la ciste que vous êtes les plus fiers d'avoir trouvée ?
Dame Choco
: Une ancienne ciste qui se trouve dans une grotte. L'énigme n'était pas facile, mais surtout, pour atteindre le trésor, il fallait se déplacer, avec une lampe de poche à quatre pattes dans un boyau. Aucun danger, mais je suis claustrophobe. Rien que d'y repenser, ça me donne des frissons. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour une simple boîte !
Chrisgad : Nous sommes très fiers d'avoir été les premiers à découvrir la ciste du parcours santé, cachée par Baykus sur l'Île de Ré. L'énigme est complète : astuce, humour, codage, mathématiques. Une énigme cryptée à tiroirs, doublée de difficultés de situation sur le terrain... Nous nous y sommes repris à deux fois sur le terrain (une fois à moto, une fois à vélo). Une référence pour nous car le lieu est lui aussi très agréable. Bravo à Baykus, le Cacheur !
Gwalch : Question difficile, plusieurs pourraient correspondre, comme celle de Zoraan évoquée précédemment, ou bien "Le poste émetteur", ou certains de mes décapsulages étrangers (au Vatican pour la @16453@ ou en Russie pour la @556@), mais je vais plutôt vous parler de "La ciste de Gauthier"... Jamais trouvée depuis 2009, avec une énigme intéressante, mais une absence totale d'informations disponibles sur internet (ou des infos contradictoires qui n'amènent pas au bon spot). Et puis, à force de vérifier régulièrement sur le net, je tombe sur un blog d'un randonneur, non Cisteur, qui s'est rendu sur le spot... Qu'à cela ne tienne, après quelques échanges de mails, j'ai enfin la localisation, et surtout l'explication du chemin d'accès, qui n'était pas franchement évident (oui il faut s'engager dans le chemin longeant la décharge et tourner quand on croise une vache, pourquoi ?). On embarque Touseg avec nous, et c'est parti ! Quel plaisir de trouver cette ciste "oubliée" depuis trois ans, et le spot vaut le coup... Si des finistériens lisent ce message, qu'ils sachent que j'ai toujours les infos du chemin d'accès...

Quelle est pour vous la plus belle ciste ?
JBleguingampais
: Une que j'ai trouvée à l'autre bout de la terre, en Australie. Elle était située dans le jardin botanique de Sydney, un des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir et en arrière plan, la vue offrait l'opéra, le pont et la baie de Sydney, difficile de trouver plus beau décor ! ! !

Chrisgad : Pas la plus belle, mais la plus cocasse, "Les puces phosphorescentes" dans le Niortais : une série très originale, à faire de nuit, cachée par Kiwi79.

L'objet le plus beau ou le plus émouvant... que vous ayez trouvé dans une boîte ?
Chrisgad : Deux objets glanés dans des cistes et qui ont un sens et une valeur particulière pour moi :
- Un magnifique vaisseau : "Le Bayc US" (4 exemplaires au Monde avec chacun un nom différent)
- Une chouette d'or : pour la symbolique en liaison avec le créateur des cistes Max VALENTIN créateur et Cacheur de la fameuse Chouette d'Or, toujours pas trouvée depuis 1993
Dame Choco : J'ai un faible pour les cailloux peints par des Cisteurs. Il y en a de magnifiques. Merci à ceux qui nous font profiter de leurs dons artistiques !

Quelle est la ciste qui vous a fait découvrir le plus beau spot ?
Dame Choco
: Il y a tellement de beaux spots ! On est en Suisse quoi... Alors, je citerai la plus sauvage : "La ciste de la grotta", dépaysement garanti !

Quel est le spot qui vous a le plus impressionné(s) ?
Chrisgad
: Une ciste sur un viaduc très venté, en Crète. Et une bonne frayeur aussi sur une ciste un peu dangereuse, cet été à Madère, où la végétation qui a poussé depuis des années cache en fait un beau précipice, sans aucun garde fou...
Gwalch : Encore un choix difficile, mais je pencherai pour le spot de la ciste de "La piste du sulfure de manganèse dichloré"... Magnifique ! J'y retourne quand je passe par là-bas... Le plus drôle c'est qu'il n'y a pour ainsi dire que les Cisteurs et les "tochtones" qui connaissent ce lieu, pourtant au cœur d'un nid à touristes phénoménal... J'ai eu l'occasion de travailler dans la commune du spot, les gens étaient persuadés que j'y avais des origines...je connaissais mieux les lieux qu'eux !

Avez-vous une anecdote à partager avec les lecteurs du Ciste-Thématique ?
Gwalch
: J'en aurais plein, mais je parlerai de mon passage de cap des 500 qui tombait quasi en même temps que mon anniversaire. J'avais tout préparé pour une grande sortie en forêt de Brocéliande, un premier mai... La météo n'a pas été au rendez-vous toute la journée, mais on est quand même parti en présence du Cacheur "Sur la trace de la bête", à la nuit tombante. Moment magique, le pique-nique au coin du feu (Ben oui, Bob avait réussi à l'allumer avec 1 seule allumette et du bois mouillé !) tout en faisant nos échanges... Un de mes meilleurs souvenirs...
Dame Choco : J'ai toujours espéré faire la connaissance de Cisteurs sur un site. Mais toujours rien après des dizaines, puis des centaines de cistes au compteur ... Enfin, en France nous avons failli croiser ces Cisteurs inconnus : Une chapelle à l'écart d'un village, avec une ciste assez récente à l'arrière. Après nous être occupés de la boîte, nous nous installons pour le pique-nique. Arrive un couple qui nous observe, jette un coup d'œil discret sur le côté et finit par entrer dans la chapelle. À leur sortie, je n'y tiens plus et tout de go : "Vous êtes des Cisteurs ?" Une seconde de perplexité, puis : "Non, nous sommes les Machin-Chose du 57". Caramba ! Encore raté !
C'est finalement au bord du lac de Bienne qu'aura lieu la rencontre tant attendue, en la personne de Mathur, avec ses deux enfants. Très belle rencontre.
Chrisgad : Notre plus gros bide : La recherche d'une bourrine (maison vendéenne typique du Nord-ouest Vendée) à Nalliers (Sud-est Vendée) : un hasard malheureux sur le décodage d'une anagramme nous a orientés vers la mauvaise ville : retour bredouilles et penauds après une après-midi entière de recherches ...

Avez-vous déjà réveillé votre conjoint(e) en pleine nuit parce que vous veniez (enfin) de comprendre le sens d'une énigme où d'un cryptage ?
Chrisgad
: Non, mais j'ai déjà résolu des énigmes la nuit dans mon lit, tout en patientant au matin pour en faire part à ma compagne.

Avez-vous souvenir d'un moment de votre vie cistique où vous vous êtes dit plus particulièrement "je suis complètement fêlé !" ?
Dame Choco : C'est surtout ceux qui m'ont surprise en flagrant délit qui ont dû le penser. Par exemple la jeune joggeuse qui passe à côté d'une "mémé" (ben oui, après 50 ans, faut pas rêver), en forêt, accroupie, en train de répertorier ses figurines de Schtroumpfs et autres Gaulois, et à haute voix en prime !
JBleguingampais : L'hiver dernier, alors qu'il neige sur Paris, la circulation est quasiment à l'arrêt. Je sors quand même le vélo et je pars à l'assaut de Meudon (pour les non parisiens, c'est la "grosse butte "du coin) sauf qu'avec la neige, de la glace se forme sur mes patins dans les descentes, plus moyen de freiner correctement et pour trouver des cistes dans la neige, il y a mieux ... Néanmoins, j'ai fait une moisson de sept ou huit boîtes ... tout en dérapage contrôlé et sans une chute !

Chrisgad : Non, jamais. Par contre, toujours ce sentiment de "richesse" qui nous différencie des "moldus" qui passent à côté de tant de trésors sans en soupçonner l'existence...

Quel est votre plus beau souvenir sur la piste ? Et/ou le pire ?
JBleguingampais
: Un de mes bons moments est lié à une des cistes de Billancourt dans sa série "Au fil de l'eau" : J'avais trouvé toute la série mais une me résistait et je n'arrivais pas à trouver les lieux auxquels le Cacheur pouvait faire référence. Après être passé quatre fois au même endroit, je décide de partir dans l'autre sens. Je vois alors la statue d'un chien et je tilte ("eh oui, le gardien ! "), je me précipite vers le lieu et bingo ! Ce soir là, j'étais particulièrement fier, il faisait quasiment nuit, il me restait 15 km à vélo pour rentrer mais je l'avais ! Je suis rentré le coup de pédale léger et avec la photo souvenir !...
Chrisgad : Pas un plus beau souvenir, mais des dizaines ! Pas vraiment de pire, mais quelques beaux "râteaux". Je me souviens aussi de la première fois que nous avons rencontré un Cisteur sur un spot. Il nous a reconnus et remerciés de lui avoir donné le goût des cistes suite au visionnage d'un reportage sur France 3 auquel nous avions participé.

Le passage du cap 1000 : presque un hasard, ou un moment longtemps rêvé, planifié de longue date, préparé dans les moindres détails... ?
JBleguingampais
: Pour moi, un hasard, même si il fallait bien que cela arrive un jour. Bizarrement à l'approche des 1000, j'ai un peu accéléré la cadence comme un sportif qui voit la ligne d'arrivée, je n'avais pas planifié plus de choses que cela et le hasard a bien fait les choses. Il se trouve que je l'ai trouvée en compagnie de Cisteurs qui m'avaient aidé grandement dans ma quête (Billancourt, Cherve, RX, Touseg...), par les cistes qu'ils avaient eux-mêmes cachées, ou les indices qu'ils m'avaient donnés. Coïncidence : Cette ciste, je l'ai trouvée à vélo (encore une fois) mais pas le mien, un Vélib car mon "Adrienne" (son surnom depuis son Tour du Monde) était indisponible. Et, double hasard, lors de cette journée, nous sommes passés devant un bateau amarré sur la Seine qui portait le nom... d'Émile ! ! !
Dame Choco : Rien de prémédité non plus pour ma 1000e, mais je ne pouvais pas rêver mieux : dans la Vallée de Joux (dans le canton de Vaud), le paysage est magnifique et les énigmes intéressantes et variées. À recommander !.
Chrisgad : En fait, 1000 cistes en neuf ans, c'est banal voire médiocre aujourd'hui en termes de "performances". Je me souviens de notre fierté d'avoir trouvé en direct d'un reportage de France 3 notre 33e ciste en 2005. Effectivement à cet instant nous ne pensions jamais atteindre les 1000 !
Ce qui caractérise peut-être notre relation aux cistes, c'est le fait de pouvoir en faire à notre rythme, sans compétition et tout en sachant renouveler le plaisir que nous prenons à faire des "campagnes cistiques" notamment lors des vacances, seuls ou en compagnie d'amis Cisteurs.
Nous avons trouvé la 1000e sur l'île de Madère en juin, mais rien n'était calculé. Nous l'avons quand même célébrée au restaurant le soir même.

Gwalch : J'ai eu la chance de passer ce cap des mille un jour particulièrement exceptionnel : le jour de mon mariage avec Weena. Un an avant, elle avait trouvé sa 500e ciste, moi je devais en avoir à l'époque 680... Et là, on se dit, complètement fous : "si on visait ma millième ciste pour le mariage ?". C'est vrai ça, six ans pour faire 680 cistes, on peut bien en faire 320 en un an ! Et on a tenu le coup, en plus des préparatifs du mariage, il a fallu organiser des sorties dans tous les sens. Le rush final a été particulièrement hard : dix jours avant, il en manquait encore une vingtaine... et toutes les cistes proches avaient déjà été faites. Il a fallu racler les fonds de tiroirs pour trouver de vieilles énigmes laissées de côté ! Et surtout, il a fallu demander à Bob d'Artois, de nous caser une ciste trouvable sur le chemin de la cérémonie à la réception, qui ne nous salisse pas trop (attention à la robe de la mariée) ! Chose faite avec "Tourc'h à tes Mic'h"... Très amusant de s'éclipser du cortège, avec la voiture pleine de pompons, pour une ciste !

Et maintenant, comment voyez-vous la suite ?
JBleguingampais
: Continuer au rythme qui me plaît, toujours à vélo ou à pied si possible, et pourquoi pas... réaliser la Grande Boucle cistique à vélo !
Gwalch : On va réfléchir à deux fois avant de recommencer à se mettre des objectifs chiffrés ! On continue mais sans se mettre la pression... Et on essaie de profiter au maximum des différentes rencontres cistiques !
Chrisgad : La suite, nous l'envisageons comme les neuf ans que nous avons déjà passés en compagnie des cistes. À notre rythme, avec une âme d'enfant, avec plaisir, humilité, joie de décrypter, de découvrir des sites et de faire des rencontres. En tous cas, un seul conseil pour prendre du plaisir avec les cistes : essayer de retrouver votre âme et votre curiosité d'enfant... si jamais vous l'aviez perdue !
Dame Choco : J'aimerais que la chasse aux cistes reste un loisir, pas une contrainte. Donc pas d'objectif, si ce n'est celui de prendre du bon temps en jouant, en marchant, en découvrant, en m'émerveillant, en tissant des liens... Un grand merci à tous ceux qui donnent du leur dans les coulisses pour que le jeu perdure !

 

 


 

 

PODIUMS ET NUMÉROS SPÉCIAUX
 
... par Cleapotre
 

Je ne voudrais pas commencer le résumé statistique des deux mois écoulés sans en offrir la "dédicace" à Bob82 qui, le 15/08/2013, a profité de quelques jours de vacances dans le Cantal pour y déposer sa 2000e ciste personnelle !
Premier Cacheur à forcer la porte de la maison Vincent, ce Cisteur pétri de gentillesse et de simplicité a, en un peu plus de 7 ans, ensemencé 25 départements, au premier rang desquels son Tarn-et-Garonne, bien sûr (61,7% de son catalogue), mais aussi le Gers (14.8%), la Haute-Garonne (6.6%), le Gard (5.2%) ou le Tarn (2.8%). Et enregistré 19380 enregistrements de Trouveurs !
Même s’il est aussi constitué de 837 cistes "individuelles", son catalogue traduit l’intérêt certain du Cacheur pour la création de séries ou de cistes à thèmes, puisqu’on en dénombre 185 à ce jour, dont 51 bi-cistes, 41 tri-cistes, et quatre thématiques particulièrement bien fournies (les territoires du NW (62 boîtes) et du NE (57), l’autre perle rose (59), les pigeonniers du Tarn-et-Garonne (43)). Deux mille cistes cachées en sept ans, mais un rythme qui tend progressivement à s’apaiser d’année en année, comme le montre le graphique ci-dessous, l’accent étant désormais mis sur la qualité, voire la complexité des énigmes, plutôt que sur la quantité… Bonne continuation, en tous cas, pour notre plaisir à tous !

Image


Un peu plus loin derrière, mais méritant tout autant nos louanges, Scytale, spécialiste des énigmes "culturelles", a rejoint la famille encore clairsemée des Emiles (cinq membres désormais) en cachant, le 19/08/2013, une ciste aux accents de grand millésime ("Millésime d’une eau sacrée"). Quelques semaines plus tôt, son suivant immédiat au classement des Cacheurs, Microb, s’était, lui, adjugé le cap des 900 boîtes ("900 carrément !" cachée le 26/07/2013). Avis aux amateurs : à l’heure où j’écris ces lignes, il reste encore une bouteille de champ’ à gagner pour le prochain qui honorera la belle ! Signalons enfin le passage des 500 cistes cachées pour Mariedolly ("Natur’ciste n° 22 (hommage Nature en ville)" cachée le 30/07/2013) et Geracole ("Sac de nœud n°185 : 500 !" caché le 13/08/2013), ainsi que celui des 300 cistes pour Givaros et les Titbinous.

Concernant ces dernières, c’est cependant par leur qualité de Trouveuses qu’elles ont marqué l’été de leurs trois empreintes, en franchissant les premières le cap des 9000 cistes. Mais que leurs poursuivants gardent (un peu) espoir : le graphique ci-dessous, exprimant le nombre de jours qui leur ont été nécessaires pour engranger chaque série de 1000 cistes montre que, depuis 4 ans, leur rythme ne cesse de ralentir… Si, si !

Image


Les poursuivants, parlons-en ! En tous cas, parlons de certains… Car l’exploit des Titbinous, officialisé le 29/07/2013, semble avoir stimulé toute une série d’autres passages importants, tout au long du mois d’août :
- Cap "Sibille" pour DiBi (huitième membre) le 02/08
- Cap "Camille" pour LesGobelets, le même jour, et pour Bigbrozeur le 25/08, respectivement 27 et 28e membres.
- Cap 3000 pour Maya et son cri-cri (le 08/08), Loner (le 10/08) et Slinan (le 17/08), ce dernier s’adjugeant la 50e place de la famille.
- Cap "Vincent" pour Zilanne (le 15/08) et Cigogneau (le 24/08), qui succèdent à Vega78 (121e membre le 26/07)
Enfin, cinq nouveaux Emiles se sont déclarés pendant l’été (cf. dans ce numéro, l’article "Emile d’un jour" pour un portrait plus complet de certains d’entre eux) :
- Lesprit, dès le 28/06
- Chrisgad le 06/07
- Gwalch le 03/08
- Mentchou le 07/08 (300e membre !)
- Spirak le 24/08

Si, individuellement, les Cisteurs sont à la fête, les départements et régions ne sont pas en reste. Les pourcentages de nouvelles boîtes nécessaires pour figurer sur le podium des départements de l’été le démontrent puisque que l’Indre, malgré 12,91% de progression (59 nouvelles boîtes, cachées pour moitié par Anetlose, bien suppléé par Noxdeguerne, Duboscq et Clipperton), n’accroche "que" le bronze. En seconde position, on retrouve la Guyane (+15,38%), dont le parc cistique s’étoffe mois après mois grâce à Vulcain67 et à ses visiteurs (+4 cistes cet été, dont 3 de MimiD1+). Enfin, la Dordogne, victime consentante d’une infestation de Microb (responsable de 37 des 60 nouvelles boîtes) décroche son premier podium, avec un spectaculaire +20,69%.

Sans atteindre ces niveaux de progression, trois nouveaux départements ont également enregistré leur millième ciste cachée : l’Aisne, dès le 29/06/2013 ("La 1000ème", cachée par Newjoyce), suivie par les Hautes-Alpes le 16/07/2013 : Nousse y a réussi le hold-up parfait avec la plus hellénique ciste de sa série ("Le gentleman cambrioleur 3/3 : la ciste grecque"). Enfin, le 13/08/2013, c’est également sur la troisième ciste d’une série que l’Aveyron a rejoint le cap 1000. Une ciste au titre de circonstance : "Voyage d’Astérix et Obélix en Gaule : Etape 3 – Mille caches", cachée par Minipous.

Si quatre régions, elles aussi, ont dépassé cet été un nombre significatif de cistes cachées, deux d’entre elles le doivent étonnamment à la même Cisteuse : Cst73, puisque c’est d’elle dont il s’agit, s’est en effet adjugé, sans le savoir, la 9000e ciste de Rhône-Alpes le 28/06/2013 (grâce à son "ermitage du nain", ciste cachée dans sa Savoie chérie), avant que ses pas de vacancière ne la transportent en Ille-et-Vilaine, où elle a déposé le 17/08 la 6000e ciste de Bretagne ("La ciste du ferrailleur"). Quelques jours plus tôt, Midi-Pyrénées avait vu éclore en Ariège sa 8000e boîte, cachée le 08/08 (que de huit !) par LNC ("Aire de repos du col", première de ses "Trois cistes colportées"), tandis que, le 10/08, RedZora profitait d’une "flânerie pittoresque" en Charente-Maritime pour offrir à la région Poitou-Charentes sa propre 5000e.

Ce palmarès (plus long qu’à l’habitude, été oblige) ne serait pourtant pas complet sans un ultime coup de projecteur, en direction cette fois de nos voisins helvètes. Fruit de l’imagination des Zhéros, la 6000e ciste suisse a en effet pris place le 07/08/2013 dans le canton des Grisons ("Les cistes grises 7/10 de A à Z"). Cette ciste reste encore à décapsuler, alors, si vous cherchez un prétexte pour vous rendre en Suisse en septembre… n’hésitez plus !

 

(* pas un jour sans ciste)

 

ILS VOIENT LE FORUM PARTOUT !
 

 
 

 
Il y a de plus en plus de rencontres entre Cisteurs. Il y a donc aussi de plus en plus de Cisteurs qui se connaissent.

C'est pourquoi, chaque mois, nous présentons ici la photo d'un Cisteur ou d'une Cisteuse, prise à l'époque où les cistes n'existaient pas encore.

À vous de les reconnaître !

 

LE BAMBIN DU MOIS
 

 

 

Mais qui est ce garçonnet devenu Cisteur ?

Si vous pensez l'avoir reconnu, venez vite faire un tour sur le forum (ICI) et dites-nous de qui il s'agit !

 

 

 

 

 

 

C'EST BÔ !
 
Les rébèbètes... par Rebeti
 

Comme la plupart des Cisteurs, j'ai ma collection perso d'objets faits-main récupérés dans les boîtes : Lila-rose, Pangya, Mam21, Sylou pour la Bourgogne mais aussi Aldaval, Miclou, Gaszel, CH, B56, Pouchie, Dom56, K.O.I. et bien d'autres.

Ce sont surtout les cailloux de Lila, beaucoup plus sophistiqués que les miens, qui m'ont donné envie de me lancer.
 
 
Des petits galets bien lisses et de toutes teintes récupérés sur les plages ou les rivières, agrémentés de quelques coups de pinceau maladroits (je débute...) pour en faire des animaux imaginaires que j'ai appelés rébèbètes, les bêtes à Rebeti.
J'en suis à ma première dizaine seulement.
 
 
À l'occasion du picniciste organisé avec Lila-rose et Pangya, je me suis dit que ce serait bien de les diffuser.
Sachant que des enfants seraient présents à cette rencontre, j'ai créé une ciste "- 12 ans", "le rapt des rébèbètes", pour leur réserver l'exclusivité des rébèbètes.
Je ne pensais pas que je serais autant sollicité sur le forum par les grands, lâchement déguisés en petits Cisteurs, voulant kidnapper ces pauvres petites rébèbètes. Mais finalement, ça va bien avec mon énigme...

Voilà, c'est juste une envie de laisser une trace modeste de son passage dans ce monde de Cisteurs. Et, si ça fait plaisir aux collectionneurs, eh bien, tant mieux ! 
 

INSOLITE
 
C'est la rentrée !
 

 
 

CISTE-THEM 'D
 
La vitrine fabophile de Boudicca... par Butterfly91
 

Matériel :
- une table à tapisser
- 10 m de tasseaux (section 10 x 28 mm)
- colle à bois
- papier de verre ou bloc à poncer
- mètre ruban
- perceuse et foret conique (à métaux) de 3 mm
- tourne-vis plat
- une plaque de plexiglas de 1.5 à 2 mm d'épaisseur, et de plus grandes dimensions que le plateau de la table à tapisser
- 14 vis à bois (tête fendue fraisée 3x16)
- un petit pot de peinture
- deux attaches murales et 6 petits clous

Il faut être vigilant sur la qualité de la table à tapisser qui doit être parfaitement plane et régulière.
Il n'est pas nécessaire de démonter les charnières de la table et le système de fermeture extérieur, il faut, par contre, oter les pieds métalliques et la poignée extérieure.
Poncer le tout.

Mise en oeuvre :
Les tasseaux :
J'ai posé 17 tasseaux dont un tout en bas, ce qui fait un intervalle libre de 4.5 à 5 cm pour mettre les fèves.
Collez-les simplement après les avoir sciés aux dimensions exactes (légèrement variables d'un tasseau à l'autre) sur l'une des faces intérieures.
Pour pouvoir placer la plaque vitrée, j'ai découpé au cutter le panneau de contre-plaqué de l'autre face intérieure au ras des montants.
Peindre ensuite l'ensemble.
Découper (au cutter) la plaque de plastique aux dimensions extérieures de la table à tapisser.
Pour la fixer, percer délicatement, tous les vingt centimètres environ.
Afin que les têtes de vis ne dépassent pas de trop, j'ai biseauté délicatement les trous (à l'aide d'un foret plus large, sur la moitié de l'épaisseur - soit sur 1 mm).
Posez-la sur son cadre et visser manuellement sans trop serrer (risque de fissurage).

Pour terminer, fixer les deux attaches à l'arrière afin de pouvoir accrocher la vitrine au mur.
Il ne reste plus qu'à retirer le film de protection du plexiglas encore visible sur la photo.

 
 
 
 

RALLYE PHOTO DE L'ÉTÉ
 
Plus que dix jours...
 

Les cinq équipes participant au rallye doivent nous faire parvenir leurs cinq photos pour le 10 septembre. 

Rappel des thèmes : 

- Ponts, passerelles, planches...
- Reflets
- Ouvertures
- Courbes
- Ombres

Règlement :
Les participants doivent être propriétaires et auteurs des photos.
Les clichés ne doivent pas avoir été déjà publiés sur internet (forums, réseaux sociaux, blogs ou sites persos, sites dédiés aux photos du monde...). Dans le cas contraire, l'équipe sera disqualifiée.
Après concertation interne, chaque équipe constituée devra fournir obligatoirement une photo par thème.
Les clichés seront envoyés par mail au CT, de préférence au format 640*478 px.
Ils ne doivent subir aucune retouche de colorisation susceptible de fausser le premier critère de choix.
Les montages ne sont pas autorisés.

Délais :
Pour le dépôt des photos des équipes dans la boîte mail du CT : 10 septembre.
Soumission aux votes sur Newforez : du 15 au 30 septembre.

Votes :
Les photos des équipes seront publiées de façon anonyme et soumises aux votes par sondage sur Newforez.
Chaque votant aura droit à trois choix, non modifiables.
Le premier critère de choix devra porter sur le respect du thème.

Décompte des points :
Un vote = un point.
Le nombre de points de chaque équipe correspondra au total des points de chacun des membres de l'équipe.

Les clichés gagnants seront publiés sur le Ciste-Thématique d'octobre.

 

LE COIN LITTÉRAIRE
 

Les vacances sont terminées et pour vous aider à reprendre en forme voici un nouvel épisode truculent de votre feuilleton préféré. Nous y entendrons quelques réflexions bien senties sur le Tour de France qui nous rappelleront le bon mois de juillet...

La journée suivante commença comme la précédente : Catherine Lapilule prit son embauche à la ferme, tandis que son mari continuait ferme sa débauche. Catherine se satisfaisait de ses propres journées, partagées entre le plaisir de travailler et celui de rêver à sa vie future : farnienteuse sur une plage des Philippines pour le restant de ses jours ; patronne de la plus avant-gardiste des fermes ; faiseuse de tours du monde, etc. Mais les absences tant physiques que cérébrales de son mari lui pesaient de plus en plus.

Les dégâts causés par l'inondation dans le café d'Albert Dufermage avaient été réparés. Une équipe de trois hommes avait refait la partie du plancher qui s'était soulevée, et avait torchonné puis passé un coup de peinture au pied des murs, là où le niveau de l'eau avait lancé un défi à Monsieur Propre en laissant une marque noirâtre.
Un peintre avait apposé au pochoir les mots "Café Definitively New Deux Piliers" sur la vitrine. On l'appelait maintenant DN2P.

Dufermage, qui venait de rentrer quelques caisses d'un coquet Domaine Sainte Geneviève, avait organisé une petite sauterie pour fêter ça. Même le Père Manganate et l'abbé Tysumène étaient venus tremper les lèvres. Comme d'habitude, la soirée fut animée, surtout quand Anatole, le garde-champêtre, était monté sur une table pour faire un strip-tease, encouragé par les vociférations de l'assemblée.
Dufermage avait tiré le rideau vers quatre heures du matin, lorsque Chambier et Pichon étaient rentrés chez eux, droits comme des "i" mais pleins comme des vaches.

Quelques jours passèrent. Sans nouvelles des économies d'Isidore Lapilule, le maire, Germain Poileux, agacé de constater que l'enquête piétinait, se rendit à la gendarmerie et tança vertement les fonctionnaires en bleu :

- Messieurs, mon cœur est noyé de larmes quand mon regard tombe à pieds joints sur le malheur au fond duquel gît la dépouille encore fumante de notre concitoyen Isidore Lapilule. Car sa voix geignarde claironne fièrement par-dessus les cimes de nos arbres et les toits de nos maisons, pour demander que justice soit faite ! Cet agriculteur courageux qui, pendant toute sa vie, a économisé sou après sou tel le Petit Poucet qui semait ses miettes de pain ; cet homme, hélas atteint d'un handicap auditif qui ne l'empêche pourtant pas d'entendre, et d'un strabisme qui ne l'empêche pas de nous regarder droit dans les yeux ; cet homme, disais-je, vous implore aujourd'hui à genoux, et vous dit d'un pied ferme : "Messieurs, retrouvez mon argent !"

Les pandores, réunis au grand complet, applaudirent frénétiquement, sauf le brigadier Zel qui était un grand émotif. Son visage était baigné de larmes. Il tira un mouchoir de sa poche et se moucha en jouant la Marseillaise avec son nez.
Quant à Catherine Lapilule, en train de rentrer les vaches à un kilomètre de là, ses oreilles sifflaient.

La journée du lendemain s'annonçait routinière, comme les autres. Et pourtant, elle allait réserver une surprise aux enquêteurs.
Au DN2P, c'était le train-train. Attablés devant une bière, les récoltants Yvan Sapioche et Bastien Tonchapot-Yaduvant parlaient boutique :

- Tu les traites avec quoi, tes Granny-Smith ?
- Je fais dans l'écologie : un litre de purin d'orties et 99 litres de tricloréphénilatinasomate. Je pulvérise à peu près tous les trois jours.
- Vous en mangez, à la maison ? demanda Sapioche.
- Tu es fou ? Mes pommes, c'est pas pour manger, c'est pour faire de l'argent ! Pour manger, elles ne valent rien, elles font tomber les dents. Mais pour faire de l'argent, elles sont très juteuses. Tout part à Rungis... Et toi, tes choux-fleurs ?
- J'ai essayé l'anatylméthadopriphénylporine. Ça tue les vers mais ça attire les limaces et les inspecteurs de l'AFFSA. Je suis passé au surmotalyanitrocradol, c'est mieux. Ça donne bien. Ça rend... Cette année, j'avais un peu levé le pied sur l'arrosage pour obtenir la subvention sécheresse de Bruxelles. Ça a rendu aussi.
- C'est comme moi. Je vais changer ma Mercédès. Germaine voudrait qu'on prenne le coupé, mais j'hésite...
- Je te comprends. Nous autres agriculteurs, nous sommes toujours obligés de faire des choix qui engagent l'avenir. C'est pas facile tous les jours, allez, mon pauvre Bastien.

Dans le coin opposé, le maire, Germain Poileux, et son premier adjoint, Firmin Pitageul, avaient étalé une carte Michelin maintenue aux quatre coins par deux verres de Dubonnet, un cendrier Martini et une boule "Il-neige-sur-Montcuq-quand-on-la-secoue", prêtée par Albert Dufermage.

Ils réfléchissaient aux animations à organiser pour le futur passage du Tour de France cycliste, animations qui, ils n'en doutaient pas, rendraient St Marcelin célèbre. Poileux voulait aussi en profiter pour approcher les directeurs sportifs et les persuader d'installer une usine pharmaceutique à St Marcelin, car ces gens-là étaient de loin les mieux placés pour parler de pharmacie...

A la table la plus éloignée, penchées l'une vers l'autre avec des mines de conspiratrices, se tenaient Eva Toudire et Noémie Nowinyou, deux redoutables langues de vipère. Elles se racontaient leurs problèmes d'ovaires et les coucheries présumées de leurs voisines.

Pichon, Chambier et Lapilule, eux, étaient accoudés au bar, un blanc gommé à la main, en compagnie du maréchal des logis Perret. Ce dernier était en service et avait donc commandé un café (mais mouillé au kirsch bien sûr ; faut pas déconner). Sur un ton véhément, Lapilule exigeait de savoir où en était l'enquête. Financièrement cocufié par sa femme, il serait mort sur place si on lui avait appris que la source de tous ses tracas se trouvait en ce moment à la maison, en train de récurer les casseroles.
Perret répondit avec un art consommé de la langue de bois :

- Je ne vous cacherai pas, Monsieur Lapilule, que nous rencontrons de sérieuses difficultés dans nos investigations. Mais elles ne sont pas insurmontables. Oh là là, non alors !... Toutefois, cela exige du temps, et un investissement certain en ressources humaines, ressources sur lesquelles nous ne lésinerons pas... Mais nous l'aurons, nous l'aurons !

Pour le reste du monde, ces mots signifiaient : "On n'a rien, que dalle, pas ça !". Mais pour Isidore Lapilule, ils étaient comme du baume sur une plaie.
Pour lui, les paroles du maréchal des logis engageaient la maréchaussée toute entière. Donc la République... C'était bien la preuve que dans une oreille rurale, une langue - fut-elle de bois - pouvait avoir des vertus lénifiantes insoupçonnées, car le vieux se calma aussitôt.
Pourtant, Perret avait le front barré par un pli de souci. A cause de la flaque d'urine dans le hangar et aux traces de grands pieds, il était toujours persuadé que le coupable ne pouvait être qu'un homme en jupe. Aussi, lui et ses gendarmes avaient-ils passé une semaine à s'user les yeux sur des revues spécialisées et des encyclopédies, afin de découvrir qui, hormis les Ecossais, portait des jupettes. A leur grande surprise, ils découvrirent l'existence du sarong, du surcot, du pagne, du wara, du paréo et de la fustanelle. Ils cherchaient maintenant à savoir si quelqu'un, à St Marcelin, aurait vu déambuler un ephzone.

Alors que les quatre hommes devisaient, un véhicule publicitaire passa dans la rue. Son pavillon était décoré d'un clown, et il était muni d'un hautparleur.
Au volant, un type coiffé d'un haut-de-forme vociférait dans un micro :

- Le cirque Bonetti ! Waouh, ses jongleurs, ses acrobates... !
- Encore lui ! gueula Pichon pour couvrir le flot de décibels venus de la rue. Ça fait vingt fois qu'il passe dans le quartier ! Il ne s'arrêtera donc jamais ?...
Perret, faites quelque chose, on ne s'entend plus déglutir !
- Je ne peux pas. Ce citoyen a une autorisation en bonnet d'uniforme. Le cirque Bonetti s'installera demain sur la place du marché, pour trois jours.

Tiens un cirque ! Ça manquait ! Encore une occasion de faire la fête !

 

MARABOUT'FICELLE
 
... par Woodpecker
 

"Marabout, bout de ficelle, selle de cheval..."

Dix mots, suggérés plus ou moins directement, s'enchaînent les uns aux autres sans interruption phonétique... et la boucle est bouclée !

 

NB : Chaque Marabout débute par le pseudo d'un Cisteur, identifié grâce à son avatar sur Newforez et qu'il faut reconnaître ou rechercher.


Adressez vos réponses à : CISTE-THÉMATIQUE.

 

LOGIGRAMME
 
Ah, ces cistes ! par Adopeste
 

1/ Açai a trouvé deux cistes mobiles de plus que le Cisteur qui a trouvé cinq cistes classiques. Açaï a trouvé plus d'une ciste classique.

2/ Les 6 sisters ont trouvé au total neuf cistes naturelles et classiques. Elles ont trouvé moins de quatre cistes mobiles.

3/ Grosjean a trouvé deux cistes naturelles de moins que Nanougat, qui a trouvé moins de quatre cistes mobiles.

4/ Le Cisteur qui a trouvé trois cistes mobiles, a également trouvé une ciste classique de moins que le Fredouche mais une ciste classique de plus que le Cisteur qui a trouvé quatre cistes naturelles.

5/ Le Cisteur qui a trouvé une ciste naturelle a trouvé une ciste mobile de plus que le Cisteur qui a trouvé quatre cistes classiques.

 

SUDOKOLOR
 
... par Philippe d'Euck
 

 

 
 

ÉNIGME MONÉGWASKE N° 8
 
... par Adopeste
 


Préambule : Voici un jeu proposé par Bob d'Artois pour le Ciste-Thématique... 

Attention : même s'il se peut qu'il y ait réellement une ciste sur le spot virtuel de cette énigme monégwaske, elle est sans rapport avec ce jeu de divertissement. Il n'y a pas de ciste en jeu
Amusez-vous bien !

 * * *

Localisation virtuelle : France


En t'aidant de la fabuleuse histoire de la numération des Monégwaskx, résous l'énigme suivante  :

Trouve [(X/X)]

(U)
(I)
(A-I)
(A.A)-(A!)
(A.A)-(I)
(I+A)!-I
(A.A .A)
(A.(I+A)!)+I
((A^A)!)-(l+A)
(X)
(X)
(X)


http://adopeste.free.fr/monegaswkx/(X).txt



Un spot virtuel précis est à trouver. On en discute sur le sujet du forum général dédié à cette édition du Ciste-Thématique : questions, suggestions, réponses...  

 

Énigme proposée par Adopeste.
Proposez aussi la vôtre en écrivant à CISTE-THÉMATIQUE !

 

 

 

Le défi-rimes du mois de juillet était : Jules, bulle, graine, migraine.

Sur les sept quatrains qui ont été soumis au sondage, voici les trois qui sont arrivés en tête et le pseudo de leur auteur(e) :


1er : Cleapotre

Lasse de supporter les assauts de son Jules
Qui tentait, chaque nuit, de déposer sa graine,
Imitant ses amies, prétexta la migraine
Afin, belle rusée, d'enfin coincer la bulle...


2e : Cst73

A l'ombre de l'érable, Lou n'eut pas la migraine.
Allongés dans le sable, il lui offrit ses graines...
Voyeuse malgré elle, d'ébats sans préambule,
La ciste sous sa stèle, matait Lou et son Jules...


3e : Monkassel

Préparer l'énigme lui donnait la migraine
D'un poète elle n'en avait, certes pas, la graine
D'une bande dessinée, peut-elle copier la bulle ?
Voire... en rendant à César ce qui est à Jules.


Les autres participants étaient : Britannicus, Chamix, Locotwister, Woodpecker.

 

Ce mois-ci, le "défi-rimes" est fourni conjointement par Cleapotre et Cst73.
Tout le monde joue avec : mignon, pignon, sanitaire, monastère.

 

Petit rappel de la règle : comme pour "le bout rimé" de Newforez dont ce jeu s'inspire, les vers doivent être des octosyllabes, décasyllabes ou alexandrins.

Ce n’est pas imposé, mais une allusion, dans le quatrain, au monde des cistes sera certainement un plus au moment du sondage !

Les 10 premiers quatrains reçus seront soumis au sondage.
Délai maxi : 15 septembre.

Pensez à joindre 2 mots-rimes à votre envoi pour le défi suivant. Nous retiendrons les mots proposés par les 2 premiers.

Adressez vos œuvres poétiques à : CISTE-THÉMATIQUE.

 

 
 
Le Chtiramisu... par Mondéka

Pour six personnes


Les ingrédients :
- 3 œufs
- 100 g de sucre
- 24 biscuits spéculoos (12 entiers et 12 écrasés en poudre grossière)
- 250 g de mascarpone
- Une tasse de café noir
- Pour parfumer le café : une demi-tasse de crème de spéculoos (peut-être remplacé, par exemple, par du marsala)
- Un peu de poudre de cacao.

 


Préparation :
Séparer les blancs des jaunes.
Dans un saladier, mélanger les jaunes avec le sucre puis ajouter le mascarpone et mélanger.
Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement au mélange précédent.


Tremper rapidement les spéculoos dans le café parfumé (3-4 secondes suffisent) et en disposer deux dans le fond de chaque verre.
Ajouter une couche de crème environ une cuillère à soupe de spéculoos écrasés et terminer par une couche de crème. 


(une variante : remplacer les spéculoos écrasés par une couche identique à celle du fond)


Mettre au frais pour au moins 6 heures.

Avant de servir saupoudrer à l'aide d'un fin tamis de poudre de cacao ou de poudre de spéculoos.

Régalez-vous !

 

 


 

L'INDEX DU CISTE-THÉMATIQUE
 

Vous recherchez un ancien article de Ciste-Thématique ?

Il vous est possible de consulter l'index des articles parus dans Ciste-Thématique depuis le numéro 1.

Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ICI.

 


 

Inscription à votre journal... par Ovive34 

Vous aimeriez recevoir de nouveau un petit message vous avertissant de la parution de votre journal préféré ?

Inscrivez-vous ICI et nous vous préviendrons dès sa parution !

 

FORUM NEWFOREZ ET CISTES.NET
 

Quelques précisions concernant le forum

Nous recevons assez régulièrement des messages concernant le forum Newforez. Nous rappelons que le forum ne nous appartient pas. En effet, bien que le vocable "cistes.net" figure dans l'URL du forum, ce dernier est complètement indépendant de nous, et nous ne pouvons donc rien faire pour résoudre les éventuels problèmes que vous y rencontreriez.

Pour toute question concernant ce forum, vous devez vous adresser à ses administrateurs, le redoutable Docteur Jekyll et Phileas ou aux modérateurs régionaux.


Quelques précisions concernant l'équipe de la rédaction

Nous recevons aussi de temps en temps des messages concernant cistes.net. Nous vous rappelons que le Ciste-Thématique est réalisé par une équipe de Cisteurs, comme vous, et que nous ne possédons pas les clés de cistes.net.

Pour toute question sur cistes.net, vous devez cliquer sur le bouton "Ecrire au webmestre" sur la page d'accueil de cistes.net. Et ne manquez pas, avant d'écrire, de bien respecter les recommandations écrites en rouge au-dessus du champ de saisie du message. Merci d'avance !

 

 

Ont participé à l'élaboration de cette newsletter : Chrisgad, Cst73, Gwalch, JBleguingampais, Les Chocophages, Mondéka, Rebeti, Adopeste, Butterfly91, Castafiore, Chamix, Cleapotre, Crevette76, Domisoleil, Eustache, Philippe d'Euck, Sioux, Tioo, Woodpecker et Ovive34.

  


Les solutions et résultats des jeux du dernier numéro de Ciste-Thématique sont sur Newforez.

C'est ICI !

 

 


Pour toute suggestion, proposition de sujets, anecdotes, photos, bons plans, courrier des lecteurs, curiosités locales, conseils, réunions de Cisteurs, et tout ce qui vous ferait plaisir : ECRIRE A CISTE-THEMATIQUE.

Afin que nous sachions que votre texte concerne la Lettre d'Information, merci de le préciser.
Reproduction interdite sauf autorisation